La Turquie toujours dans la violence

Posté le mars 20, 2010, 12:00
2 mins

Décidémdent, la Turquie se montre bien incapable d’évoluer vers une pacification de sa conscience histoirque et de
son rapport avec ses voisins, ainsi :

« Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré mardi qu’il envisagerait l’expulsion des Arméniens
qui ne sont pas de nationalité turque si les parlements de par le monde continuaient à voter des résolutions sur le génocide
des Arméniens pendant la Première Guerre mondiale.
« Il y a 170 000 Arméniens dans mon pays. Parmi ceux-là, 70 000 sont des nationaux, mais nous tolérons les 100 000 autres. (…) Si cela était nécessaire, je pourrais
être dans l’obligation de leur dire de retourner dans leur pays. Ce ne sont pas mes concitoyens. (…) Je ne suis pas obligé de les garder ici
 », a-t-il lancé. « Ce serait
absolument inimaginable de voir des dizaines, des centaines, des milliers d’Arméniens regroupés par la police et expulsés, renvoyés en Arménie. Ça serait un coup mortel pour l’image de la
Turquie. Ça donnerait l’image d’une deuxième déportation
 », estime Fabio Salomoni, un sociologue italien de l’université Koç à Istanbul. La plupart des clandestins arméniens sont
des femmes, qui font des ménages ou gardent des enfants, souvent à Istanbul. » Présent, via Le Salon Beige


Il faut rappeler que le pa
rti au pouvoir en Turquie est un parti islamiste
radical
, que ce parti gagne maintnenat régulièrement les élections et que son autorité n’est pas
contesté par le peuple turc. Pas de manifestation en Turquie, pas d’appels à la raison :
les islamistes y ont déjà triomphé dans les têtes et dans les urnes… voilà le pays que l’on veut nous présenter comme futur membre de l’Union européenne !