Le petit mot du conseiller général UMP provoque un gros débat

Le petit mot du conseiller général UMP provoque un gros débat

Malaise dans l’Ain après la publication par le conseiller général de Reyrieux, Olivier Eyraud, d’un texte qui n’en finit plus de susciter des réactions négatives, à commencer par celle du préfet

Aujourd’hui, si vous êtes blanc, catholique, que vous avez un travail, que vous payez vos impôts, que vous respectez les règles et autrui, vous êtes redevable de tout et n’avez droit à rien. Nous vivons dans une société où nous ne retrouvons plus les valeurs qui ont fondé notre République, si bien que certains d’entre nous se sentent proprement « étrangers » chez eux. Nous ne demandons qu’à retrouver notre place dans la société.»

Du côté de la préfecture et du conseil général, on reconnaît avoir reçu depuis la publication de ce texte nombre de courrier de citoyens qui condamnent ces propos. Le préfet a réagi également : “J’ai indiqué à ce conseiller général que de tels propos n’étaient pas acceptables et ne seraient jamais tolérés par le représentant de l’État“. Quant au président du conseil général de l’Ain, il se déclare “scotché par de tels propos venant d’un élu“.

« Je ne regrette rien de ce que j’ai écrit et dit. Qu’aurait-il fallu dire ? Mes propos sont le reflet de ce que je considère comme un problème d’intégration. Beaucoup de nouveaux arrivants refusent de faire les efforts pour s’intégrer. Mais attention, je ne suis pas raciste ! »

Il y a tout de même des réalités à dire ! Beaucoup de gens pensent comme moi. Je maintiens tout ce que j’ai dit.»

(via )

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • amabile tamburini Répondre

    ce monsieur a dit ce que je pense et ce que pensent de plus en plus de personnes .ces propos sont la realité et je peux temoigner d’un enorme ras le bol de mon entourage et plus

    09/10/2010 à 0 h 54 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: