Le Parti des Indigènes de la République, vecteur de l'islamisation

Posté le avril 20, 2010, 12:00
6 mins

 

 

Dans son ouvrage, L’islamisation de la France
(éditions de Bouillon, 2007), Joachim Vélocias, s’était  « arrêté sur ceux qui se faisaient appeler alors le collectif des indigènes de la république à la page 273 (extrait, étude complète
dans le livre):

                                    

 

« Le collectif des indigènes de la républiques, l’alliance entre Marx et
Mahomet 

 

Le collectif est né d’un appel écrit, intitulé des
« indigènes de la république ». Véritable réquisitoire contre la France, concentré de clichés sur un passé colonial forcément tout noir, voyant une gestion coloniale des
immigrés vivant en France, un racisme systématique, « l’appel » ne peut que créer un sentiment de haine envers la France chez les personnes les plus fragiles intellectuellement. Les
instigateurs du collectif sont issus de responsables d’associations musulmanes, tel le Collectif des musulmans de France, proche de Tariq Ramadan lui-même signataire de l’appel. On retrouve aussi
l’association Droit des femmes musulmanes en France qui estime que « la loi antifoulard est une loi d’exception aux relents coloniaux », la Fédération des travailleurs
d’Afrique en France, l’Association des travailleurs maghrébins.

 

Voici un extrait :

 

« Dans certaines de ses anciennes colonies,
la France continue de mener une politique de domination. Une part énorme des richesses locales est aspirée par l’ancienne métropole et le capital international. Son armée se
conduit en Côte d’Ivoire comme en pays conquis. »
60% des ressources fiscales de la Côte d’Ivoire provenaient jusqu’à la récente crise, de la diaspora française, très active, elle était
le véritable moteur de l’économie. Tout le contraire donc d’une confiscation des richesses du pays, le départ des français va provoquer une crise très grave après les exactions qu’ils ont subi en
septembre 2004.

 

Le collectif défend aussi le port du voile pour
complaire aux adhérents musulmans :

 

 « Discriminatoire, sexiste, raciste, la
loi anti-foulard est une loi d’exception aux relents coloniaux »

 

Les « indigènes » étant très noyautés par
les communistes, Dien Bien Phû est présenté  comme une victoire. Faut-il rappeler que les militants communistes insultaient nos soldats à leur retour du front, que 37.000 prisonniers
français de métropole et de l’Empire furent parqués dans des camps de concentrations où nombres furent torturés: 10.000 seulement survivront. Dien Bien Phû fut surtout la défaite du monde libre
contre le totalitarisme communiste, qui est toujours défendu au XXI siècle, ce qui relève plus de la psychiatrie que du débat historique. Pour le collectif, c’est une manière de déguiser son
anti-occidentalisme par son anti-colonialisme :

« Dien Bien Phû n’est pas une défaite mais
une victoire de la liberté, de l’égalité et de la fraternité ! »

                                                    

Parmi les signataires, on retrouve Karim Azouz un
membre Collectif des Musulmans de France proche de Tariq Ramadan lui-même aussi signataire, Jean-Luc Cipière membre d’Attac France (Attac est largement une machine à recycler les trotskystes),
Salah Amokrane conseiller municipal Motivé-e-s (groupuscule communiste) Alain Lipietz (groupe Vert/ALE, Parlement européen) Patrick Farbiaz et Francine Bavay (les Verts), Alima
Boumediene-Thiery (sénatrice, les Verts), Vincent Geisser , sociologue intervenant lors des congrès de l’UOIF et contributeur régulier chez les islamistes de Oumma.com. Elisabeth Gauthier, membre
du bureau exécutif du PCF fut également signataire. Sans surprise non plus, on retrouve la Ligue des droits de l’homme (Ldh) par la signature d’un responsable du mouvement, Gilles Manceron. Sans
énumérer tous les signataires, Il est frappant de voir une telle illustration limpide de la nouvelle alliance informelle islamo gauchiste. » Enquête complète dans L’islamisation de la France » lu
ici