les services pakistanais fidèles au djihad, pas aux alliés

les services pakistanais fidèles au djihad, pas aux alliés

L’occident ne peut avoir confiance en ses alliés Pakistanais Malgré les dizaines de milliards d’euros d’aide militaire et économique déversée par les Etats-Unis sur le Pakistan, les services pakistanais incitent les talibans à plus de violence :

« Les services secrets pakistanais (ISI) font pression sur les talibans afghans pour qu’ils ne participent pas aux pourparlers de paix visant à mettre fin à la guerre en Afghanistan, a rapporté le Wall Street Journal, jeudi 7 octobre. L’ISI a encouragé les talibans à multiplier leurs attaques, y compris contre les civils, ajoute le quotidien, citant des commandants talibans et des responsables américains non identifiés.

 « L’ISI veut arrêter les commandants [talibans] qui n’obéissent pas à ses ordres », a dit au journal un commandant taliban de la province de Kunar. Ce responsable, qui n’a pas été identifié, ne prévoit pas d’arrêter de combattre les forces étrangères mais s’oppose aux attaques à grande échelle encouragées par des responsables des services secrets pakistanais, selon le WSJ. « L’ISI veut qu’on tue tout le monde — policiers, soldats, ingénieurs, professeurs, civils — juste pour intimider les gens », a ajouté ce commandant, qui précise que l’ISI avait tenté de l’arrêter après qu’il eut refusé d’exécuter ses ordres.

Des responsables américains ont dit au quotidien qu’ils avaient reçu des informations similaires concernant ces pressions exercées par l’ISI sur des talibans. Ces informations proviennent de talibans capturés ou s’étant rendus. Il n’est pas clair cependant si ces pressions de l’ISI proviennent de sa direction ou de membres de niveau inférieur, selon ces responsables.

Cette information survient en tout cas dans un certain climat de défiance entre Washington et Islamabad. Un rapport récent de la Maison Blanche transmis au Congrès affirme que les forces pakistanaises évitent « les affrontements directs » avec les talibans afghans et les militants d’Al-Qaida, notamment au Waziristan du Nord, dans les zones tribales frontalières de l’Afghanistan. Cité anonymement par le journal, un haut responsable pakistanais a dit que l’ISI servait de bouc émissaire. « Dès lors qu’il se passe quelque chose de mal en Afghanistan, l’ISI est montrée du doigt. Franchement, ils voient des agents de l’ISI derrière chaque buisson en Afghanistan », ajoute-t-il. (source le Monde)

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: