L’hommage des responsables européens à un chef terroriste !

L’hommage des responsables européens à un chef terroriste !

Quand un peuple a peur, quand il est en attente de protection, et même prêt à tout, ou presque, pour éviter d’affronter son ennemi, il est plus enclin à voter à gauche qu’à droite. On l’a vu en Espagne, et on vient de le voir en France, car c’est certainement, dans une mesure difficile à apprécier bien sûr, un des éléments d’explication du vote-surprise – du fait de son ampleur – dont a bénéficié la gauche française institutionnelle (le PS, le PCF, un peu les Verts, mais pas les gauchistes), dimanche dernier 21 mars.

Cette loi est d’ailleurs universelle. Le principal titre de gloire du démocrate américain, John Kerry, n’est pas tant d’être un ancien de la guerre du Vietnam que d’avoir été un opposant farouche à celle-ci après avoir été démobilisé de l’armée. Si un jour les travaillistes israéliens reviennent au pouvoir, ce changement de bord politique sera immédiatement, et à juste titre, interprété comme une victoire des colombes sur les faucons… C’est l’Occident tout entier qui semble gagné aujourd’hui non seulement par la peur, mais aussi par la lâcheté…

Cette peur est parfaitement légitime. Avec le terrorisme islamiste mondialisé, nous sommes entrés dans une nouvelle ère où, non seulement nous sommes tous menacés d’être frappés pour la seule raison d’être de l’Occident et de ne pas appartenir à la communauté musulmane, mais encore où nous avons de plus en plus de probabilités d’être effectivement frappés. Car, comme l’a dit avec réalisme un ministre britannique la semaine dernière, il est plus que probable que nos villes seront, à leur tour, les cibles d’attentats terroristes à caractère massif…

Déjà, avec l’apparition de la bombe atomique, on avait bien noté le déséquilibre croissant entre le pouvoir de produire et le pouvoir de détruire. Avec cette arme, le but de la guerre n’était plus la paix, comme l’avait noté Emmanuel Kant à propos des conflits classiques, mais au contraire une destruction illimitée. Après les deux bombes lancées sur le Japon par les Américains en 1945, nous avons connu l’équilibre de la terreur. Mais un équilibre de plus en plus fragile, comme le montrent les exemples actuels du Pakistan, de l’Iran ou de la Corée du Nord.

À ce risque nucléaire, toujours présent et même plus menaçant que jamais, s’ajoute donc désormais le risque terroriste, en particulier islamiste, prêt à tout pour détruire l’Occident. Le choix est de se coucher ou au contraire de se dresser. À ce jour, au moins en Europe, on se dresse en paroles, au mieux, mais on se couche en actes !

On sait que les groupes terroristes dangereux sont multiples et souterrains mais aussi, presque toujours, même occasionnellement, reliés les uns aux autres. À Madrid, la piste ETA, non seulement n’était pas absurde, mais elle n’est toujours pas, à ce jour, écartée. Les explosifs utilisés proviendraient même de surplus de l’organisation basque.

De même, bien que compliqués, les liens existent entre les organisations qui opèrent en Algérie ou au Maroc, sont implantés en Grande-Bretagne, en France ou ailleurs. Elles sont aussi en contact avec celles du Moyen-Orient et de tous les autres théâtres d’opérations terroristes qui, aujourd’hui, vont de la côte Ouest des États-Unis jusqu’aux fins fonds de l’Indonésie, aux frontières de l’Australie.

Dans ce contexte, toute initiative, toute déclaration des pouvoirs publics doit être pesée au gramme près. Et il serait préférable qu’aucun dirigeant occidental ne tienne plus jamais des propos qui puissent être interprétés comme un encouragement au terrorisme.

L’exécution de Cheikh Ahmed Yassine, principal dirigeant de la puissante organisation terroriste Hamas, lundi dernier, par l’armée israélienne, ne fut une surprise pour personne, car l’intéressé était depuis longtemps sur la liste des personnes à abattre pour son implication concrète dans des centaines d’attentats ayant endeuillé des centaines et des centaines de familles israéliennes. Et, à partir du moment où il n’était pas seulement un chef spirituel, mais bel et bien, aussi, un chef militaire, il n’est pas sûr que les lois internationales, en l’occurrence celles de la guerre, n’autorisaient pas Tsahal à agir comme elle l’a fait. Mais, admettons que nos chefs d’états européens aient été sincèrement à la fois surpris et scandalisés de cette action, ils n’auraient pas dû, pour autant, parler si complaisamment d’« assassinat », montrant une fois encore davantage de compassion pour une victime terroriste que pour les victimes de celui-ci.

Aussi longtemps que les politiciens européens réserveront leurs pleurs, leurs excuses et leur compassion aux terroristes, plutôt qu’à leurs victimes, aussi longtemps qu’ils stigmatiseront ceux qui luttent concrètement contre eux, tous leurs discours antiterroristes seront sans crédibilité.

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • Stef Répondre

    Imaginez le scenario : le mossade indique la planque ou se trouve Ben Laden, Tsahal intervient, fait exploser son trou à rat. Ovation de l’onu, l’Europe se leve pour feliciter le courageux petit Etat Hebreu pour sa lutte contre le terrorisme …Mais bon tout cela n’est que pur fantasme ! vous vous imaginez si israel osait capturer ben laden ou le tuer ?? ils serai imediatement mis sur le banc des accusés et surement sauvé inéxtremiste pas le veto american car tout le monde le sait, le monde a le droit de lutter contre le terrorisme, Israel non.

    2 avril 2004 à 19 h 25 min
  • Adolphos Répondre

    Franchement -et ce n’est pas mes affaires, mais..- Israel me semble bien molle dans sa réponse aux terroristes.

    2 avril 2004 à 16 h 49 min
  • Dupond Répondre

    A force de simplification et de melange, l’on finit par tout confondre. C’est le sentiment que j’ai eu a la fin de de votre chronique. Ce n’est pas le fait d’avoir ete un opposant a la guerre du Vietnam qui a permis a Mr Kerry de devenir le candidat des democrates, c’est meme exactement le contraire puisque les democtates avaient besoin politiquement d’un personnage rassurant sur le plan militaire, sacrifiant au passage la colombe Dean. Ce n’est pas etre peureux que de rappeler a un gouvernement que le peuple dans une democratie est souverain. Ce n’est pas excuser le terrorisme que de faire la difference entre le terrorisme ideologique d’Al Qaeda et celui d’un peuple opprime comme les Palestiniens. Ce n’est pas encourager le terrorisme que de dire a un etat democratique comme Israel que le terrorisme d’etat n’est pas la solution. C’est en ignorant les subtilites des cartes electorales nationales qu’on peut faire des rapprochements abusifs. Comment peut-on ne pas prendre en compte le vote regional (Catalogne, Pays Basque) pour analyser ce qu’il s’est passe en Espagne. Ce n’est certainement pas en se prononcant pour les « faucons » Isareliens que l’on trouvera une solution au terrorisme. Dupond.

    2 avril 2004 à 2 h 13 min
  • manu Répondre

    Et j’ajouterais : aussi longtemps que les énergies nouvelles , les hommes et femmes décidés à joindre la parole à l’acte dans une opposition résolue non seulement au terrorisme mais à tout élan de sympathie pour ce dernier dans nos pays , aussi longtemps donc que ces hommes et femmes seront mis à l’écart tant au niveau des médias que de l’action politique , les choses ne risquent pas de changer (politiquement incorrects )!! Pour l’instant c’est la « condamnation » offusquée dans les paroles mais une grande prévenance pour certaines populations qui ne cachent pas leur sympathie pour les ennemis de nos valeurs . On ne peut rien contre un  » délit d’opinion  » ? A nous de voir quel degré de menace constitue la progression quasi virale de cet « élan de sympathie » .

    1 avril 2004 à 11 h 51 min
  • Tatangas Répondre

    Vous avez tout à fait raison: l’Europe se couche, les peuples européens ont peur. Je crois pourtant que vous oubliez aisément qu’il existe en France — et aussi je pense dans les autres démocraties européennes — un quatrième pouvoir: les médias. Or, les journalistes dans leur ensemble ne réagissent pas autrement que les politiciens: ils acceptent et se résignent pour la plupart. Je ne sais pas qui des politiques ou des journalistes a l’initiative, mais ils sont les uns et les autres les esclaves serviles de la “pensée unique”. Je suis sûr pourtant que ces journalistes pourraient lancer une campagne pour réveiller le peuple et ses représentants, surtout eux. Ils en ont le droit et même le devoir. Ils en ont le pouvoir. Ils auraient dû le faire depuis le début de l’invasion. Au lieu de cela qu’ont-ils fait ou que font-ils ? Ils critiquent avec des mots offensifs les seuls pays — des démocraties s’il en est — qui ont le courage de s’élever contre l’Islam combattant et expansionniste: je veux parler des Etats Unis et d’Israel. Comment voulez vous que nos peuples ne se couchent pas devant l’inaction coupable de nos représentants et de nos journalistes. Les peuples américain et israélien ne se couchent pas, eux, et n‘ont pas peur. Leurs dirigeants et leur Presse leur donnent l’exemple.

    31 mars 2004 à 20 h 54 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *