Mahomet : mysticisme et politique

Mahomet : mysticisme et politique

Les démonstrations de colère provoquées dans le monde musulman par les caricatures danoises semblent enfin terminées. Les Danois ont présenté excuses sur excuses et l’Europe s’est aplatie, elle aussi, par la voix de son émissaire Javier Solana, qui a fait une tournée expiatoire dans les capitales du Proche et Moyen-Orient.

De façon évidente, les islamistes sont moins doués que les Européens pour l’autocritique. Ils ne se sont pas rendu compte que leurs réactions violentes, loin de contribuer à la gloire de Mahomet, apportaient une confirmation de la caricature, qui avait représenté le prophète coiffé d’une bombe en guise de turban. Le calme et l’indifférence, même feinte, auraient été, de leur part, des réponses beaucoup plus convaincantes.

On est malheureusement obligé de constater que le terrorisme, qui met à feu et à sang à intervalles réguliers des pays, soit occidentaux, soit musulmans, est toujours d’origine islamiste, mis à part les conflits purement régionaux (Pays Basque et Corse en Europe, par exemple). On comprend donc pourquoi le caricaturiste danois a établi une relation entre Mahomet, c’est-à-dire l’Islam, et une bombe.

D’autre part, sachant à quel point certains versets du Coran exaltent la violence, on est porté à se demander s’ils ne constituent pas un reflet d’un des aspects de la vie de Mahomet. Ce que nous savons de celle-ci provient de la tradition, d’abord orale puis écrite, plutôt que du Coran, très discret en ce qui concerne les faits et gestes du prophète.
Malheureusement, la tradition purement orale a duré très longtemps, environ deux siècles, puisque les premiers écrits à ce sujet, dus à plusieurs auteurs, ne datent que du début du IXe siècle. Il s’agit d’ailleurs là de documents dont la fiabilité n’est pas parfaite.

Quoi qu’il en soit, s’il est contestable que Mahomet a été un mystique, il n’a manifestement pas été un saint. On sait qu’il déclarait tenir de Dieu la Révélation par l’intermédiaire de l’archange Gabriel, qui la lui aurait dictée, mot à mot. C’est cette certitude qui interdit toute exégèse critique du texte. Il est étrange que des tendances mystiques aussi affirmées que celles de Mahomet aient coexisté chez le même homme avec des traits de caractère humains, très humains, trop humains.
À l’inverse de Jésus, qui a refusé le royaume terrestre que ses disciples voulaient lui offrir, il a été un chef politique et un guerrier. Il a livré des batailles, au sens propre du terme. Ses troupes ont attaqué des caravanes. Il a défendu de main de maître la ville de Médine, où il était retranché, contre des assaillants venus de La Mecque. Il a expulsé de Médine une tribu juive dont il a confisqué les biens. Il a fait massacrer une autre tribu juive. Les membres de l’une et de l’autre voulant rester fidèles au judaïsme, avaient refusé de se convertir à la nouvelle religion. C’est sans doute à tout cela qu’à pensé l’auteur danois des caricatures : le terrorisme islamiste tel qu’il existe aujourd’hui, et le côté belliqueux de la personnalité de Mahomet.

Que celui-ci ait été un génie, un grand homme, personne n’en doute : il n’y a qu’à constater la réussite de la religion qu’il a fondée, qui groupe environ un milliard de personnes de par le monde. Cela permet d’ailleurs de poser une question : détient-on la vérité parce qu’on est très nombreux ? Nous savons que les terroristes islamistes se précipitent dans la mort, horriblement à nos yeux, à cause de la certitude qu’ils ont de se retrouver aussitôt au paradis dans la plus grande des félicités. « Ne dites pas de ceux qui sont tués dans le Chemin de Dieu : « Ils sont morts ! » Non !… Ils sont vivants » (Coran, II, 154). On comprend qu’une telle théologie ait plu aux guerriers bédouins du temps de Mahomet (VIIe siècle). Comme leur a plu aussi la possibilité d’avoir quatre femmes, qui n’est d’ailleurs que le maintien de traditions archaïques.
L’immense succès démographique de l’Islam s’explique donc par le fait qu’il s’agit d’une religion simple qui a encouragé et non contrarié les principaux instincts masculins.

Certes, chaque sourate rappelle que Dieu est miséricordieux, mais cette miséricorde ne s’adresse qu’aux musulmans. Cependant, nous sommes au XXIe siècle et non plus au VIIe. En Occident, les esprits ont beaucoup évolué en direction de la tolérance.

Si les musulmans modérés veulent faire disparaître l’extrémisme, l’islamisme, il leur faut se convaincre eux-mêmes et convaincre leurs fidèles que la miséricorde doit s’appliquer même aux non-musulmans.

Partager cette publication

(33) Commentaires

  • Helios Répondre

    À Mancney -« Séparer » « rejeter » ? Je vous trouve bien optimiste. Les Musulmans n’accepteront jamais de décortiquer leur foi. Aucune chance, Helios, aucune. Aucune chance avec les musulmans « modérés » et les barbus, Bien sûr et c’est pourquoi cet exercice est absolument nécessaire car ils seront alors obligés de laisser tomber le masque, pardon la « takiya » et reconnaître clairement leur rejet de la constitution et des valeurs de la république. Cela en bouchera un coin aux gauchistes philislamistes porteurs d’oeillères et de pancartes, ils deviendront incroyablement discrets. Cela mettra un peu plus de calcium dans la colonne vertébrale du gouvernement et l’incitera à prendre ses distances des prétendus représentants des communautés. Il y a aussi de fortes chances que les musulmans laïcs, voyant leurs « tuteurs » barbus en fâcheuse posture, soient tentés d’émerger de l’ombre et adhérer ouvertement au consensus républicain. -« Vous allez vite vous retrouver avec l’option II de Luc Sembour :connaître juridiquement et déclarer officiellement l’incompatibilité irréconciliable entre islam et constitutions concernées… …Il y aurait alors interdiction de l’islam comme il y a interdiction du nazisme ». Le gouvernement de la France après examen exhaustif de la question, peut dans une déclaration officielle reconnaître l’incompatibilité de l’islam en tant qu’idéologie socio-politique avec la constitution de la république, et à partir de là adopter la résolution de combattre ouvertement la propagation de cette idéologie. Je suis prêt à parier un Dom Pérignon 1995 que les islamistes du monde entier prendront leur trou, les Ayatollahs de l’Iran et les wahhabites de l’Arabie inclus. Ces valeureux guerriers se mettent à dix pour attaquer un petit pays comme le Danemark, mais une France qui se tient debout c’est beaucoup trop gros pour eux. Par contre je ne crois pas qu’il soit possible ou souhaitable d’interdire l’islam en tant que religion personnelle, ce serait aller à l’encontre de la constitution et de la déclaration universelle des droits de l’homme. Cependant le culte musulman devra être sérieusement encadré afin d’interdire toute dérive de nature politique. -« Et ensuite, il nous faudra probablement nous battre, physiquement, si nous en avons le courage, ou bien subir, et laisser une belle tache dans l’Histoire. » À l’instar des femmes battues, les français comme d’ailleurs tous les occidentaux ne savent pas contrer les agressions, finissent par les tolérer et par se sentir responsables des coups qu’ils reçoivent. Je suis prêt à parier une autre bouteille sur la prédiction suivante :les français n’auront pas besoin de se battre ils auront juste à montrer les dents. Je n’ai pas le don de prophétie mais je perds rarement un pari. Ce qui bloque les occidentaux c’est la peur d’oser, et en ce qui concerne la France qui se cherche et qui mettra du temps à se retrouver, le manque de lucidité de ses élites. Helios

    3 avril 2006 à 5 h 35 min
  • Mancney Répondre

    Grandpas :  » Il ne faut pas surtout embêter les musulmans, seul l’homme blanc occidental est mauvais. » Et encore, Grandpas, le « mauvais homme blanc occidental » n’a pas vraiment encore commencé a se battre. Ca va ferrailler dur, bientot. Montjoie Saint Denis! Best, Mancney

    22 mars 2006 à 19 h 11 min
  • Mancney Répondre

    Olivier : Le Pakistan est une république fédérale, (Islamique). Constitution, suffrage universel, une Supreme court, Senat, Assemblee Nationale… Ca progresse doucement. C’est un bon signe…Un excelent signe. Best, Mancney

    22 mars 2006 à 19 h 03 min
  • grandpas Répondre

    Luc Sembour,Je partage votre formidable analyse. Pour les autres Sur un autre site,un sujet sur la prise de Byzance par les ottomans,c’est retrouvé cloturer tout simplement parce que le sujet a dévié sur le fait que nous faisions remarqué que les descendants de MehmetII ne voulaient pas reconnaître leur responsablilté historique dans les massacres qui suivirent la prise de la ville,alors qu l’on nous incriminent pour les débordements lors de la prise de Jérusalem par les croisés. Il ne faut pas surtout embêter le smusulmans,seule l’homme blanc occidental est mauvais.

    21 mars 2006 à 22 h 57 min
  • Mancney Répondre

    Helios : « Cette analyse devra être faite pour séparer ce qui dans l’islam est compatible avec la démocratie de ce qui n’est pas compatible… …Cette séparation faite il faudra demander à tous les musulmans de rejeter tous les éléments de nature politique juridique et organisationnelle contenus dans l’islam qui sont incompatibles avec la constitution, les valeurs et les lois de la France. » « Séparer » « rejeter » ? Je vous trouve bien optimiste. Les Musulmans n’accepteront jamais de décortiquer leur foi. Aucune chance, Helios, aucune. Vous allez vite vous retrouver avec l’option II de Luc Sembour, Quote :  » … reconnaître juridiquement et déclarer officiellement l’incompatibilité irréconciliable entre islam et constitutions concernées… …Il y aurait alors interdiction de l’islam comme il y a interdiction du nazisme .  » Unquote . (nb: il s’agit d’interdiction en Occident, pas en Terre d’Islam, évidemment) Et ensuite, il nous faudra probablement nous battre, physiquement, si nous en avons le courage, ou bien subir, et laisser une belle tache dans l’Histoire. Best, Mancney

    21 mars 2006 à 20 h 38 min
  • Olivier Répondre

    Que quelqu’un me cite un seul état démocratique musulman sur cette planète? , j’en demande un seul ! Un seul pays où la majorité des habitants soit musulmane et qui prospère, qui tire la planète vers le haut, qui contribue au progrès (materiel et social), un seul pays où l’on respecte la femme, où les gens ne soient pas manipulés, un seul pays propre. Je constate seulement, je n’en ai pas trouvé… Alors qu’on ne vienne pas me faire la leçon sur MA religion chrétienne. J’assume parfaitement toute son histoire.

    21 mars 2006 à 19 h 49 min
  • Florent Répondre

    En effet, Lahite, comparer l’islam au Moyen Age est faire injure à notre glorieuse civilisation médiévale. A TL, vous dites: » L’islam issu en partie d’hérésies judéo chrétiennes n’a pas commis l’erreur chrétienne de publier plusieurs versions d’un même événement » En quoi le christianisme a t-il publié plusieurs versions d’un même évènement ( la Bible je suppose )? Pour ma part, je pense qu’il n’en existe qu’une seule version. A quoi faites-vous référence? Curiosité sincère. Amicalement

    21 mars 2006 à 16 h 36 min
  • TL Répondre

    je souscris totalement aux derniers messages de cet article. Je souhaiterais préciser qu’il y a plus de distance chronologique entre mahomet, le coran, la sira et les hadiths qu’entre Jésus et les témoignages présentés dans les évangiles. L’islam issu en partie d’hérésies judéo chrétiennes n’a pas commis l’erreur chrétienne de publier plusieurs versions d’un même événement; les versions anciennes du coran ont été unifiés tardivement, et une des plus grandes hantises des musulmans est qu’on retrouve de ces versions comme ce fut le cas dans certaine mosquée du Yemen. La critique historique de l’islam débute à peine. Je dois remercier l’islam qui m’a permis de prendre véritablement conscience de mon identité chrétienne, et la confrontation avec cette idéologie est sur ce plan très interessante.

    20 mars 2006 à 21 h 47 min
  • pierre Répondre

    l’islam n’est pas compatible avec la democratie. Nos politiciens le savent mais font semblant de l’ignorer, a commencer par Nicholas Sarkosy l’immigrationiste islamiste, qui est aussi, il est vrai, partisan de la preference etrangere. Amities

    20 mars 2006 à 21 h 34 min
  • Helios Répondre

    À Luc Sembourg. Je n’ai pas utilisé le terme musulman modéré mais plutôt musulman non pratiquant ou laïc. Le terme « musulman modéré » s’applique aux musulmans suprématistes qui dissimulent ou qui font de la négation (la takiya) en attendant des jours meilleurs pour afficher ouvertement leurs vraies couleurs. Ils sont à certains égards plus dangereux que les excités qui pratiquent les attentats ou qui manifestent avec les portraits de Ben Laden. Ils s’affichent comme les interlocuteurs privilégiés du gouvernement, ils établissent des alliances (contre nature) avec les gauchistes et certains catholiques. Leur but est de miner lentement la société d’accueil en créant des faits accomplis sans s’attaquer de front aux principes de droits de l’homme, de laïcité, d’égalité des sexes, de démocratie et de séparation des pouvoirs. « La seule issue digne des démocraties est de lancer une analyse officielle de l’islam… » Cette analyse devra être faite pour séparer ce qui dans l’islam est compatible avec la démocratie de ce qui n’est pas compatible. L’analyse s’avère nécessaire puisque l’islam n’est pas uniquement une religion avec des rites et un culte mais aussi une idéologie politique, un système juridique et un modèle d’organisation de la société. Cette séparation faite il faudra demander à tous les musulmans de rejeter tous les éléments de nature politique juridique et organisationnelle contenus dans l’islam qui sont incompatibles avec la constitution, les valeurs et les lois de la France. C’est plus facile à dire qu’à faire. Mais il n’y a pas de temps à perdre et les citoyens inquiets de la montée de l’islam, qu’ils soient de gauche ou de droite doivent s’y employer. La résistance viendra des politiques et des groupes de pression musulmans. Il ne sert à rien de reprocher aux hommes politiques leur lâcheté, ils sont lâches par sélection naturelle et ne font que refléter la veulerie de l’électorat: on a les dirigeants qu’on mérite! Dans les faits les hommes politiques iront comme d’habitude dans le sens du vent, ils suivront l’opinion publique et les faiseurs d’opinion. Cela m’amène à parler des français de souche qui souffrent d’angélisme chronique teinté de culpabilité tiers-mondiste et de cécité volontaire, ils sont les alliés inconditionnels des islamistes, ces derniers les flattent avec régularité et les caressent dans le sens du poil. Ayant connu la déception mortifiante découlant de la chute du communisme (blessure narcissique incurable), ils se rabattent avec joie sur l’islam, seul capable à leurs yeux de réussir là où le communisme a échoué. Leur propension à faire de la négation est proverbiale et leur parti pris est à toute épreuve. Ils ne pourront pas toutefois s’objecter ouvertement à l’analyse objective de l’islam tel que préconisé, par contre ils s’acharneront, la mauvaise foi aidant, à discréditer copieusement les citoyens qui réclament cette analyse. On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs, après avoir parlé il faut agir, les adversaires ne restent pas les bras croisés, comme la tortue de la fable ils se hâtent lentement tout en implorant Allah de confondre le lièvre. Helios

    20 mars 2006 à 17 h 49 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    CITATION : « Il n’y a pas de conflit de religion ou de civilisation… C’estbun conflit entre deux opposés, entre deux époques. C’est un conflit entre une mentalité qui appartient au Moyen-Âge et une autre qui appartient au XXI° siècle. »Wafa Sultan, psychologue arabo-américaine, sur Al Jazira, 21 février 2006. Je laisse aux lecteurs éclairés le soin de déterminer qui appartient au Moyen-Âge(1) et qui au XXI° siècle. Cordialement, Jean-Claude Lahitte (1) encore faut-il faire remarquer que le Moyen-Âge, à son époque, et contrairement à ce que l’Histoire, telle qu’elle nous est enseignée par l’Education (prétendue) nationale, était une époque éclairée ! Les femmes, en France, y avaient une grande liberté. Il est vrai que, sous la Royauté, il n’était pas question de leur attribuer le droit de vote (faux instrument de liberté selon moi(2) ), pas plus que ne l’avaient leurs compagnons. (2) faux instrument de liberté selon moi, quand on voit ce que les électeurs qui boudent de plus en plus les bureaux de vote en font. Et quand on voit aussi ce que les élus vont de leurs promesses électorales, une fois élus. Ou quand on voit encore comment on recommence les referendum(3)jusqu’à ce que le « peuple » ait voté comme l’entendent les gens qui nous gouvernent. De droite comme de gauche. (3) pour celles et ceux qui l’ignoreraient, le P.S. et l’UMP, tenants du « Oui » au dernier referendum sont au moins d’accord sur un point : remettre en cause – après les présidentielles – le « NON » en faisant semblant de réformer complètement le Traité de Constitution cogité par Giscard d’Estaing et son équipe de « crânes fd’oeuf », et le faire adopter par l’Assemblée nationale (comme cela s’est passé dans d’autres pays de l’union) plutôt que de le soumettre à nouveau à un referendum ! Bien entendu, l’inverse ne se serait pas passé si, d’aventure, le bon « peuple » avait voté majoritairement « Oui » le 29 mai dernier … C’est ça, la « démocratie » !

    20 mars 2006 à 17 h 15 min
  • Luc Sembour Répondre

    A Helios, Effectivement, tout ce que vous écrivez est exact et bien dit. Je ne vois pas de solution simple. Cependant il faut remarquer que le terme musulman modéré, qui désigne la réalité que vous décrivez, ne signifie rien sur le plan religieux. Que voudrait dire physicien modéré ou mathématicien modéré ou professeur de latin modéré? Ou bien on connaît bien un corpus disciplinaire, on adhère à ses règles et on en soutient la logique, ou bien on s’écarte prudemment et on évite de faire de l’à-peu-près mal assimilé. Il est en fait très mauvais de vouloir les avantages de tout et d’en faire subir les désavantages aux autres, en restant par faiblesse, paresse, inconscience, dans le flou artistique. La seule issue digne des démocraties est de lancer une analyse officielle de l’islam, et s’il s’avère que les textes fondateurs intangibles sont bien le Coran et les Hadiths (ce qui est le cas), il faut en tirer les conséquences: soit modifier la Constitution française et celle de chaque démocratie concernée par le problème, afin d’instaurer l’inégalité des sexes, l’inégalité des croyants et non-croyants et toutes les conséquences de la charia (au sein de communautés fermées, je présume, à moins que la majorité n’impose cela à toute la population française, en France, danoise au Danemark, etc.), soit reconnaître juridiquement et déclarer officiellement l’incompatibilité irréconciliable entre islam et constitutions concernées. Il n’y a aucune difficulté juridique à cela puisque les textes fondateurs de l’islam ont la prétention toute à fait reconnue et réelle d’être des documents juridiques, instituant un système légal complet. Il y aurait alors interdiction de l’islam comme il y a interdiction du nazisme qui était aussi un système juridique complet avec droit supérieur pour les aryens, dénégation de l’accès à la propriété pour les juifs, interdiction de certaines minorités etc… Si comme vous le dites, la très grande majorité des musulmans modérés ne croient en fait pas et ne sont donc pas musulmans, mais seulement culturellement teintés de folklore musulman sans aucune profondeur religieuse incompatible (comme les chanteurs et danseurs celtiques), il n’y aura pas de difficulté insurmontable. Au contraire, seuls les terroristes (dits islamistes) seront opposants déclarés. Le simple fait qu’ils se manifestent pour s’opposer, permettra leur identification et leur emprisonnement immédiat. Tout va très bien. Aurais-je oublié quelque chose ? Oui : le pétrole est en majorité en terre arabe. Les arabes sont en majorité musulmans (mais alors …croyants ou non-croyants ?), et il y a concours de lâcheté entre les politiciens européens, tout particulièrement en France et en Belgique, avec en toile de fond, une compétition entre les demandeurs mondiaux du pétrole arabe. Le futur est très sombre. Voilà tout. Luc Sembour

    20 mars 2006 à 12 h 51 min
  • Luc Sembour Répondre

    Jaurès dit : « Ce n’est pas telle ou telle religion qui soit intrinsèquement belliqueuse mais toute idéologie (y compris laïque) prétendant à la vérité absolue. » Ce n’est pas du tout mon avis : il est amplement établi par tous les spécialistes de l’islam, y compris les penseurs musulmans les plus universellement respectés, que l’islam est intrinsèquement belliqueux et que le jihad est non seulement partie intégrante mais essence même de l’islam. Sans jihad, il ne reste RIEN de compréhensible ni de viable, dans le corpus idéologique musulman, qui devient alors un cadavre sans squelette. Le jihad sanglant et meurtrier est LA notion centrale des textes fondateurs de l’islam et pas du tout un épiphénomène pratique sans portée théologique. Le christianisme ne prétend au contraire à la vérité absolue qu’à la condition indispensable que cette vérité soit acceptée de plein gré par le croyant sans aucune espèce de contrainte autre que celle de sa propre conscience. Il n’est donc pas intrinsèquement belliqueux mais, bien au contraire, intrinsèquement pacifiste. Il n’ y a aucune possibilité de dérive belliqueuse chrétienne sans viol des textes fondateurs et donc perte totale de la caution de ces textes pour justifier des actes pratiques. Cela a toujours été vrai dès le début , il y a 2000 ans et il n’y a pas eu d’adaptation ni d’assouplissement d’aucune sorte depuis. Les extrémistes irlandais n’ont aucun soutien théologique ni matériel du Vatican, mais au contraire de vigoureuses excommunications très réelles. Les conquistadors espagnols n’ont pas laissé d’école de pensée et personne ne se reconnaît dans leurs exactions vraies ou supposées. Les massacres accomplis au « nom du royaume du Christ » sont forcément des abominations puisqu’ils sont en contradiction formelle et complète avec les 4 Evangiles. Lisez-les… A la différence du Coran, le texte est parfaitement clair et sans ambiguïté, aussi bien dans la lettre que dans l’esprit. Le clergé, aussi haut placé soit-il, n’est pas au-dessus des textes fondateurs. Notez que les mujahidins sont au contraire les héros les plus glorieux, pour tous les musulmans, qu’il en a toujours été ainsi et surtout qu’il en sera toujours ainsi, puisque c’est présent dans la lettre, l’esprit et la nature des textes fondateurs. Jaurès dit : « Malgré tout ses efforts, l’islamisme radical est loin de battre les records des idéologies communistes, hyper-nationalistes ou colonialistes qui ont accumulé les génocides allant jusqu’à effacer certaines civilisations comme en Amérique ou en Australie. » Très partiale connaissance de l’histoire. Pour faire court, l’islam, grâce à sa plus grande ancienneté, a fait pire que chacune des autres idéologies en terme de victimes, à condition de rapporter cela au ratio des populations et civilisations rayées de la carte, vis-à-vis de la population mondiale à chaque époque concernée. Les 100 millions + de victimes du communisme sont donc dépassés « grâce » aux efforts de l’islam (inutile de dire islamisme radical, qui est rigoureusement la même chose). Le remarquable livre « Crépuscule de l’islam » de JJ WALTER, ancien de l’Ecole des Mines de Paris, comporte d’intéressantes données à ce sujet, et une analyse déroutante de pertinence sur tous les aspects spirituels de l’islam. Le livre de Mohammed Alcader, « le vrai visage de l’islam » est une lecture obligée pour tout musulman qui veut mieux connaître le fin mot de l’histoire sur sa religion. Ces 2 livres sont récents et apportent beaucoup. Le 2-ième est déjà un best-seller. Jaurès dit : « De la vigilance certes, mais pas de stigmatisation. Le pire n’arrivera peut-être pas d’où on l’attend. » C’est vrai, les voies de Satan sont presque aussi impénétrables aux pauvres humains, que celles du Seigneur. Luc Sembour

    19 mars 2006 à 23 h 55 min
  • Helios Répondre

    À Luc Sembourg. Je partage largement votre analyse. Remarquez que nous en sommes encore au diagnostic du mal et qu’il convient actuellement de le faire connaître et partager. Les politiques sont-ils sensibilisés à la question, veulent-ils savoir ou préfèrent-ils se voiler la face et laisser pourrir la situation? Tout porte à croire qu’ils ne savent pas comment agir et qu’ils n’ont reçu aucune préparation pour affronter les crises du type caricatures de Mahomet, d’où le cafouillage et les actions non coordonnées visant à calmer le jeu et éviter à tout prix de « jeter de l’huile sur le feu ». La surprise passée il devient évident que les démocraties occidentales se sont laissées « bousculer » de la même manière qu’un groupe de cadre d’entreprise se laisse bousculer par une bande de grévistes hargneux et décidés à en découdre. Il convient après l’évènement de faire l’analyse objective de ce qui s’est passé et de se préparer au prochain incident. L’expérience doit nécessairement porter fruit. Il faut par ailleurs apprendre à distinguer les nuances. Les musulmans ne sont pas un bloc monolithique. Le groupe comprenant islamistes fanatiques et « modérés » celui-là qui souffle constamment le chaud et le froid a pris l’avant-scène en tant que représentant de tous les musulmans mais dans les faits il ne l’est pas. Les musulmans tièdes ou non pratiquants ceux pour qui l’islam relève davantage du folklore que de la pratique religieuse sont nombreux mais étonnement silencieux. Autant et probablement plus que les non musulmans ils vivent dans la peur. Fondamentalement ils ne se sentent à l’aise que dans un contexte de laïcité et de démocratie, ils abhorrent la charia et les imams leur donnent des boutons. Il convient de les rejoindre sincèrement et de les aider à briser leur isolement. Contrairement aux chrétiens ou aux juifs proférant l’indifférence religieuse,les musulmans non pratiquants subissent l’opprobre et sont victimes de harcèlement de la part des fondamentalistes Ces musulmans de nom et non de fait ont été ignorés pour ne pas dire abandonnés par toute la classe politique, la polarisation actuelle les met dans une situation inconfortable; suspects d’un bord parce que musulmans, honnis et menacés de l’autre pour leur orientation laïque, ils n’ont d’autres choix que de se tenir tranquilles. Quand les supposés défenseurs de la démocratie, de la laïcité et des droits humains relativisent leur mission et se compromettent avec l’absolutisme religieux, le message que les musulmans non pratiquants reçoivent est celui-ci: « la république ne vous protégera pas dans les moments difficiles! » La menace que fait peser le fanatisme islamique sur les institutions démocratiques, la laïcité et les droits humains est d’autant plus grande que ce même fanatisme a appris à se servir habilement des leviers politiques et à emprunter les canaux légaux pour parvenir à ses fins. C’est en se faisant reconnaître comme le représentant légitime de tous les musulmans qu’il parvient à faire avancer son agenda au détriment de la société civile. Il y a donc lieu de mettre tout en oeuvre pour ébranler sa position. Il n’est pas trop tôt pour agir, mais au préalable il faut établir les ponts avec les musulmans démocrates et laïcs. Helios

    19 mars 2006 à 22 h 54 min
  • Truth Répondre

    Essayez d’être plus sincères avec vous même, si vous présumez être bien informé sur les principes et les fondements de l’Islam, vous n’auriez jamais pu avancer de tels propos.

    19 mars 2006 à 22 h 24 min
  • Action-Réaction Répondre

    Excellente synthèse de Luc Sembour. Et lorsque l’on se penche sur le coran, sur son contenu doctrinal, on en arrive aux conclusions suivantes : islam et démocratie sont totalement incompatibles. Vouloir appliquer la laïcité aux musulmans est une vue de l’esprit. Bref, en Occident, seuls les ex-musulmans devenus sincèrement apostats devraient être acceptés.

    19 mars 2006 à 21 h 27 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    A Mohamed, à qui voulez-vous faire croire à un islam pacifique et tolérant. Il l’est, certes, dans les pays où il n’est pas majoritaire. Mais, dès lors que la chari’a est établie dans un pays, ce n’est plus la tolérance à l’égard tant des Juifs et des Chrétiens que des polythéistes, et, bien entendu des mécréants. Un exemple, en Afghanistan, où, depuis que les taliban ont été obligés de déguerpir (pas complètement), la Constitution de janvier 2004, votée « démocratiquement » a rétabli la chari’a. Un certain Abdul Rahman vient de s’en apercevoir à ses dépens. Ayant décidé de se faire chrétien, il vient d’être condamné à mort et ne pourra échaper au châtiment que s’il décide d’embrasser à nouveau l’islam. Comme l’a dit le procureur : »Il s’agit d’une attaque contre l’islam … ». Je ne dis pas qu’il n’y a pas de « musulmans tolérants ou pacifiques », mais je dis que, dès lors qu’un musulman applique à la lettre les règles de l’islam(1), il ne peut plus être ni tolérant, ni pacifique, dès lors qu’il les voit bafouer. En tout cas, voilà un exemple où l’islam ne ne montre pas tolérant à l’égard d’un « non-musulman » … Souhaitons simplement pour le malheureux renégat que ses juges nous démontrent le contraire. En lui redonnant la liberté. Une liberté sans doute d’émigrer car sa famille qui l’avait dénoncé ne l’épargnera peut-être pas ! Comme si un super-Claudel (qui n’était pas lui-même un « tolérant » (2)) musulman avait balayé toute tolérance en disant « La tolérance, il y a des maisons pour cela ! » Bien cordialement à vous, Jean-Claude Lahitte P.S. Tout à fait d’accord avec vous, les caricatures danoises (mise à part celle sur les « houris », et encore ? manquaient d’humour et de finesse. Mais comme je ne connais pas le Dannemark ! Convenez quand même que les réactions, plusieurs mois après leur parution, laissent supposer que les réactions ont été plus ou moins téléguidées. Comme l’ont été, me semble-t-il, celles des « étudiants » qui ont mis du temps avant de descendre manifester contre le CPE… (1) je rappelle que le Coran ayant été dicté par Dieu, nul ne peut s’arroger le droit de l’interpréter. Et reconnaissez que, malgré toute sa poésie, le Livre Saint ne ménage ni les Chrétiens, ni les Juifs, ni les polythéïstes, etc. (2) on l’a vu dans la façon dont il a traité sa soeur après sa liaison (« impure » ?) avec Rodin …

    19 mars 2006 à 19 h 58 min
  • Mancney Répondre

    Remarquable, Luc Sembour, remarquable. Best, Mancney

    19 mars 2006 à 19 h 04 min
  • Luc Sembour Répondre

    Quelques remarques : Toute analyse de l’islam par un esprit occidental est forcément teintée par une perception judéo-chrétienne, ce qui empêche toujours la bonne compréhension et la perception de la réalité incroyable de cette idéologie , telle que la connaissent bien les libanais chrétiens par exemple. Pierre LASSIEUR est plein de bonne volonté et son article est meilleur que d’autres mais il ne perçoit pas encore assez la profondeur de ce qu’est l’islam. « Les excuses danoises et européennes » : Bien sûr qu’il fallait se retrancher derrière l’impossibilité catégorique, et absolue de supprimer en occident la liberté d’expression. Cela aurait été une bonne occasion (maintenant perdue) de renforcer au contraire, cette liberté d’expression, laquelle est donc un peu plus proche de sa disparition possible. « Les islamistes sont peu doués pour l’autocritique. Leur calme et leur indifférence auraient été plus convaincants »: Mais pas du tout. L’autocritique est antinomique à l’islam. C’est une notion aussi parfaitement ETRANGERE à l’islam que le mot parfaitement puisse receler de sens. Il n’est donc pas question d’être doué ou pas. De plus, l’association du calme à l’indifférence signifient la mort de l’islam et ne seront donc jamais à l’ordre du jour. Enfin, l’islam ne cherche véritablement à convaincre que les très faibles. Il sait parfaitement qu’il n’a aucune chance contre les autres et donc ne progresse que par la force et la contrainte. Et là justement, il est très convaincant : la preuve ? Eh bien les excuses des danois et de Solana précisément. Elles n’auraient jamais été obtenues par le calme et l’indifférence. Soyons réalistes… « la violence… on est porté à se demander s’ils ne constituent pas un reflet d’un des aspects de la vie de Mahomet ». Ouf… quelle prudence ! Les historiens les plus « aguerris » ne sont pas du tout convaincus de l’existence historique de Mahomet, à la différence de celle du Christ par exemple. En tout cas, si Mahomet (Muhammad) a vécu, il est certain que le Coran fixé aujourd’hui à la virgule près, est très différent de celui qui est tombé de ses lèvres, à condition qu’il ait jamais su ce qu’était le Coran. Il existe cependant un Mohamed « synthétique » de légende recréé par les 1600 000 Hadiths (geste de Mohamed) De tous ces Hadiths les seuls un peu crédibles et susceptibles d’être d’authentiques relations de la vie du vrai Mohamed, sont ceux de 2 historiens sérieux, Muslim (mort en 875) et Al Boukhari (mort en 870). Heureusement, ces 2 historiens sont les plus universellement respectés par TOUS les musulmans du monde entier qui révèrent à travers leurs écrits, avec un immense respect et une étonnante dévotion le prophète Mahomet, surnommé « le beau modèle ». Or celui que décrivent Muslim et Al Boukhari est , pour utiliser un vocabulaire châtié et en dessous de la réalité, une véritable raclure humaine, un salopard incroyablement vicieux, dépravé et sadique, qui alla de meurtres prémédités avec tortures parfaitement gratuites en razzias hyper-violentes, pillages sanglants, prises d’otages sans gloire, génocides locaux haineux, crimes de guerre caractérisés, multiples viols et actes pédophiles gravissimes sur mineures de moins de 10 ans. Mohamed était toujours le premier à mettre la « main à la pâte » et n’était nullement débordé par ses troupes, qui sont spécifiquement rapportées pour avoir été scandalisées par les exactions de leur chef et avoir parfois tenté de freiner ses débordements et ses ordres inhumains. Les actes de barbarie d’un Fofana, musulman dévot, sont de pâles images de ceux de son maître à penser. Voilà pour le Mohamed « synthétique ». Le vrai était-il aussi méchant? A-t-il même seulement vécu ?Quelle importance, puisque c’est celui de Muslim et d’Al Boukhari qui est « le beau modèle » de TOUS les musulmans, sunnites comme chiites. « les terroristes islamistes se précipitent dans la mort horriblement à nos yeux » : mais pas du tout ! Depuis quand souffre-t-on de l’explosion de 3 kilos d’explosifs répartis dans sa ceinture ? au point que le plus gros morceau de chair restant moins d’une seconde après le déclenchement, fait moins de 10cm ? Les « martyrs » de l’islam n’ont absolument aucun courage, jamais, et sont au contraire des couards et de minables lâches sans aucune dimension pouvant susciter l’admiration. Ils filent à la première occasion aussi loin que les portent leur passeports et leur argent de peur d’être pris vivants et d’avoir à souffrir. Ce sont les victimes, ceux qui tiennent tête à l’islam et regardent l’extrême souffrance en face qui sont à admirer. Avez-vous jamais vu un musulman se constituer prisonnier pour témoigner haut et fort de la beauté de sa foi ? Même en France où, dans le pire des cas, ils ne risquent guère que 20 ans de prison (presque confortables), ils font tout pour fuir, au lieu de témoigner sur le plan théologique et idéologique. Avez vous jamais vu agir un musulman des quartiers difficiles ? Il ne s’attaque qu’aux cibles faciles et sans risque et reste pour les autres exclusivement en bandes organisées, aussi nombreuse que l’exige la proie désignée, ayant bien trop peur de prendre une copieuse dérouillée dans tous les autres cas. Le combat loyal, n’est absolument pas connu à aucun endroit du Coran et dans aucun épisode de la vie de Mahomet au fil des Hadiths de Muslim ou d’Al Boukhari. Pourquoi souffrir plus que le « beau modèle » ? La traîtrise musulmane n’est pas une notion hollywoodienne, ou une invention chrétienne. …« Dieu est miséricordieux ». Aucune similitude entre ce mot et l’acception occidentale. De plus il est exact que toute miséricorde, s’il y en avait une, ne pourrait pas s’appliquer aux non-musulmans. … « si les musulmans modérés… » Distinction habituelle et presque générale entre les musulmans et les islamistes, pur produit de la taqiyyah, (le mensonge obligatoire). Il n’existe aucune différence de nature entre les deux sortes de mahométans, si ce n’est que tout musulman peut devenir islamiste actif et tout islamiste actif peut devenir un paisible musulman qui se repose et attend… Il faut savoir que chaque musulman est de toutes façons un islamiste passif, qui ne condamne que du bout des lèvres et acculé au pied du mur, les exactions des actifs mais subventionne activement leurs mouvements, à la mesure de ses moyens, parfois considérables. Luc Sembour

    19 mars 2006 à 17 h 07 min
  • Mancney Répondre

    Helios, ravi de vous avoir tendu la perche. Best, Mancney

    19 mars 2006 à 15 h 26 min
  • Helios Répondre

    À Mancney, « Boff, il vous fait vraiment peur? » La réponse est franchement oui, il faut poser la question à Taslima Nasrin, Salman Rushdie, Naguib Mahfouz, Irshad Manji, Ayan Hirsi Ali, Ibn Warraq et bien d’autres pour comprendre que la peur d’être physiquement liquidé fait désormais partie intégrante de leur quotidien. Théo Van Gogh a ignoré la peur et l’a payé de sa vie, il n’est malheureusement pas le seul. Il faut poser la question aux 10 millions de coptes d’Égypte, ils vous répondront que la peur ils la vivent depuis quatorze siècles et qu’elle est désormais inscrite dans leurs gènes. Je conseille aux français de s’instruire auprès des coptes pour apprendre à vivre avec la peur, ils risquent fort de devoir d’ici quelques années mettre en application ce qu’ils auront appris. La peur d’Allah la terreur qu’inspire sa colère (celle de ses défenseurs en particulier) l’observance obsessionnelle des rites, des codes vestimentaires et des interdits de toutes sortes sont à la base de l’islam. Le musulman est celui qui se soumet non celui qui adhère! Certains prétendent que l’islam est inadapté à notre époque et qu’il s’agit d’une religion du moyen âge, dans les faits l’islam est une religion inadaptée dès l’origine même pour les arabes du temps de Mahomet, leurs tribus ne se sont soumises que par la peur, seule une petite minorité s’est convertie par conviction mais surtout par goût de la domination et du pillage. La civilisation musulmane s’est développée malgré l’islam et en grande partie contre lui, la majorité des penseurs et des poètes du moyen-âge musulman, très souvent au péril de leur vie, se sont montrés ouvertement critiques à l’égard de leur religion. Ils ont appris à vivre avec la peur, ils ont même été crucifiés, décapités ou brûlés vifs pour avoir dénoncé l’islam. C’est pourquoi les vrais musulmans ne citent jamais leurs auteurs, ils n’ont que le coran et les hadiths à la bouche. Leur patrimoine littéraire est repoussé comme non conforme à leurs croyances, même les mille et une muits! Imaginez les français gommer Voltaire Rousseau Montesquieu Diderot… Cela vous donne une idée de l’ampleur de la « dérive islamiste ». Helios

    18 mars 2006 à 21 h 50 min
  • Mancney Répondre

    Ecellent commentaire, Helios, thanks. Un detail : « sa capacité d’inspirer la peur mais non le respect. » Boff, il vous fait vraiment peur? Best, Mancney

    18 mars 2006 à 18 h 41 min
  • Helios Répondre

    L’islam est confronté à un dilemme, s’il acceptait de se moderniser ce qui en pratique signifie devenir une religion exclusivement personnelle, accepter l’examen critique des textes fondateurs dont le coran et pratiquer un véritable oecuménisme; il se retrouverait dans la même situation que le catholicisme: submergé par la laïcité, affaibli par la désaffection des fidèles et la perte d’influence politique. Sa situation serait même plus catastrophique à cause du retard des pays musulmans en terme de développement économique scientifique et humain. À l’inverse s’il poursuit sa trajectoire fondamentaliste il se retrouverait de plus en plus en rupture avec la modernité dont il ne peut arrêter l’élan à moins de la submerger totalement. S’il ne réussit pas à dominer le monde l’islam des fondamentalistes est condamné à l’échec et à la disparition. Les musulmans « modérés » sont à la croisée des chemins, entre la modernité et le fondamentalisme il n’y a pas de voie intermédiaire, il y a seulement l’immobilisme agrémenté par l’espoir que le temps et la démographie jouent en leur faveur. L’affaire des caricatures est éloquente sur ce point: elle démontre à la fois la force de l’islam et son point faible, sa capacité à intimider et sa vulnérabilité à la critique, son potentiel de violence et son impuissance à convaincre, sa capacité d’inspirer la peur mais non le respect. C’est dire combien les assises sur lesquelles il est bâti sont fragiles. Dans cette optique accorder la miséricorde aux non musulmans serait pour l’islam relativiser le dogme, reconnaître l’égalité fondamentale des croyants et des non croyants et par le fait même tolérer « l’impiété », en d’autres termes demander à l’islam de se renier. C’est pourquoi les « musulmans modérés » tout en se montrant « ouverts et tolérants » ne peuvent pas, sans remettre en question leurs croyances, accepter que leur religion renonce à la suprématie. Cela me rappelle ces deux vers de Pierre Corneille qui s’appliquent si bien à l’islam dit « pacifique » et « tolérant »: Sa douceur n’a jamais qu’un mouvement contraint S’il ne craint, il opprime; et s’il n’opprime, il craint. Pour l’occident, face à l’islam les choix ne sont pas nombreux, se faire respecter ou se laisser opprimer. Helios

    18 mars 2006 à 5 h 53 min
  • grandpas Répondre

    Tiens un ami à Tizi,mais la version légére ou Takïa.Il n’y a pas d’islam modérée mais une communauté d’idolâtres voulant dominé le monde au nom d’un dogme moyenageux et totalitaire,essayez donc d’ecrire sur des sites musulmans les commentaires que nous nous permettons ici.Alors que vous cher Mohamed,vous pouvez vous exprimer librement,là est la différence entre vous et nous.

    17 mars 2006 à 21 h 10 min
  • Florent Répondre

    A l’ami Mohammed ( Bouyeri, l’autre grand humaniste de ce siècle? ): Et oui! la misericorde s’applique aussi aux non musulmans! Dan l’Islam les valeurs de tolerances, de respects, envers les membres de la communauté religieuse comme envers la communauté humaine (toutes tendances religieuses confondues) sont fondamentales. Ah, ah, ah, vraiment très drôle, sans doute le meilleur gag depuis la défense de la « religion d’amour et de paix » d’un élu UMP ( parait-il de droite! ). D’ailleurs, il est notoirement connu que juifs et chrétiens ne subissaient aucune discrimination sous les divers jougs musulmans et que les apostats ne risquent strictement rien dans leurs pays, surtout en Arabie Saoudite et en Iran. Sacré momo! Vous nous faites croire, à travers cet article pas si original que ca (une sorte de pamphlet à la oriana fallaci mais en soft) que les caricaturistes etaient de fins et sages observateurs qui ont contribué à la revelation de l’enigmatique violence, presumée ou non , qui pourrait, vous posez la question, etre l’essence meme de la religion. Ben, je crois que le but est assez réussi et que ça se rapproche un chouia de la vérité. Et pour l’originalité, on en reparlera quand Chichi, Sarko, Jospin, Aubry et les autres auront finit de nous faire croire que l’islam n’est que paix et amour et qu’il faut l’intègrer à notre civilisation (laquelle a d’ailleurs été suffisament dévalorisée depuis trente ans pour cela ). Arretez s’il vous plait, les aricaturistes se sont servis d’un stereotype completement idiot qui fait le tour du monde sur l’islam! Ils n’ont pas été plus fin qu’un humouriste qui montre ses fesses pour faire rire! Renseignez vous sur la religion au lieu de jouer l’intellectuel original! Un stéréotype…pleinement confirmé par l’ensemble des réactions très démocratiques des populations musulmanes de la planète, depuis les casbahs d’Afghanistan jusqu’aux faubourgs de ce qui fut la France. Quant aux humoristes fins, sans doute l’ami Dieudo ( islamophile notoire donc une idole potentielle pour vous ) est-il une grande référence. Et personne ne joue ici, même s’il est vrai qu’on s’amuse beaucoup au vu de réactions comme les votres. Au fait, avez-vous lu Fallaci? Et Dantec? Et Huntington? Et Lewis? Et Houellebecq? Non, sans doute trop islamophobe, beurk alors!

    17 mars 2006 à 14 h 47 min
  • Jaures Répondre

    Ce n’est pas telle ou telle religion qui soit intrinséquement beliqueuse mais toute idéologie (y compris laïque) prétendant à la vérité absolue. Les chrétiens ont également eu leurs extrémistes, l’histoire fourmille d’exemples de massacres accomplis au « nom du royaume du Christ ». Le récent terrorisme catholique Irlandais (et la répression protestante) est encore dans les mémoires. Malgré tout ses efforts l’islamisme radical est loin de battre les records des idéologies communistes, hypernationalistes ou colonialistes qui ont accumulés les génocides allant jusqu’à effacer certaines civilisations comme en Amérique ou en Australie. De la vigilance certes, mais pas de stigmatisation. Le pire n’arrivera peut-être pas d’où on l’attend.

    17 mars 2006 à 13 h 57 min
  • TL Répondre

    pour reprendre les propos de mme Delcambre, dans cette bhistoire, ce sont les musulmans modérés qui mentent sur le contenu du coran… Pour compléter M. Lahitte, le shirk, l’association ( la trinité des chrétiens est le seul péché que Allah ne pardonne pas. Avis aux mécréants amateurs…

    17 mars 2006 à 13 h 25 min
  • Aude Répondre

    Momo, Momo, Momo… Comment vous dire ? Vous m’avez presque l’air sincère. Comment voulez vous nous faire croire que votre prophète était pacifique alors ses disciples se font exploser pour se taper 40 000 houris au paradis ??? Où étiez vous lorsqu’il y a eu le 11 sept, le 11 mars, les attentats à Bali, les attentats à Casa ? Vous avez défilé dans la rue pour dire non aux attentats ? Je crois bien que la réponse est non malheureusement… Quant à cette fameuse miséricorde envers les autres… Les juifs et les chrétiens auront le droit de se soumettre pour avoir le statut de dhimmi. Mais les autres ? Les hindouistes, les buddhistes… Ils représentent 20 % de la population mondiale. Qu’est-ce que l’islam préconise pour eux ? Vous et moi connaissons très bien la réponse…

    17 mars 2006 à 11 h 05 min
  • Jean-Claude Lahitte Répondre

    Pour compléter l’excellent « papier » de Pierre Lassieur, je livrerai ci-dessous quelques citations » : « Ceux qui afforment que Mahomet était un pacifiste sont des menteurs et des incultes.Il a usé de la violence et l’a prêchée ». (Mohamed Bouyeri, assassin – présumé, comme on dit – du cinéaste hollandais Theo Van Gogh, le jeudi 2 février, à l’ouverture de son procès). A ma connaissance, aucun ayatollah n’a adressé de fatwa à l’encontre ce ce « blasphémateur ». Il est vrai que s’ils mettent autant de temps que pour l’affaire des caricatures danoises (parues en septembre dernier !) … « Depuis l’affaire des caricatures, je dis quelque chose que personne ne comprend. Il y a un carré de musulmans, un carré d’islamophobes et, au milieu, un carré de non musulmans neutres. Il faut trouver un moyen pour les attirer… » Amr Hhaled sur la chaîne intégroiste Igra (03/03/06) en prônant la patience et … l’infiltration « Nous conquerrons la France avec les ventres de nos femmes » (Houari Boumedienne). C’était à l’époque, ooù, sans doute pour faciliter la réalisation de cette prophétie très « djihadienne », le tandem Giscard faisait voter, presque dans la foulée la loi sur le regroupement familial et l’IVG. Une IVG dont on reproche aux prêtres catholiques de la dénoncer, mais jamais aux rabbins et encore moins aux imans ! Touche pas à mes potes ? « Ils (les Occidentaux) nous ont pris nos richesses. Maintenant, nous devons travailler chez eux (NDRL. façon de parler quand ont sait que les immigrés à majorité « musulmanes » figurent majoritairement parmi les chômeurs assistés) chez eux (NDRL rien ne les a forcés à venir chez nous, sinon la misère chez eux après un siècle, parfois davantage d’indépendance !)pour faire les travaux qu’ils ne veulent pas faire (NDLR. patience, c’est en train d’évoluer, comme on le voit chez les éboueurs !)… Nous avons le droit de prendre leurs biens, nous avons le droit de prendre leurs femmes ! » Un iman maricain sur ARTE, 28/02/06 « L’islam ne rentre pas, au sens strict du terme, dans l’acception du mot de religion… Ceux qui croient que seuls les bons musulmans sont ceux qui fréquentent les mosquées sont de gros ignorants. Etre musulman, c’est avant tout vivre selon des prescriptions des lois, des meurs dictées par le Coran et selon le modèle de Mahomet. C’est affirmer l’unicité de Dieu et qu’il n’y a qu’eun seul péché, celui de ne pas l’affirmer. » Tariq Ramadan, professeur de Faculté, ayant acquis la nationalité suisse.(NDRL. c’est sur le point de l’ « unicité » que les Catholiques, avec leur « Dieu en trois personnes, sont le plus vilipendés par les musulmans, pratiquants ou non) Fin des citations. A chacune et à chacun d’en tirer les conclusions. Bien cordialement, Jean-Claude Lahitte

    16 mars 2006 à 17 h 18 min
  • Florent Répondre

    Bien d’accord avec cet article sauf que, à mon avis, c’est une illusion que d’attendre des musulmans qu’ils réforment l’islam et en extirpent l’extrêmisme. A l’origine une religion n’est pas réformable, juste ajustable ( comme le catholicisme ) et de toute façon, l’islam non violent n’est plus le vrai islam. Et les musulmans modérés ne sont qu’une minorité, que l’on ne met aucunement en valeur d’ailleurs. Ici, la responsabilité des dirigeants zéropéens est en effet écrasante.

    16 mars 2006 à 12 h 26 min
  • MOHAMED Répondre

    Bonjour. Et oui! la misericorde s’applique aussi aux non musulmans! Dan l’Islam les valeurs de tolerances, de respects, envers les membres de la communauté religieuse comme envers la communauté humaine (toutes tendances religieuses confondues) sont fondamentales. Vous nous faites croire, à travers cet article pas si original que ca (une sorte de pamphlet à la oriana fallaci mais en soft) que les caricaturistes etaient de fins et sages observateurs qui ont contribué à la revelation de l’enigmatique violence, presumée ou non , qui pourrait, vous posez la question, etre l’essence meme de la religion. Arretez s’il vous plait, les aricaturistes se sont servis d’un stereotype completement idiot qui fait le tour du monde sur l’islam! Ils n’ont pas été plus fin qu’un humouriste qui montre ses fesses pour faire rire! Renseignez vous sur la religion au lieu de jouer l’intellectuel original!

    16 mars 2006 à 12 h 17 min
  • Mancney Répondre

    Merci pour cet article. Une remarque : « Les Danois ont présenté excuses sur excuses » Vous voulez dire le « Jyllands-Posten », a présenté des excuses, mais a ma connaissance, le chef du gouvernement, Anders Fogh Rasmussen, et donc le peuple Danois, ne l’a jamais fait. Et cela fait une « énorme » différence. Best, Mancney

    15 mars 2006 à 15 h 51 min
  • sas Répondre

    L’affaire des carricatures de mahomet , n’est qu’un tour de chauffe….avant les frappes americaines ou israeliènes sur l’IRAN….l’opération de Me Eldrupp(redactrice du journal) dont le mari appartient au « bildeberg groupe », à juste testé les occidentaux sur leur mobilisation et s’attacher leur solidarité forcée, pour la suite des évennements assurément en marches…. Pour bien comprendre dans quel climat politique et guerrier nous sommes, aller sur le site de jean pierre petit chercheur(maitre de recherce) au CNRS….prendre connaissance des explications sur le DOSSIER DU SOUS MARIN RUSSE LE « kourks »….c’est édifiant et cela ce passe en ce moment… sas le libre penseur.

    15 mars 2006 à 12 h 28 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *