multiculturalisme, immigration, réislamisation

Posté le 01 juillet , 2010, 9:38
41 secs

Quand le nihilisme des jeunes de banlieues (voir le clip ci dessous) sera instrumentalisé par l’islamisme

“Y’a que les putes qui écartent”. C’est par ces mots que débute la chanson du groupe de rap cavaillonnais Cirdo (avec ADN).


Mais, paradoxalement, ce ne sont pas tant les paroles qui font polémique que les images du clip, tourné dans la cité du Docteur-Ayme, à Cavaillon, et diffusé sur Internet via Youtube.

Les 4 minutes 50 de la vidéo sont une longue suite de plans sur les rappeurs du groupe, entrecoupées de scènes (fictives) d’une rare violence.

Un corps jeté dans la Durance

Parmi elles, le passage à tabac en règle d’un jeune homme dans un cave, dont le corps est jeté ensuite par le pont surplombant la Durance. La séquence où un des rappeurs fume un joint de cannabis face à la caméra ou celle au cours de laquelle une voiture explose (grâce à de grossiers effets spéciaux). Sans oublier les nombreuses scènes de “rodéo” sur des motos…

Le réalisateur, originaire de Salon-de-Provence, a été placé en garde à vue mardi soir, avant d’être relâché hier matin.

Le Dauphiné Libéré vu ici

Répondre

  • (pas publié)