N’oublions pas Asia Bibi

Posté le février 20, 2011, 12:00
5 mins

Début janvier, le Pakistan a décrété trois jours de deuil national suite à l’assassinat du gouverneur du Pendjab par un de ses gardes du corps qui a accompagné son geste par le cri « Allah Akbar » (Dieu est le plus grand).

Les politiques ont malheureusement été fort discrets sur les motivations de ce crime. Le gouverneur Salman Taseer voulait amender une disposition du code pénal indiquant que toute offense au prophète Mahomet était passible de la peine de mort.

A quelle occasion ? Pour défendre une chrétienne nommée Asia Bibi, condamnée à la pendaison, le 8 novembre dernier, par un tribunal local.

Quel crime avait commis Asia Bibi ?
Asia Bibi, 37 ans, est chrétienne et mère de plusieurs enfants. Un jour de juin 2009, alors qu’elle travaille aux champs en compagnie d’autres femmes, un incident survient. On demande à Asia d’aller chercher de l’eau mais quand celle-ci s’exécute, les autres femmes refusent de toucher au liquide qu’elles estiment «impur». S’ensuit une conversation animée autour de la religion. Alors qu’Asia est pressée par ses collègues « de renoncer à sa foi chrétienne et d’embrasser l’Islam », elle aurait fait l’erreur de risquer une comparaison entre Jésus et Mahomet. « Qu’a fait ce dernier pour les hommes, quand Jésus s’est sacrifié pour les péchés des hommes ? », lance-t-elle en substance à ses contradicteurs.
Il semble qu’après cette discussion, Asia Bibi a été prise à partie par une foule agressive. Elle se réfugie alors auprès de la police qui, sous la pression de la foule, se retourne contre elle en l’arrêtant pour blasphème.

Pendant plus d’un an, Asia Bibi a été maintenue en détention… jusqu’à ce jugement la condamnant à la peine capitale. Au Pakistan, les lois anti-blasphèmes qui existent servent surtout, d’après les associations chrétiennes, à persécuter leur communauté estimée à environ trois millions de personnes.

Plusieurs associations, chrétiennes, sont intervenues : c’est en effet la première fois qu’une femme est condamnée à une telle peine pour ces faits.

Le gouverneur Salman Taseer avait rendu visite en prison à Asia Bibi pour la défendre et faire amender la loi sur le blasphème, avec le soutien de l’ancien ministre de l’Information Sherry Rehman. Les partis islamistes ont alors manifesté contre le projet de loi et l’assassin du gouverneur s’est voulu le bras justicier de l’extrémisme.

Après l’attentat contre la cathédrale de Bagdad, après les attentats dont ont été victimes les Coptes d’Egypte, que fait l’Occident, à commencer par les Etats Unis qui se veulent les alliés du Pakistan ?

La France et ses alliés se doivent de demander la libération d’Asia Bibi. Nous faisons la guerre en Irak et en Afghanistan pour instaurer la démocratie : comment alors accepter de tels crimes ? Nous respectons l’Islam, mais ne soyons pas des pharisiens : nous devons nous élever contre les dérives criminelles de l’Islamisme pour éviter qu’elles ne s’amplifient.

Hubert Beaufort
Avec l’aimable autorisation de Radio Notre-Dame

5 réponses à l'article : N’oublions pas Asia Bibi

  1. Anonyme

    22 février 2011

    Xiste : " Que peut on dire quand on lit le commentaire du 20 Février, rien ou tout simplement… ,"
    –        …  ou tout simplement réfléchir un peu, et, si vous en etes capable, vous pouvez aussi essayer de démontrer ce qui est faux dans ce commentaire. Les critiques intelligentes et construites sont appréciées, just do it.
    Quant a subir chez nous, comme vous semblez le sous-entendre, l’immigration des envahisseurs arabes, africains, asiatiques, etc.., et quelque soit leur religion,  je pense que vous pouvez comprendre dans mon post précédent que si je souhaite que l’on respecte les gens et leur religion chez EUX, cela implique en corollaire que les étrangers, qui seraient éventuellement de passage chez nous, DOIVENT ipso facto respecter nos moeurs et notre religion chez NOUS (religions Judaique et Chretienne, comme notre civilisation Judéo-chrétienne), et sont donc invité a ne pas exposer ostensiblement d’autre foi ni culture qui, au de la d’une certaine mesure aujourd’hui largement dépassée, nuiraient a la cohérence de notre héritage. Ce n’est pas cela que vous demandez? Tant qu’il n’y a eu qu’une seule mosquée a Paris, et que les Arabes étaient peu nombreux, il n’y avait aucun problème, et en plus on avait un coin sympa pour inviter nos nanas a boire un excellent thé vert et déguster qqs macroutes.
    Mais vous pouvez toujours m’expliquer ou est le mal de faire chez autrui ce que l’on demande a autrui de faire chez nous.
     
    Et pour confirmer mes propos, je viens juste d’apprendre que les deux couples ricains voyageant a bord du yacht Quest rempli de Bibles qu’ils distribuaient dans leurs escales, et qui étaient Otages des Somali pirates, viennent de se faire exécuter, au milieu de leur Bibles. Quel gâchis!

    Meme Alain Gerbault, avant la guerre, déplorait deja les influences maladroites et les enseignements parfois involontairement néphastes de nos missionnaires dans le Pacifique : Foutez la paix au gens chez eux et, apres, armé de votre bonne conscience, faites vous respecter chez vous!

    Best,

    Mancney

    Répondre
  2. IOSA

    22 février 2011

    [email protected]

    Le courage commence souvent par de simples mots comme "DEGAGE" pour citer le mot clé d’une révolution qui se répand actuellement.

    Et accepter que le pire puisse exister ailleurs au motif qu’il soit dans un autre pays, est déjà l’acceptation évidente d’une future renonciation à se défendre. 

    Si nous n’avions pas accepté les dérives de l’ Islam dans les pays de l’Afrique du nord, croyez vous qu’il y aurait eu cette immigration islamiste en France ?

    Le débat actuel ne se poserait même pas !

    IOSA 

     

    Répondre
  3. xiste

    22 février 2011

    Que peut on dire quand on lit le commentaire du 20 Février, rien ou tout simplement, j’espère que vos abatis sont bien à l’ abri car les musulmans eux se moqueront bien de votre rhétorique si vous ne levez votre derrière comme eux et cela 5 fois par jour.

    Répondre
  4. IOSA

    20 février 2011

    Sans détours cousin Hubert, je m’associe à votre revendication contre la sauvagerie dont preuve les islamistes analphabètes.

    Mort à l’ Islam et à son prophète pédophile !!!

    IOSA

     

    Répondre
  5. Anonyme

    20 février 2011

    "Au Pakistan, les lois anti-blasphèmes qui existent servent surtout, d’après les associations chrétiennes, à persécuter leur communauté estimée à environ trois millions de personnes."

    –          Rien n’empeche un croyant de prier dans la religion du lieu ou il se trouve. C’est uniquement une question culturelle, c’est un choix personnel, et Dieu s’en fout completement – éventuellement, il appréciera la souplesse et l’intelligence du croyant. Par contre, emmerder toute une communauté asiatique, musulmane ou autre, chez elle, sous prétexte que le Christ s’est suicidé il y a 2000 ans en ne cherchant pas a échapper aux politiques juifs et romains, c’est quand meme d’un gout douteux, non?
    Les Pakistanais ne veulent pas de Christianisme chez eux…. tout comme des millions de franchouilles braillards ne veulent pas d’Islam chez eux. Ou est le probleme? Meme si c’est en général particulierement mal exprimé, tous les deux ont raison.
    Avec des millions de passagers de transports aériens par jours, les échanges raciaux et culturels humains sont largement remplis sur la Planete et les minorités n’ont plus besoin d’assurer ces roles qu’elles avaient auparavant; aujourd’hui, a part de constituer des graines de conflits potentiels et de créer de la destabilisation sociale, leur temps est révolu!
    Le temps des missionnaires est terminé!

    Best,

    Mancney

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)