Obama, l’islamisme démocratique et l’eschatologie.

Posté le décembre 23, 2011, 12:00
9 mins

Obama, l’islamisme démocratique et l’eschatologie.

Lève-toi, Barak, et emmène captifs tes captifs !
Juges, 5, 12.

Jean-Marie Le Pen se demandait récemment qui a intérêt à voir triompher l’islam partout sur le pourtour méditerranéen. Car l’islamisme modéré – quel oxymore ! – triomphe avec l’aide de l’OTAN en Libye, en Tunisie, en Egypte, au Maroc maintenant. Voilà où nous en sommes, en attendant l’extermination des derniers chrétiens de Syrie par les futurs remplaçants du dictateur local qui, comme Saddam, s’appuyait au moins sur des chrétiens.

La promesse imposée par Obama d’élections en Egypte va, là aussi, amener au pouvoir les islamistes déjà occupés à liquider nos frères chrétiens orthodoxes, premiers et vrais occupants du pays. Les coptes devront fuir leur pays, mais nous devrons fuir le nôtre, si nous les laissons mourir, soyons-en sûrs : ce sera notre châtiment et il sera mérité. Depuis que les Etats-Unis, notre grand frère des libertés, a élu un musulman démocratique au pouvoir, nous devons nous attendre au pire. Même Thomas Friedman l’a compris dans le NYT : les islamistes sont sur un nuage depuis qu’ils savent qu’un des leurs est en place.

Ce n’est pas, d’ailleurs, qu’Obama ait caché ses racines et ses choix. Il a écrit un livre pour décrire son programme. Il a été précédé en cela par tous les illuminés du XXème siècle… Dans son très médiocre ouvrage Rêves venus de mon père (kenyan bien sûr, mais aussi musulman et ancien activiste Mau Mau…), on trouve ces phrases admirables que je laisse presque dans leur version originale.

« Je cessai de signaler (advertise) la race de ma mère vers l’âge de douze ou treize ans, quand je commençais à suspecter qu’en agissant de la sorte je me faisais bien voir (I was ingratiating myself) par les blancs ».

On est content d’apprendre qu’Obama n’aime pas se faire bien voir des Blancs. Au moins cela les encouragera à voter pour les pauvres républicains, toujours plus diabolisés ou ridiculisés par les médias, toujours plus dépassés aussi par les événements.

On trouve une autre phrase ambiguë et écrite dans ce léché et incertain baragouin du Mister President : « je trouvai une consolation (solace) en nourrissant un pénétrant (pervasive) sentiment de grief (grievance) et d’animosité contre la race de ma mère ». Cette pauvre femme ne trouve guère grâce aux yeux du Mister President ; en voici les raisons : « Il y avait quelque chose à son sujet qui me rendait méfiant (wary) : elle était trop sûre d’elle, peut-être et blanche ».
Enfin, se rappelant malgré tout de sa race, et après avoir indiqué combien il est important de « montrer de quel côté vous êtes, de montrer votre loyauté aux masses noires », Obama évoque l’islam. Et là, cerise sur le gâteau : « Je me dresserai aux côtés des musulmans, même si les vents politiques (should the political winds…) soufflent dans la mauvaise (ugly) direction ».

On comprend dès lors qu’à l’époque de Facebook et de l’iPod, de telles phrases fassent le tour du monde, surtout au Moyen-Orient, et qu’Obama favorise un nouvel élan national, non pas en Amérique, mais dans les pays arabes, un post-islamisme plus subtil que le précédent : l’homme au cimeterre entre les dents remplira plus tard les grands cimetières sous la lune de l’Europe dévastée.

Il est certain que l’Occident a décidé de mourir : l’Angleterre demande à la communauté blanche de ne pas réagir quand il y a des émeutes, l’Espagne a fait rentrer sous Zapatero cinq millions d’Africains sans travail, l’Allemagne a renoncé sous Schroeder au droit du sang, et le gouvernement italien de Goldman Sachs (voyez donc le site de Goldman Sachs et les positions affolantes de gauchisme de la monopolistique banque d’affaires sur l’antiracisme, la négation des nations et la théorie du « gender » !) en Italie va précipiter la même catastrophe dans la vieille péninsule : l’obstacle Berlusconi écarté, le président de la république demande là-bas que l’on naturalise tous les enfants nés en Italie, les Africains et les subsahariens représentant aujourd’hui 12% du total. Il faut payer nos retraites, précise l’impayable imbécile. La ligue lombarde menace, mais elle est bien seule et les italiens bien assoupis, comme nous Français dans notre mauvais rêve postmoderne.

Les mois qui viennent vont être captivants : rétablissement du califat dans l’espace mahométan et liquidation de notre monnaie inique et de notre situation économique. Devons-nous nous en plaindre ? Comme disait Guénon à la fin du Règne de la Quantité, la fin du monde moderne sera la fin d’une illusion. Mais je me demande si nous sommes prêts à affronter ce qui va se passer après.

7 réponses à l'article : Obama, l’islamisme démocratique et l’eschatologie.

  1. quinctius cincinnatus

    26/12/2011

    @ Grepon
    je croyais que nous étions déjà rendus dans l’ère "post-industrielle" …enfin c’est ce que disaient nos "cerveaux auto-proclamés" ( les citer tous serait fastidieux en oublier quelques uns serait malhonnête)

    Répondre
  2. Laudance

    26/12/2011

    Les Occidentaux en général et les Européens en particulier n’ont pas attendu après Obama pour entamer leur lent suicide qui est maintenant entré dans une phase accélérée. Mais il est vrai qu’avec un tel personnage à la tête des Etats-Unis, ceux-ci et leurs alliés n’ont plus besoin d’ennemis à l’extrieur, car ce demi Noir, demi Blanc est tout entier musulman et voué à cent pour cent, malgré ses tentatives de déguisement, à la destruction de notre civilisation. Au plus vite il disparaîtra, au moins il provoquera de dégâts et au mieux on se portera. Puissent donc les Américains, qui se sont égarés il y a trois ans, voter pour n’importe qui en 2012… sauf pour ce faux messie. N’importe qui ? Oui car, quel que soit le nouvel élu, il ne sera pas aussi nocif que ce prophète à la solde de l’islam.

    Répondre
  3. grepon

    25/12/2011

    Quinctius, je suis athee, techniquement, et d’aillieurs nous parlons dans ce fil d’aujourhui, et plus precisement d’une civilisation incapable de faire face a la modernite, et non pas des barbaries particuliere d’une ere pre-scientifique, pre-industriel, et j’en passe.   

    Il n y a pas de parallele qui tient entre les deux eres, vu que aujourdhui, dans ce monde post-agrarien, industriel, ou nous avons vu exploser tant les populations dans des regions tel que egypte ou meme gaza, qui sont incapables de se nourir au point ou ils en sont.   Ils font face a trop d’ignares, d’inutiles, enrages et affames dans le present, pour lesquelles les revenus du pays manque deja, pour ne pas parler d’un avenir ou le encore plus recent vague de denatalite va laisser ses regions plein de vieux (cons, de veritables) sans assez de jeunes capables (car la plupart sont enrages comme leur parents).     Le magreb est une catastrophe humaine de grosse taille, par ignorance voulu, choisi, d’un autre age.

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    25/12/2011

    @ grepon
    il serait juste (et utile ) de rappeler que les Chrétiens avaient …incendié et détruit la Grande  Bibliothèque d’Alexandrie  ( qui renfermait tous les trésors intellectuels du Monde Grec en particulier mathématiques)  bibliothèque crée par les Ptolémés ( famille de généraux macédoniens et  hétérois d’Alexandre le Grand )  , lapidé et brulé la plus grande mathématicienne de ce temps … C’était elle aussi une  religion … sémitique …  je veux dire par là "révélée" … les temps se répètent

    Répondre
  5. grepon

    25/12/2011

    Il y a une chaine de causalite qui explique la decheance europeenne, et Obama ne fait guere parti.    La denatalite europeenne, et l’implosion previsible de votre etatisme, a ete deja en route avant qu’il a mis ses pieds dans la legislature d’Illinois.  

    De meme la crise civilisationnelle au magreb a d’autres racines que l’arivee soudain de Barack Obama sur l’estrade en 2008.   Eux aussi sont incapable de faire face a un probleme demographique, enormement de jeunes et moins jeune gens incapables de produire quoi que ce soit, ou rendre services, que d’autres sont prets a payer pour.  Ils ne produisent pas, de loin, assez de bouffe chez eux pour pouvoir fiare manger a tous.  Alors ils importent…. jusqua 50% de leur graines en Egypte, pays qui n’exporte rien d’interessant, qui voit ses recettes touristiques plombes, sa tresorie virant au rouge a un moment ou credits a exportation vont etre difficile pour europeens et americains surendettes, et dizaines de millions d’idiots enragees prets a courir dans les rues, livrer la guerre a Israel(qui n’est pas a blamee de leur sort non plus), et meme detruire antiquites.   L’Institut d’Egypte a ete brule entierement l’autre jour, expres, par salafistes parait-il, avec centaines de milliers de records unique parti en fumee.

    Nous sommes responsables en Amerique et Europe que dans le sens que, nos deficites de nos etats-providences etant ce qu’ils sont, nous avons imprimer de l’argent(credit, pour etre precis) recemment, faisant augmenter les prix de vivres et matieres premieres de toutes sortes.    La stupidissime projet americain qui transforme graines en alcool pour bruler dans nos voitures a tres evidemment reduit l’offre, auigmentant encore les prix des graines.      Plus important encore, c’est la montee de la demande venant d’Asie, pour graines, certes, mais aussi de viandes qui demande 6 fois leur poids en graines pour produire.    Les asiatiques, voyez, ont trouve moyen d’eduquer et rendre utile leurs chere tetes brunettes dans l’economie mondiale, et ils mangeront, payant le prix qu’il faudrait. 

    Des egyptiens, et d’autres magrebains, risquent fort de crever de faim en grand nombres, et pas dans un avenir loitain.   Ils sont au bord de cette crise maintenant.     Le "arabe spring" a eu lieu grace, en grand partie, a ce probleme de prix des graines et carburants pour cuisiner, deja tres pressante pour une fraction importante des magrebains.

    Répondre
  6. midal45

    24/12/2011

    Il ne vous aura pas échappé que là où règne l’islam, les peuples obéissent au nom de leurs croyances religieuses, lesquelles ont beaucoup plus d’impact sur la conscience des gens que le simple respect de la démocratie. Et c’est justement ça que veulent les puissants du monde de toutes obédiences et croyances : une obéissance aveugle des peuples afin d’instaurer une gouvernance mondiale. Ce que n’ont jamais réussi les idéologies politiques, y compris le communisme, « religion athée », l’islam le servira sur un plateau à ces messieurs (du moins le pensent-ils). L’islam n’est l’ennemie ni de l’argent ni du luxe, ni de l’esclavage, ni de la féodalité. Elle est seulement l’ennemie de la liberté. Pour les élites mondiales, la gouvernance mondiale passera par la mise en place d’une religion unique, totalitaire et autoritaire (mais il se pourrait qu’elles se trompent et que tout ça se termine dans une immense déflagration qui remettra les pendules à l’heure… Car les peuples ne sont pas tous aussi mystiques et manipulables qu’il y paraît). Cette réflexion vous paraîtra peut-être stupide, mais je ne vois pas d’autre raison à cette obstination des démocraties de faciliter l’émergence de l’islam (fusse-t-il modéré, si ça existe) partout dans le monde et la substitution des populations dans les pays occidentaux.

    Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    24/12/2011

    Les Français ont la renommée ( plus ou moins méritée )  d’être nuls en géographie … mais que dire des Américains ? … lorsqu’on suit les débats du Parti Républicain il y a de quoi être … atterré  il ne s’agit plus d’une ignorance crasse mais abyssale … il est grand temps que ces ignares , ces incultes , ces hommes d’affaires (douteuses ) , ces financiers ( crapuleux ) quittent enfin le leader ship de la politique mondiale

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)