Refuser la lapidation ET construire des mosquées ?

Posté le août 31, 2010, 12:53
3 mins

Lu dans Sed Contra :

S « Il faut d’urgence qu’ils se mettent enfin d’accord, au sommet de l’Etat : soit l’islam constitue une religion “comme les autres” qui prêche l’amour, la tolérance et relève de la “sphère privée”, auquel cas on pourrait comprendre que notre premier ministre inaugure des mosquées, tandis que nos élites municipales facilitent ou financent l’achat des terrains et aménagent les horaires des piscines ou les menus des cantines scolaires ; soit l’islam intègre aussi un droit positif qui réglemente toute la vie familiale et sociale du croyant, y compris le mépris, l’enfermement et la lapidation des femmes accusées d’adultère, auquel cas François Fillon a tord, tandis que Sarkozy, son épouse et son ministre des Affaires étrangères ont raison d’en appeler aujourd’hui à l’Europe entière pour s’y opposer. […]

L’idée que la religion d’un homme relève de sa conscience individuelle – même si elle ne s’y limite pas – est une idée chrétienne […]. La doctrine de la distinction entre l’Eglise et l’Etat s’est beaucoup affinée au cours des siècles, sous l’action temporelle des princes et des constitutions, sans jamais se contredire. Or, cette distinction n’a aucun sens pour l’islam, quand bien même toutes les Républiques islamiques du monde proclameraient ensemble en un acte solennel la séparation du politique et du religieux. Un vrai Fidèle de Mahomet ne se posera jamais de questions sur le bien-fondé des règles sociales de la Charia et des principes politiques du Coran : confusion des intérêts de l’Islam avec ceux de l’Etat, justification de l’esclavage ou de la mise à mort pour les Infidèles, négation de la liberté et de l’égalité des hommes devant Dieu, assujettissement et mépris des femmes… A prendre ou à laisser, qu’on le veuille ou non ! Le Croyant qui cesserait de se soumettre à cet insécable (religion-droit public-droit privé) cesserait aussitôt d’être musulman. Nos protestations gouvernementales contre les lapidations en Iran n’ont donc strictement aucun sens, par rapport au bien commun national, si elles n’intègrent pas cette donne de ce que l’islam revendique depuis toujours pour lui-même, comme non négociable, des deux côtés de la Méditerranée. » vu ici

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)