Robert Menard ignore tout de l'UOIF

Posté le avril 28, 2011, 4:00
4 mins

Pour Ménard, les membres de l’UOIF « ne représentent pas un danger pour la démocratie »…

Robert Menard était à la « 28 eme Rencontre des musulmans de France » se tenant comme chaque année au Bourget et représentant le plus grand meeting musulman d’Europe avec plus de 80 000 visiteurs sur le dernier weekend d’avril. Nous avions découragé en 2009 Marcel Gauchet de venir à ce rendez-vous islamiste en détaillant le CV des invités, et nous espérions que Ménard se décommanderait de même, car on entame pas de dialogue avec les totalitarismes, on les combat. D’autant que les derniers congrès régionaux de l’UOIF à Mulhouse et à Lille, ont accueilli des antisémites partisans de  l’élimination physique, comme Safwate Hijazi (notre enquête) et Ikrima Sabri (notre enquête). En 2009, c’est le chef des Frères Musulmans kowetiens, Tareq Al-Suwaidan qui fut ovationné au Bourget pour avoir rappellé la prophétie de Mahomet selon laquelle Rome  serait conquise après Constantinople…Aucun journaliste n’avait évoqué notre mise en garde, co-signée avec les plus grands spécialistes de l’islam.

Déjà, en 1992, le dirigeant des Frères Musulmans algériens, Mahfoud Nahna, fut l’invité du même congrès. Les dirigeants des Frères Musulmans Tunisiens du parti islamiste tunisien Ennahda (La Renaissance), Rached Ghannouchi et Abdelfettah Morou furent également présents cette année (Mourou  ne se cachait pas d’instrumentaliser le « processus parlementaire » pour des « raisons tactiques », islam et démocratie occidentale étant « antinomiques » (propos issus d’ une vidéo que révéla l’hebdommadaire Le Maghreb en juin 1990) ? Quel dialogue entamer avec l’imâm de Bordeaux Tareq Oubrou qui est capable d’affirmer tout et son contraire (sur le Califat, la laicité, la dimension politique de l’islam, le voile…) suivant qu’il parle à ses fidèles ou à des journalistes  (Lire mon enquête sur l’islamiste Oubrou) en vertu de la ruse de guerre chère aux sunnites ? A quoi sert de discuter avec un Hani Ramadan favorable à la lapidation ? Etre à la même table que Essam Al-Bachir, leader des Frères Musulmans au Soudan, mouvement en odeur de sainteté auprès de l’idéologue islamiste Al-Tourabi et du président El-Bechir, dont le bilan est le massacre de 2 millions de Chrétiens et d’Animistes du sud-Soudan en vingt -ans ?

Au moment où le vice-président des Frères Musulmans égyptiens annonce que l’objectif est d’instaurer la Charia progressivement, châtiments corporels inclus, considérer que « l’UOIF ne représente pas un danger pour la démocratie » (cf: entretien vidéo) relève d’une grave méconaissance de l’islamisme contemporain, inquiétant pour un journaliste avec autant d’expérience que Ménard. Quant à l’hypothétique découplage entre islam et charia possible selon le journaliste, il achève ne nous convaincre qu’il n’a aucune connaissance sur le sujet.

Si Ménard ne comprend pas qu’il est instrumentalisé par l’UOIF, il devrait m’inviter pour que je lui explique comment fonctionne la communication chez les Frères Musulmans.

Joachim Véliocas, Observatoire de l’islamisation, avril 2011

(via )

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)