Sophia Aram : «L’insupportable banalisation médiatique du Front national»

Posté le avril 12, 2011, 7:00
2 mins

Sophia Aram, «humoriste chroniqueuse» sur France Inter, se justifie dans Le Monde d’avoir traité les électeurs du FN de «gros cons».

L’heure n’est donc plus à l’ »antiracisme autoproclamé », mais à la compassion envers « des Français de souche victimes d’une politique migratoire incontrôlée et à qui, comble de l’horreur, les commissaires du politiquement correct interdisent de mettre des mots sur leurs souffrances » ?


Me voilà donc coupable de manquer de courtoisie à l’égard d’un homme qui… Qui quoi ? Qui aurait toujours pris soin de mesurer ses coups, que ce soit devant un micro ou dans la Villa des roses, à Alger ? C’est là que je dois promettre d’être sage ? A la limite je veux bien essayer de gagner en élégance, mais il y a des jours où elle vient à manquer. […]

Ces nouveaux apôtres, qu’ils s’appellent Philippe Bilger, Philippe Cohen, Robert Ménard, Elisabeth Lévy et j’en passe, nous imposent leur soudaine lucidité et nous enjoignent d’arrêter de diaboliser ces victimes qui se tournent vers un parti censé « poser les bonnes questions, même s’il n’apporte pas toujours les bonnes réponses ». Le risque c’est que, si vous prenez goût à poser les questions de la souffrance ou de la misère sociale à travers le prisme de la couleur de peau, de la culture ou la religion, alors vous allez adorer les solutions que sont le repli identitaire et la préférence nationale. […]

Mais ce qui a changé, c’est qu’ils ont dans les médias des défenseurs à la fois organisés et actifs pour leur expliquer qu’il est tout à fait normal en ces temps de crise où la peur de l’autre devient la règle de penser que ces Français « d’origine musulmane » finissent quand même par poser pas mal de problèmes.

(via )

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)