Tarek : « Au cours du trajet pour Lampedusa, douze filles ont été jetées à la mer »

Posté le mai 03, 2011, 5:00
2 mins


Addendum 2/05/11 : Un article publié le 29 avril par La Marseillaise confirme cette pratique de « délestage » qui ne semble pas émouvoir plus que cela la presse et les associations féministes ou de défense des droits de l’homme (et de la femme)…

Hamed a vu « un zodiac virer 17 femmes par-dessus bord pour délester l’embarcation. »
La Marseillaise

____________________________________

Les femmes et les enfants d’abord ?

6/04/11 – Dans un article du Figaro consacré aujourd’hui à Vintimille, « un Sangatte entre France et Italie », nous apprenons que de jeunes clandestines tunisiennes seraient en priorité jetées par dessus bord par les hommes pour éviter de chavirer au large de Lampedusa… Cette pratique pourrait en partie expliquer l’absence quasi totale de femmes parmi les jeunes Tunisiens débarquant chaque jour à Lampedusa.

[…] Tous, exclusivement des hommes jeunes, plutôt pauvres et rarement francophones, racontent la même histoire. Comme Tarek, 20 ans, parti il y a vingt jours de Kairouan.

«Nous étions entassés à 150 dans un bateau prévu pour 60, explique le garçon. Au cours du trajet pour Lampedusa, douze filles ont été jetées à la mer. Puis j’ai été transféré en Sicile, je me suis échappé et j’ai pris le train. Mais maintenant je n’ai plus d’argent alors, ce soir, je pars moi aussi par la plage.»

Leur unique obsession: passer la frontière. «La plupart veulent aller en France, en Belgique, aux Pays-Bas ou en Scandinavie, confirme Gaetano Scullino, le maire de la ville venu superviser les opérations. […]

(via )

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)