Tarik Yildiz : "Le racisme anti-blanc"

Tarik Yildiz : "Le racisme anti-blanc"

Addendum 22/02 : Sur RTL, Ivan Rioufol (Le Figaro) conseille aux mouvements antiracistes la lecture du livre de Tarik Yildiz

_____________________________________________________

Le Bondy Blog a rencontré Tarik Yildiz, 25 ans, diplômé de Science-Po Paris et doctorant en sociologie politique, auteur de « Le racisme anti-blanc. Ne pas en parler : un déni de réalité ».

Justement, pourquoi distinguer le « racisme anti-blanc » comme tu le fais du racisme au sens large ?

Pour comprendre cela, il faut se mettre du coté des victimes de ce racisme. Elles ont utilisé cette expression à de multiples reprises. Ne pas le formuler ainsi aurait été une trahison. Même si cela fait polémique je pense que l’expression se justifie. Il ne s’agit pas de faire une hiérarchie mais de décrire une réalité. C’est un constat qui appelle à une future analyse.

Cette intolérance se focalise sur l’origine ethnique supposée d’abord chez les plus jeunes, au collège, car l’effet de groupe y joue à plein régime pour ce type de racisme.”

Es-tu sûr que ce qui est décrit dans ce livre est complètement le reflet  de la réalité ?

J’ai moi-même assisté à ce type de problème dans mon quartier lorsque j’étais plus jeune, dans mon collège par exemple. Un copain de classe, prénommé Christophe, se faisait harceler, insulter, frapper et tout le monde dans la classe faisait le lien avec son origine. Les différents témoignages du livre montrent la même chose quel que soit le groupe d’appartenance des différents protagonistes.

Etre blanc, c’est prendre le risque d’être un bolosse comme on dit en banlieue ?

L’expression de bolosse est à la croisée de ce que je dénonce : à la fois une attaque contre une origine ethnique et une appartenance sociale supposées. Guillaume, Bastien, Fatma ou Céline (quelques-unes des personnes interrogées dans le livre, ndlr) montrent que c’est de plus en plus une réalité en banlieue, à tel point que certains Français s’inventent une origine métissée. […]

(via )

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • miane Répondre

    je ne connais pas ce jeune homme et j’attends d’avoir lu son livre pour donner une opinion qui a priori ne peut être que favorable étant donné le thème proposé.
    Oui le racisme anti-blanc existe et il se développe dans bien des coins que l’on dit encore de France mais qui le sont de moins en moins…je me souviens de cette jeune fille kabyle, blonde aux yeux verts, que les jeunes d’un train de banlieue prenaien pour une européenne et qui lassée d’entendre des commentaires anti « face de craie » s’est mise en colère et leur a répondu en arabe qu’elle en avait marre de leur commentaires racistes…cela les a

    25/02/2011 à 16 h 52 min
  • DUBOS Jean Pierre Répondre

    Ce Mr dit SA vérité , mais sera t elle comprise et acceptée par celà méme qui la pratique ? ?

    24/02/2011 à 12 h 48 min
  • miane Répondre

    je ne connais pas ce jeune homme et j’attends de lire son livre avant de donner une opinion arrêtée. Cela me rappelle la petite histoire d’il y a 4 ou 5 ans où une jeune fille kabyle, blonde aux yeux verts se faisait régulièrement traiter de toutes sortes de qualificatifs dont le « sale blanche » était le plus bénin et qui lasse de ces propose s’est retournée en colère contre les jeunes « rebeus et renois » comme ils se disent pour les traiter en arabe de sale racistes primaires et haîneux…ce qui les a soufflés…cela a du courrir dans les bandes car plus jamais elle n’a (à ma connaissance) subi d’autres attaques racistes.

    24/02/2011 à 10 h 52 min
  • STERIBUS Répondre

    « Le poète a dit la vérité, il doit être exécuté ». Mille fois, cent mille fois bravo monsieur TARIK de dire une vérité qui coûte à certain les foudres soviets d’une justice dévoyée. Vous êtes un héros et l’on ne peut qu’encourager à faire la promotion de votre livre. Félicitations sincères et vena

    24/02/2011 à 9 h 08 min
  • MOI ! Répondre

    Honte à ceux qui se renient en se métissant.
    Blancs nous sommes, et quoi que nous fassions, blancs nous resterons. Et pour ma part, avec gloire et honneur !

    24/02/2011 à 8 h 32 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *