Tensions ethniques à Athènes

Posté le mai 15, 2011, 5:00
2 mins

Au lendemain de la grève générale, notre correspondante à Athènes nous décrit un pays en pleine dépression. Le meurtre sordide d’un Athénien et les ratonnades dans les rues de la capitale témoignent d’une faillite économique et sociale.

Cet après-midi, la chasse aux immigrés était ouverte dans les rues d’Athènes. »

Mercredi , lors de la deuxième grève générale , tout le pays s’est arrêté. Plus de 40 000 manifestants à Athènes et autant dans le reste du pays ont battu le pavé pour crier leur colère devant ce tunnel sans fin d’austérité qu’impose au peuple grec le gouvernement socialiste de Georges Papandreou, sous la férule de la dite « Troïka » (Union Européenne, Fonds Monétaire International, Banque Centrale Européenne). […]

Et la violence des réactions (lynchage d’un sans-papier et nombreuses déclarations racistes) à la suite du meurtre sordide, la veille, d’un habitant d’Athènes, en plein centre ville, tué pour lui voler sa caméra (il filmait l’arrivée de sa femme de la maternité) par trois individus dévoilent, crûment, un pays en pleine dépression. Cet après-midi, la chasse aux immigrés était ouverte dans les rues d’Athènes.

My Europe Keep Talking Greece

Le maire d’Athènes va jusqu’à mettre en garde contre une situation proche d’une guerre civile.


De nouvelles violences contre des immigrés clandestins sont survenues à Athènes, capitale de la Grèce. Le gouvernement semble maîtriser de moins en moins la situation. A cause du grand nombre d’immigrés clandestins et d’une criminalité incontrôlée, le maire d’Athènes va jusqu’à mettre en garde contre une situation proche d’une guerre civile.

(sda/dpa) Dans la nuit de mercredi à jeudi, un homme originaire du Sri Lanka a été poignardé par des inconnus en pleine rue. La police soupçonne un arrière-plan raciste.

(source fdesouche.com)

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)