Vers un sultanat de France…

Posté le avril 23, 2010, 12:00
5 mins

« Ayant prophétisé la prise de pouvoir imminente par l’Islam, le « Cassandre » masculin que je suis, se doit
maintenant de proposer un scénario à la fois probable, et plausible.
Les djinns m’informent que les choses se feront simultanément au niveau international,
par le rétablissement du califat (un califat « virtuel », comme l’évêché de Partenia, de Mgr Jacques Gaillot), et localement, en Europe – et ailleurs –, par la proclamation « unilatérale » (comme
dirait le « french doctor»), de sultanats ou d’émirats.
Le califat (arabe: khalifa = vicaire) fut la première forme de gouvernement établie par l’islam. Il représente l’autorité politique et l’unité de la communauté (oumma) musulmane.
Le premier calife fut Abou Bakr (en 632). Après les dynasties omeyyades, abbassides et fatimides, les souverains ottomans utilisèrent ce titre, jusqu’à ce que le fondateur de la Turquie « moderne
», Mustafa Kemal (Atatürk), abolisse le sultanat en 1922, puis le califat en 1924. Le successeur du dernier calife, Ertugrul Osman, est mort en 2009 (il eût été Osman IV).
Bien que le califat ait « officiellement » disparu, il y a 86 ans, il n’est pas totalement erroné de penser qu’il renaquit de ses cendres, en 1961, sous le nom de OCI (Organisation de la
Conférence Islamique), et que son Secrétaire général, le Turc Ekmeleddin Ihsanoglu, pourrait très bien être proclamé « calife » (entre autres, par Oussama ben Laden, qui s’est déjà prononcé en
faveur d’un califat « virtuel »). En attendant ce jour béni, l’OCI a déjà réussi à faire voter, par l’ONU, une Résolution sur le blasphème, qui
bénéficie avant tout à l’Islam. Au niveau local, et particulièrement en France, la stratégie serait la suivante. Grâce à la débilité mentale de nos gouvernants européens (et plus particulièrement
de Tony Blair, grand communautariste devant l’Éternel), l’immigration de peuplement et le « syndrome du ghetto volontaire », ont permis la colonisation d’immeubles, de pâtés de maisons, de rues
(rue Myrha), de quartiers (Scharbeek ou Saint-Josse, à Bruxelles), de certaines villes (Rotterdam, dont le maire est marocain), voire de départements (Seine-St-Denis).
Dans ces « enclaves » musulmanes, les « us et coutumes » musulmans sont instaurés : coutumes alimentaires (abattage rituel et viande hallal, interdiction du porc et de l’alcool) ;
statut personnel et état-civil (répudiation et polygamie, interdiction de l’homosexualité) ;
coutumes vestimentaires (niqab, burqa)…
Afin d’imposer ces pratiques, des tribunaux de la charia sont créés (plus de 85 en Grande-
Bretagne).
La police est chassée à coup de pierres de ces enclaves, et remplacée par des milices
musulmanes, qui peuvent même être autorisées à régler la circulation (c’est le cas rue Myrha, avec la bénédiction du commissaire divisionnaire Alain Gibelin). Quel sera le stade suivant ? Si l’on
en croit mes confrères (en prophéties), comme Éric Zemmour, Geert Wilders ou Alexandre del Valle, ces « enclaves » feront éventuellement sécession.
Personnellement, et là, ce n’est pas le prophète qui parle, mais le politologue amateur, je ne pense pas que les islamistes puissent, avant longtemps, abolir les monarchies en
Grande-Bretagne, en Belgique ou aux Pays-Bas, et proclamer une « République islamique» (même les terroristes irlandais n’ont jamais osé s’attaquer à la famille royale). Je pense plutôt à
l’institution en France d’un sultanat (ou d’un émirat). Un organisme d’occupation comme le MbF (Militärbefehls -haber in Frankreich), ayant à sa tête unRenthe-Fink (Ambassadeur auprès de Vichy en
1943) arabe, qui informerait poliment le chef de l’État français (qui pourrait être l’islamophile Dominique de Villepin… né à Rabat), des desiderata du sultanat.
Ajoutons en conclusion que ce sultanat virtuel ne manquera pas de « conseillers techniques» français de souche: des personnalités de l’ultra-droite ont déjà fait connaître à
leurs futurs maîtres, leur disponibilité pour une future collaboration… »   Jean-Pierre Pagès-Schweitzer,  lu ici