DSK, le pourrissement des élites et le déclin français

Posté le août 31, 2011, 12:00
8 mins

Le 23 août dernier, le procureur de New York, Cyrus Vance, a décidé d’abandonner les poursuites à l’encontre de Dominique Strauss-Kahn, accusé de viol.

Selon lui, les mensonges successifs de la plaignante, Nafissatou Diallo, rendaient impossibles de convaincre un jury « au-delà de tout doute raisonnable », selon l’expression consacrée du droit américain.
C’est sans doute vrai. Mais cet abandon est une mauvaise nouvelle.

Quelle que soit la version réelle des faits – que nous ne connaîtrons probablement jamais –, une très large partie de l’opinion publique, américaine et française, retiendra de ces quelques mois de procédures ce simple fait : si vous avez quelques millions de dollars à mettre sur la table, vous pouvez tout vous permettre !

Entendons-nous bien. Je trouve excellent que la justice soit capable de résister à la pression médiatique et que l’on évite ainsi le lynchage. Si les preuves du viol n’étaient pas réunies, il fallait effectivement relaxer Strauss-Kahn.
Il reste que ce fait divers élargit encore davantage le fossé qui sépare les citoyens « normaux » des « élites ». Et qu’il montre un niveau effarant de pourrissement desdites « élites ».

Car, enfin, imaginons par hypothèse, qu’il n’y ait pas eu viol. Il y a eu, au moins, un rapport sexuel d’une violence inouïe, avec une personne parfaitement inconnue. Que cela ne soit pas du ressort du Code pénal, je le veux bien. Mais les dirigeants ne sont-ils pas censés être exemplaires ? Et, sans même parler de morale, cet homme faisait la démonstration d’une remarquable absence de maîtrise de lui-même. Et, bien qu’il soit aussi soumis à ses pulsions, il aurait manqué de peu, si nous en croyons les gazettes, la magistrature suprême !
Mais le niveau de pourrissement des prétendues « élites » est également visible à un autre niveau.

Regardez les réactions des « camarades » du sieur Strauss-Kahn. Ce parti, qui prétend lutter pour les « minorités », a abominablement traîné dans la boue cette malheureuse (pourtant, femme et immigrée, donc, selon les canons de la post-modernité socialiste, doublement « opprimée »), pour défendre un homme, dont le moins que l’on puisse dire, est qu’il n’était pas privé de soutiens.

Il faut singulièrement manquer de sens de la mesure pour évoquer le calvaire de Strauss-Kahn, sans un mot pour cette femme qui a peut-être été violée, et qui, à tout le moins, a été traitée, disons cavalièrement, par un représentant de l’hyper-classe.
Cette gauche caviar ne se rend-elle donc pas compte qu’elle est totalement discréditée ? Comment peut-elle s’étonner que les ouvriers l’aient abandonnée au profit du FN ?

Mais c’est tout simple, « camarades ». L’ouvrier n’est peut-être pas aussi malin que vous. Mais il vous méprise cordialement. Et il a bien raison ! Comment prétendre diriger un pays quand on est incapable de se diriger soi-même ? Et comment garantir un « ordre juste », comme dirait Mme Royal, si l’on défend une justice pour les puissants et une autre pour les faibles ?
À vrai dire, je ne serais pas hostile, pour ma part, à cette justice à deux vitesses. Mais, dans mon esprit, il serait normal que ces puissants soient soumis à de plus hauts devoirs et à une justice plus exigeante.

Lisant les journaux, on croit contempler la fin de l’empire romain. Un pays qui ne croit plus en lui-même. Des « élites » débauchées. La grande braderie de la citoyenneté romaine au profit d’étrangers. Des mots qui ne veulent plus rien dire (avez-vous remarqué que les hiérarques socialistes disaient de DSK qu’il était un « séducteur », mais, en l’occurrence, c’est « érotomane » qu’il faut dire : qui peut croire qu’il ait tenté quoi que ce soit, de l’invitation à dîner à l’offrande d’un bouquet de fleurs, pour séduire la fameuse « soubrette » !)…

Sans parler des émeutes, nouvelles révoltes de Spartacus. Émeutes pour lesquelles je n’ai aucune sympathie. Dont je crois nécessaire de châtier sévèrement les meneurs. Mais que je comprends trop bien, hélas !

Les dirigeants du pays montrent, en effet, l’exemple de la malhonnêteté, de la débauche, du mépris de la loi (qu’ils ont eux-mêmes rédigée, à la différence des émeutiers), du rejet de la justice et de l’ordre… Comment voulez-vous que des malheureux n’ayant plus grand-chose à perdre ne suivent pas cet exemple funeste ?

Tant que de tels démagogues, soumis à leurs pulsions les plus basses, indifférents au sort de leurs semblables comme à la grandeur nationale, gouverneront – et se coopteront –, nous ne sortirons pas de la spirale du déclin. Strauss-Kahn est, hélas, emblématique de cette caste dirigeante qui se croit tout permis, qui ne se reconnaît aucun devoir… et dont il est urgent de se débarrasser !

15 réponses à l'article : DSK, le pourrissement des élites et le déclin français

  1. plouban

    19/09/2011

    au sujet de DSK

    j’espère maintenant que vous allez passer à autre chose, tous les hommes politiques ont des maitresses et même des enfants illigitimes, regardez RACHIDA, qui est le père ! il n’est pas loin mais on ne le touche pas !

    cette affaire est privée, et on a assez médiatisé au point de le faire tomber !

    mais on aura besoin de lui, et là j’espère qu’il fera tomber quelques têtes ! Bernard DEBRE, Jean françois COPPE, les journalistes qui l’ont massacrés !

    allez bonne journée !

    Répondre
  2. Jaures

    04/09/2011

    "Un TGV de la SNCF a happé et tué un homme" écrit Hans.
    Vous avez raison, sans les 35h, le conducteur aurait sans doute, d’un coup de volant audacieux, évité la victime.

    Répondre
  3. Daniel

    03/09/2011

    Merci Dominique SK : ton exemple  décortiqué sous toutes ses facettes est un enseignement fort utile sur le milieu dans lequel tu évolues. Nous avons pu observer le triste niveau moral et l’immaturité proportionnelle à l’avalanche de fric déversé pour sauver l’indéfendable.
    Heureusement c’était du fric de gauche, donc du fric propre et pas volé aux masses laborieuses, aucun doute la dessus.

    J’ai trouvé pour ma part que tu faisais un beau couple avec cette femme de chambre qui semble avoir quelques points de culture commune avec toi. On discerne chez elle une vraie délicatesse, un vrai dévouement pour les autres, comme toi,  et une évidente culture de la générosité et de la gratuité. Tu es tombé sur ton double. Vous étiez faits pour vous rencontrer et vous comprendre.  Merci la Vie qui vous a unis et  va vous obliger à communiquer encore de longs mois. Je crois que tu penseras encore longtemps et beaucoup à elle en signant ces chèques destinés à ton miroir en affaires et en relations. Elle va te donner du fil à retordre dans ce corps à corps qui s’annonce et que tu cherchais depuis longtemps. C’est un jeu d’échecs à ta mesure même si tu as perdu d’avance. Avoues:  le FMI, en comparaison c’était facile puisque tu gagnais à tous les coups! Les femmes faciles, l’argent facile, finalement c’est pas drôle! . 
     
    Celle ci, tu la méritais bien!.

    Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    03/09/2011

    <<Ces prêtres étaient-ils des adeptes des 35h Mr Hans ?>>

    Un TGV de la SNCF a happé et tué un homme il y a quelques jours. Les 35 h et les prêtres en sont-ils pour quelque chose dans cet accident ou est-ce une augmentation du gibier qui en est la cause?

    Répondre
  5. IOSA

    03/09/2011

    Personne ne voit le rapport entre DSK et la Nouvelle France islamiste ?

    Les femmes sont des objets, voilà pourquoi la gauche se ballade avec la droite dans le même slip.

    IOSA

    Répondre
  6. Jaures

    02/09/2011

    "La gauche caviar se vautre dans la luxure. C’est la Rome décadente avant que les barbares s’emparent de la cité." dit Bernard Martoïa.
    C’est pratique les faits divers, on peut, en généralisant leur faire dire ce qu’on veut. Surtout quand il n’y a eu ni condamnation, ni même procès.

    "Au moins treize personnes se sont suicidées après avoir été abusées par des prêtres en Belgique, a indiqué vendredi 10 septembre une commission chargée d’enquêter sur la pédophilie au sein de l’Eglise catholique belge." (AFP 10/09/2010).
    Quelles conclusions générales en tirez-vous donc sur la "gauche caviar", cher Bernard ?
    Ces prêtres étaient-ils des adeptes des 35h Mr Hans ?

    Répondre
  7. grepon

    02/09/2011

    La femme de Dominique Strauss Kahn disait ce qu’elle pensait de lui avant son arrestation à New York. "Je suis fière des exploits sexuels de mon mari".

    Apres la lecture de ca, j’invite les lecteurs de relire mon poste ci dessus.   Ce n’est pas un leader, ca.  Sa femme non plus, tres evidemment.   Une civilisation ne peut pas tenir ainsi.   C’est bien possible que des gens de QI et culture super eleve, et de station et de revenus tres eleves, arrivent a gerer leur vie de famille malgre leurs errances dangereuses, mais c’est rarissime meme chez eux que ca se tient, ou encore que ca ne marque pas les enfants profondement.   Devinez un peu ce qui arrive quand les moeurs du People Magazine s’execute chez le grand majorite de peuple de QI en dessous de 125, moins doues dans le relativisme hedoniste.

    Répondre
  8. Bernard Martoïa

    02/09/2011

    Dans un portrait dédié à Elizabeth Badinter "Against Nature,”  du 25 juillet 2011, le magazine américain The New Yorker évoque son amitié envers Anne Sinclair. La femme de Dominique Strauss Kahn disait ce qu’elle pensait de lui avant son arrestation à New York. "Je suis fière des exploits sexuels de mon mari".

    Tout est dit dans cette phrase. La gauche caviar se vautre dans la luxure. C’est la Rome décadente avant que les barbares s’emparent de la cité.

    Répondre
  9. Henri

    01/09/2011

    Monsieur Thieulloy, il faudrait vous habituer à l’idée que « l’élite », aussi approximatif soit ce vocable, est très largement en dehors de l’oligarchie du pouvoir, et que pour faire partie de cette oligarchie il n’est pas indispensable de faire partie de l’élite. Ces deux considérations devraient vous encourager à économiser le mot « élite » quand vous parlez du pouvoir.Vous n’êtes pas salarié de Dassault vous obligeant chaque semaine à appeler élite les tireurs de ficelles, pour garder votre emploi. Les élites indispensables au pouvoir, et qu’il rémunère généreusement, ne sont pas le pouvoir, mais au service du pouvoir. Il faut bien manger.

    Répondre
  10. HansImSchnoggeLoch

    01/09/2011

    <omment peut-on ainsi constamment écrire tout et son contraire ? >>

    Personne à part le syndicaliste ne fait cela. Pour la plupart des lecteurs de ce site les faits sont clairs et les opinions ne divergent guère. DSK est bien coupable et son passé trouble corrobore ce fait.
    En prime collatérale le peuple français de droite se retrouve libéré d’un dangereux prédateur, souvenez-vous des 35 h.

    Répondre
  11. grepon

    01/09/2011

    D’autant que les rapports entre sexe et pouvoir sont une constante de l’Histoire, et pas seulement de la France.

    Le sexe et la manque totale de pouvoir se retrouve tout le long de l’histoire aussi, a moins que les pauvres y vont asexuellement.  Les crimes d’ordre sexuelle se retrouve partout.   Le probleme c’est quand les puissants sont trouves agissant de facon bestiale sur la une, et les consequences sont legeres a ce point, ca contribue a la destruction de la moralite de toute la civilisation, y compris et, surtout le pire, en matiere de stabilite des familles.   Vous vous en foutez car l’etat peut ainsi intervenir encore mieux a monopoliser les relations humains dans votre pays.  Qu’importe la presence stable de deux veritables parents lors de l’elevage d’un individu a travers l’enfance et l’adolescence jusqua marriage petits-enfants et le reste?   L’etat est la.   La familles et ainsi de meme les relations sexuelles peuvent etre tutti-frutti, facons Brave New World ou similiaire.

    Répondre
  12. Sagesse et raison

    01/09/2011

    Pour Magny ;

    D’accord avec vous, mais vous faites la même grosse erreur que les autres : vous écrivez "l’attitude du PS", mais vous auriez dû écrire : "l’attitude de l’UMPS", un seul et même parti, anti-morale, anti-convictions, anti-France…

    Répondre
  13. grepon

    01/09/2011

    D’autant que les rapports entre sexe et pouvoir sont une constante de l’Histoire, et pas seulement de la France.

    Le sexe et la manque totale de pouvoir se retrouve tout le long de l’histoire aussi, a moins que les pauvres y vont asexuellement.  Les crimes d’ordre sexuelle se retrouve partout.   Le probleme c’est quand les puissants sont trouves agissant de facon bestiale sur la une, et les consequences sont legeres a ce point, ca contribue a la destruction de la moralite de toute la civilisation, y compris et, surtout le pire, en matiere de stabilite des familles.   Vous vous en foutez car l’etat peut ainsi intervenir encore mieux a monopoliser les relations humains dans votre pays.  Qu’importe la presence stable de deux veritables parents lors de l’elevage d’un individu a travers l’enfance et l’adolescence jusqua marriage petits-enfants et le reste?   L’etat est la.   La familles et ainsi de meme les relations sexuelles peuvent etre tutti-frutti, facons Brave New World ou similiaire.

    Répondre
  14. Magny

    31/08/2011

    Je suis en accord total avec l’article : l’attitude du PS est à vomir , mais ça ne date pas d’aujourd’hui vous me direz . On se serre les coudes entre gens de même intérêts , on se renvoie les ascenseurs à l’infini pour obtenir les meilleures places , on est responsable ( pour le salaire ) … mais jamais coupable ( et puis quoi encore ? vous plaisantez ? la culpabilité c’est pour les gueux ! ) 

    Répondre
  15. Jaures

    31/08/2011

    Comment peut-on ainsi constamment écrire tout et son contraire ? Si DSK n’a pas violé, il n’a pas à être condamné, c’est tout. Qu’est-ce qui fait dire à de Thieulloy que le rapport sexuel fût "d’une violence inouïe". Il n’en sait rien. Le procureur a établi que les fait avaient duré 7 minutes et contrairement à ce qui avait fuité dans la presse, rien dans le rapport médical n’indique qu’il y ait eu violence.
    C’est du même tonneau qu’écrire qu’on comprend les émeutiers mais qu’il faut les punir sévèrement: si on les comprend, c’est qu’ils ont de bonnes raisons.
    Enfin, il est faux de dire que les socialistes auraient couvert de boue Mme Diallo, mais dîtes-moi comment on peut croire l’un innocent sans sous-entendre que l’autre serait un menteur ? Passée la stupeur, le mot d’ordre: "laissez la justice passer, respectez la présomption d’innocence" a été globalement respecté. Que fallait-il donc faire de plus alors que durant plusieurs semaines rien n’a filtré de l’enquête ?

    Quant au reste, tirer des conséquences générales sur l’égarement d’un homme est une imposture. D’autant que les rapports entre sexe et pouvoir sont une constante de l’Histoire, et pas seulement de la France.

    Aujourd’hui DSK n’est plus secrétaire général du FMI, il ne sera pas président de la République et sa carrière politique est désormais en cul de sac. Les Français commencent à oublier ce formidable gâchis individuel.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)