État d’urgence après principe de non précaution !

Posté le avril 14, 2013, 11:04
3 mins

Nous n’allons pas être pris deux fois pour des nigauds et encore roulés dans la farine rose !

le « cas-Cahuzac » qui exhale des relents putrides, bien que particulièrement dorés, nous est présenté comme la dérive exceptionnelle d’un homme ébloui par sa puissance et qui avait, comme l’expliquent les divers psychologues penchés depuis sur son CV, outrepassé le niveau de compétence en s’arrogeant des droits qu’ils déniait avec ténacité par vocation ministérielle, au vulgum pecus.

Une sorte de Principe de Peter à l’envers* !

Voué désormais aux seules épines expiatoires du PS, après les arrogantes fleurs de la renommée, ses « anciens camarades » jurent ici et là et au plus haut niveau, qu’ils ne savaient pas, qu’ils sont trahis, voire salis !

L’antidote miraculeux destiné à noyer le poison de la forfaiture est sorti en urgence de l’officine socialiste : Le Referendum sur la moralisation de la vie publique ! Après l’homéopathie des préparateurs gouvernementaux, une thérapie de choc !

Troisième choc annoncé en peu de temps, mais c’est la majorité gouvernementale qui vacille !

Le beau et grand Principe de Précaution qui est clamé à tout instant pour ne pas avancer, n’a guère été appliqué dans la désignation de l’équipe gouvernementale ? Avec les moyens dont dispose déjà l’Administration, son application préventive contre les erreurs grossières de casting ministériel ou électoral aurait évité cette crise de régime qui donne la jaunisse à la Majorité :

–       ISF : tout citoyen « éligible » à cet impôt doit lui-même se soumettre à la question. Opération vérité et acte d’exhibition pénible, il est un bon outil pour les gabelous de Bercy. Appliqué aux prétendants politiques, les limiers du Fisc peuvent trier les riches des prétendus pauvres, comparer les niveaux de vie exhibés avec les ressources déclarées et relever les discordances.

Pour ceux qui ne sont pas « concernés », la vigilance des inspecteurs devrait redoubler avec la même ardeur qu’ils mettent à traquer les fraudes « civiles » !

–       Habilitations au secret : tout agent ou officier qui a à connaitre de secrets et documents confidentiels fait l’objet d’enquête préalable. Ce qui laisse présumer que tous les ministres et le président lui-même ne peuvent échapper à ces instructions ? Autre manière, en dehors de Mediapart de tracer les activités passées des intéressés.

Au lieu d’imprécations tardives, que l’on applique aux nominations le principe de Précaution!

Henri Gizardin

http://target2007.typepad.fr/hgizardin/

4 réponses à l'article : État d’urgence après principe de non précaution !

  1. quinctius cincinnatus

    15/04/2013

    Comme je ne sais, où ni quand, placer cette information, je le fais ici …
    Je prie Madame Taubira de bien vouloir m’excuser lorsque j’avais demandé ( voeux gracieux ) sa démission suite à l’évasion du sieur Faïd de la Centrale hyper-sécurisée de Slédin… On apprend en effet que c’est en 2009, je dis bien en 2009, que les fouilles au corps ont été légalement interdites, à l’entrée comme à la sortie des visiteurs des condamnés …
    Bien plus,les prisons,qui, pour des motifs de sécurité, continuaient à les pratiquer ont toutes été condamnées
    Qui était alors le Président  » sécuritaire  » des Français ? Qui était, alors, la Garde des Sceaux ? N’avait elle pas un proche emprisonné pour trafic de drogue ?
    Et quand je pense qu’il existe encore une vague de fond de crétins pour demander le retour du Grec, j’en reste sans voix … enfin pas tout à fait,comme vous pouvez le constater !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      16/04/2013

      Si Manuel Valls veut bien admettre une  » faille  » ( dans le système de sécurité de Sédlin ) , Taubira elle nie qu’il y ai pu avoir ne serait cequ’ un trou de souris dans ce même système … nous sommes bien gouvernés ( et cela depuis longtemps ) …

      Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    15/04/2013

    Cahuzac était déjà fort riche et soumis à l’ISF écrit Jaures.
    Alors pourquoi avoir pris un ennemi de classe comme ministre du budget?
    Une des contradictions internes du socialisme que Jaures avec ses lunettes roses ne percevra jamais.

    Répondre
  3. Jaures

    14/04/2013

    Diatribe facile a posteriori. Cahuzac était déjà fort riche et soumis à l’ISF. Il n’y avait donc pas de distorsion de train de vie. Faut-il soumettre également les policiers au « principe de précaution » sous prétexte que certains se sont laissés aller au trafic de drogue ou aux malversations ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)