Financement des partis et société civile

Posté le 10 juillet , 2013, 10:06
3 mins

La mise en quasi-faillite de l’UMP est le résultat des lois liberticides du 11 mars 1988 sur le financement des partis. Ces lois ont été votées à la suite de « l’accident » de Coluche, le 19 juin 1986, sous prétexte d’assainir le financement de la vie politique.

En fait, elles ont été faites pour éviter, au pouvoir en place, de ne pouvoir compter que sur la mort « accidentelle » ou le « suicide » pour éliminer un opposant.

Il suffit maintenant à la justice, partie intégrante de la fonction publique, de se saisir d’un dossier sur simple suspicion, générée souvent par les publications d’officines spécialisées dans des enquêtes très ciblées, pour détruire politiquement n’importe quel opposant.

La liste des opposants déclarés ou simplement potentiellement dangereux, qui ont été traités par la justice, est impressionnante. En ce moment, la plupart des collaborateurs de Sarkozy et Sarkozy lui-même sont victimes de ces pratiques.

Les lois de 1988 ont offert une rente de situation aux partis hégémoniques au pouvoir, désormais financés par l’impôt. Les règles sont tellement draconiennes qu’elles ont réduit à une peau de chagrin la possibilité d’émergence d’une nouvelle force politique susceptible de s’opposer à l’hégémonie de la fonction publique. Et les sommes à engager sont telles que toute tentative est immédiatement « légitimement » suspectée de malversations.

Il reste encore, pour ceux qui auraient passé l’épreuve, la possibilité de ne pas verser les sommes dues par simple interprétation libre de la loi…

L’existence de l’UMP s’est construite par l’adhésion massive de militants en 2002 opposés à cette hégémonie et qui ont mis en minorité ces forces hégémoniques, issues principalement de l’ancien RPR, pour aboutir à l’élection de Sarkozy. Ces forces hégémoniques tentent actuellement de prendre le contrôle de l’UMP en favorisant la division du parti ce qui explique les soubresauts actuels.

Pendant ce temps, le pouvoir en place cherche à boucher les brèches des lois de 88 pour que l’épisode Sarkozy ne puisse plus se reproduire : la commission Jos­pin concernant la « moralisation de la vie politique » a été chargée de cette mission toutes affaires cessantes dès juin 2012.

La proposition de loi sur le non-cumul des mandats fait partie de l’arsenal de protection de l’hégémonie en précarisant la situation des hommes politiques non-fonctionnaires.

Gilbert Capy

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

9 Commentaires sur : Financement des partis et société civile

  1. mirc

    11 juillet 2013

    nous sommes gouverné par des collabo africain .
    les émigrés ont tout les droits et nous les français sommes
    la pour payer . Il veulent nous sabrer les retraites mes pas
    les salaires de nos sénateurs et députés alors q’ils devrait
    donner l’exemple .

    Répondre
    • mariedefrance

      12 juillet 2013

      Ils ont même commencé à nous embastiller pour opinion politique.

      Je ne sais pas quand ils nous tireront dessus.

      C’est la fin du Camps des Saints écrit en 1973 !!
      Tout y est.
      Tout ce qui nous arrive y est.

      Répondre
      • 12 juillet 2013

        “C’est la fin du Camps des Saints écrit en 1973”. Effectivement, c’était une géniale prémonition. Cela rappelle Jacques Bainville qui en 1920 prévoyait une guerre 20 ans plus tard, comme conséquence du traité de Versailles…

        Répondre
  2. 11 juillet 2013

    Marie,
    Vous avez raison!
    Bientôt le droit français va disparaître au profit du caprice de quelques-uns! La suspicion est en train de remplacer la preuve!

    Répondre
  3. 11 juillet 2013

    C’est drôle, en France on s’apprête à interdire la politique à certaines professions. En Suisse, on ne peut pas être député si on n’exerce pas par ailleurs, un autre vrai métier…
    Un des deux pays doit être dans l’erreur.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 juillet 2013

      la Confédération Helvétique, cela va de soi !
      pourquoi me direz vous ?
      tout simplement parce que les Helvètes n’ont pas cette chance, véritable bénédiction des dieux, d’avoir des PROFESSIONNELS de la Politique, issus pour la plus part de l’E.N.A et par ailleurs fonctionnaires à fonds perdus

      Répondre
  4. mariedefrance

    10 juillet 2013

    Il y a même des accidents mortels ou des suicides sans qu’il n’y ait d’élection en vue !!
    La République des Juges se soucie-t-elle de ceux là ?

    Qu’une cabale est été ouverte pour faire tomber N Sarkozy et son parti, il n’y a pas de doute pour moi.
    C’est çà la “démocratie” socialiste !

    comme pour MLP qui recueille 19% de voix mais qui n’a que 2 députés à l’AN alors que les verts ont un groupe avec seulement 2% !

    La démocratie socialiste est une dictature.

    Répondre
    • qiinctius cincinnatus

      11 juillet 2013

      une cabale, un complot, et pourquoi pas un piège ?

      soyez ré-a-lis-te et ne soyez pas pas passionnelle; votre jugement n’en sera que meilleur pour vous et pour nous les Français !

      …………………………….sortez les malfaisants

      Répondre
      • mariedefrance

        11 juillet 2013

        Vous concluez vite, qiinctius….

        j’ai déjà exprimé ici ma position ce qui ne m’empêche pas de reconnaitre qq apparentes incohérences.
        J’ai soutenu NS jusqu’au Trocédéro parce que je lui reconnaissais certaines qualités.

        Il ne l’a pas fait mais moi, je l’ai fait : son bilan.
        Pas bon.
        Je n’aime pas me tromper et je fais des pas de velours autour du paysage….
        C’est pourquoi je réfute le qualificatif de “passionnelle” que vous m’imputez.
        Pour les européennes, ce sera FN, une certitude.
        Pour les municipales, il n’y a pas de FN en liste. Donc, il me reste à méditer entre blanc et blanc sauf…..

        C’est encore trop tôt.

        Et vous donc ?:-)
        Aurais-je déjà compris ?

        Répondre

Répondre

  • (pas publié)