La peine de mort pour les infanticides

La peine de mort pour les infanticides

Deux tragédies ont récemment saisi tous les Français d’une colère indignée : deux très jeunes enfants ont été assassinés, presque le même jour, dans des conditions atroces, et deux familles ont été plongées dans un désespoir que rien ne pourra effacer.

Qui pourrait imaginer un crime plus épouvantable que celui-là : arracher la vie à un jeune être candide et confiant qui n’a encore vu autour de lui que des sourires attendris et qui croit que les grandes personnes ne songent qu’à le protéger de tous les dangers et à guider ses pas avec bienveillance.

Il n’est que trop facile et incommensurablement lâche de tromper un jeune enfant et de l’attirer dans un piège horrible et mortel. Celui qui commet un tel acte se retranche de l’espèce humaine et devrait être abattu comme un chien enragé.
Les abolitionnistes mènent campagne depuis des lustres pour que la peine capitale ne soit plus pratiquée nulle part sur la planète. Se présentant comme des apôtres patentés de l’humanisme le plus généreux, ils vantent l’abolition de la peine de mort comme si elle était un progrès de la civilisation, alors qu’elle est tout au contraire un progrès de la barbarie.
Elle l’est même doublement, car, d’une part, elle absout la barbarie du criminel qui peut devenir récidiviste s’il est un jour libéré, et d’autre part, elle enterre vivant le condamné à perpétuité, ce qui est infiniment plus cruel qu’une expédition « ad patres » rapide et hygiénique.

À quoi il faut ajouter que ce n’est pas l’effet sur les criminels qui est le plus important, mais l’effet d’apaisement relatif sur la famille de la victime et sur le peuple tout entier. Car il n’est rien de plus essentiel pour l’ensemble des citoyens que de savoir qu’ils vivent dans une nation où la justice a le dernier mot et où le crime le plus odieux entraîne l’inexorable châtiment.
Le seul et unique argument recevable des abolitionnistes était autrefois le risque d’erreur judiciaire. Mais il convient de prendre en compte l’évolution survenue depuis 1981 (date de l’abolition de la peine de mort en France par une dictature d’assemblée sans consultation du peuple souverain).

Il y a eu tout d’abord un progrès scientifique considérable grâce à la reconnaissance de l’ADN, qui permet dans de nombreux cas de confirmer désormais sans doute possible, soit la culpabilité, soit l’innocence de la personne suspectée. Et il y a eu ensuite, sur le plan judiciaire, la création d’un recours en appel à la suite d’une sentence de cour d’assises, appel qui était impossible auparavant, et qui offre aujourd’hui une possibilité de contre-enquête.
Ces conditions nouvelles rendent aujourd’hui infinitésimal le risque d’erreur judiciaire. Il reste, bien entendu, que le moindre doute doit profiter à l’accusé, et que seules doivent être prises en considération les preuves matérielles irréfutables.
Rien ne s’oppose donc aujourd’hui à ce que la peine de mort soit rétablie en France, à tout le moins pour les assassins d’enfants.

Les dirigeants du FN et du MPF ont demandé un référendum à ce sujet. Il est très regrettable que des représentants de l’UMP et de l’UDF n’aient pas fait la même demande, sans doute parce que Jacques Chirac est un abolitionniste, ce qui ne fait que confirmer l’indigence notoire de sa philosophie politique. Ne parlons pas de la gauche, qui demeure toujours très symbolique de la déliquescence française.

Quant à ceux qui prétendent que le rétablissement de la peine de mort nous est interdit par l’Union européenne, je leur objecte que, si un référendum français adoptait ce rétablissement, la France serait en mesure d’exiger qu’un référendum identique ait lieu dans tous les pays de l’Union, et je n’ai pas le moindre doute que la plupart des autres peuples européens nous emboîteraient le pas.

D’ailleurs, l’Union européenne n’étant pas une fédération comme les Etats-Unis (qui pourtant laissent à chacun de leurs États le droit de légiférer en ce domaine), mais une simple confédération, il est parfaitement scandaleux qu’elle prétende imposer l’abolition à tous ses membres ainsi qu’aux nations candidates et il s’agit là d’un abus de droit caractérisé, perpétré par de pseudo-démocrates qui croient posséder la science infuse et méprisent l’opinion des peuples.

Partager cette publication

(63) Commentaires

  • Anonyme Répondre

    Quand j entends dire qu on voit le coeur du bebe battre a l echographie… ben oui… mais un spermatozoide aussi cela bouge… diriez vous qu il est vivant… si oui alors pq les jetez vous dans les toilettes…

    alors laissez a chacun decider de la vie, de ses avortements.

    Moi jai eu 6 grossesses dont 2 enfants vivants. Ce serait a refaire je n aurais pas d enfant. 

    13/02/2008 à 20 h 15 min
  • fanantina Répondre

    Nous sommes une société décadente en pleine déliquescence qui non seulement ne protège pas ses enfants mais cautionne les assassins, le comble est que les familles de victimes souvent ne bougent pas estimant que cela ne fera pas revenir ceux qu’ils ont perdu. Avec une pareille lâcheté, la chasse est ouverte et les tarés, les psychopates, les fous, les pédophiles et j’en passe peuvent, tels des animaux nuisibles attaquer sans risque d’être trop punis. Je trouve qu’il règne dans notre société un climat de mollesse, de sentimentalité excessive et bêtifiante, de confusion mentale, de crétinerie, d’engluement dans un confort petit bourgeois qui fait que par contre nous sommes une proie idéale pour des prédateurs
     dangereux et aguerris. Pas difficile de manipuler la masse lorsque par paresse et  pour éviter de réfléchir, elle préfère s’abandonner entre les mains de ses maîtres.

     

    06/01/2008 à 14 h 43 min
  • virginie cocy Répondre

    pour avoir perdu un etre cher et tout petit je peux vous dire qu’on tue ou pas ,l’auteur d’un acte aussi odieux n’a plus d’importance rien ni le nombre des années n’efface la peine. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé mais les assassins aussi ont des mères au nom de ces femmes et en tant que victime j’ose dire ne tuer pas le fils de celle qui mis au monde l’assasin de ma fille car je connais sa peine et ne la souhaite à personne.

    12/10/2006 à 9 h 53 min
  • Saint-Tex Répondre

    En exposant plus haut ma proposition de peine de mort dans le labyrinthe avec une lionne, je pensais que tous le monde comprendrait combien dissuasive cette fin horrible serait pour d’éventuels futurs violeurs ou tueurs, etc. L’idée de se faire dépecer et bouffer vivant au lieu de mourir d’un coup net, est dissuasive car elle fait appel à l’instinct de survie lié aux terreurs primale, archétypes programmés dans le cerveau lymbique, plancher du crâne, appelé aussi archéocéphale ou cerveau reptilien. C’est mon domaine de travail. Là je vous garantie que le meurtrier aura une peur bleue qu’il ne peut pas contrôler, rien que d’y penser. ça, c’est de la dissuasion calculée. En Afrique, on terrorise les gens (racket) avec des hyènes semi apprivoisées. Mais nous, les européens sommes des ventres mous et gras. On veut tellement laver ou racheter notre conscience…

    29/06/2006 à 19 h 02 min
  • sas Répondre

    A Mr COZE….es tu parent d’une petite victime, innocente et fragile ????? alors interdiction de penser et t’exprimer pas procuration… sas le démocrate ,propose de demander aux parents concernés , dès lors que c’est possible…bien entendu… Pour la petite fille morte et assassinée par le récidiviste ces derniers mois…je doute de la clémence du papa…mon gars. sas qui raffole des chose simple et rapide.

    19/06/2006 à 13 h 07 min
  • jesus Répondre

    Bonjour a tous, Comme la plupart des violeurs et tueurs d’enfants ont eux memes ete victimes d’abus sexuels dans leur enfance,une solution efficace pour prevenir l’apparition de delinquants sexuels consisterait à eliminer systematiquement tout enfant victime de sevices sexuels. Ainsi on elimine le mal a la racine et au prix d’un sacrifice au depart, on enrayerait une spirale infernale de meurtes et de vengeances. A bon entendeur… Salut

    15/06/2006 à 16 h 28 min
  • sas Répondre

    Merci pour la confirmation….si j’ose la comparaison , c’est un peu comme l’attelage france et sa dette public…en grande partie due aux charges gégérées par ses fonctionaires !!!!! sas

    15/06/2006 à 13 h 43 min
  • COZE Répondre

    Monsieur, L’exécution d’un criminel n’a aucun effet d’apaisement relatif sur la famille d’une victime. Elle n’apaise que la société. Imaginez que le dernier représentant d’une famille se fasse tuer. La police découvre son assassin et on l’exécute. Pardonnez ma franchise, mais cela fait une belle manche à la victime! Nous avons aujourd’hui la possibilité de rendre une véritable justice en permettant à des victimes de revivre grâce au clonage. Donner une seconde chance de vivre à ces deux petites victimes aurait été le geste le plus merveilleux qui soit pour ces familles. Avec des gouvernants comme les nôtres, nous ne sommes pas là d’avoir une telle chance! Je dirai même plus : nous pouvons, grâce aux études effectuées par différents chercheurs, être capables de prévenir les comportements criminels et de les soigner. C’est infiniment mieux que de se lamenter trop tard! Car la peine de mort n’est qu’une punition qui arrive trop tard : il y a eu un ou plusieurs assassins et une ou plusieurs victimes! Amicalement.

    14/06/2006 à 20 h 17 min
  • grandpas Répondre

    Moi qui croyez vos connaissances infinies. Un cheval de trait(boulonnais,percherons,traits du nord)tirent le pus loin possible une lourde charge qui avance au fur et à mesure sur le traineau.Ce sport est trés apprécié au pays du soleil levant.

    14/06/2006 à 17 h 31 min
  • sas Répondre

    A grand pas…trait-track…connais pas…quezako ? sas nb)il me semblait que les percherons se trouvaient au gouvernement…

    14/06/2006 à 12 h 17 min
  • grandpas Répondre

    Les percherons sont tous au Japon,pour participer aux courses de trait-track.

    12/06/2006 à 9 h 11 min
  • sas Répondre

    Heureusement que le ridicule ne tue pas en FRANCE…ce serait une hécatombe…sur la peine de mort…déjà condamné 2 fois à perpétuité…holms(le tueur en série) revient en troisième série…pourquoi faire???à quel cout??? ….qu’il soit écartelé en place public et point trait, nous devrions bien trouver 3 à 4 percherons au chômage…agricole. sas

    12/06/2006 à 0 h 02 min
  • grandpas Répondre

    no comment

    09/06/2006 à 23 h 47 min
  • Raptor Répondre

    La peine de mort pour les tueurs d’enfant, certes, mais n’oubliez pas non plus, les tueurs en série, les assassins de femmes, de vieillards, de policiers, les meurtres accompagnés de viol et acte de torture. Et n’oubliez pas non plus de supprimer la prescription pour les crimes de sang, les remises en liberté immédiate des criminels, la culture de l’excuse, le licenciement de tous les magistrats gauchistes, bref un grand nettoyage de printemps quoi!

    09/06/2006 à 21 h 55 min
  • Florent Répondre

    Au parpaillot, cessez donc de faire semblant de défendre les cathos puisque vous les haissez, assumez-vous que diable et rejoignez notre ami et le camarade Jaures. De toutes façons, la loi ne vous condamnera pas, au contraire! TOUTE dernière intervention sur ce forum.

    09/06/2006 à 12 h 30 min
  • sas Répondre

    A tex….ouais ok pour ton labyrinthe..mais on entrave des pieds du tueur de gosse…et on l’arrime à 2 enclumes de 150 kg chacune,histoire qu’il est une chance réelle(à la socialiste)… marina il n’est pas question d’utilité ou pas, il est question de vie sociétale et de dissuasion….la protection de nos gosses et vieux est une obligation innaliénable de l’homme…si il faillit à cette mission , il faillit à tout.Et si nos politiques n’ont pas les couilles, qu’ils aillent à la pêche…les poisson font pas de bruit quand ils agonisent…lui sas est prêt à s’occuper d’un fourniret,dutrou,guy georges et tous les autres enculés dont la culpabilité est avérée.au manche de iopche si nécessaire…car sas aime son prochain sans hypocrisies ni déviance.Protéger les meurtriers de sa progéniture est contre nature. sas

    07/06/2006 à 13 h 31 min
  • marina Répondre

    moi je dits que la peine de mort ne sert a rien. aucun probleme est resolut en tuant les gens ses du bidon

    07/06/2006 à 10 h 56 min
  • Jean-Michel Répondre

    Bien d’accord avec vous pour le rétablissement de la peine de mort. Ne soyez toutefois pas trop affirmatif quant à telle ou telle méthode sûre à 100% pour trouver le coupable. Les progrès de la science ont toujours été accompagnés de ce genre de grande affirmation et il est bon de se rappeler que, tôt ou tard, TOUT est susceptible d’être FALSIFIE ou fabriqué.

    07/06/2006 à 10 h 34 min
  • sas Répondre

    A tous….on vous a jamais dit que JMLEPEN était mieux que les autre….lui au moins on l’a pas encore pris la main dans le pôt à confiture….contrairement à tous les autres enclumes du ppf(paysage politique français)…des chirac,mitterand,longuet,cambelis,strauskhann,madelin,juppé,lang et tous les autres…. Donc même vieux….il faut mieux que tous les autres enculés…de la ripoublique. SAS

    07/06/2006 à 0 h 27 min
  • Saint Tex Répondre

    Bjr à tous, On s’éloigne du sujet, on dirait… Mr Lance a la réflexion judicieuse. la peine de mort sur les pauvres petits gamins massacrés et violés est, quant à elle, prononcée froidement par de sombres individus qui méritent la pareille. Les « experts » juridiques s’efforcent souvent de prouver qu’ils sont fous, donc irresponsables pour attenuer leur peine. Beaucoup de gens tergiverseront sur le fait de ne plus jamais rétablir la peine de mort avec leurs bons sentiments de victimes consentantes inconscientes. Mais si c’était leur propre gosse qu’ils perdaient ainsi, je parie qu’ils seraient fous de douleurs et de rage et qu’ils diraient autrement. Oublier ça, c’est ne rien comprendre à la nature humaine, ou alors être un expert en hypocrisie. Je propose une sorte de « jugement de Dieu », si on veut : On construit un labyrinthe à 3 voies grand comme un stade de foot avec des murs de 3.00 m. Une porte à chaque bout. On introduit le criminel judiciable de la peine de mort par une porte et on lui promet la vie sauve s’il sort par l’autre. Quand il est entré, on dépose alors une lionne (une femelle, donc) mal nourrie au milieu du labyrinthe. Et on attend. les chances de sortir existent mathématiquement. Si le prisonnier sort vivant, il est alors exclu du territoire national à vie. Pourquoi une Lionne ? Ceux qui connaissent un minimum de la vie animale sauront pourquoi, car c’est souvent une mère qui pleure ses enfants tués par un lion rival de son époux. Elle connait donc la souffrance face à l’infanticide… Bien à vous messieurs les coupeurs de cheveux en 4. Saint-Tex.

    06/06/2006 à 19 h 15 min
  • grandpas Répondre

    Jaures Pour une foi,vous répondez avec votre coeur.C’est une forme de justice peut être expéditive qui s’appelle la loi du talion.Mais comme d’habitude,vous chevauchez vos vieux démons en accusant les internautes de ce site de dérive totalitaire,on ne se refait pas! Cordialement

    06/06/2006 à 16 h 15 min
  • aymericlol Répondre

    la peine de mort, c’est une vengeance, mais ce n’est pas la justice. Quand la société utilise les armes du meurtrier, elle devient à son tour meurtrière et légitime la barbarie.

    06/06/2006 à 14 h 26 min
  • Jaures Répondre

     » Ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire … » nous dit R.Ed sans doute déçu, à la lecture de son post, que les perdants ne furent pas ceux qu’il préfèrait. Les allusions de Le Pen à Oradour comme le reste de ses sorties (« Durafour-crématoire », le « détail de l’Histoire »,la « double-nationalité de Stoléru », « On est pas obligé d’aimer la peinture de Chagall », etc…) sont destinées à ceux qui furent toujours ses vrais amis: les néo-pétainistes anti-sémites.Ses prises de position contre les immigrés ne furent qu’un prétexte opportuniste (il n’a évoqué ce problème qu’à la fin des années 70).Sa position sur la bombe atomique Iranienne ou ses poignées de main à Saddam alors que son pays était en guerre sont en cohérence avec son idéologie. A Fleurent: Vous ètes déjà revenu ou vous faites comme « les compagnons de la Chanson » dont les adieux au Music-Hall ont duré 2 ans ?

    06/06/2006 à 14 h 00 min
  • Florent Répondre

    A l’ami du mensonge, quelques mises au point: Voilà, tout est dit. Ce brave Jean-Marie a bien changé depuis sa jeunesse, où, dit-on, il faisait de la résistance (sic!)… Je me demande qui il voulait jeter dehors? Les Nazis, ou, plus probablement, les Allemands? (voyez la nuance). A l’époque, y’avait pas de nuance, la plupart des résistants étaient germanophobes! C’est malheureux, mais c’est comme ça. De toute façon c’est un mensonge puisqu’il a traité les resistants français de « féroces et criminels », il a banalisé la boucherie d’Oradour sur Glane, et a déclaré que « les chambres à gaz sont un détail de l’histoire » Non c’est la vérité et ceux qu’il traitait de criminels n’étaient que les cocos nervis de Moscou et qui avaient retourné leur veste après juin 1941, oh suis-je bête, j’avais oublié que les communistes sont des saints laics et qu’on n’a pas le droit d’y toucher! Tant pis pour les victimes de Lénine! La guerre passée, il a dû trouver d’autres gens à détester (hou le vilain teigneux) : Si les mots « Occident », « GUD » et FNJ » ne vous disent rien ,sachez quand même que Jean-Marie n’est jamais loin, ni non plus Le Gallou, Alain Madelin ou Patrick Devedjian (vous savez, les sales technocrates UMP qui sont des magouilleurs alors que Le Pen est réputé blanc comme neige). Ouais et alors? Ils étaient engagés à droite et c’est infiniment mieux que Jospin, Lang et Strauss-Kahn engagés chez les Trotskystes qui n’étaient pas de gentils garçons. Ben ouis, la gauche aussi a eut sa racaille. Et celle-ci a sans doute bien plus à se reprocher. Je sais ce que vous pensez, vous vous dites que je change de sujet. Pas du tout ! Comment laisser à un assassin en puissance* le droit d’exprimer son opinion sur la peine de mort ? Drôle d’assassin qui n’a pas une goutte de sang sur les mains. On ne peut pas en dire autant de feu Georges Marchais ou François Mitterand. * Le Pen EST un violent : il a perdu son oeil en attrapant une cataracte après une bagarre en 1958 (de ses propres dires), violenté une femme devant les caméras, et menacé un journaliste (« JE M’EN SOUVIENDRAI! ») Précision: son oeil il l’a perdu en défendant un harki, il fut d’ailleurs le premier à cette époque à les défendre quand la gauche les accablait et la droite officielle les méprisait. Quant à la femme, c’était une élue socialiste qui l’avait provoqué. Précisons que BHL fut parfois plus violent devant les caméras, curieusement personne ne s’en rappelle. Deux poids deux mesures comme toujours. Je vous aime tous ! Ben c’est pas réciproque A SAS, à 200% d’accord avec toi. Et tant pis pour les évêques abolitionnistes.

    05/06/2006 à 23 h 26 min
  • R. Ed. Répondre

    Violenté une femme devant les caméras ? Les caméras d’Al Quaida sans doute ? L’histoire bidon de la virago en question, pfuit !!! Il a effectivement menacé un journaliste de lui montrer qu’il n’était pas un lâche (hors caméra quand ce « dit » journaliste lui a dit qu’il était un dégonflé). «  » » »Arrête la caméra et tu vas voir si je suis un dégonflé !!! » » » Propos tenu dans les coullisses du parlement européen. La « boucherie » d’Oradour et celle de Hiroshima, de Desdren et de Hamburg, c’est d’un côté le détail et de l’autre le gros (le très gros). Ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire, pas les perdants. A côté d’Hiroshima et de Nagazaki (80000 et 100000)Dresden (250000), Hamburg (150000) tous des civils, Oradour (682) »morts » fait office de détail. Il est vrai que d’un côté ce sont des enfants et des femmes françaises et de l’autre côté des enfants et des femmes allemandes et japonaises, des ennemis, quoi !!! Même les bébés qui viennent de naître !!! Alors, si vraiment tu nous veux du bien, s’il te plaît, casse-toi, ta place n’est pas ici, mais chez le facteur ou chez l’Astérix, tu seras sûrement le bienvenu, tu seras en bonne compagnie, ça, c’est sûr !!!

    05/06/2006 à 22 h 52 min
  • Jaures Répondre

    A Grandpas: Eternel argument! »Et si c’était ta mère ou ta fille la victime? ». Evidemment si quelqu’un touchait à mes enfants je lui ouvrirai le ventre et l’étranglerai avec ses intestincs. Mais qu’est-ce que cela aurait à voir avec la justice? Si les victimes jugeaient et condamnaient leurs coupables, beaucoup sur ce site rétabliraient la peine de mort pour le vol d’autoradio.

    05/06/2006 à 20 h 57 min
  • sas Répondre

    Il est un devoir inaliénable, que la défense et la protection des plus faibles(vieux,enfants)…et bien que cela ne concerne en rien nos politicards baiseurs de gosse ou hécatombeur de vieux…de droite comme de gauche…si la peine de mort peut sauver 1 gosse…par anticipation…que l’on réinstalle immédiatement cette dissuasion vertueuse…que l’on prenen des garanties de certitude pour les applications tombe sous le sens(flagrant délits,aveux,récidives…exit adn seule)…déjà que l’abolition soit né dans les cerveaux pourris et utopiste des « frères » humanistes,c’était suspect….mais devant l’explosion des atteintes aux enfants…y a plus photo… C’est lorsque je vois les cortèges de marches silencieuses, pour un plus jamais ça hypothétique…que ca me met en rage….au pire laissons les parents des victimes décider da l’application ou pas …et si il y en a suffisament con pour pardonner….moi je ne serais pas déranger… sas

    05/06/2006 à 13 h 30 min
  • un_ami_qui_vous_veut_du_bien Répondre

    Je me cite : « Comme le disait un homme politique pétainiste en 1940, ‘La France, aimez-la ou quittez-la’.  » Je cite la réponse : « Ah qui ça? Le premier qui ait dit ça en France, c’est Lepen. » AH BON J’EN TOMBE DE MA CHAISE =) ça alors, je n’en reviens pas (!) Voilà, tout est dit. Ce brave Jean-Marie a bien changé depuis sa jeunesse, où, dit-on, il faisait de la résistance (sic!)… Je me demande qui il voulait jeter dehors? Les Nazis, ou, plus probablement, les Allemands? (voyez la nuance). De toute façon c’est un mensonge puisqu’il a traité les resistants français de « féroces et criminels », il a banalisé la boucherie d’Oradour sur Glane, et a déclaré que « les chambres à gaz sont un détail de l’histoire » La guerre passée, il a dû trouver d’autres gens à détester (hou le vilain teigneux) : Si les mots « Occident », « GUD » et FNJ » ne vous disent rien ,sachez quand même que Jean-Marie n’est jamais loin, ni non plus Le Gallou, Alain Madelin ou Patrick Devedjian (vous savez, les sales technocrates UMP qui sont des magouilleurs alors que Le Pen est réputé blanc comme neige). Je sais ce que vous pensez, vous vous dites que je change de sujet. Pas du tout ! Comment laisser à un assassin en puissance* le droit d’exprimer son opinion sur la peine de mort ? Pour conclure : « L’extrême droite est belle » « L’extrême droite est juste » « L’extrême droite est honnête » « L’extrême droite est tolérante » « L’extrême droite est ambitieuse » …OU PAS ! Je vous aime tous ! PS : mettez dans « extrême-droite » qui vous voudrez (comme ça j’anticipe les « Le Pen est un traitre, vive De Villiers », ou les « à bas ce traitre de Sarkozy, vive Le Pen ») * Le Pen EST un violent : il a perdu son oeil en attrapant une cataracte après une bagarre en 1958 (de ses propres dires), violenté une femme devant les caméras, et menacé un journaliste (« JE M’EN SOUVIENDRAI! »)

    05/06/2006 à 12 h 10 min
  • R. Ed. Répondre

    Non à la peine de mort ! Mais il faut revoir l’échelle des peines. Et surtout revenir à des peines sensées. L’automobiliste « contrevenant » est beaucoup plus puni que le petit caid de banlieue. L’Etat le poursuivra jusqu’au bout pour « toucher » les 200 euro d’amendes qu’il refuserait de payer et de l’autre côté le dealeur ou le voleur de voiture s’en « tire » avec 6 mois de prison. Six mois AVEC SURSIS, six mois « symboliques ». Ensuite, il faut rétablir le bagne. 10 ans, c’est dix ans ! 20 ans, c’est vingt ans! Et perpète, c’est à vie, on ne sort que les pieds devant. A ce moment, les erreurs judiciaires permettent de libérer et de dédomâger un peu les innocents condamnés. Il est bien entendu qu’ici je ne parle pas de la France mais des autres pays, puisque la justice française ne commet jamais d’erreurs (en tout cas ne veut presque jamais le reconnaître) même devant l’évidence. Voir l’affaire Seznec par exemple, vu que maintenant on a retrouvé les cadavres. Il y a bien l’affaire « d’Outreau », mais là c’est une affaire à se tirer par les cheveux.

    05/06/2006 à 10 h 53 min
  • grandpas Répondre

    Jaures J’espere pour vous que vous n’aurez jamais besoin de calmer vos rancoeurs.Si par malheur,cet instant arrivait,alors peut être repenserez vous à tout vos beaux discours sur l’influence ou non de la peine de mort. Surtout si le prédateur en question est un recidiviste defendu par un avocat abolitioniste.Comme d’habitude vous aurez une réponse toue faite sur ma reponse à ma question. Pour une fois pensez avec votre coeur et non avec votre dogmatisme.

    05/06/2006 à 1 h 47 min
  • Jaures Répondre

    A vultur: Vous vous trompez, la,pédophilie a toujours existé. Elle était simplement moins connue, moins dénoncée et plus difficilement prouvée. Il en était d’ailleurs de même avec les viols, les victimes étant alors plus souvent stigmatisées que les coupables. En fait, la peine de mort n’a aucune influence sur la délinquance. Elle ne fait que calmer les rancoeurs, ce qui n’a rien à voir avec la justice. cela se comprend pour les victimes et leurs proches. Pour ceux qui la soutienne, cela me semble beaucoup plus malsain ou provenir d’une conception d’un homme qui naitrait bon ou mauvais et pour lequel tout serait joué au départ. Je n’y souscris pas.

    04/06/2006 à 21 h 34 min
  • grandpas Répondre

    Jaures La peine de mort existe depuis la nuit des temps et toutes les civilisations lui ont donné un nom correspondant dans leurs langues.Mais celle là est naturelle et souvent injuste. Pour vos amis suicidés peut être ne supportent ils plus leur crime.Quand aux violeurs d’enfants(pointeurs en langage carcérale)pourqoi sont ils protégés?Peut être que les vilains graçons ont ils plus le sens de la justice que les politiques. J’ ai dèjà dit je suis contre la peine de mort mais que monsieur les assassins commencent. J’attends toujours une réponse à cette affirmation de vous Jaures et de cet Ane Qui Veut Voir Des Bardots,comment contez vous messieurs(dames)empêcher la prochaine hécatombe.

    04/06/2006 à 11 h 09 min
  • Florent Répondre

    A Florent: Une fois de plus vous n’avez rien compris à ce que j’ai écrit. N’oublions pas, comme je l’ai déjà écrit ailleurs que la peine de mort existe en France: plus de 150 prisonniers sont retrouvés morts chaque année dans nos prisons, « suicidés » ou « accidentés ». Et pour la dernière fois, ça ne me fait rien. Et ce n’est pas la peine de mort, ils se zigouillent eux-mêmes. Pas la faute de l’état mais les familles des victimes doivent se sentir mieux. Prétexter chaque fois l’assassinat d’enfants pour relancer le débat sur la peine de mort est une escroquerie intellectuelle: on utilise la force émotive irrationnelle de ces meurtres (et P.Lance ne s’en prive pas avec sa finesse habituelle) pour faire avancer des idées dont la gravité réclame une reflexion raisonnable. Encore, pour la 185 e fois, la même réthorique: vous utilisez la fibre émotionnelle et c’est pas bien donc taisez-vous! Mais au fait, votre Badinter chéri n’avait-il pas fait de même en 1981 en essayant de nous attendrir sur le sort de Patrick Henry. Deux poids deux mesures hmmm! En quoi la mort d’un enfant est-elle objectivement plus insuportable que celle d’un vieillard ? Tout simplement parce que le vieillard a eut sa chance dans la vie et pas l’enfant. Ne vous souvenez-vous pas de cette bonne vieille maxime des marins de jadis « Les femmes et les enfants d’abord », elle avait un sens. Ceci dit, la mort violente d’un veillard est aussi atroce et je veux bien la sanctionner par la PDM. C’est d’ailleurs pourquoi le réferemdum est une mauvaise idée: une erreur judiciaire (comme l’affaire P.Dills ou Outreau) ferait pencher la balance d’un côté, une nouvelle affaire Fourniret de l’autre.La représentation nationale permet de garder la distance nécessaire. Ouais encore la politique de l’autruche: ne demandons surtout pas l’envie du peuple, il est trop con pour décider. Et puis, quelle représentation nationale? Vous croyez que tout le monde est socialiste et syndiqué en France? Et quelle distance nécessaire? La distance entre le peuple et les institutions sont telles que les français d’aujourd’hui méprisent les institutions de leur pays. Charmant résultat!

    04/06/2006 à 0 h 51 min
  • grepon le texan Répondre

    A ami, Chiche! John Malvo…tueur en serie basane! Vous en avez d’autre comme ca? A Jaures, vous meprennez. L’etat vient prendre de l’argent de MA POCHE, avec la force d’armes derriere si je ne suis pas d’accord, pour maintenir incarcere des condamnes. Des que ces personnages seront condamnees a la perpetuite (ou executer), je veut tout simplement que l’etat economise mes sous. J’insiste. Aujourdhui il est plus couteux aux USA, en moyenne, d’executer quelqun, que de lui emprisonner a vie. Je preferais que les executions ce fasse le lendemain de jugement, ce qui arreterait definitivement le criminel de nuire au contribuable. L’avortement, par contre, n’est pas un probleme de societe. C’est un choix perso, ou de famille. Si les personnes concernees veulent faire des equations economique dans leur decision, c’est leur affaire a eux(Je laisse de cote la question de quelle point le foeutus devient humain..ce qui EST une question de societe..mais pas un dans laquelle l’economie a une place). Alors, pour repondre a votre question. C’est pareil pour l’elevage des enfants. Dans un monde ideale, il n y a pas de redistribution force de revenus fait par l’etat. La France, pour se sauver, devrait les terminer « with extreme prejudice » y compris les idiotiques « allocations familiales ». Aussi, pour l’education, l’etat devrait offir a chaque famille ce qu’on appele un « voucher » en anglais ayant une valeur equivalent au cout de l’education publique pour un enfant. Ce voucher, les parents peuvent le depenser dans n’importe quelle ecole qui leur plait. C’est comme cela qu’on fait la chasse au Mammouth. In my world you feed solutions and starve problems. Private education produces better results so you feed it by giving parents the choice via means of vouchers. The state funded Mammouth is a cesspool, so starve it by issuing vouchers. Welfare destroys families and harms children, so stop it. Etc.

    03/06/2006 à 20 h 19 min
  • Vultur Répondre

    Je suis pour le rétablissement de la peine de mort et, au moins, pour les infanticides. La recherche de l’ADN ne permet plus de commettre d’erreur sur le meurtrier. Il ne s’agit pas d’être de droite ou de gauche, croyant ou pas, mais de doter la Société de la seule arme de DISSUASION qu’elle possède face aux assassins d’enfants, aux pédocriminels récidivistes, aux serial killers – face à ceux qui prennent la vie des autres mais qui craignent pour la leur ! Oui, la peine de mort donne à réfléchir avant de « passer à l’acte » monstrueux ! Ceux qui prétendent le contraire se trompent lourdement et augmentent le nombre des victimes. Quand la peine de mort existait et était appliquée, il y avait très peu de crimes de pédomaniaques ! Ils avaient peur de la guillotine! Peur de la mort, eux qui l’avaient donnée à des enfants, à des jeunes gens ou jeunes filles, sans aucun scrupule, pour leur plaisir sexuel pervers! Une société qui laisse assassiner ses enfants est une société dégradée, non-démocratique (car elle méprise l’opinion du peuple, scandalisé par ces meurtres non-sanctionnés par le châtiment de la peine capitale), vouée à la décadence et à la mort… La prison n’est pas suffisante pour amender ou « guérir » les meurtriers de leurs ignobles pulsions! Sitôt sortis, ils recommencent ! Presque tous! A 5O, 6O ans et même à 70 ans, un pédomaniaque peut encore violer et tuer un enfant! Car la prison est un « accumulateur » de forces et de pulsions dangereuses et non un lieu de rédemtion ! – L’abolition de la peine de mort a été une erreur grave, une erreur « intellectuelle » (Badinter)commise par des hommes qui ne sont pas, précisément, des criminels, qui n’ont jamais éprouvé leurs « pulsions » perverses! Qui n’ont aucune imagination du mal ! Mais que de petites victimes depuis cette loi Badinter ! La liste est longue et fait frémir ! Et les familles, les parents détruits par un chagrin incommensurable, qui savent que le bourreau de leur enfant échappera (s’il est pris et jugé) à la mort, qu’il respirera, mangera, verra chaque jour le soleil se lever, alors que leur enfant est dans une tombe ! Que cet individu aura autour de lui des avocats, des journalistes, des experts -psychiatres pour « relativiser » son acte, l’expliquer même, (toujours avec les mêmes arguments, que l’on connaît! ) et pour demander enfin l’indulgence du jury ! Pense-t-on alors aux malheureux parents, confrontés soudain à l’horreur ? au « jamais plus », – au « jamais plus » du sourire de leur enfant ? Tous ces jeunes destins brisés pour un viol immonde, pour le plaisir sadique de tuer l’innocence, de faire souffrir un gosse, une gamine !D’en faire un petit cadavre ! – Le coeur se soulève de dégoût… Je pense au petit Matthias, à Madison, à Estelle Mouzin, à Marion Wagon, et à tant d’autres, dont on voit les gentils visages dans le journal ou sur le net… On a honte de vivre dans un pays qui laissera en vie leurs assassins! Un référendum s’impose quant au rétablissement de la peine de mort. Si le meurtrier est reconnu réellement atteint de démence, il faut alors le garder à vie entre des murs solides, sans jamais le relâcher comme un fauve parmi les êtres humains, ni tenter de le « réinsérer » socialement. L’expérience a prouvé que ces réinsertions étaient presque toutes des échecs. Et la Justice ne doit pas jouer à la roulette russe… Quant aux « prédateurs » responsables, il faut leur appliquer, sans faiblesse émotionnelle , voire idéologique,ou encore « politisée », la peine capitale. Vultur

    03/06/2006 à 17 h 00 min
  • sas Répondre

    Nous ne sommes pas en matière de justice, et comme pour toutes nos administrations déviantes et devennues inutiles (sauf pour leur propre personnel dont la masse salariale explose) dans un souci de service,ou d’efficacité…La machine tourne folle juste pour occuper ses honnorables membres….exemple,je regardais la chaine planete dernièrement sur l’orpaillage clandestin en Guyannes française….les moyens mis en oeuvre ONF,GENDARMERIE,bateau,hélico, explosif…..tous ces manches à couilles en pleine forêt interpeller des « gaziers brésilien » en situation de multirécidive…ne parlant pas un mot de portugais….improviser en pleine brousse des bureaux administratif à la française pour empreintes,photo,auditions et vérification de totres….pour finir par des  » I Q T « …..qu’est ce qu’une IQT ? he bien une fois que le constat de pollution,d’illégalité,de déforestation sauvage,de travail clandestin,de dsituation irrégulières, de non respect au droit du travail et du reste….Nos pangolins de la maréchaussé, (adeptes des briquets et virées nocturnes en CORSE…)ils délivrent aux délinquants….une Invitation à Quitter le Territoire….d’où IQT….eux n’ayant aucun moyens ni le temps de les reconduire eux même…..inutile de dire que tous ce travail côuteux pour le contribuable est fort efficace….et vient étayer l’efficacité supposé d’un nicolas de naguy bocsa… La france ou le royaume des manches à couilles… sas

    03/06/2006 à 13 h 55 min
  • Florent Répondre

    Une dernière fois pour l’ami des criminels Je salue le courage intellectuel de Grepon le Texan qui sous-entend que les « bazanés » ne peuvent pas être des tueurs en série parce qu’ils sont trop bêtes. Faudrait vraiment te décider à apprendre à lire mon gars, Grepon n’a jamais dit ça. Mais bon, c’est vrai que tu es génétiquement programmé pour traquer le racisme. Surtout là où il n’y en a pas. Dans tous ces commentaires se cache une seule remarque pertinente, saurez-vous trouver laquelle ? Bravo, vous avez deviné : la peine de mort N’EST PAS dissuasive. Partant de ce constant, on en déduit facilement que défendre la peine de mort, c’est vouloir davantage de meurtres et de crimes dans nos rues. Encore une fois cette affirmation gratuite, sans fondement et sans preuve, ben oui, on ne va pas s’embêter à prouver nos dires quand même! Enfin, puisque cet argument vous plait temps, tâcher de trouver les vraies statistiques (pas celles bidonnées de AI) sur la criminalité aux USA (par état de préférence, c’est comme ça qu’ils le font là-bas) et tant qu’on y est les chiffres de la représentativité des minorités ethniques dans le crime, ça vous évitera de répéter des âneries du genre « la peine de mort est raciste dans son application, les noirs sont défavorisés ». Ce genre d’ambition me déçoit de la part de l’élite qui fréquentent ce site. Mais rassurez-vous, j’ai une solution pour vous : Comme le disait un homme politique pétainiste en 1940, « La France, aimez-la ou quittez-la ». Quelle meilleure destination pour vous, lecteurs de ce site, que de partir au Texas, où vous vous sentirez comme des poissons dans l’eau? Ah qui ça? Le premier qui ait dit ça en France (parce que à l’origine, c’est américain), c’est Lepen et lui fut résistant à 16 ans en 1944. Quant à partir au Texas, avant cela, ne vaudrait-il pas mieux redonner la parole au peuple en organisant un référendum sur la question? Mais non, suis-je bête, le peuple est trop ignare et inculte pour qu’on lui demande son avis! Bisous à tous, le minable procédurier que je suis doit aller fournir les preuves ADN que le condamné était innocent (je crois qu’on appelle ça « vice de procédure » chez les acharnés de la chaise électrique). Ah lequel? Pas Ranucci j’espère! Non parce que lui, c’est foutu, il était bien coupable, pour vous en convaincre, consultez les registres de police relatifs à l’affaire.

    03/06/2006 à 12 h 54 min
  • Jaures Répondre

    A Florent: Une fois de plus vous n’avez rien compris à ce que j’ai écrit. N’oublions pas, comme je l’ai déjà écrit ailleurs que la peine de mort existe en France: plus de 150 prisonniers sont retrouvés morts chaque année dans nos prisons, « suicidés » ou « accidentés ». Prétexter chaque fois l’assassinat d’enfants pour relancer le débat sur la peine de mort est une escroquerie intellectuelle: on utilise la force émotive irrationnelle de ces meurtres (et P.Lance ne s’en prive pas avec sa finesse habituelle) pour faire avancer des idées dont la gravité réclame une reflexion raisonnable. En quoi la mort d’un enfant est-elle objectivement plus insuportable que celle d’un vieillard ? C’est d’ailleurs pourquoi le réferemdum est une mauvaise idée: une erreur judiciaire (comme l’affaire P.Dills ou Outreau) ferait pencher la balance d’un côté, une nouvelle affaire Fourniret de l’autre.La représentation nationale permet de garder la distance nécessaire. A grepon: J’adore votre approche économique du problème. Vous devriez l’étendre à d’autres problèmes de société comme l’avortement: est-il plus coûteux de pratiquer l’avortement ou d’aider les familles à élever des enfants non-désirés ?

    03/06/2006 à 10 h 27 min
  • grepon le texan Répondre

    Jaures ecrit: « L’expérience américaine ayant en effet démontré qu »elle n’est en rien dissuasive » puis blah blah blah blah sur le probleme de soulager le victime. grepon reponds: Ben non. Il y a les futurs victimes du coupable a prendre en consideration. Aujourhui aux USA..et le probleme et bien pire en Europe, les « life sentences »…c.a.d. peines de prison a vie, et/ou les peines tres longues, sont trop souvent raccourci plus tard. ET, meme si le perpetrateur ne commet aucun autre crime (il et reforme etc), SACHEZ QUE LE CONTRIBUABLE A DU PAYER DE SA POCHE L’EMPRISONNEMENT DU PERPETRATEUR. Et oui, voila l’autre victime du crime, le victime qui reste vivant et qui continue a souffir de l’acte du criminel. [C’est le victime que vous ne pouvez reconnaitre, en tant que collectiviste, mais sachez qu’il y a des personnes productifs qui sont impose pour faire vivre les criminels incarcere, et ca les fait chier..ou devrait le faire.] Bref, perso, je crois que la seul consideration a etre prise en compte a propos de l’application de la peine de mort (contre enprisonnement tres longue), c’est le cout pour le contribuable. Aux Etats-Unis, les executions sont extremement couteux, du fait des armees de moonbats et autres lawyers qui font monter le cout par homme (c’est souvent des hommes) a des sommes exhorbitants…excedent le cout (pour le contribruable, toujours) bien au dessus du cout d’un enmprisonnment a vie. A cout egal, perso, je prefererais l’execution, ainsi on peut nullifier (apres des annees d’appels tres couteux etc) la possibilite d’un futur liberation du monstre. Dans la vie reelle, aux Etats-Unis, il est quasiment toujour plus chere au contribuable d’appliquer la peine de mort que d’opter pour la prison a vie. Meme a 40,000 euros l’annee environs. En tant personne tres pratique, je suis obliger d’attaquer aillieurs pour reduire mes impots. Soit je milite pour l’application vraie, et irreversible etc, des peines, soit je milite pour une reduction massives des interventions et delais externes qui font monter les couts des executions. Comme d’hab, je sais que ca vous fait chier, et c’est a mon grand plaisir.

    02/06/2006 à 19 h 35 min
  • grandpas Répondre

    Jaures Vous êtes d’un désopilant à mourir de rire. Vous mettez dans le même sac que des occidentaux,vous avez oublié Idi Amin Dada,l’actuel président du Zimbabwé.Enfin vous que malheureusement ceratains de ces doux dingues sont parfaitement normal dans certains cas.Ceux sont simpement des prédateurs.Si omme vousessayez de comprendre pourquoiun loup égorge 30 moutons et brebis,alors qu’une seule lui suffirait pour son goûter. Preuve en est que ces personnes sont êtres à part,en prison ces messieurs sont d’excellents « hôtes ».La raison est toute simple,il ne trouve leurs victimes parmis la population carcérale. Que conseillez vous,lobotomiser tous déviants potentiels qui n’arriveraient pas comprendre vos bons conseils. La castration chimique,je suis à votre écoute.

    02/06/2006 à 19 h 08 min
  • un_ami_qui_vous_veut_du_bien Répondre

    Je salue le courage intellectuel de Grepon le Texan qui sous-entend que les « bazanés » ne peuvent pas être des tueurs en série parce qu’ils sont trop bêtes. Revenons à des choses sérieuses. Je synthétise tous les commentaires ci-dessus : « Bla blabla bla bla … la peine de mort n’est pas dissuasive … bla bla blabla… » Dans tous ces commentaires se cache une seule remarque pertinente, saurez-vous trouver laquelle ? Bravo, vous avez deviné : la peine de mort N’EST PAS dissuasive. Partant de ce constant, on en déduit facilement que défendre la peine de mort, c’est vouloir davantage de meurtres et de crimes dans nos rues. Ce genre d’ambition me déçoit de la part de l’élite qui fréquentent ce site. Mais rassurez-vous, j’ai une solution pour vous : Comme le disait un homme politique pétainiste en 1940, « La France, aimez-la ou quittez-la ». Quelle meilleure destination pour vous, lecteurs de ce site, que de partir au Texas, où vous vous sentirez comme des poissons dans l’eau? Bisous à tous, le minable procédurier que je suis doit aller fournir les preuves ADN que le condamné était innocent (je crois qu’on appelle ça « vice de procédure » chez les acharnés de la chaise électrique).

    02/06/2006 à 17 h 09 min
  • Florent Répondre

    Voila encore le laius habituel des droits de l’hommistes made in jaures: les assassins ne sont que de pauvres victimes qu’il faut choyer, la PDM n’est pas dissuasive (avec encore le mensonge de la criminalité US soit disant plus élevée en France, faut croire que peu d’abolitionnistes sont allé aux USA) et n’amène pas d’apaisement (qu’en savez-vous? Avez-vous vous-même été victime? Non? Alors soyez gentil, ne parlez pas à la place des autres). Enfin pour ce qui est du fait que les criminels sont des êtres humains, je répond: raison de plus, ils sont donc responsables de leurs actes.

    02/06/2006 à 14 h 16 min
  • sas Répondre

    Ne prend pas les américains et son système judiciaire en exemple…le principe des cautions est à chier…et leur star système est une horreur….Oneal simsom a été relaxé au pénal et condamné à des millions de dollards de dedommagement civil à la famille de la victime ?????quid de la vérité ???? c’est evident que c’est un meurtrier en liberté …. sas

    02/06/2006 à 12 h 15 min
  • duyt Répondre

    Bonjour! Je lis régulièrement le courrier des lecteurs sur le site des 4 vérites.Hélas,je trouve la qualité de ces courriers,d’un point de vue rédactionnel, inférieur à ceux qui sont publiés en version papier.Quel dommage!!Messieurs,je vous en prie faites un effort!!! Salutation. c.DUYT

    02/06/2006 à 12 h 09 min
  • HF Répondre

    Un texte très constructif de P. Lance sur la sujet de la peine de mort. Mais, il ne va pas assez loin. Au-dela de la sensibilité causée par les sujets d’actualités, il faut voir et inscrire la logique de la peine de mort dans le devoir pénal de la justice. Si la sentence ultime n’est pas applicable pour des criminels qui la pratiquent sans aucun scrupule, comment leur faire peur ? Il s’agit de la mesure la plus démesurée pour les criminels les plus démesurés ! Au-delà, outre l’apaisement des familles, c’est surtout la possibilité d’une justice qui offre -au minimum- une sanction égale au mal fait par le criminel. Ensuite, pour répondre à certaines mauvaises langues : – inutile de parler d’un pays (USA) dont la criminalité n’est pas calculée de la même façon que chez nous (la récidive ne compte pas, en France, dans les stats). – inutile de rapprocher la peine de mort (en tant que sentence de justice) comme étant inefficace face au terrorisme (qui est un fait de guerre/guerrilla). – si les politiques de gauche ont eu vite fait de retirer la peine de mort, peut-être était-ce surtout pour protéger leur propres têtes, si les français venaient à se réveiller… Bref, voici quelqu’un de plus qui est d’accord avec le rétablissement de la peine de mort, et accepterait sans sourciller le résultat issu d’un référendum non traffiqué. PS: pour Jaurès, comparer Mozart à Hitler, ‘fallait oser…

    02/06/2006 à 11 h 32 min
  • PAT Répondre

    je n’ai pas vu le signataire de l’article mais en tout cas bravo car enfin un journaliste qui a de la lucidité. Les fumiers (désolé pour le terme) qui touchent à des enfants doivent etre considérer comme des criminels contre l’Humanité et bien évidemment doivent être chatié par la peine suprême… la guillotine

    02/06/2006 à 11 h 30 min
  • Philippe Landeux Répondre

    pour une fois, je suis d’accord avec Kikinos, Un grande sujet de réflexion serait de savoir à quoi sert une peine. A punir ? A venger la victime ? Pas du tout. Une peine prévue pour un délit ou un crime doit dissuader quiconque de le commettre. Une peine appliquée doit amener le coupable à comprendre & réparer sa faute & à le dissuader à jamais de récidiver. De ce point de vue, la proportionnalité n’a aucun sens. La notion même de proportion de la peine par rapport à un délit n’a d’ailleurs aucun sens en soi. Car en quoi y a-t-il proportion entre un délit d’une nature & une peine d’une nature différente, cette peine consistant aujourd’hui généralement en une amende ou un temps de prison. Il est évident que les peines actuelles échouent totalement dans l’objectif qui leur est assigné. C’est généralement la nature du délit qui doit dicter la nature de la peine, une peine non pas proportionnelle, mais décuplée, centuplée. Obligez un taggeur à nettoyer un paté de maisons tant qu’il reste un tag, & vous verrez qu’il finira par monter la garde la nuit pour mettre un terme à sa peine & qu’une fois sa peine achever on ne l’y reprendra plus ! Obligez les propriétaires de chien à rammessez pendant un mois un seau de merdre, & ils feront désormais faire leur chien la où il faut. Que les flis pètent les deux mains aux casseurs lorsqu’ils les attrapent, & vous pouvez être sûrs que, la prochaine fois, s’il y en a une, ceux-ci raseront les murs. &c. Au lieu de cela, notre « justice » ménage l’impunité & nourrit le crime. Beau résultat ! Mais pour en revenir au coeur du sujet initial, il faut comprendre que le problème réside essentiellement dans les arguments qui furent employés pour abolir la peine de mort. Elle n’a pas été abolie au nom des principes que j’ai posés plus haut, mais par « humanité ». Ceci a conduit à prendre plus en considération les coupables que les victimes, à faire de la mort un tabou, tabou qui n’empêche pas les criminel d’agir, mais qui interdit aux gens qui respectent la loi de se défendre & les condamne de fait à être des vicitmes. On a confondu la peine de mort avec tuer pour se défendre de sorte que le principe de légitime défense pourtant reconnu est foulé au pied puisqu’il n’est soi-disant pas proportionnel de tuer, même par accident, celui qui ne veut que nous dépouiller, nous violer ou nous tuer. Car, dans ce dernier cas, seul un cadavre témoigne pour la « justice » de l’intention de tuer de l’agresseur & il n’y a donc que les victimes mortes qui aurait eu le droit de tuer pour se défendre. Comme personne n’est mort tant qu’il est vivant, il faut attendre d’être tué pour que l’on nous reconnaisse un droit que l’on ne pourra jamais exercer.

    02/06/2006 à 10 h 34 min
  • Jaures Répondre

    Chaque fois qu’un crime horrible est perpétré la peine de mort nous revient comme un exutoire. L’expérience américaine ayant en effet démontré qu »elle n’est en rien dissuasive (il y a 6 fois plus d’homicide/hab qu’en France) le seul discours encore en vogue est celui de l’apaisement de la victime. Or si la nécessaire condamnation du coupable par la justice est nécessaire au deuil, la mise à mort du condamné n’amène aucun apaisement supplémentaire: cette exécution paraitra de toute façon toujours trop douce et ne fera pas revenir l’être aimé. Le discours des anti-abolitionniste part d’un constat absurde: l’auteur de crimes horrible ne peut être humain. Justement si. Un être humain peut être Mozart ou Hitler, l’abbé Pierre ou Fourniret, J.Moulin ou Dr Petiot.Décréter qu’untel, coupable d’exactions n’est pas humain c’est refuser de comprendre quelles circonstances l’ont amené à les commettre (j’ai dit comprendre, pas excuser). L’un des deux récent meurtrier avait été lui-même victime d’un viol. Après avoir été condamné pour attentats à la pudeur, il n’a bénéficié d’aucun suivi médical et social et est resté des années livré à lui même. On n’expliquera pas tout en prétencant qu’il n’est pas humain. On ne fera pas l’économie par son exécution d’une réflexion sur la prévention de telles déviances.

    01/06/2006 à 19 h 32 min
  • kikinos Répondre

    Ce n’est pas que sur la peine de mort qu’on doit réfléchir. En général, la peine prévue et, surtout appliquée, est largement, voire dispropotionnellement, plus légère qu’elle ne le faudrait. Si l’on faisait de moi ministre de l’Intérieur ou plutôt Président de la République, je vous assure qu’il n’y aurait beaucoup moins de, vol de voiture, par exemple, puisque les voleurs le paieront trop trop cher. Moins de vandalisme puisque les casseurs seront cassés pour toute leur vie. Et grâce à mon action, vos assurance auto/habitation seront moins chères ! C’est très simple. « Oignez vilain, il vous poindra; poignez vilain, il vous oindra. » Tout y est dit.

    01/06/2006 à 16 h 41 min
  • Chris Répondre

    Bravo Mr Lance, très bon article. Contrairement à Grandpas, je pense que l’on peut très bien être pour la peine de mort envers les assassins d’enfant (je ne m’arrêterais pas en si bon chemin, mais c’est un autre débat) et dans le même temps pour l’avortement. Il n’y a rien de contradictoire là dedans.

    01/06/2006 à 12 h 37 min
  • gaius Répondre

    Un trés bon texte ,Mr Lance , bravo , 100% avec vous.

    01/06/2006 à 9 h 30 min
  • Ado Répondre

    En tous les cas, on pourrait appliquer sans risque la peine de mort aux récidivistes, parce que la leur culpabilité ne fait plus aucun doute. Une fois, c’est un accident, deux fois, une coincidence, trois fois, c’est un complot ! Par ailleur non, un simple vote du parlement permet de rétablir 6 mois plus tard la peine de mort. L’Europe n’est pas un obstacle.

    01/06/2006 à 8 h 45 min
  • grepon le texan Répondre

    Ouf, Ami, allez savoir. Pour etre tueur en serie de succes, il faut etre intelligent ET sociopath. Je suppose aussi que ca aide a etre relativement bien employe car c’est plus « normal » statistiquement..ainsi il y aurait moin de suspicion etc. Etre blanc aux Etats-Unis c’est tout betement dans la norme, statistiquement parlant. C’est tout de meme extremement rare les tueurs en serie. Par contre c’est beaucoup moins rare, d’etre con..ou tres con…ET sociopath a la fois. Voyons: grace a la neuroscience moderne nous avons tout plein d’observations qui montre que l’intelligence aide a supprimer ou guider au mieux les impulsions les plus animales/instinctives..emanations sous-corticaux..qui sont present chez nous tous. L’intelligence dite du QI est corticale et est en opposition ET vient nuancer le traitement fait dans les systemes sous corticaux…ces meme systemes plutot peureux et violent, qui gerent les actions des mammaux aux cerveaux moins complexes que les notres. Un autre observation bien basique. Les meurtriers cons, sont peu souvent de tueurs « en serie », probablement du fait qu’ils ont ete arrete la premiere ou deuxieme fois, car ils sont cons…ils se font prendre, pige?…avant de pouvoir faire une serie. Ils ont rates leurs series…tout betement[ 😉 ], d’accord? Mais ils ne sont pas moins coupables de leurs actes du fait d’etre des cons…des debiles, ou toute autre etiquette que vous voulez mettre dans votre effort de les deculpabiliser…les peindre en victimes etc. C’est eux les acteurs primaires dans l’histoire qui est leur vie, et donc c’est eux les plus responsables…tres clairement. Si vous voulez faire de l’homme un etre passif devant ce qui lui arrive, irresponsable de ces actes etc, faire croire que c’est la societe ou des instances imaginaire Freudien ou toute autre phantasme, c’est votre affaire, mais c’est une vision depressive. Quand cette croyance reigne dans un pays c’est un pays en declin, en souffrance. Regardez un peu autour de vous. Pour les erreurs judiciaires… La c’est plus souvent des histoires de vices de procedure, etc. Vous n’avez peut-etre pas vu le trial de certain footballeur amercain, OJ Simpson. C’etait instructive. Ou c’est un « re-trial » dix ou 15 ans apres les faits, quand les temoignes ne sont pas disponibles ou sont devenus, merci au temps moins fiable. ET/OU l’histoire a ete deforme au point d’etre un histoire ou le meurtrier est un victime(fausse accusation) ou irresponsable(car debile/sous influence d’autres etc). Voir plus haut mon avis la dessus. Bottom line, il suffit a convaincre un seul « juror » qu’il y a le moindre doute imaginable pour que la conviction saute dans un retrial. Les jurees viennent de la population, et la population est ce qu’elle est. Il y a certainement des individus comme vous en tant que jurors a travers les Etats-Unis aujourdhui meme aidant a decider toute sortes de choses. Y compris des histoires de cafe trop chaud cez Mac Do, pour des millions.

    01/06/2006 à 8 h 38 min
  • Philippe Landeux Répondre

    Je serais a priori de l’avis de Pierre Lance. Mais je crois que toute loi doit se fonder sur un principe. Or vouloir rétablir la peine de mort suite à l’émotion suscitée par des assassinats, des viols, &c., est inspiré par le même sentiment que celui qui a amené les députés à l’abolir : la sensibilité. On voit bien que, si les lois se fondent sur la sensibilité du législateur, chacun ayant la sienne, il ne peut y avoir de constance. Quel principe prévaut en la matière ? Celui de la légitime défense. De la même manière qu’un individu a le droit (aujourd’hui bafoué) de se défendre lorsqu’il est agressé, & le devoir de défendre ses concitoyens quand ils sont l’objet d’agression, droit qu’il peut exercer quelles que soient les conséquences pour l’agresseur, conséquences imprévisibles pouvant donc aller jusqu’à la mort, une Société (ou un régime) a le droit de se défendre contre les individus qui menacent son existence. Elle a donc ce droit lorsqu’elle est en guerre, ce quelle que soit la nature de son ennemi (nations, terroristes, &c.). Dans ce cas, elle donne la mort sans d’ailleurs prononcer de peine. Mais, les crimes de droit commun, aussi horribles soient-ils, ne menacent pas l’existence de la Société qui n’a donc pas le droit de prononcer de peine de mort contre leurs auteurs une fois appréhendés. (Remarquons que ce n’est donc pas un crime pour les victimes, leur famille ou leurs amis de les tuer avant que leur sort soit décidé par la Société.) Elle a malgré tout le devoir de protéger ses citoyens. A défaut de pouvoir annuler ce qui est fait, elle doit empêcher les auteurs de récidiver. Ceux-ci avaient des droits ; leurs actes les en ont dépouillé. Il y a donc, d’un côté, des individus sans droit, auxquels il ne reste que la vie, d’un autre, une Société qui ne peut les tuer sans commettre à son tour un assassinat. Il n’y a donc pas cinquante solutions. Ces individus qui ne peuvent plus jouir d’une liberté qu’ils ont perdu en en abusant, doivent être retranchés du corps social & isolés des vivants à perpétuité (c’est-à-dire jusqu’à ce que mort s’ensuive, pour ceux qui croient que « perpétuité » signifie 30 ans). Pour être plus clair, ils doivent être incarcérés seuls & sans possibilité de sortir de leur cellule, de sorte qu’ils ne soient plus un danger pour personne & que personne (à l’intérieur de la prison) n’en soit un pour eux. Pierre Lance rejette cette solution comme barbare. Je soutiens qu’elle est la seule dans les principes. Elle s’applique non seulement aux tueurs d’enfants, mais à tous les assassins, aux violeurs, aux tortionnaires, &c., à tous ceux qui ont anéanti physiquement ou moralement la vie d’autrui.

    01/06/2006 à 5 h 34 min
  • EIFF Répondre

    Dans le droit d inventaire sur les années Mitterand, il serait tout à fait légitime de revenir sur les conditions dans lesquelles la peine de mort a été abolit et soumettre la question au peuple francais souverain par référendum. La peine de mort (sous certaines conditions et avec le maximum de précautions) appliquée à des pédophiles, maniaques sexuelles et tueurs en série multirécidivistes ne me parait pas demander l impossible et enfreindre les règles de la morale la plus élémentaire. Alors pourquoi refuser un référundum ? Nos énarques ont-ils peur des recours qu offre la démocratie pour trancher sur des sujets qui touchent à la vie et aux inquiétudes des francais et à leur desir de justice ?

    01/06/2006 à 5 h 02 min
  • sas Répondre

    Hoooo PUTAIN !!!! un coup de lucidité sur ce sujet pierrot ???? gaffe, l’abolition a été inventé et voulu par les francs maçons …dont l’élu de dieu BADINTER… sas qui félicité mr lance…quand il fait un effort patent de réflection et de logique…

    01/06/2006 à 1 h 39 min
  • grandpas Répondre

    Pour l’ami ect….. Guy Georges,vous oubliez. Pour votre inforamtion,je suis contre la peine de mort mais à une seule condition que messieurs les assassins arretent. Et là,c’est moi qui suit utopiste et pourtant par rapport à vous je suis un vilain extrémiste de droite. Dites cher machin truc chose,vous devez jubilez à chaque fois que vous pouvez vomir sur l’occidental blanc catholique. Attention vous faites du racisme! Suis je idiot!C’est pas du racisme ,c’est de la discrimination positive,putain mais que je suis con§ Mais que je suis bête à bouffer du foin biologique,çomme il se doit. HI HAN,HI HAN

    31/05/2006 à 22 h 50 min
  • Barratin I° Répondre

    Comme à son habitude, Pierre Lance est « à côté de ses pompes » et ne voit pas la principale faille de son raisonnement spécieux : la peine de mort n’est PAS DISSUASIVE et il est donc inutile de répondre à la barbarie par la barbarie. Mais je ne doute pas une seconde que les grands cerveaux des 4 V vont nous expliquer qu’il faut couper la tête aux kamikases qui se font sauter avec leur bombe !

    31/05/2006 à 21 h 16 min
  • Florent Répondre

    A l’ami des criminels, je demande juste s’il se soucie réellement de la douleur de la famille des victimes, s’il songe à réviser ses clichés datés sur les USA et s’il sait que des tueurs en série sont noirs, arabes ou asiatiques. Et aussi quand il apprendra à discuter. Pour une fois, le cathophobe a raison: prôner la PDM pour un infanticide et dans le même souffle défendre l’avortement, c’est assez osé. Mais bon, ce qui fait le charme de ce bon vieux Lance, c’est bien ses contradictions.

    31/05/2006 à 20 h 34 min
  • david martin Répondre

    Hola , avec un tel article, je prédis un beau combat d’empoigne sur le site. Ps : je suis d’accord avec vous

    31/05/2006 à 17 h 17 min
  • un_ami_qui_vous_veut_du_bien Répondre

    Bonjour, Je souhaitais savoir si vous comptiez aussi appliquer la peine de mort au pourcentage élevé et avéré d’innocents victimes d’erreurs judiciaires (cf stats. des Etats Unis) ainsi qu’aux mineurs et aux handicapés mentaux (toujours comme aux E.U.). Je souhaitais aussi savoir si vous tenez comte du fait que les tueurs en série sont pour la pluaprt des hommes blancs issus de milieux moyens. Non, je demande, hein. Parce qu’après on va me dire que je suis un sale gauchiste utopiste.

    31/05/2006 à 15 h 17 min
  • Florent Répondre

    Je me disais bien qu’avec cette horrible affaire, Pierre lance allait revenir à la charge sur la PDM comme il l’avait déjà fait avec les affaires Fourniret et bodein. Et force est de reconnaitre qu’il est à son affaire: arguments de bon sens, faits concrets, morales intangibles. En effet, le rétablissement de la PDM est une nécessité absolue en France mais pas la seule : notons aussi le rétablissement de la loi anti-casseur de 1970, la suppression des libérations conditionnelles et de la prescription pour les crimes de sang, impossibilité d’effacer les fichiers de criminels dangeureux quand ceux-ci sont reconnus coupables…. Bref du travail de longue haleine, et en effet, faudra pas compter sur Chichi!

    31/05/2006 à 14 h 05 min
  • grandpas Répondre

    Monsieur P Lance Toujours la même question comment peut on être pour la peine de mort pour les infanticides et en même temps pour l’avortement.Je suis désolé mais je m’y perds,car les médecins commetant cet acte et le font en toute connaissance sont aussi à leurs amniéres des assassins d’enfants.Pour avoir vu une ecographie de 3 semaines,je peux vous assurer que le coeur bat. Cordialement

    31/05/2006 à 13 h 55 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *