Le président qui n’aimait pas les riches, encore déçu

Posté le mai 05, 2014, 11:09
4 mins
Le grand déballage a commencé, pour faire preuve d’intégrité, nos élus dévoilent leurs dessous, et ils ne sont guère affriolants. Quelques bicoques achetées à crédit, des voitures d’occasion bonnes pour la prime à la casse, des comptes courants avec à peine moins d’un mois de revenu en réserve est une épargne de misère à faire pleurer les veuves d’agriculteurs.

 

clip_image001

 

Être élu en France ? Ça eut payé ! : Admettons d’abord que ces déclarations soient honnêtes, qu’un ancien ministre, par exemple, ayant reçu plus d’1,2 millions d’euros de revenus au cours de ces cinq dernières années (et au moins 5 millions d’euros pendant les 30 années précédentes) n’ait pour seul patrimoine qu’une maison et un appartement pour une valeur de 675.000 euros.

Nourris, logés et blanchis par les généreux contribuables, les élites politiques arriveraient donc à peine à économiser de quoi s’acheter à crédit un logement principal modeste. C’est gros, mais soit.

En la supposant représentative de la réalité, la répartition du patrimoine des ministres apparaît alors révélatrice : des biens immobiliers, des assurances-vie, des livrets… Mais quasiment rien en actions ! Nos élites placent leur épargne dans la pierre et la dette publique (livrets ou assurances-vie…), mais rien dans les entreprises (actions…).

On savait déjà que les chefs d’entreprises et les entrepreneurs étaient minoritaires dans les cabinets ministériels et au Parlement, on sait désormais, que la plupart de nos élites n’ont aucune confiance dans le tissu entrepreneurial et productif, et qu’ils privilégient l’épargne stérile dans leurs investissements personnels. Assurés de ne jamais manquer d’argent, les décideurs politiques de ce pays le dépensent allègrement et ne font aucun placement financier. Pourtant, c’est à eux que les électeurs confient la gestion de l’Etat. Cohérents, les hommes politiques se comportent donc avec le budget de l’Etat comme ils se comportent avec le leur : en cigales insouciantes du lendemain.

 Rien d’étonnant à ce que la dette qu’ils creusent chaque année, à coups de budgets en déficit chronique ait aujourd’hui atteint un tel niveau. Rien d’étonnant qu’ils préfèrent taxer les revenus du capital, favoriser la bulle immobilière et détourner l’épargne du secteur productif au profit des bons du Trésor.

Reste toutefois une autre explication : les femmes et hommes qui nous gouvernent savent très bien gérer et faire fructifier leur argent personnel. Mais cédant à la démagogie et n’admettant pas de faire partie de la classe hyper privilégiée, ils mentent et dissimulent leur patrimoine, pour échapper à la pression fiscale qu’ils imposent à d’autres, et bénéficier des avantages de la concurrence fiscale.

Explications SVP : qu’un ignoble patron, héritier nantis,spéculateur, exploiteur, fraudeur, voleur soit riche ! Cela est possible. Que des politiques qui font le don de leur personne aux français ! Et qui se dévoue au bien public soit riche me semble incompréhensible ?

Article précédent

La magie du verbe

7 réponses à l'article : Le président qui n’aimait pas les riches, encore déçu

  1. Bouté

    06/05/2014

    Le fait que notre Président ait déclaré comme patrimoine des biens ( très sous-estimés ! ) à peu près tous sous forme immobilière m’avait beaucoup frappé, il y a deux ans . C’est le signe de ce qu’il ne croit pas un instant dans l’avenir du pays et n’ose s’engager en bourse sur aucune entreprise . Cette timidité financière malgré ses revenus énormes laisse mal augurer de ses convictions économiques et par suite de l’avenir de l’emploi .

    Répondre
    • René de Sévérac

      06/05/2014

      Non, non non …
      Mais ils croient en des lieux plus agréables où l’impôt est moins confiscatoire.
      Disons simplement que la plupart sont moins naïfs que Cahuzac !

      Répondre
  2. Bouté

    06/05/2014

    Le fait que notre Président ait déclaré comme p

    Répondre
  3. frei

    06/05/2014

    Pour ma part , je pense qu’il faut être simple d’esprit pour gober la déclaration de patrimoine du Président normal , dont le trésorier personnel pour sa campagne électorale s’est avéré être un adepte des montages dans les Caraïbes fiscales .

    Répondre
  4. 05/05/2014

    C’est gênant . Ca fait honte mais on ne bouge pas parce que les médias ( vraie muleta que le pouvoir agite devant le bon peuple quand il le veut et contre il veut ) se taisent .Ah! c’eut été COPE ou la MARINE on en aurait entendu parler jours et nuits de ce couple qui gagnait à la fois en tant que député , en tant que Conseiller , en tant que Présidente de Région ! Les trompettes de la renommée aurait , calculette à l’appui , montré qu’en deux mandatures ces messieurs-dames empochaient bien plus qu’un smicard durant ses 40 ans de carrière …. et , ON aurait donné plus d’importance aux articles parus dans le N)°SPECIAL « Hollande » DU CANARD ENCHAINE DE DECEMBRE 2012 . Ses tricheries fiscales par rapport à la faible valeur déclarée de sa villa sur la Côte d’Azur, et , autre tricherie ( ou manip? ) sur son appartement parisien … et MOTUS sur la SCI dont il fait partie , mais dans le brouillard des sociétés civiles IMMOBILIERES …..

    Répondre
  5. 05/05/2014

    Combines et magouillages de toutes sortes sont les mamelles du PS et le commentaire de Lovelreland le confirme encore. Sarko, en son temps a bien essayé mais s’est heurté à une opposition socialo efficace, c’est le seul poste auquel le PS est efficace d’ailleurs. On aimerait en dire autant de l’UMP car « qui ne dit mot consent » et en terme d’efficacité, c’est carrément « l’inodore, l’incolore, sans saveur ». On ne les a jamais entendu dénoncer ces magouilles, mais faut-il dire que pour cela il faut avoir les fesses propres.

    Répondre
  6. LoveIreland

    05/05/2014

    J’ai reçu ce qui suit de la part d’un ami peut-être déjà porté à votre connaissance mais dans le cas contraire voici :
    Si Pierre Moscovici a préféré quitter le navire gouvernemental à la dérive, il n’est pas parti les mains vides.
    François Hollande s’est engagé à faire de lui le « choix de la France » (sic) pour la future commission “européenne”.
    En tant que commissaire européen, il percevra le très confortable salaire de 24 374 euros par mois.
    Ses seules « indemnités de résidence » représentent trois fois le salaire d’un employé au SMIC en France.
    Il bénéficie en outre d’une prime de « frais d’installations » de 41 334,40 euros, soit plus de 3 fois le salaire annuel d’un smicard.
    À l’issue de son mandat, il ne recevra que 20 667,20 euros pour ses frais de « désinstallation ».
    Heureusement pendant de nombreux mois, il recevra des « indemnités transitoires mensuelles*comprises entre 8 266,88 et 13 433,68 euros.
    Maintenant j’espère que vous comprendrez le pourquoi il était vital de geler les retraites !!!

    ****Vous avez dit piston ??????

    En France, le chômage des jeunes frappe dur. Ces jours-ci, le service de communication du Conseil régional de Midi-Pyrénées va s’étoffer. La Région vient en effet de recruter Jérémie Martin, le fils du Ministre de l’écologie Philippe Martin comme chargé de mission.
    Il aura pour collaborateur le frère du ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif, siégeant aux côtés de son père sur les bancs des ministres.
    Il y a quelques jours, c’était Salomé Peillon, fille du ministre de l’Education nationale, qui était embauchée au poste de chargée de mission culturelle à l’ambassade de France en Israël.
    Fin janvier, Thomas, le fils de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a été embauché par la Société nationale immobilière (1,3 milliard d’euros de revenus, 275.000 logements sociaux en gestion) à un poste très élevé pour cet élève moyen d’une école de commerce moyenne.
    Et Clémentine, la fille de Martine Aubry est administratrice de l’auditorium du musée du Louvre
    Hé oui….souvenez-vous, du temps de Sarko, c’était très mal vu !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)