Une justice incapable de protéger les honnêtes gens

Posté le novembre 23, 2011, 12:00
4 mins

La réinsertion des criminels et des délinquants est, sans nul doute, une noble tâche et je suis prêt à applaudir les éventuels succès de la justice en ce domaine.

Mais le premier devoir de la justice est de protéger les honnêtes gens. Si cela doit se faire au détriment du confort des prisonniers ou de la réinsertion de ceux qui ont purgé leur peine, c’est sûrement très regrettable, mais l’important est de se concentrer sur cette mission prioritaire.
Et le moins que l’on puisse en dire, c’est que cette tâche prioritaire n’est pas correctement remplie.

Nous apprenons simultanément qu’une malheureuse enfant a été violée, torturée et assassinée par un psychopathe en Haute-Loire. Et que son bourreau avait déjà été jugé pour viol, puis considéré comme « réinsérable » par de pseudo-experts (perpétuellement en désaccord les uns avec les autres, ce qui fragilise singulièrement leur « expertise » !). Et, finalement, que ce violeur avait été « réinséré » – c’est un comble ! – dans une école abritant un pensionnat de jeunes filles…

Point n’est besoin d’être un grand spécialiste ès psychiatrie pour comprendre qu’un violeur dans un pensionnat de jeunes filles est plus tenté que dans une prison pour hommes !

Il n’est pas anormal, il est même souhaitable, que la justice offre à la défense de nombreux moy­ens. Nous ne sommes évidemment pas favorables à la « justice » expéditive du juge Lynch.

Mais, une fois la culpabilité re­connue, comment admettre qu’un violeur soit relâché dans la nature ?
J’entends bien que cette situation, créée par ce qu’on appelle par antiphrase la justice française au Chambon sur Lignon, était sans doute conforme à la loi. Mais une loi qui bénéficie aussi outrancièrement aux assassins et qui protège aussi mal les victimes est une loi manifestement injuste. Alors que le parlement passe son temps à légiférer sur tout et n’importe quoi, qu’attend-il pour changer cette loi inique ?

Si la seule protection des futures victimes réside dans les avis des psychiatres, autant dire que la justice renonce à sa mission.
Autant dire que la peine de mort, abolie pour les assassins, semble, pour les honnêtes gens, parfaitement légitime à ces ju­ges gauchistes, toujours prompts à trouver des circonstances atténuantes aux bourreaux, soi-disant victimes de la société.

Eh bien, je le dis tout net : si peine de mort il doit y avoir, elle ne peut concerner que les assassins et les violeurs, en aucun cas les jeunes filles innocentes !

36 réponses à l'article : Une justice incapable de protéger les honnêtes gens

  1. QUINCTIUS CICINNATUS

    3 décembre 2011

    @ Jaurès
     revenez au proverbe himalayen que j’ai cité  plus haut …
     nous devons constater (et également déplorer ) que la Justice ( mais aussi les "psy" ) soit trop clémente envers les gens qui sont un danger PERMANENT pour une Société CIVILISEE ( y compris les … financiers …c’est d’ailleurs pour cela que je vais voter … POUTINE en 2012 ! )

    Répondre
  2. François

    1 décembre 2011

     Iosa, je ne suis pas souvent daccord avec vous, mais votre post du 28/11 à 20h37 emporte mon adhésion pleine et entière. Je propose la Chine pour commencer à sous traiter. Avec un codicile: les voyous étrangers sont prioritaires dans la sous traitance.

     Jaures, vous étrangleriez l’assassin de votre fille avec ses tripes dites vous… En progrès. Mais pourquoi éteindre aussitôt la petite lueur qui apparaissait en disant que ce ne serait pas de la justice? Ce qui s’est passé dans cette affaire avec des magistrats soi disant indépendants est de la justice d’après vous? Si vous répondez oui, je suis sûr que la petite Agnès sera heureuse d’apprendre qu’elle est morte avec justice…

     A l’autre francois, c’est vrai que cest sans espoir, mais c’est tellement agaçant. Un peu comme un bouton qu’on ne peut s’empêcher de gratter tout en sachant que cela ne sert à rien…

    Répondre
  3. francois

    30 novembre 2011

    jaures,

    je ne dois pas savoir lire attentivement mais ce sont simplement vos phrases.avouez que nous touchons le sommet de votre art.art qui consiste à enfermer n’importe quoi ds votre broyeur pseudo-intellectuel egalitariste et amoral.

    en ce qui concerne le dialogue ,il n’a d’interet que si les 2 cotés dialoguent sans mensonge et calcul…..

    ds le genre ,vous avez obama qui cherche à dialoguer avec les talibans "modérés" et avec le president iranien…..nous pouvons constater effectivement la nullité de debattre avec des extremistes ou des menteurs….je vous laisse donc mon temps est trop precieux.

    bien à vous entre 2 grèves et 3 reunions syndicales…..

    Répondre
  4. Jaures

    30 novembre 2011

    Quinctius, vous m’avez mal lu. Je ne prétends pas être plus enclin à l’indulgence que quiconque touché dans sa chair par un criminel. C’est bien pourquoi ce ne sont pas les victimes elles-mêmes qui rendent Justice mais des magistrats indépendants.
    Si les victimes étaient habilitées à prononcer la sentence de leur agresseur, des peines de mort seraient prononcées pour de la tôle froissée ou des querelles de voisinage.

    Répondre
  5. QUINCTIUS CICINNATUS

    29 novembre 2011

    @ Jaurès

    pour être crédible mieux vaut ne pas avoir un double discours :
    oeil pour oeil , dent pour dent quand il s’agit de soi
    angélisme quand il s’agit des autres
    nous retrouvons là ce qui fait la force de la Gauche Libertaire ( liberticide ?)

    Répondre
  6. Jaures

    29 novembre 2011

    Francois, je ne doute pas que mes opinions soient minoritaires sur ce site mais demandez-vous pourquoi  mes "inepties pourtant demontées sur ce forum à de multiples reprises…." sont partagées par ailleurs.
    Refuser un dialogue qui n’engage à rien n’est en rien un signe de convictions solides mais plutôt une volonté de les conserver à tout prix. C’est plus rassurant, j’en conviens.
    Sur la phrase que vous incriminez, le sens peut être double. Ceux qui lisent attentivement ont compris que les pays où existe la peine de mort n’ont pas moins de récidivistes que ceux qui l’ont abolie.

    Iosa, vous n’inventez rien: la France avait autrefois de nombreux bagnes outre-mer, en Guyane, Indochine, Madagascar,…

    Répondre
  7. IOSA

    28 novembre 2011

    La technique de la communication forcée instruite par jaurè[email protected]… ne peut avoir prise sur ceux qui possèdent un cerveau capable de faire un choix intelligent.

    Puisque Jaurès semble avoir tout compris qu’il n’est pas possible de maintenir en prison la plétore d’assassins et de violeurs et compte tenu que notre argent serait dépensé pour construire des prisons de plus en plus grande, il existe une solution à l’instar des délocalisations.

    Payons les pays défavorisés pour la construction des prisons dans lesquelles nous pourrons y mettre les criminels et autres violeurs, car le coût serait bien moindre qu’ici et pour une fois, les tueurs, violeurs et autres espèces dangereuses pour le bien de nos enfants seraient bien gardés….sans compter que nous participerons à diminuer le taux de chômage des pays pauvres.

    En somme, nous allons faire du marché équitable.

    IOSA

     

     

    Répondre
  8. francois

    28 novembre 2011

    cela fait longtemps que je ne reponds plus à jaures car je pense sincerement que cela ne sert à rien du tout puisque nous sommes confrontés à un moulin à paroles qui rabache les memes inepties pourtant demontées sur ce forum à de multiples reprises….

    cependant je vais faire une entorse à ma ligne de conduite puisque notre syndicaliste gauchiste est en train de pulveriser des records.je m’explique:monsieur jaures veut toujours reprendre les ecrits des autres en cherchant à ridiculiser l’auteur.

    merci de consulter votre dernier post ici meme monsieur jaures;vous avez ecrit "la peine de mort?qui peut pretendre qu’elle empeche tout crime sexuel ET TOUTE RECIDIVE

     

    hum hum ,il faut arreter la fumette jaures.svp citez moi un homme( ou bien meme une femme ) condamné à mort et ayant récidivé !!!!! merci de nous fournir cette liste que j’attends avec impatiente

    heureusement que le ridicule ,lui,ne tue pas…..

    Répondre
  9. Jaures

    28 novembre 2011

    François, comme je l’ai déjà dit, si ma fille était victime d’un forcené, quel qu’il soit, je lui ouvre le ventre et l’étrangle avec ses intestins.

    Mais je ne prétendrai jamais qu’il s’agit là de Justice.

    Répondre
  10. QUINCTIUS CICINNATUS

    28 novembre 2011

    ne vous acharnez pas sur @ JAURES … c’est un social-libertaire très utile sur le site
    je le fais lire à mes amis ( encore indécis quant à leur vote) …  leur entendement y gagne en clarté !

    Répondre
  11. R. Ed.

    28 novembre 2011

    A celui qui maeche à côté de ses pompes…

    Il n’ a pas été condamné à 4 mois mais a fait 4 mois de préventive, moi j’ai simplement qu’il a fait 4 mois """ de prison """.

    Encore une fois, s’il fallait maintenir " TOUS " les violeurs en prison, non, tu as raison Jojo, il faut seulement en maintenir quelques-uns en prison, les autres, faut les laisser courrir.

    Un petit rappel, dans tous les pays civilisés  le viol est un crime (infraction>délit>crime), donc, ce sont les assises qui sont compétentes pour juger, même si les juges gauchiasses, eux, les transforment en correctionnelle et considèrent le viol comme un simple délit.

    Dans pratiquement tous les pays, ceux qui commettent un crime restent en prison jusqu’au jugement.

    Dans le cas présent, c’est une peine de 15 ans de prison qui est le tarif, alors, 4 mois de préventive ou 2 ans, avec le solde qui reste à faire, cela n’a pas grande importance…

    La récidive, c’est la perpétuité (en français de tout le monde, " pour toujours ") mais en France, c’est MAXIMUM 22 ans, ce qui signifie qu’en France, il y a des condamnés à perpète qui récidivent plusieurs fois, s’ils ont commencé jeunes

    Les perpètes qui font 22 ans, on les compte sur les doigts de la main, ils sortent beaucoup plus tôt.

    Répondre
  12. François

    28 novembre 2011

      Jaures ne se laissera pas manipuler par un fait divers… Jusqu’à ce que ce soit sa fille qui soit victime?
      Même remarque pour ces juges " qui ne commettent jamais de faute"…

    Répondre
  13. Jaures

    27 novembre 2011

    "dont les parents sont comptable et enseignant….a 16 ans ils regardait des films porno au p’tit dej….education libertaire soixante huitarde probablement….". Mais bien sûr ! Voilà la solution ! Il suffit d’interdire les métiers de comptable et enseignant et, mécaniquement, il n’y aura plus de violeurs.

    R.Ed, le jeune violeur n’a pas été condamné à 4 mois de prison mais a fait 4 mois de préventive. Après plus de 18 mois, il n’avait pas encore été jugé. Dans cette affaire, le juge a respecté toutes les procédures comprenant notamment les expertises. Encore une fois, si tous les violeurs étaient maintenus en prison, il faudrait créer 50 000 places de prison par an.

    "Allez expliquez cela aux proches d’Agnès ou d’autres jeunes filles tuées, vous allez être bien accueilli." dit Toni. Evidemment, il est aisé d’afficher sa solidarité avec la victime en condamnant tout le monde, de l’assassin jusqu’au juge, et en prétendant a posteriori que l’on détient soi-même la solution. La peine de mort ? Qui peut prétendre qu’elle empêche tout crime sexuel et toute récidive ? Mais cela fait tellement plaisir d’appeler au massacre en se disant qu’on a le Bien avec soi, qu’on est aux côtés des victimes !
    Autre chose est de réfléchir et de combattre globalement toute forme de violence faite aux femmes, de donner à la Justice les moyens nécessaires pour qu’une première décision ne soit prononcée après la durée légale de détention provisoire, que les experts soient recrutés parmi les meilleurs de leur profession alors que les conditions actuelles ne permettent même pas d’en recruter en nombre suffisant…

    En matière criminelle il est facile d’argumenter sur des fantasmes, comme s’il existait ou avait existé une société sans criminel. De fait, sans peine de mort ni bagne, le nombre d’homicide en France baisse tendanciellement depuis des décennies. Evidemment, chaque victime est une victime de trop, mais justement, c’est en ces circonstances qu’il importe de garder son sang-froid et de réfléchir au lieu de se laisser aller aux réactions animales.
    Car, et il suffit de lire certains posts à cet égard, ceux qui préconisent le retour à la guillotine,  et ceux qui se réjouissent de voir le jeune criminel subir les pires sévices en prison (qu’il est doux de pouvoir laisser aller ses pulsions par procuration !) pour comprendre que c’est ce manque de discernement, cette approche pulsionnelle de la Justice qui ramène à la Barbarie: celle ou la Justice s’appelle lynchage, torture, internement arbitraire, bagne.

    Je ne me laisserait pas, quant à moi, manipuler par un fait divers ou par ceux qui se font un malin plaisir de les utiliser à des fins politiques ou perverses.

    Répondre
  14. IOSA

    26 novembre 2011

    Jaurè[email protected]

    Ne vous désolez pas, parce qu’en réalité je me moque éperdument de vos remarques, puisqu’elles ne sont là que pour "diluer" la responsabilité de vos élus.

    Alors svp, cessez donc de dire n’importe quoi et allez chercher un professeur de français et qu’il vous explique ce qu’est le sens d’une phrase.

    IOSA

    Répondre
  15. Toni

    26 novembre 2011

    Jaures a écrit : "mais dans le passage que vous surlignez, je ne lis rien d’autre que le partage de la responsabilité d’un même acte entre son auteur et l’institution."

    Bien entendu Mr Jaures, il ne faut pas engager la responsabilité de l’institution quand celle ci envoie un type condamné une première fois pour viol dans un internat mixte. Tout le monde sait bien que le repris de justice saura se retenir … C’est comme lacher un loup au milieu d’un troupeau de brebis, les brebis seront tués.
    Allez expliquez cela aux proches d’Agnès ou d’autres jeunes filles tuées, vous allez être bien accueilli.

    Mais vous vivez dans quel monde ???!!!!

    Répondre
  16. R. Ed.

    26 novembre 2011

    Violeur récidiviste, qui a fait 4 mois de prison pour son premier viol.

    Il y en a qui prennent 6 mois fermes pour avoir conduit sans permis (et sans avoir eu un accident), il suffit d’être pris plusieurs fois.

    Alors, 6 mois pour conduite sans permis et 4 mois pour viol, vaut mieux être un violeur, c’est clair !

    Hein Jojo ?

    C’est un récidiviste qui a tué sa victime pour essayer de ne pas être reconnu, donc, c’est non seulement un violeur, un tueur mais en plus, c’est un assassin – de 17 ans – donc, pour notre staliniste un "être " qui doit être protégé par les lois sur l’enfance.

    Que faut-il en faire, de cet individu ? Bonne question, non ?

    Le soigner ? Le mettre à l’asile ? Le mettre en prison (et combien de temps), ou lui offrir un stage de voile au Club Med  ou ailleurs ?

    La montagne, peut-être, un stage à skis, au grand air, pour lui remettre les idées en place ?

    Une castration chimique, dont on sait qu’elle n’a aucun effet sur le long terme ? Ou une castration effective, avec l’ablation de ses roubignolles ? Une lobotomie peut-être ?

    A part l’enfermement ou la peine de mort, ce qui est certain c’est que cet individu est irrécupérable si on le laisse dehors, il recommencera, et se fera prendre ensuite et on recommence, avec l’espoir pour toi , Jojo, qu’il ne viole pas ta fille, ta mère, ta femme, ta petite-fille ou même ton garçon, vu qu’en plus, il sodomise allègrement ?

    Tu me diras je m’en moque, je suis célibataire et n’ai plus de famille. Alors, il risque aussi de te violer, toi !

    Répondre
  17. Anonyme

    26 novembre 2011

    @ Jaurès

    " l’observation de la nature dicte les lois des  hommes"

                       (proverbe des nomades de l’Himalaya )

                             voilà ce qu’est une loi "naturelle"

    Répondre
  18. Guillermo

    26 novembre 2011

    @moua Ben non je comprends toujours pas (inutile de traduire en espagnol). Le sujet n’est pas de faire de la psychologie à 2 balles. On n’est pas là pour supputer des films qu’a pu regarder le criminel dans son enfance ou pour savoir si ses parents ont fait Mai 68, et encore moins pour stigmatiser la profession de ces derniers. Au risque de répéter ce que tout le monde sait, le vrai scandale c’est qu’il n’y ait eu que 4 mois de sanction pour le viol d’une mineure. C’est surtout que les juges aient placé ce prédateur dans une école, ce qu’ils n’auraient certainement jamais fait si l’école avait été fréquentée par leur propre fille. J’admets que l’on puisse se tromper mais ici on n’est pas seulement dans l’erreur mais dans des fautes gravissimes et impardonnables. Pas seulement du fait de l’ampleur tragique des conséquences, mais parce que c’était prévisible et basé sur une idéologie totalement irresponsable ! Le plus grand scandale c’est que ces juges ne seront pas inquiétés d’avantage, notamment Rosenczveig pour ses propos si insultants à l’égard de la victime, de ses proches et des victimes à venir ! Encore une fois, ne faites pas de la psychologie a deux balles, du genre de celle de “Françoise Dolto”, à l’instar justement de trop de juges des enfants qui prennent cette femme pour leur égérie; ceci pour tout excuser et pour s’empresser de consoler l’ado criminel.

    Répondre
  19. moua

    25 novembre 2011

    a guillermo et les autres….

     

    nous sommes de retour à la barbarie…..et c est l occident qui a donné le tempo….voila ce que je te dis man…

    QUAND AU TARE VIOLEUR D ORIGINE SLAVE….dont les parents sont comptable et enseignant….a 16 ans ils regardait des films porno au p’tit dej….education libertaire soixante huitarde probablement….

    se sont les mêmes cavent qui enseignent à vos gosses…"

    " Dans l’environnement de la jeune victime, on ne partage pas l’analyse des autorités qui ont décrit un milieu social favorisé : un père enseignant et une mère comptable. Un environnement qui aurait pu plaider pour la libération du jeune homme et pour sa scolarisation au sein du lycée privé Cévenol. «Mathieu a grandi dans un contexte où il pouvait regarder des films pornographiques, raconte Alain Diaz. À 16 ans, il regardait des films classés X dès le petit déjeuner».

    conprendès ! ! !

    Répondre
  20. Jaures

    25 novembre 2011

    R.Ed, je doute que les Etats-Unis, où le nombre d’homicides par habitant est 6 fois plus élevé qu’en France, ou l’Iran soient des modèles à suivre.

    La majorité est une notion bien relative. Dans le même pays, on peut trouver des "majorités" différentes: majorité sexuelle, majorité pour conduire, majorité pour voter, boire de l’alcool, ….
    Décréter a posteriori qu’une personne est majeure parce qu’elle a commis tel ou tel délit  est ridicule. Il existe des assassins  de dix ans (voir l’affaire John Venables), voire moins (il y a des cas de 6 ou 7ans) . Qui peut considérer qu’un enfant de cet âge puisse être responsable, c’est à dire conscient moralement et légalement des conséquences de ses actes ?
    D’ailleurs, bien souvent on incrimine spontanément les parents, comme si un meurtre ou un viol commis par un enfant ou un adolescent était le résultat logique d’une éducation.
    Par ailleurs, l’âge de la majorité peut toujours être contestable: si celui-ci est fixé à 14 ans, que dira-t-on si un jeune de 13 ans commet l’irréparable ?

    Le fait que la maturité diffère d’un individu à l’autre est évident, mais en quoi un acte criminel est la preuve d’une maturité ? On peut tout aussi bien prétendre le contraire et il suffit d’échanger quelques mots avec des jeunes délinquants de 18 ou 20 ans pour se poser sérieusement la question.

    Quinctius, je ne sais ce que vous appelez "loi naturelle". Les seules lois que je connaisse sont les lois humaines. La Nature est un lieu où les pires horreurs se déroulent en permanence et c’est normal: il n’existe pas de conscience morale naturelle.

    Je suis désolé Iosa, mais dans le passage que vous surlignez, je ne lis rien d’autre que le partage de la responsabilité d’un même acte entre son auteur et l’institution. Je maintiens donc mon premier commentaire.

    Répondre
  21. IOSA

    25 novembre 2011

    Iosa, quand vous diluez la responsabilité du meurtrier en le mettant sur le même plan que les législateurs, vous adoptez la tournure d’esprit qui serait prétendument celles de ceux qui chercheraient des "excuses" sociales aux délinquants. En l’espèce, ce dernier argument n’a pas lieu d’être: les délinquants sexuels émanent de tous les milieux sans exception.

    Jaurè[email protected]

    Il me semble que vos conclusions soient un tantinet hatives sur mon com.

    je vous dirige donc vers le post de [email protected] en date du 25 Nov à 9h10mn et de lire ( je devrai dire bien lire et relire) son 4eme alinéa.

    Car c’est très exactement ce que j’ai dis sous une autre forme, mais bon, avec vous dès qu’il s’agit d’endosser une responsabilité personnelle, il n’ y a plus personne.

    D’autre part, votre esprit semble lire des choses que je n’ai (malheureusement pour vous) jamais écrit, ni même insinué dans mon post, dont voici un extrait :

    Dans cette affaire du pensionnat où malheureusement la jeune fille perd la vie, il n’y pas que le gamin de responsable, il y a tous les faiseurs de lois qui l’ont aidés à commettre ce crime et ils en sont coupables tout autant que lui.

    A quand date votre dernière visite médicale ?

    IOSA

     

    Répondre
  22. lavandin

    25 novembre 2011

    Je crois meme que la victime est responsable de la sécurité et de l’intégrité physique de son agresseur !!

    Répondre
  23. Guillermo

    25 novembre 2011

    Je suis bien de l’avis des 4 premiers commentaires ci-dessus (et non de l’avis de tous les commentaires qui me précèdent, notamment celui de Jaurès).

    Quant-à moua, je ne comprends rien à ce qu’il raconte.  Quel est le rapport entre son commentaire et notre affaire ?

    Répondre
  24. QUINCTIUS CICINNATUS

    25 novembre 2011

    @ Jaurès
     
    Comme à l’habitude vous vous vous opposez à la Loi Naturelle avec des considérations philosophico-sociologiques post-modernes spécieuses …
    que vous le preniez par n’importe quel abord  le problème est le suivant :
    il y a eu un grave dysfonctionnement  dans les prises de responsabilités
    la "justification" du juge Rosencsweig est inacceptable , moralement et démocratiquement (mais cela semble être une attitude normalisée depuis Maitre Badinter )
    j’ignorai que le "présumé" coupable portait le doux prénom tchécovien de Wania

    Répondre
  25. R. Ed.

    25 novembre 2011

    Le viol est un crime ( depuis 1810 ) et est donc passible de la cour d’assises.

    C’est 15 ans de réclusion criminelle et perpétuité en cas de récidive

    A  partir du moment ou un jeune homme est capable de forniquer, ce n’est plus un enfant mais un homme. Dans ce cas-ci, c’est donc un mineur,   ( en France, pas partout ) à quelques jours ou mois de sa majorité.

    La majorité, c’est un peu comme les saisons, l’hiver commence le 21 décembre ( pas partout) mais parfois, on s’y trouve déjà depuis plus d’un mois, il suffit de regarder dehors.

    C’est pareil pour les humains, il y en a qui sont adultes plus tôt que d’autres. C’est une question de comportement, ici, ce violeur ne peut plus être considéré comme un enfant (on est tous l’enfant de quelqu’un) , qu’il assume donc ses actes.

    Aux Etats-Unis, dans certains états, on est adulte à 14 ans.

    En Iran à neuf ans… A méditer avant d’absoudre un gamin " de 17 ans ".

    Répondre
  26. aaa

    25 novembre 2011

    Il avait violé dans un bois : on le met dans un internat au milieu de la forêt, internat qui accueille des filles.

    Répondre
  27. Guillermo

    25 novembre 2011

    Bien de l’avis des commentateurs ci-dessus.  Dans cette affaire tout est absolument odieux. 

    Le premier scandale sans doute c’est que ce petit salopard n’ait été condamné qu’à 4 mois seulement pour son premier viol.  

    Le second scandale c’est qu’on l’ait mis sciemment dans une école mixte. Difficile de faire plus crétin.

    Derrière tout ça,  je m’insurge contre des marches silencieuses.  Il faudrait aller voir les responsables de ces deux bévues et les traiter véritablement comme des complices du crime.  Ca porterait autrement mieux ses fruits qu’une marche silencieuse.

    Mais la cerise sur le gâteau, ce sont sans doute les arguments donnés par le juge Rosencsweig qui en rajoute dans l’insulte des victimes en disant : "il s’agit sans doute d’une erreur mais pas d’une faute". Le fameux responsable mais pas coupable.  En somme tout le monde peut se tromper comme le disait la publicité d’une voiture.  Autrement dit, ça peut très bien se reproduire demain, mais le rachat des criminels ne peut se faire qu’au prix de certains risques pour la  société.

    A propos des prisons pour hommes dont parle Jean Rouxel, le petit salopard va y avoir droit. Il est certain que les autres détenus vont véritablement lui mener une vie d’enfer. Il sera certainement violé à son tour et à maintes reprises. Et les matons s’arrangeront à ne pas voir de trop près. Lamentable mais voilà où conduit la justice type "Rosencsweig", justice faite de lâcheté et de mépris des victimes, et dont l’obsession de réhabiliter le criminel fait oublier les victimes.

    Faut bien qu’il ait un peu de justice quelque part, quand même. Elle ne sera pas faite par les juges dont beaucoup se sont trompés de métier, à l’instar de ce Rosenczveig qui est à la tête de plusieurs associations (vive le mélange des genres).  Elle sera faite par les taulards qui la feront à leur manière.

    Magnifique société dont les taulards servent de juges et dont les juges s’érigent en travailleurs sociaux.

     

    Répondre
  28. moua

    24 novembre 2011

    Bush et Blair reconnus coupables de crimes de guerre

    Le panel de cinq juges du tribunal de Kuala Lumpur (Malaisie) pour crimes de guerre a décidé que Bush et Blair ont commis un génocide et des crimes contre l’humanité en menant l’invasion contre l’Irak en 2003, a rapporté un correspondant de Press TV Mardi.

    En 2003, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne envahissaient l’Irak en bafouant la loi internationale et sous le prétexte de trouver des armes de destruction massive qui avaient soi-disant été stockées par l’ex-dictateur Saddam Hussein. Les juges du tribunal malais ont décidé que la décision d’entrer en guerre contre l’Irak, prise par les deux anciens chefs de gouvernements, était un abus flagrant de la loi et un acte d’agression qui mena à des massacres de grande ampleur sur le peuple irakien.

    Les bombardements et d’autres formes de violence devinrent monnaie courante en Irak peu après l’invasion du pays menée par les Etats-Unis.

    Dans leur verdict, les juges du tribunal ont également déclaré que les Etats-Unis sous le leadership de Bush, ont fabriqué des documents pour faire penser que l’Irak avait des armes de destruction massive.

    Quoi qu’il en soit, le monde apprît par la suite que l’ancien régime irakien ne possédait pas d’armes de destruction massive et que les Etats-Unis et la Grande Bretagne le savaient depuis le départ.

    Plus d’un million d’Irakiens ont été tués durant l’invasion en accord avec l’organisation d’enquête basée en Californie Project Censored.

    Les juges ont aussi dit que les décisions de la cour devraient être fournies aux signataires des Statuts de Rome, qui ont établis le Tribunal Pénal International (TPI) et ont ajouté que les noms de Bush et de Blair seraient listés sur le registre des criminels de guerre.

    excellent….

    moua

    Répondre
  29. Anonyme

    24 novembre 2011

    Arrêtez les commentaires fleuve déjà connu et rabâchés ! Vous avez raison, mais il vaut mieux agir que de palabrer à l’infini et couper le cheveux en 4 : Adhérez et soutenez l’Institut pour la Justice. 25 € /an minimum, c’est pas la mort, mais en soutenant ces gens, vous aidez à faire évoluer la justice à l’opposé des angélismes et des discours de l’excuse. Là, c’est plus intelligent. Je salue au passage ma compatriote Bourbonnaise 🙂

    Répondre
  30. Jaures

    24 novembre 2011

    Wania, le meurtrier d’Agnès n’aurait nulle part été condamné à mort pour son premier viol qui ne s’est pas terminé par la mort de sa victime. Il y a 50 000 viols par an en France, combien faudrait-il d’échafauds pour punir les coupables selon vos voeux ? Croyez-vous par ailleurs que le viol n’existait pas avant 1981 ? Croyez-vous qu’il n’en existe plus au Texas où on exécute à tout va ?
    S’il avait été condamné comme un adulte, le violeur aurait écopé de 10 à 15ans. Qui peut ici affirmer qu’il n’aurait pas récidivé sortant à l’age de 25 ou 30 ans ? Faut-il alors garder en prison à perpétuité tous les violeurs ? En ce cas, ce sont des dizaines de milliers de places de prison qu’il faudrait créer chaque année.
    Rappelons que les cas de meurtres d’un adolescent sur un autre sont extrêmement rares. Ceux d’une récidive comme dans ce cas se renouvellent moins d’une fois tous les deux ans. Quelle loi peut prétendre empêcher qu’un drame aussi singulier ne se reproduise jamais ?
    Il ne faut pas penser qu’il y eût un age d’or, celui des pensionnats non mixtes où jamais les enfants ne courraient le moindre danger. Les affaires impliquant des prêtres en Irlande où les victimes se compteraient par centaines montrent que c’est une chimère.
    Ce type d’affaire nécessiterait une réflexion technique pour que nos institutions protègent au mieux nos enfants.
    Mais prétendre que telle ou telle mesure pourrait aboutir à la fin de la délinquance est une imposture.

    Iosa, quand vous diluez la responsabilité du meurtrier en le mettant sur le même plan que les législateurs, vous adoptez la tournure d’esprit qui serait prétendument celles de ceux qui chercheraient des "excuses" sociales aux délinquants. En l’espèce, ce dernier argument n’a pas lieu d’être: les délinquants sexuels émanent de tous les milieux sans exception.

    Répondre
  31. IOSA

    23 novembre 2011

    A force de faire des lois qui portent leurs noms ( et oui, c’est uniquement pour celà qu’ils font des lois….pour la postérité) et ne défendent pas grand chose en réalité, on arrive à la grosse me*de actuelle.

    Faut il vraiment en dire davantage ?

    Tenez, pour moi et selon ma conscience, il est juste qu’un mineur qui viole et/ou qui tue soit jugé comme un adulte et fasse la peine de prison qui va avec (Dans toutes les civilisations, l’acte sexuel ou tuer codifie le passage à l’état d’homme, donc adulte). 

    Et dans tous les cas, il faut abroger la loi qui diminue automatiquement de moitié les peines encourues lorsqu’un mineur est en cause.

    Il faut en finir avec les condamnation à perpetuité qui ne veulent plus rien dire….sauf à faire rigoler les criminels.

    Dans cette affaire du pensionnat où malheureusement la jeune fille perd la vie, il n’y pas que le gamin de responsable, il y a tous les faiseurs de lois qui l’ont aidés à commettre ce crime et ils en sont coupables tout autant que lui.

    IOSA

     

    Répondre
  32. Wania Felizola

    23 novembre 2011

    Abolissant la peine de mort Maitre Badinter a condamne a mort tous les enfants innocents, surtout les petites filles, les jeunes filles, toutes les femmes sans défense, joggueses ou pas joggueuses, tous les bijoutiers, tous les boulangers (ères) bref , tous les commerçants pris de surprise et désarmes , enfin n’importe lequel d’entre nous. C’est la triste vérité . C’est lui qui a raison. Sont les autres qui ont tort.

    Répondre
  33. Claude

    23 novembre 2011

    Le livre “les corps indécents” ne dit pas autre chose. La liste des petites victimes sans défense est tellement longue qu’une page d’écolier ne suffirait pas à nommer tous ces pauvres enfants. Cette liste n’est hélas pas prête à se refermer. Après chaque drame, les belles âmes organisent toujours une marche blanche silencieuse qui ne sert strictement à rien mais qui leur donne bonne conscience. Puis ils rentrent chez eux et par la ensuite ils trouveront même des excuses aux bourreaux-barbares. Ainsi va la vie. Qui se soucie du calvaire des victimes massacrées et de la vie irrémédiablement brisée des parents ?

    Répondre
  34. Bourbonnaise

    23 novembre 2011

    Il s’agissait d’un pensionnat mixte, évidemment. Sinon on n’aurait pas admis le violeur. C’est justement parce qu’il y avait filles ET garçons qu’il a été possible de l’inscrire au Chambon sur Lignon. Pour sa malheureuse victime, il aurait bien mieux valu que ce soit un pensionnat de jeunes filles… comme autrefois. Enfin, il serait temps que les chefs d’établissement soient mis au courant de ce qui est reproché au mineur délinquant qu’on leur demande d’accepter.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)