Violence au village

Violence au village

Dans un petit bourg de quelques milliers d’habitants, éloigné des zones dites de non-droit, Saint-Arnoult-en-Yvelines, les parents pouvaient penser que leurs enfants étaient en sécurité au collège. Eh bien, ce n’est plus vrai.

Je garantis absolument l’authenticité du fait que je vais rapporter : au collège de Saint-Arnoult, une petite fille de onze ans, J…, avait, comme bien souvent les petites filles de 6ème, une « meilleure amie », I… . Les parents de J… n’appréciaient guère cette amitié, car I… avait un vocabulaire et un comportement assez grossiers. Mais cela ne paraissait pas bien grave et ils se sont gardés d’intervenir.

Mais J… elle-même a fini par être choquée par les manières de son amie et, la semaine dernière, elle lui a dit tout net qu’elle ne voulait plus l’avoir pour « meilleure amie » et que sa nouvelle « meilleure amie » serait E.., une autre élève de la même classe de 6ème.

Qu’I… en ait été mécontente, cela se conçoit. Pourtant, personne ne pouvait s’attendre à ce qui s’est passé le lendemain : à la sortie du collège, I… attendait E…, la nouvelle amie de J… . Mais elle n’était pas seule : elle s’était fait accompagner de sa grande sœur, élève de 4ème au même collège, et du « copain » de celle-ci, un jeune adulte de 21 ans. Et les deux accompagnateurs d’I…, venue insulter et menacer E…, ne se sont pas contentés de paroles. Le copain de la soeur d’I… a sorti un couteau et en a menacé la petite E… . Celle-ci, terrifiée, est revenue chez elle en larmes, a refusé tout net de revenir au collège ; après qu’elle a réussi à s’expliquer, ses parents se sont empressés d’aller porter plainte pour menaces avec arme.

Vous pourriez croire que cette histoire s’arrête là ; mais vous feriez erreur : le lendemain soir, le téléphone sonne chez les parents d’E… . Au bout du fil, le père d’I…, et celui-ci ne mâche pas ses mots : « Si vous ne retirez pas tout de suite votre plainte, c’est moi qui vais venir vous casser la gueule, et vous savez que je suis professeur de karaté. » [ce qui est exact].

Les parents d’E… ne se sont pas laissé intimider, ils ont porté à nouveau plainte, contre le père d’I… cette fois.

Cela se passe dans un petit bourg tranquille. Et rien ne prouve que cela va s’arrêter là.

Marie Merlin

Partager cette publication

(4) Commentaires

  • IOSA Répondre

    C’est un coup de baguette magique que cet article ou un charme digne de Merlin l’enchanteur…

    Bref, ce n’est pas d’aujourd’hui que ces évènements arrivent, même dans un petit village de Bretagne ( là où j’ai passé une partie de mon enfance) c’était déjà comme celà.

    Simple manipulation destiné aux plus idiots prêts à gober tout et n’importe quoi….ou alors les mecs sont jamais sortis de leur bled doré?

    IOSA

    20/06/2010 à 22 h 17 min
  • maury Répondre

    Douce France, mon pays, qu’est tu devenue?
    La "diversité" si chère à nos zélus,nous rappelle chaque jour que nous ne sommes plus chez nous
    et inutile de protester because:SOS RACISME,MRAP etc!!!!!,la France est  découpée en zones de non droit
    avec la racaille qui a tous les droits!!!!et silence radio,parce que ces idiots que nous avons élus ont
    démissionné ou plutôt font comme les trois singes:(ne rien voir, ne rien dire,ne rien entendre!!!)ils ont peur
    de froisser nos "invités" et sont prêts à toutes les concessions pourvu qu’ils puissent garder leurs privilèges(JE LES VOMIS!!!!!)
    "Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté, pour te sentir en sécurité,tu ne mérite ni l’un ni l’autre!!!"
                                                                                                                                                (Thomas Jefferson)

    20/06/2010 à 21 h 46 min
  • Anonyme Répondre

    Ne faut-il pas faire preuve de candeur, pour ne pas dire d’une naïveté coupable, pour aller jusqu’à imaginer que Saint-Arnoult-en-Yvelines puisse vivre en marge d’une société dont l’école est devenue la TV, Internet et la rue ? Mais est-il encore temps d’en prendre conscience, si nous ne voulons pas subir cet état de fait et devenir les victimes de la stupidité et de la violence.

    20/06/2010 à 16 h 21 min
  • HOMERE Répondre

    Je connais un peu Saint  Arnoud…c’est pas loin de Trappes..vous savez la ville de non droit ou est né Anelka le " putassier qui encule Domenech" alors il ne faut pas s’étonner que les profs de "qu’a raté" n’en loupent pas une…ils sont impayables ! Mettez vos gamins dans le privé…çà urge ! ou alors donnez leur des cours de destruction systémique des cons !

    19/06/2010 à 19 h 23 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *