Assassinat d’un prêtre dans l’indifférence générale

Assassinat d’un prêtre dans l’indifférence générale

Un prêtre catholique a été assassiné dans la nuit du 8 au 9 août, en Vendée, dans la chambre qu’il occupait au sein des bâtiments de la congrégation apostolique à laquelle il appartenait.

La nouvelle a été annoncée dans les grands médias français, mais assez peu commentée.

Les grands médias français avaient, apparemment, des sujets plus importants à traiter.

L’assassinat sera vite oublié. Marine Le Pen a parlé d’un « acte d’une gravité sans précédent » et de la « faillite de l’État ».

Elle a ajouté : « En France, on peut donc être clandestin, incendier la cathédrale de Nantes, ne jamais être expulsé, et récidiver en assassinant un prêtre. »

Ses propos étaient pertinents.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a accusé Marine Le Pen de faire preuve d’indignité, de ne pas avoir dit sa « compassion » aux « catholiques qui ont accueilli le meurtrier » et d’ignorer les faits : le meurtrier, a-t-il ajouté, n’était « pas expulsable malgré un arrêté d’expulsion à son encontre, en raison d’un contrôle judiciaire en cours ».

Réponse lamentable d’un ministre lui-même lamentable.

Effectivement, le meurtrier est un clandestin.

Ce meurtrier aurait donc dû être expulsé depuis longtemps du territoire français.

Il a effectivement incendié la cathédrale de Nantes et ne devrait dès lors pas être en liberté, mais en prison.

Il a non seulement récidivé, mais commis un crime plus grave encore qu’un incendie volontaire, car il a pris de manière barbare la vie d’un homme.

La compassion devrait s’exprimer non pas envers les catholiques qui ont accueilli l’assassin, mais en direction de la famille du prêtre assassiné, et des questions devraient être posées aux catholiques : le catholicisme implique la charité, mais accueillir un clandestin et un incendiaire ? N’y a-t-il aucune limite ?

En parlant d’une personne qui devrait être expulsée et qui est non expulsable en raison d’un contrôle judiciaire en cours, Darmanin entérine les dysfonctionnements qui marquent la justice française.

Mettre en liberté le coupable d’un incendie volontaire est inconcevable, et le juge qui a pris cette décision est complice de l’assassinat.

D’autres juges prennent des décisions aussi délétères chaque jour en France.

Cela s’appelle le laxisme judiciaire, et quiconque tenterait de regarder de près ce que sont les conséquences de ce laxisme judiciaire s’apercevrait que celui-ci coûte des vies chaque année.

Que les lois en vigueur en France interdisent l’expulsion de quelqu’un sous prétexte qu’il est sous contrôle judiciaire et en liberté montre que les lois sont elles-mêmes un encouragement au laxisme.

L’assassin est censé avoir des problèmes psychiatriques.

La psychiatrie joue un rôle de plus en plus important dans le domaine de la justice et sert toujours davantage à exonérer des criminels de la responsabilité de leurs actes.

On l’a vu d’une manière absolument nauséabonde dans le dossier de l’atroce assassinat de Sarah Halimi.

Tout cela se passe dans un moment où des millions de Français sont privés de liberté, soumis à des contrôles stricts, ne peuvent se rendre dans la quasi-totalité des lieux publics sans avoir à présenter un passeport sanitaire et ne peuvent guère sortir du territoire français.

Tout cela se passe dans un pays où, voici peu, les Français devaient rester chez eux et voir leur appartement ou leur maison transformé en prison, avec autorisation de sortie très limitée, et pouvaient se voir sanctionnés pour avoir osé marcher seuls sur une plage.

La société française est dans un état de naufrage avancé.

Des militaires ont publié il y a quelques semaines deux tribunes qui étaient censées être des signaux d’alarme.

Les signaux d’alarme ont été trop peu entendus.

J’aimerais penser que le naufrage de la France peut être arrêté et qu’un redressement est encore possible.

Je crains que ce redressement ne vienne pas.

Les grands médias français ne parlent quasiment jamais du naufrage du pays.

Quasiment aucun dirigeant politique n’en parle.

C’est pourtant un sujet d’une importance cruciale : il y va de la survie de la France.

D’autres pays occidentaux étant dans une situation de naufrage proche, on peut craindre pour la survie de la civilisation occidentale elle-même. Je l’ai dit. Je dois le répéter.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Partager cette publication

(7) Commentaires

  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Eleventh,

    C’est à dessein que j’avais ajouté la conjonction “sed”.
    Cela renforce, comme vous le mentionnez, l’opposition entre deux éléments.
    Le pauvre prêtre aurait du lire la fable “Le scorpion et la grenouille”, il serait peut-être encore en vie.

    22/08/2021 à 17 h 35 min
  • ELEVENTH Répondre

    @ HANS
    Un de mes amis, vrai latiniste, lui, me confirme que « sed » placé dans ce cas est bien correct. sed renforce l’idée que persévérer est diabolique.
    Toutefois, en latin de cuisine…..
    Awe.

    22/08/2021 à 16 h 46 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    le  » Christianisme  » ( je ne dis pas les Eglises ) est une Religion d’ Amour

    21/08/2021 à 8 h 57 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

     » sed  » est de trop dans la citation

    21/08/2021 à 8 h 54 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    “Errare humanum est sed perseverare diabolicum.”
    La foi chrétienne ne devrait pas oublier ce précepte. Accepter les fautes de l’Autre est une chose, lui permettre de vous occire en est une autre.
    Ce Prêtre en a payé le prix.
    D’autre part si les lois existantes étaient bien appliquées un clandestin serait expulsé sur le champ et ce drame n’aurait pas eu lieu.
    La co-responsabilité de l’état français est tout à fait évidente.

    18/08/2021 à 10 h 58 min
  • ELEVENTH Répondre

    La cause véritable de ce drame est d’abord et avant tout la naiveté d’ailleurs revendiquée par le clergé? prêt à n’importe quoi qui a permis et même facilité, en quelque sorte, l’assassinat du prêtre en faisant entrer le loup dans la bergerie. Lequel prêtre aurait été « au bout de son amour pour ses semblables ». De l’amour à ce prix, que les curés et autres le gardent pour eux.
    Autant qu’ils se fassent tous séppuku pour convertir leurs ennemis.
    Et vous n’êtes pas près d’en avoir fini avec des histoires de ce genre : maintenant la gauche et son porte étendard Taché ( on ne trouvera pas mieux comme pseudo a cette tache) réclame a grands cris que l’on accueille le maximum d’Afgans, parmi lesquels ne manqueront pas de se glisser quelques fous d’Allah le plus grand. Pour renforcer l’honneur français d’avoir table – et lit – ouverts.

    18/08/2021 à 0 h 43 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    ce meurtre a  » indigné  » l’ immense majorité des Français , qui, c’ est bien connu, l’oublieront dans l’ année … il met aussi et une nouvelle fois en évidence deux choses : l’ inadaptation des lois françaises et celle de la psychiatrie française toujours autant  » vérolée  » par le  » freudisme  » … notons cependant qu’ un expert psychiatre avait exposé clairement cet éventuel passage à l ‘ acte mais que la Loi ne permettait pas un internement définitif ( et là cet individu aurait été dangereux pour le personnel soignant et pour les autres  » internés  » )

    17/08/2021 à 20 h 51 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: