Bérézina de la gauche italienne

Bérézina de la gauche italienne

Chaque jour qui passe montre à quel point l’élection d’un pur produit de l’oligarchie politico-médiatico-financière comme Emmanuel Macron est une anomalie dans le monde occidental contemporain.
Ce ne sont pas le Brexit et l’élection de Donald Trump qui sont des événements surprenants, mais bel et bien l’élection d’Emmanuel Macron (qui, d’ailleurs, a été contraint de mener une campagne « populiste » à sa manière, notamment contre les « vieux » politiciens faillis).

Après les pays de l’Est et l’Autriche (sans oublier le score de l’AfD en Allemagne), c’est au tour de l’Italie de donner une nette majorité à la coalition de droite unissant notamment Forza Italia de Silvio Berlusconi et la Lega de Matteo Salvini.

Cette coalition emporte plus de 37 % des suffrages, loin devant la coalition de gauche (24 %).

Naturellement, la presse « française », dont le monde entier salue l’impartialité, s’est empressée de titrer, comme « Le Monde » : « Aucune majorité n’émerge. »

Un coup d’œil rapide aux résultats précédents montre à quel point cette vision des choses est biaisée. En 2013, les élections avaient donné 29,55 % des voix à la coalition de centre-gauche et 29,18 % à celle de centre-droit et, à l’époque, les médias analysaient cela comme une cinglante défaite pour Berlusconi !

Précisons que le programme de la droite est particulièrement ferme. On note, en particulier, l’engagement d’expulser pas moins de 600 000 immigrés clandestins (moins que ce que voulait la Lega, mais nettement plus que ce que l’on entend dans le débat français !).

Mais les médias politiquement corrects peinent à comprendre l’aversion des peuples pour l’oligarchie.

Pourtant, la défaite de la gauche n’est pas le seul enseignement du scrutin italien.

Un autre enseignement réside dans l’impressionnant succès du mouvement « 5 étoiles », que tous les observateurs français estimaient naguère devoir être un feu de paille : avec plus de 30 % des suffrages, il est le premier parti d’Italie.

Comme les « élites » ne cessent de répondre à contretemps, en nous « proposant » toujours plus de fiscalisme, toujours plus d’immigration, toujours plus de réglementations absurdes, il y a lieu de croire – et d’espérer ! – que le résultat italien soit amplement confirmé ailleurs en Europe au cours des prochains mois.

M. Macron, avec ses rêves d’Europe fédérale et ouverte à tous les vents, risque fort de se trouver de plus en plus isolé. D’autant que Mme Merkel, naguère sa seule alliée, fait désormais face à la puissante opposition de l’AfD.

Partager cette publication

(7) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    le PREMIER sénateur italien NOIR [ d’ origine …. nigériane ] est membre de la Liga parti présenté par nos  » bonnes consciences  » politiques et mediatique comme xénophobe, raciste, férocement anti-immigrationniste , anti-démocratique , anti-européen bref d’ extrême droite … intellectuellement et moralement il est au dessus du lot

    Trump et Kim

    qui trompe qui ? un exemple de plus de la fin de l’ Empire américain ( film …. québécois ) celui des Carter, Nixon, Clinton, des Bush… men , et maintenant du promoteur immobilier … la Chine et la Russie de Poutine mènent la la danse en Extrème Orient

    et le complexe politico-militaire pro sioniste américain va mettre maintenant toute la pression sur l’ Iran … un pays que j’ adore

    09/03/2018 à 21 h 26 min
  • betsynette Répondre

    Ce qui est triste c’est que les politiciens veulent toujours continuer avec cette europe qui écrase les peuples, hier nous apprenions une fois de plus que les riches remplissent sur le dos des peuples leur bas de laine, et macron les a aidé, quant la pourriture se met dans ces gouvernements, ils continuent a essayé d’endormir les peuples, une fois avec des lois minables celle de shiappa sur les femmes est la pire connerie, car les hommes qui violeront les ……femmes…..n’auront d’autres solutions que de les tuer…….quant aux attouchements sur les femmes, attention de ne pas délivrer un message qui ne serviront que pour les femmes qui voudront se séparer d’un mec, de mentir…….triste réalité, et je suis femme.

    08/03/2018 à 14 h 09 min
    • Paul Répondre

      Attention madame de ne pas stigmatiser les « riches ». Ceux-ci ne sont pas les initiateurs d’un système socialiste qui, plus que les favoriser, ne fait que créer de la pauvreté. Rechercher une allocation plutôt qu’un travail, voilà ce qui ruine le peuple et on ne peut en vouloir à ceux qui ont réussi de l’avoir compris.
      Quant au reste, nous sommes en train d’assister au chaos final du féminisme qui arrive au fond de l’impasse. Beaucoup de femmes découvrent enfin l’imposture de « l’égalité » entre les sexes, du rapport de concurrence que l’on a instauré artificiellement avec les hommes en lieu et place de la naturelle complémentarité, de la « parité » absurde qui les infantilise sous prétexte de les protéger alors que, au contraire, elles sont de plus en plus en danger et précarisées.
      Il est temps de revenir à des rapports apaisés, raisonnables et féconds entre hommes et femmes basés sur les lois naturelles et non plus sur une idéologie perverse issue des cerveaux malades des soixante-huitards.

      09/03/2018 à 10 h 07 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        [email protected] …  » rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu  »

        avec des gens tels que vous, Millière et quelques autres des  » 4 Vérités  » notre Civilisation sera … immortelle en contradiction avec ce que pensait l’ autre Paul … Valéry

        09/03/2018 à 21 h 31 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    je ne me réjouirai que lorsque le Centre ( instable ) et la ( fausse ) Droite auront eux aussi connu leur Bérézina ( qui fut rappelons le un modèle de  » retraite  » étudié dans toutes les Académies militaires comme l’ est Austerlitz )

    d’ ailleurs il y a confusion dans l’ article : Renzi c’est un Centre droit de … gauche à moins que cela ne soit un Centre gauche … de droite ou même une gauche de droite centrée etc … …. enfin toutes les combinaisons sont possibles en factoriel de trois

    06/03/2018 à 19 h 01 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

       » Bérézina de la gauche italienne  » , les  » 4 vérités  » jubilent sans se demander par qui et par quoi elle [ la gauche italienne ] sera remplacée … c’ est du …. NIHILISME DE … DROITE , à croire qu’ elles [  » les 4 Vérités » ] n’ ont plus d’ espoir et qu’ elles ne se contentent plus que du  » malheur  » des autres … un signe … d’ impuissance

      11/03/2018 à 14 h 03 min
  • Paul Répondre

    Il convient d’être prudent en attendant que se construisent les prochaines alliances mais déjà nous pouvons constater qu’une coalition réunissant une droite défendant les valeurs chrétiennes, le libéralisme économique et l’intégrité de la nation peut réunir plus d’un tiers de l’électorat. Avec notre système majoritaire en France, ce résultat donnerait une majorité à l’assemblée. L’Italie nous montre la voie: en proposant l’expulsion des immigrés, la libéralisation de l’économie, la défense de la famille et des valeurs chrétiennes, …
    Soyons cependant honnêtes: il demeure de nombreux points flous dans le programme de la coalition de droite. Expulser 600 000 immigrés, d’accord, mais comment ? Baisser les impôts (flat tax), bravo ! mais quelles économies en regard, sachant que le même programme propose le retour sur la réforme des retraites, des aides sociales supplémentaires et des investissements d’Etat.
    D’autant qu’en embuscade, le mouvement 5 * propose des mesures d’extrême gauche (revenu universel, embauche de fonctionnaires, hausse des retraites,…). Rien n’est joué.

    06/03/2018 à 17 h 44 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: