Contre l’impôt socialiste et spoliateur

Contre l’impôt socialiste et spoliateur

Voici un livre à la fois courageux et important.

Courageux, parce que, dans une intelligentsia entièrement acquise aux thèses socialistes, il faut du courage à un intellectuel de premier plan, comme Philippe Némo, pour défendre les libertés en général et les libertés économiques en particulier.

Important, parce que, pour la première fois depuis des décennies, un philosophe reprend la question de l’impôt, non pas sous l’angle technique, mais sous l’angle de sa légitimité – et, osons le mot, sous l’angle de sa moralité.

On pourrait résumer la thèse de Philippe Némo ainsi : le socialisme, en s’attaquant par l’impôt, au principe même de la propriété privée, est, par là même, immoral.

J’insiste : pas seulement inefficace, mais bien immoral.

Bon nombre d’observateurs con­cèdent volontiers que le socialisme est moins efficace qu’un régime de liberté, mais se comportent comme s’ils supposaient que cette moindre efficacité était le prix à payer pour une plus grande justice. Or, il n’y a aucu­ne justice à pratiquer le vol. Et spolier plus de la moitié des revenus d’un être hu­main, c’est bien un vol.

Ce vol repose sur l’idée implicite que toutes les richesses appartiennent à la collectivité.

C’est sans doute une version abâtardie de l’idée de destination universelle des biens de la doctrine morale catholique.

Mais, dans ce dernier cas, il n’est question que d’un devoir moral des riches de faire en sorte que les pauvres soient en mesure de vivre décemment. Non d’une collectivisation des biens.

Or, l’histoire a montré que les libertés économiques étaient le meilleur moyen de sortir les pauvres de la misère.

Comme le note Philippe Némo, si l’on a observé une hausse du nombre de pauvres au XIXe siècle, avec la naissance du capitalisme, c’est d’abord parce que ces pauvres ont pu survivre. C’est aussi parce que les structures sociales de l’Ancien Régime – qui, de soi, n’avaient rien de contradictoire avec les libertés économiques – avaient été détruites par la Révolution.

En tout cas, il est clair que les progrès scientifiques, techniques et économiques enregistrés par l’Europe aux XIXe et XXe siècles doivent énormément à la liberté – et rien du tout à l’utopie collectiviste.

Notre philosophe rappelle que l’impôt n’est pas légitime pour « transformer la société », comme le veulent les idéologues socialistes (y compris beaucoup de politiciens de droite).

Il n’est légitime que pour deux missions.

D’abord assurer les fameuses missions régaliennes et notre sécurité (et ce service étant « négatif », c’est-à-dire qu’il est d’autant mieux rempli qu’il ne nous arrive rien et que nous ne « sentons » donc pas les effets du service, il convient de répartir exactement le coût de ces missions régaliennes entre tous les citoyens). Ensuite, financer les services publics inaccessibles au marché et, alors, l’impôt doit être proportionnel.

En aucun cas, il ne peut être progressif, car l’impôt n’est pas fait pour « assurer la justice sociale », ni pour « transformer la société ».

Je ne saurais trop vous encourager à faire connaître ce livre majeur. Et, pour cela, je vous propose l’offre suivante : un exemplaire : 26 € franco de port ; 2 exemplaires : 45 € franco de port ; à partir de 3 livres : 19,95 € l’exemplaire franco de port.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Partager cette publication

(11) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    Emmanuel Macron déclare à  » Forbes  »

    qu’ il veut supprime  » l’ exit tax  » mis en place par … Nicolas Sarkozy pour combattre l’ exode … fiscal

    ceux qui n’ ont pas encore compris que le Président est celui de la  » Phynance  » et d’ elle seule que leur faut il encore ? plus d’ appauvrissement pour enrichir Goldman Sachs ?

    02/05/2018 à 8 h 17 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    La dette cumulée de la sncf est chiffrée à € 54.4 Milliards.

    Cela demandera un effort supplémentaire des cons tributables et des con-tribuables dit Édouard Philippe.
    Et il ajoute qu’il croit y voir « la marque de l’attachement de l’ensemble de la nation au service public ferroviaire ».

    Son boss, le play-boy élyséen, veut en même temps diminuer la pression fiscale.
    Une belle bande de pieds nickelés.

    Vive la France.

    29/04/2018 à 11 h 28 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      selon Darmanin tout cela se fera sans douleur pour le contribuable ; ce sont les économies faites dans les dépenses publiques qui financeront à hauteur de 50 % le remboursement de la dette prise en charge par l’ Etat

      le problème c’ est bien qu’ on n’ a pas vu le début du commencement de l’ ombre d’ économies dans ce qui relève du secteur public et que le tour de passe passe est un peu fort d’ arabica puisque c’ est bien le contribuable , même si cela se déroule comme le jure le ministre, qui financera ce remboursement par ses … impôts, taxes et prélèvements

      30/04/2018 à 17 h 00 min
      • HansImSchnoggeLoch Répondre

        Un grand coup de massue fiscal mettra le con-tribuable en état d’amnésie totale.
        Après lui avoir fait les deux poches sans douleur, on le soumettra au test de conscience (voir test appliqué aux rubgymen après un choc).
        Celles et ceux qui échoueront ce test seront envoyé(e)s « ad patres » grâce à la nouvelle loi sur l’euthanasie, les autres continueront à se faire traire docilement.

        Nous aurons enfin la société productive parfaite, J.Attali sera content (Arbeit macht frei!).

        30/04/2018 à 17 h 53 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

           » Arbeit macht frei  » est une provocation de fort mauvais goût quand on parle d’ Attali

          02/05/2018 à 8 h 19 min
          • HansImSchnoggeLoch

            Le mauvais goût n’est pas le seul défaut d’Attali.

            PS: « Arbeit befreit die Seele und beschäftigt den Leib » serait moins agressif et plus biblique.

            02/05/2018 à 17 h 19 min
          • quinctius cincinnatus

            votre citation n’ est valable que chez les peuples  » réformés  » et curieusement chez les … Italiens

            pour les catholiques et chez les orthodoxes le travail est une punition divine

            cela explique beaucoup de choses

            05/05/2018 à 12 h 15 min
          • HansImSchnoggeLoch

            Je suis luthérien et ne considère pas le travail comme une punition mais comme une chance de pouvoir doubler les deniers confiés.

            05/05/2018 à 19 h 54 min
  • Mimajo Répondre

    Quand vous constatez, qu’à la marge il ne vous reste rien ou presque, il
    est certain que vous réduisez votre production de richesse…
    Je rappelle qu’en France, en moyenne, selon l’OCDE, vous gagnez votre 1er € à partir du 27 juillet !
    Tout vos gains depuis le 1er janvier vont dans les caisses des comptes publics.
    Or, n’a-t-on pas appris, à l’école de la République, que la Révolution avait aboli les corvées ?
    Il est bon de rappeler que sous l’Ancien Régime, la corvée n’exédait pas deux mois;
    aujourd’hui nous en sommes à 7 mois !!
    La conséquence en est que le dynamisme des acteurs économiques,
    source de richesses pour tous, est mis sous l’éteignoir.

    26/04/2018 à 21 h 44 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Spoliateur et socialiste sont synonymes.
    Il est vrai (QC) que la droite peut parfois avoir le coeur à gauche (2x), voir ouverture à gauche d’un certain Sarko.

    Le socialiste aime tellement l’argent des Autres qu’il est prêt à l’offrir à tous les pauvres du monde.
    Le hic c’est qu’il ne demande jamais l’avis des Autres, tout imbu qu’il est de sa supériorité morale.
    Les Autres, bien sûr, ont compris et par auto-discipline freinent leurs activités pour ne pas être les dindons de la farce.

    De ce fait il y a de moins en moins d’Autres et c’est maintenant tout le monde qui casque.
    Le socialisme c’est en fin de compte l’égalité vers le bas, cqfd!

    24/04/2018 à 19 h 18 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    le titre :

    comme si l’ impôt  » spoliateur  » était uniquement d’ origine  » socialiste « 

    24/04/2018 à 16 h 58 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: