Danger du transhumanisme

Danger du transhumanisme

Très en vogue depuis quelques années, le transhumanisme se propose de transformer et d’améliorer l’homme, grâce aux avancées de la science et de la technique.

Il s’agit d’améliorer la condition humaine par l’augmentation de ses capacités physiques et mentales, et de supprimer le vieillissement et la mort.

Pendant des millénaires, l’hom­me s’est attaché à faire évoluer la nature. Ce furent l’invention de l’agriculture, la recherche de rendements de plus en plus importants, la lutte contre les parasites, la fertilisation des sols, etc. Dans le même temps, il a cherché à améliorer sa condition. Ainsi, il s’efforça, entre autres, de lutter contre les maladies, et réussit à augmenter sa qualité et son espérance de vie.

Il y avait là une volonté légitime, qui s’inscrivait dans un certain ordre naturel, et respectait également un ordre moral, d’origine divine ou humaine. Or, aujourd’hui, les chantres du « transhumanisme » ont décidé de se passer de toute morale.

Le monde est victime d’un athéisme de plus en plus important, et l’humanité fait sienne cette pensée de Dostoïevski : « Si Dieu n’existe pas, tout est permis. »

Ainsi, non seulement l’homme se prend pour Dieu, mais il veut être son égal et même le dépasser. Et le drame, c’est qu’il a désormais, techniquement et scientifiquement, les moyens de réaliser ses rêves les plus fous.

Il prétend réaliser des êtres « augmentés », en modifiant leur constitution biologique, ou en les hybridant avec des machines . Et il voudrait, en plus, formater des êtres qui soient naturellement heureux ! Hélas, de tels êtres ne seraient plus des êtres humains, le plaisir et le déplaisir faisant partie de la condition humaine depuis toujours.

Il veut supprimer la différence sexuelle entre l’homme et la femme et, en dépassant cette limite fondamentale, il veut faire de l’être humain un être libéré de toutes ses contraintes biologiques, temporelles, spatiales ou sociales, liées à sa condition – et, à terme, libéré de la mort.

Ce nouveau démiurge pousse des adolescentes et des adolescents, à un âge où leur sexualité est encore hésitante, à changer de sexe. Changements malheureusement irréversibles, que beaucoup regrettent amèrement plus tard, au point de suicider !

Il a mis au point la GPA – ou « location de ventre » –, possibilité scientifique totalement contre nature, légalisée par les législateurs.

Il ouvre également la possibilité de mettre au monde des enfants – à des hommes comme à des femmes – sans partenaires, avec l’utilisation de gamètes artificiels, mâles (spermatozoïdes) et femelles (ovocytes), à partir de cellules adultes ou de cellules embryonnaires. Enfants dont on pourra choisir la couleur des yeux, des cheveux, etc.

Cela rappelle dramatiquement l’eugénisme, pratiqué par les nazis voici quelques dizaines d’années. Et tout cela a un nom : « l’hybris » – ou « démesure » – contre laquelle les tragiques grecs nous ont mis en garde voici vingt-trois siècles.

D’aucuns sont « enthousiasmés » – au sens premier du terme grec possédés par (en) le divin (théos = dieu) – devant toutes ces performances déjà réalisées ou sur le point de l’être. Cependant, derrière tout cela, il y a un grand absent, un absent au fondement de notre humanité : l’AMOUR !

L’enfant doit être le fruit de l’AMOUR d’un père et d’une mère, qui ont décidé de lui donner la vie parce qu’ils s’aiment, parce qu’ils ont une certaine confiance dans l’avenir du monde et, pour les chrétiens, parce qu’ils croient au message d’AMOUR de Jésus-Christ.

En aucun cas, la « conception » d’un enfant ne saurait être la réponse à un désir solitaire, égoïste et non partagé !

Un enfant – tout enfant – a besoin de l’AMOUR d’un père et d’une mère. De sa mère, plus particulièrement pendant sa vie utérine et dès sa naissance. On le sait, les premières années sont capitales pour l’avenir d’un enfant. Il a besoin de partager avec sa mère et son père leur AMOUR et, s’il en est privé, il risque à l’adolescence d’être victime d’un « mal-être », de sombrer dans la délinquance ou de devenir le jouet d’un régime totalitaire.

Voilà pourquoi le « transhumanisme » présente le plus grand danger pour l’humanité. Cette dernière a le devoir impératif de se plier d’urgence, à nouveau, au respect des lois morales, fondement de toute vie en société. Respect sans lequel le monde, notre monde risque de connaître prochainement l’Apocalypse annoncée par saint Jean !

Partager cette publication

(7) Commentaires

  • Jean Répondre

    Le transhumanisme va bientôt avoir les moyens de changer l’être humain avec un eugénisme faustien. L’apocalypse de Jean 13 :16 dans la bible est en train de se réaliser avec la marque de la bête qui va s’imposer à l’humanité dans l’indifférence générale (implant connecté de nano puce dans la main droite ou la tête et modification de l’ADN humain). La nouvelle créature hybride dite améliorée résistera aux nouveaux virus, sera coupée de son Créateur et perdra son âme, elle pourra acheter et vendre que par l’argent électronique (barres code des produits de consommation avec le nombre caché 666, il suffit de vérifier : la norme est passée au niveau mondial avec les 3 barres de garde des codes-barres qui sont visuellement des 6 pour des raisons obscures), être connectée à l’intelligence artificielle et vivra plus longtemps, mais : perdra son âme. Heureusement tout finit bien si on refuse, la vie est une succession de choix

    9 septembre 2022 à 8 h 17 min
  • Laure Tograf Répondre

    Pourquoi mettre la science dans le coup : nous avons déjà NATURELLEMENT quantité d’ânes bâtés et curieusement une forte partie provenant de nos « hautes études ». Tel ministre de l’agriculture qui ne sait pas a quoi correspond un hectare, tel autre incapable de présenter une règle de trois, etc… sans parler des fornicateurs extravagants qui se croient obligés d’envoyer la photo de leurs sexes par les « réseaux » – voir les branleurs…

    8 septembre 2022 à 0 h 30 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Le peuple chilien rejette par voie référendaire et à une large majorité la nouvelle constitution progressiste et conserve celle de l’ ère … Pinochet
    la presse internationale dénonce une trahison de la jeunesse chilienne par la partie âgée de la population ( rappelons qu’ au Chili le vote référendaire est obligatoire )
    le pouvoir en place déclare qu’ un nouveau référendum sera proposé dans un proche avenir ( jusqu’ à ce que le peuple vote …  » bien  » ? )

    5 septembre 2022 à 10 h 59 min
  • Gérard Pierre Répondre

    Souvenons nous : … avant le transhumanisme, il y a d’abord eu le transanimalisme !

    C’était il y a plus d’un siècle, … déjà !

    Sous l’égide du ministère de la guerre, un lebensborn animalier fut édifié durant la première guerre mondiale dans un endroit retiré du centre de la France, à l’abri des regards indiscrets de l’ennemi ! … On y regroupa des dizaines de milliers de hérissonnes que l’on fit s’accoupler avec des vers de terre ! … et cela donna des centaines de kilomètres de fils barbelés fort utiles à la protection de nos poilus dans les tranchées !

    Bon, OK, c’est un fake ! … juste histoire de détendre l’atmosphère !

    2 septembre 2022 à 17 h 05 min
  • Jean Répondre

    Le transhumanisme va bientôt avoir les moyens de changer l’être humain avec un eugénisme faustien. L’apocalypse de Jean 13 :16 dans la bible est en train de se réaliser avec la marque de la bête qui va s’imposer à l’humanité dans l’indifférence générale (implant connecté de nano puce dans la main droite ou la tête et modification de l’ADN humain). La nouvelle créature hybride dite améliorée résistera aux nouveaux virus, sera coupée de son Créateur et perdra son âme, elle pourra acheter et vendre par l’argent électronique (barres code des produits de consommation avec le nombre caché 666, il suffit de vérifier : la norme est passée au niveau mondial avec les 3 barres de garde des codes-barres qui sont visuellement des 6 pour des raisons obscures), être connectée à l’intelligence artificielle et vivra plus longtemps, mais : perdra son âme. Heureusement tout finit bien si on refuse, la vie est une succession de choix …

    1 septembre 2022 à 22 h 28 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      une équipe de biologistes de a célèbre Université de Cambridge vient de modifier le groupe sanguin d’ un organe destiné à une transplantation le rendant ainsi compatible avec le receveur
      une avancée médicale certaine

      5 septembre 2022 à 11 h 02 min
  • Njoh Mouelle Répondre

    A ce sujet, lire et faire lire , « Quelle éthique pour le Transhumanisme? Des hommes augmentés et des posthumains demain en Afrique? », de Ebenezer Njoh Mouellé, auteur également de «  Transhumanisme, marchands de science et avenir de l’homme » et de «  Lignes rouges éthiques de l’intelligence artificielle », tous trois édités chez l’Harmattan Paris, respectivement en 2018, 2017 et 2020. Site web perso http://www.njohmouelle.PRC

    30 août 2022 à 15 h 16 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *