Quand Harry rencontre Barry…

Posté le 09 janvier , 2018, 11:54
15 mins

On avait remarqué un manque de courtoisie singulier de la part du Prince Harry envers Melania Trump, lors des jeux para-olympiques à Toronto.

L’annonce de ses fiançailles avec Meghan Markle, suivie en décembre de l’interview de l’ex-président des États-Unis, Barack Hussein Obama (BHO), mené par Harry sur les plateaux complaisants de la très à gauche BBC, nous éclaire pleinement.

Le journaliste improvisé et l’ancien président sont absolument sur la même longueur d’onde : ces deux privilégiés vibrent de passion égalitaire à l’égard des pauvres, principalement du Tiers-monde.

Le débat ne risquait pas de voler très haut : ce fut un réchauffé de toutes les platitudes écologistes et des flatteries sur cette jeune génération admirable (celle du prince…) si éclairée, acquise à la diversité jusqu’à porter un métis à la présidence et si douée aussi dans les technologies de la communication.

Rage irrépressible contre l’annulation par Trump de son décret de 2015, au nom orwellien, désignant la chose par son contraire, cet Open Internet Order avait instauré un début ce contrôle de l’État visant à supprimer les opinions dissidentes.

Et Harry, visiblement hypnotisé, d’avaler cela avec le reste.

Le prince et « l’agitateur professionnel » (état qu’il revendique avec fierté) s’apprécient tellement qu’Obama s’est bien gardé d’évoquer ses rancœurs anti-colonialistes contre l’Angleterre.

Sans doute parce qu’il a, à présent, une alliée dans un lieu de la plus haute importance stratégique contre l’impossible ­Trump.

Sur l’insistance de Miss Markle, plus connue comme militante féministe pro-Obama que comme actrice, Harry aurait exprimé le désir d’inviter Michelle et Barack Obama à son mariage. Miss Markle est un élément actif de la « Résistance ». Comme beaucoup de célébrités « people », elle a déclaré qu’elle quitterait les États-Unis si ­Trump était élu, mais, elle, elle a trouvé le moyen de le faire, tout en « sauvant à temps la famille royale de son lourd et coupable passé », selon plusieurs sources.

Si la reine se dit ravie de ce mariage, nous n’allons pas être plus royalistes que le roi. Mais Miss Markle, en plus d’être moins que jolie, présente des failles préoccupantes. Elle parle à tort et à travers, notamment de ses vues politiques (anti-Trump, anti-Brexit), et se comporte bizarrement. Au sortir de la messe de Noël, elle a tiré la langue à la foule. Triomphe jubilatoire contre les sceptiques ?

Car les mauvaises langues vont bon train : Miss Markle est engagée dans l’humanitaire et aurait manœuvré pour rencontrer ce prince hanté par le désir d’être à la hauteur de la légende de sa mère. Après tout, si manœuvre il y a eu, bravo l’artiste et espérons que le bonheur soit au rendez-vous pour Harry !

On doute quand même que la reine accepte des incidents diplomatiques futurs imputables à Princess Pushy (l’Intrigante), comme l’a déjà surnommée une partie de la presse anglaise.

Malgré ces inquiétudes, auxquelles on peut ajouter la direction peu sûre de May, nos amis anglais peuvent être optimistes pour 2018 : le pays se porte bien, la famille royale en a vu d’autres et, d’une façon ou d’une autre, ils vont sortir de l’UE.

Pas nous. On nous y enfonce chaque année davantage, alors que l’UE ressemble de plus en plus à l’URSS.

Merkel ne parvenant toujours pas à réunir une coalition, Macron se retrouve tout-puissant par défaut et se croit déjà aux commandes du vaste État supranational de ses hallucinations. Il a le soutien des socialistes allemands pour s’opposer à Trump sur tout.

Il commence l’année en s’indignant vertueusement de l’attaque sauvage contre une policière, mais ne fera strictement rien dans les zones absurdement dites « sensibles ».

Il annonce le contrôle de l’information sur les médias en ligne. Autrement dit, certains Français ont le droit de tout faire s’ils votent comme il faut, alors que d’autres Français seront muselés, tandis qu’on leur fera les poches au profit des premiers.

À l’étranger, notre pays est méprisé depuis des décennies. Pour ce qui est fait à ses propres citoyens, car tout cela commence à se savoir, et plus encore pour des décennies de lâcheté et d’accommodement devant les pires tyrans à seule fin de faire des affaires fructueuses tout en donnant des leçons de morale sur le capitalisme.

La France est méprisée aussi pour le personnel politique qu’elle produit.
Et, devant le pouvoir, les Français sont exactement comme le Prince Harry devant Barack Hussein Obama.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

 

La version longue de cet article est disponible ci-dessous pour les abonnés :

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

4 Commentaires sur : Quand Harry rencontre Barry…

  1. vozuti

    13 janvier 2018

    les médias s’excitent sur l’idée que trump pourrait être déclaré fou et sorti de son poste de président après ses propos sur l’immigration non désirée venant de pays “de merde”.
    par contre,les dirigeants européens qui ont inondés leurs pays avec des dizaines de millions d’immigrants venant de ces pays “de merde” sont déclarés parfaitement sains d’esprit par ces médias dérangés,transformés pour l’occasion en psychiatres maboules.

    Répondre
  2. BRENUS

    12 janvier 2018

    Si la fiancée métisse américaine est “engagée” elle pourrait peut être inciter le jeune prince déjà conquis, semble-t il, a militer en Angleterre pour les pétitions des étudiants de littérature anglaise blacks de Yale qui exigent que soient bannis les auteurs classiques anglais (y compris Shakespeare) au prétexte qu’ils étaient blanc. Ceci au profit des créateurs “divers” mais non blancs auteurs d’oeuvres écrites en anglais – ou en slam, peut être- qui constituent des sommets de littérature incommensurables. Connerie, quand tu les tiens….

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    10 janvier 2018

    les ” 4 V² ” se transformeraient elles pas en ” Paris-Match ” ? qu’en a t on à foutre de ces deux là? pouvez vous nous en donner une seule raison ?

    Répondre
    • appeals

      11 janvier 2018

      Bien vu!!!

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)