Immigration : la dictature de l’émotion

Posté le 26 juin , 2018, 12:49
5 mins

La récente « séquence mé­diati­que », com­me on dit aujourd’hui, à propos de l’immigration, a été particulièrement pénible.

Entre l’affaire de l’Aquarius, gérée à la godille (un coup à droite, un coup à gauche) par nos gouvernants, et l’histoire des enfants de clandestins séparés de leurs parents aux États-Unis, nous nageons en plein délire médiatique et en pleine dictature de l’émotion.

Avant toute chose, redisons, pour la énième fois, qu’une chose est l’accueil de malheureux, une autre chose est la politique migratoire d’un pays.

Il est absurde de fonder une politique nationale sur un fait divers, comme on le fit naguère sur l’affaire Leonarda, sur la mort du petit Aylan, et aujourd’hui sur l’errance de l’Aquarius.

Nos dirigeants ne sont plus des hommes politiques, capables de trancher (éventuellement contre leur sensibilité) pour le bien commun, ils ne sont plus que des membres parmi d’autres de l’immense cohorte des pleurnichards « bien-pensants ».

C’est d’autant plus regrettable qu’une photo peut aisément être manipulée.

La photo du petit Aylan avait été ainsi mise en scène, au sens le plus strict du mot : « on » l’avait posé de telle façon pour mieux susciter l’empathie – cachant, en particulier, que son père était un passeur, c’est-à-dire un trafiquant de chair humaine.

De la même façon, la photo de la fillette en pleurs face à Trump est un montage scandaleux.

D’abord, il est maintenant avéré que cette fillette n’a nullement été séparée de ses parents.

Ensuite, il est faux que le décret de Donald Trump ait organisé la séparation des enfants de leurs parents. Tirant les conséquences du fait que l’entrée sur le territoire américain constitue un délit, l’administration a simplement décidé d’emprisonner les contrevenants.

Personne n’accuse le gouvernement Macron de séparer les enfants de leurs parents au prétexte que certains parents sont emprisonnés.

De toute évidence, c’est la responsabilité des parents de ne pas commettre de délits et il est insensé d’accuser la justice de faire son travail. C’est certes une tragédie que des enfants soient séparés de leurs parents. Mais le responsable de la tragédie est le criminel, pas le juge.

À ce propos, un petit mot sur le regroupement familial, puisque les récents débats parlementaires sur l’immigration ont laissé entendre que la loi Collomb était, elle aussi, de nature à séparer les familles.

Je crois personnellement au droit naturel de l’homme à vivre en famille. Mais je ne vois aucune raison à ce que ce droit s’exerce nécessairement en France pour un étranger. Spécialement quand il s’agit d’étrangers n’ayant aucune intention d’adopter notre culture.

Pourquoi ne pas organiser le regroupement familial dans le pays d’origine ?

Rappelons, par ailleurs, que les mafias ont compris que les Occidentaux étaient sensibles – à juste titre – au sort des enfants. C’est pourquoi les trafiquants se font souvent accompagner d’enfants (pas forcément les leurs). C’est aussi pourquoi les nombreux mendiants dépendant des mafias que l’on voit dans les rues de Paris sont souvent accompagnés d’enfants.

Mais comment ne pas voir que l’intérêt supérieur de l’enfant ne consiste pas à encourager les filières mafieuses qui les exploitent, mais à les en libérer ?

En tout cas, dès que l’on se penche sur ces questions, on ne peut manquer d’être choqué par la démagogie médiatique et par le diktat de l’émotion. Et il me semble tout de même bien paradoxal de s’indigner du sort des enfants quand on les instrumentalise pour faire la promotion de l’immigration clandestine et donc des esclavagistes et trafiquants de chair humaine !

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

17 Commentaires sur : Immigration : la dictature de l’émotion

  1. BRENUS

    2 juillet 2018

    Encore un descendant de la joyeuse diversité en mal de notoriété. Maintenant, c’est fait avec la seconde évasion.
    Mais il ne faut surtout pas que cela décourage les bobos de pousser à toujours plus d’importation exogène (rapidement francisée-papiers ensuite). Nous sommes un peu à court de divertissement et au aussi de remplacement massif, faisons un effort.
    Tout comme des juifs allemands qui ont accueilli des jeunes syriens muzz, dont un chez eux (ils auraient du prendre conseil chez Mr Israel avant, mais enfin…) Le pauvre “réfugié” s’est mis à tabasser un gosse de la maison le jour où il a vu ce dernier porter une kippa.
    C’est y pas beau tout- ça. Pour preuve, allez sur Agoravox-vox voir l’article et le clip. Quand je vous disais que tous les juifs n’étaient pas intelligents…. Une raison de plus pour ne pas nourrir d’animosité à leur égard.

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    2 juillet 2018

    Il n’ y a pas que l’ émotion il y a aussi la franche rigolade comme ” cette ” évasion en hélico !

    Cela est même passé sur Foxnews : on a les faits divers ridicules qu’ on peut !

    Au fait qui a supprimé les Q.H.S. ( quartiers de haute sécurité ) dans leur version ” dure ” ? … N’ est ce pas Robert Badinter ?

    Ah ces grandes âmes moralisatrices ! … Simone Veil, Robert Badinter , d’ Jack Lang , B. – H. L. etc …

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      2 juillet 2018

      Évasion ahurissante qui alimente les rires et sarcasmes de toute la planète.

      Cette prison aurait du être une frontière entre le monde carcéral et le monde encore libre.
      Une ONG a pu faire sortir un locataire en hélicoptère à la barbe des surveillants armés d’un sifflet, appelons ce migrant “sédentaire” pour le distinguer du migrant “migrant”.

      C’est l’inverse de ce que nous subissons avec les migrants venus de l’extérieur.
      Ceux là veulent rentrer et les surveillants de Frontex les laissent passer.

      On a les surveillants et les gouvernants qu’on peut.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        2 juillet 2018

        évidemment pas de responsable(s) au plus haut niveau; il ne reste plus maintenant qu’ à trouver le lampiste idoine

        constatons que la Justice , y compris donc la pénitentiaire, est dans un état pitoyable , une véritable déchéance, mais les beaufs s’ amusent seulement de cette évasion

        vite, vite un retour BRUTAL au Régalien

        Répondre
  3. Gérard Pierre

    29 juin 2018

    La dictature de l’émotion ! …… celle qui se fonde sur l’humeur du moment, … sur le système nerveux, …… et non sur l’idée, … sur le cerveau ! …… c’est la dictature des crapules conscientes de leur rouerie, des agitateurs habiles, des flagorneurs distillant une pensée toxique marxisante qui ne dit surtout pas son nom, …… c’est la dictature qui fait de sa victime ‘’stockolmisée‘’ un kapo !

    « Celui qui se respecte ne peut vivre aujourd’hui que dans les interstices de la société. » – Nicolás Gómez Dávila – Aphorismes.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      29 juin 2018

      // Celui qui se respecte ne peut vivre aujourd’hui que dans les interstices de la société. //

      Ces interstices ont été réduits considérablement ces derniers temps et ne sont aujourd’hui plus que des craquelures nanométriques.
      Gageons que le gouvermenent macronien fera du zèle pendant les vacances estivales, profitant de la somnolence des contribuables.

      À la rentrée ne subsisteront plus que quelques rares pores.
      La peuple crachant au bassinet sera enfin muselé pour le plus grand bien de la Bien-Pensance.

      Welcome onboard refugees, you are home!

      Répondre
  4. AMA

    29 juin 2018

    Mais qui sont donc ces parents qui, en émigrant illégalement avec leurs enfants, au lieu de rester chez eux, savaient bien qu’ils seraient séparés de ceux-ci. Ils font penser à ces manifestants qui mettent les femmes et leurs enfants au premier rang. Décidemment, la Presse est incroyablement vicieuse. Mais il faut bien reconnaître que, correctement financée, elle est experte pour faire vibrer les c…s

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      2 juillet 2018

      Valérie c’ est votre bobo à vous la Drouâte ! le modèle de cette ” élite ” tant enviée pour leurs enfants par les parents … de Drouâte

      Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    27 juin 2018

    la Fondation Thomson-Reuters a établi un nouveau classement des pays ” les plus dangereux pour les femmes ”

    sans surprise arrivent en tête l’ Afghanistan, la République Démocratique du Congo, le Pakistan, l’ Inde, la Somalie …

    le premier pays ” occidental ” , figurant à la DIXIEME place sur cette liste de plus de 150 pays, sont … les Etats – Unis d’ Amérique

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      27 juin 2018

      Si le 9-3 était un pays je me demande où il serait classé?

      Dans pratiquement toutes les villes US se trouvent des 9-3, le classement TR ne fait que refléter cette situation.
      Quand l’Europe sera aussi colorée que le sont les USA gageons qu’il y aura des surprises dans ce classement.
      Il est encore temps de réagir pour éviter cela.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        27 juin 2018

        bien entendu, bien que je ne l” ai pas mis en avant, que ” certaines ” ” minorités ” ou ” communautés ” constituent le fer de lance pour ne pas dire le réservoir de la criminalité et de la violence aux U.S.A. puisque c’ est avant toutes autres causes ( pauvreté, alcoolisme ,non éducation etc … ) une affaire de … ” culture ” comme par exemple pour le Mexique ou la Jamaïque où la drogue joue également un rôle non négligeable …

        mais il n’ y a pas qu’ eux comme par exemple pour les violeurs-tueurs en série

        la société américaine , en particulier ses couches ” défavorisées ” comme on dit blanches, noires, latinos sont des pouponnières à violence

        ” le dahlia noir ” est un livre que tout contempteur des U.S.A. devrait avoir lu

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          28 juin 2018

          Après 8 ans de socialisme débridé sous Obama il était temps que Trump arrive pour nettoyer la porcherie.
          La politique laxiste d’immigration à la frontière Sud a sans aucun doute contribué de façon substantielle à l’augmentation de la criminalité.
          Le mur de Trump est plus que jamais nécessaire pour contenir cet envahissement de délinquants. Sinon dans quelques années toute la crème de la mafia sud et centrale américaine se retrouvera concentrée aux USA.

          PS: Rappelons que sous Obama la dette US a augmenté de 23.5%, même Bush junior avait fait moins avec 21%.

          Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      27 juin 2018

      Tapez “worst countries for women” sur YouTube et vous pourrez voir où sont les pays coupables.

      Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      29 juin 2018

      Même analyse pour les pays ” les plus dangereux pour les hommes.”

      Avec Marlène Schiappa, nul doute doute que la France se classera en tête.
      En face de JC Van Damme, le macho par excellence, ne s’est-elle pas fendue d’un “mansplaining” pour le recadrer.

      À suivre prochainement sur ONPC, vraisemblablement le dernier combat de Van Damme, on le regrettera.

      Répondre
  6. Hela PERNOLLET

    26 juin 2018

    je suis entièrement d’accord pour dénoncer ces abus. ce qui est affligeant, c’est que ces ”médias” sont suivies par une majorité qui croit tout ce qu’on leur distille et votent en conséquence!

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27 juin 2018

      ” la culpabilisation fait obéir ” … une vieille recette ! … voyez les Religions , voyez la … Shoah !

      donc d’ une certaine façon, ” les 4 Vérités ” vous font aussi … obéir !

      Répondre
  7. HansImSchnoggeLoch

    26 juin 2018

    Quiconque sachant manipuler une application traitant les images peut vous fabriquer une photo avec Macron ou le Pape déguisé en ogre et mangeant des petits enfants.

    Le slogan, “Le choc des mots, le poids des photos” c’est de la préhistoire.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)