L’État islamique, l’Afrique noire et nous

Posté le 02 mai , 2018, 9:49
5 mins

David Beasley, responsable du Programme alimentaire mondial (WFP, selon ses initiales anglaises), vient de jeter un pavé dans la mare en exposant ce qu’il estimait être la nouvelle stratégie de l’État islamique.

Selon lui, le « califat » en voie de disparaître de sa base historique en Irak et en Syrie envisage de se replier en Afrique noire.

Ce premier point était déjà bien connu de tous ceux qui suivent un peu l’actualité de l’islam radical dans le monde.

La radicalisation de l’islam en Afrique noire est, en effet, l’une des sources majeures d’inquiétude pour la stabilité mondiale dans les années à venir.

Le Mali et la Centrafrique, où l’armée française intervient, ne sont que les parties émergées de l’iceberg salafiste africain.

On savait également que l’islam radical avait redécouvert les pratiques historiques de l’islam des premiers siècles en réduisant les populations noires en esclavage.

C’est notamment ce qui se passe en Libye.

Islamisme et trafics divers (de drogue, d’armes ou d’êtres humains) ont souvent fait bon ménage depuis le VIIe siècle.

Mais ce qui est vraiment nouveau dans les déclarations de David Beasley, c’est que, selon lui, l’État islamique envisage d’utiliser la famine comme arme de guerre.

C’est un nouveau signe de la proximité entre islamisme et communisme, puisque Staline ou Mao avaient déjà expérimenté avec succès ces méthodes monstrueuses.

Mais, cette fois, l’arme est directement pointée sur nous. (Et il serait peut-être temps que la cible se réveille !)

L’idée des hiérarques de l’État islamique, chassés du Moyen-Orient, serait de s’allier avec d’autres groupes islamistes, particulièrement la bizarre secte Boko Haram qui sévit principalement au Nigéria, pour affamer les populations noires et provoquer un tsunami migratoire vers l’Europe.

En appui de ses déclarations, Beasley raconte que des Syriennes lui ont révélé que la faim avait forcé leurs maris à rejoindre l’État islamique.

Le dirigeant du WFP estime que la même chose risque de se reproduire en Afrique subsaharienne à une échelle beaucoup plus importante.

« L’Express » rapporte ses propos alarmants : « Si vous croyiez que vous aviez un problème avec une nation de 20 millions d’habitants comme la Syrie en raison de la déstabilisation et des conflits liés à la migration, attendez de voir ce qui se passera quand la région du Grand Sahel, avec ses 500 millions d’habitants, sera encore plus déstabilisée. »

La famine serait ainsi utilisée en deux directions.

La première consisterait à recruter de nouveaux soldats pour le « califat » : les malheureux affamés s’engageraient simplement pour pouvoir survivre.

La seconde consisterait à déstabiliser l’Europe. J’ajoute, bien que Beasley n’en parle pas, que, si la vague migratoire augmentait, comme il est à craindre en cas de famine en Afrique noire, le nombre de djihadistes entrant en Europe augmenterait également.

Oui, il faut que l’Europe se réveille et voie l’immigration com­me une arme entre les mains de l’ennemi islamiste.

Mais il faut aussi sortir du con­sensus absurde qui a suivi la décolonisation. La seule façon d’éviter durablement cette dé­stabilisation de l’Europe par l’immigration est d’éviter la déstabilisation de l’Afrique subsaharienne. Cela implique une assistance aux peuples de cette région, qui ne sera certes pas une nouvelle colonisation, mais aura des traits communs avec la colonisation (mêlant coercition politique, coopération militaire, maintien de l’ordre et développement économique).

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

ARTICLE PRÉCÉDENT

La SNCF et le contribuable

ARTICLE SUIVANT

Macron et la droite

15 Commentaires sur : L’État islamique, l’Afrique noire et nous

  1. quinctius cincinnatus

    18 mai 2018

    bien ! pour qui s’ intéresse ou s’ est intéressé à l’ histoire de l’ Afrique, il sait que les conflits sont bien antérieurs à l’ introduction de l’ Islam sur le continent , le Sahel et la corne de l’ Afrique jusqu’ à Zanzibar , et que ce dernier fut un facteur d’ unification superficielle ( ” spirituelle ” ) de ces régions … on peut toujours gouverner et assujettir les peuples par la ” crainte de Dieu “

    Répondre
  2. Josette GAZU

    7 mai 2018

    Et bien sûr les “avantages” seront pour nous (renforcement de nos opérations au Sahel et arrivée de terroristes qui n’auront qu’à traverser la Méditerranée avec les migrants! Quant à la lutte contre daesh, on ne pourra plus compter sur les Kurdes et l’Iran.

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    7 mai 2018

    Tout migrant est un remigrant potentiel.
    Le moment du basculement dépend de l’humeur des peuples envahis.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      7 mai 2018

      et surtout … de leur capacités de réaction !

      les ” Gaulois ” n’ ont finalement que fort peu résisté aux ” colons ” des légions romaines de même qu’ aux Francs, Alémans, ” Burgondes ” , Helvètes et autres Goths qui cependant n’ étaient pas aussi nombreux que veut bien nous faire croire l’ histoire arrangée des hypothétiques ” grandes invasions “pour nous ” dédouaner de notre légendaire passivité

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        7 mai 2018

        Vous avez raison, la réaction et surtout l’organisation de la réaction est primordiale.

        Jules César a conquis la Gaule car ses soldats disciplinés bien instruits, munis chacun du pilum, du gladius et du grand bouclier ont eu raison des Gaulois qui se battaient bravement mais en bandes désorganisées.
        Les formations romaines en tortue anticipaient déjà à l’époque le char d’assaut moderne.

        Les réactions du gouvernement actuel n’ont aucune ressemblance avec ce que les Romains pouvaient aligner à l’époque.

        Conclusion: ils n’étaient pas tellement fous ces Romains.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          8 mai 2018

          sans oublier la cavalerie légère … des Germains

          Répondre
      • Henri de Montfort

        8 mai 2018

        Bien dit M. Q. Cincinnatus !
        Pour trouver un peuple aussi lâche et passif que le nôtre , il faut chercher très loin!
        Mais , nous ne sommes pas les seuls !
        Les Belges , les Allemands , les Anglais , répondent aux tueries des djihadistes ,
        tout comme nous , qui répliquons aux tirs des “Kalach” par des pleurnicheries , des
        bougies,des fleurs en invoquant la tolérance ( de l’intolerable ), tout en en acceptant l ‘ordre
        de notre “gouvernement “à s’habituer à cela ! Qelle bonne habitude!
        Acceptez les massacres mais surtout pas d’amalgame !
        Tous nos gentils “invités” ne sont pas des “terros” mais tous les “terros “sont des “chances
        pour la France “!
        Curieusement , les “terros” ne se manisfestent pas en Corse !
        Vous êtes- vous demandé porquoi ?
        Tout ,simplement parceque ce ne sont pas des veaux émasculés et qu “ils en ont ” dans
        le pantalon”!

        Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    2 mai 2018

    – on n’ a pas attendu David Beasley pour le savoir

    – l’ esclavage en Afrique … Noire est bien antérieur à la pénétration de l’ Islam

    – l’ idée de provoquer volontairement un tsunami migratoire par la famine relève du plus pur ” conspirationnisme ” ; de tous temps les gens ont fuit la famine et celle ci n’ a pas besoin du salafisme; la surpopulation et la dégradation de l’ habitat naturel suffisent

    quant à la déstabilisation de l’ Afrique sub-saharienne avec son découpage d’ Etats qui ne tient aucun compte des ethnies, par ailleurs pour beaucoup encore ” nomades “, rassurez vous cela est fait depuis longtemps … depuis les ” partages ”

    De Thieulloy a une formation d’ historien … ” européen “, pas de géo-politologue de l’ Afrique

    Répondre
  5. AMA

    2 mai 2018

    Enfin quelque chose de sérieux. Et contre cette menace, nous n’avons qu’un petit garçon en culottes courtes, des élites corrompues et dévirilisées et une population qui ne croit qu’aux promesses de ” dolce Vita”. Bonne chance les gars….

    Répondre
  6. HansImSchnoggeLoch

    2 mai 2018

    “Cela implique une assistance aux peuples de cette région, qui ne sera certes pas une nouvelle colonisation…”

    Pour faire un feu il faut de l’énergie, un comburant et un combustible.
    Éliminer un des trois facteurs empêche le feu de démarrer.
    Le comburant est la pauvreté, le combustible les populations concernées et l’étincelle vient de l’islam.

    À mon avis l’islam représente le plus grand danger.
    Éteindre le feu en assistant avec nos impôts les peuples africains sera une solution coûteuse si on ne s’occupe pas d’abord des pyromanes islamiques qui ne cessent de les rallumer.

    Le centre névralgique du mal se trouve dans la pénisule arabique, c’est là qu’il faut intervenir et en finir une fois pour toutes.
    C’est une question de volonté et d’efficacité.
    La lutte contre la pauvreté sera ensuite beaucoup plus facile.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      3 mai 2018

      ” le centre névralgique du mal se trouve dans la péninsule arabique ”

      c’ est , en effet, de là qu’ est parti ,portée par les guerriers et les … marchands arabes, la conquête islamique vers l’ Afrique du Nord et … l’ Asie

      maintenant le centre le plus important se trouve en Occident même et dans le commerce du … pétrole !

      p.s. on oublie trop souvent aussi l’ Asie Centrale et … la Turquie … d’ où l’ importance d’ une coopération avec la … Russie bien plus intéressée par le phénomène que l’ Amérique de Trump

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        3 mai 2018

        QC

        Pendant la guerre froide toute l’aide aux pays africains (plusieurs plans Marshall) a été anéantie par les guerres de libération fomentées par le camp communiste.

        Nous n’allons pas recommencer les mêmes erreurs. Avant d’aider les Africains à se dépatouiller tout seul, il faut mettre fin aux conflits qui secouent ce continent.
        Pour le moment ce sont bien les islamistes financés par la péninsule arabique qui sèment la zizanie surtout dans le centre-nord de l’Afrique.
        On ne pourra aider ces pays et de ce fait nous-même en diminuant la pression migratoire, qu’une fois la paix établie.
        Autrement autant jeter le fric par la fenêtre.

        De ce fait l’aide de la Russie sera la bienvenue, si on donne à ce pays la chance de participer.

        Répondre
      • quinctius cincinnatus

        5 mai 2018

        confirmation de ce que je disais

        la C.I.A. estime que l’ E.T.A. est plus dangereuse que … Daech

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          5 mai 2018

          D’après ce que j’ai pu lire l’ETA a cessé ses activités.
          Où est le problème?
          Au lieu de traquer obstinément la piste russe de Donald Trump la CIA devrait suivre l’actualité et mettre ses fichiers à jour.

          Répondre
    • quinctius cincinnatus

      10 mai 2018

      même ceux du néolithique savaient ça ; l’ énergie, le comburant et les combustibles !

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)