Non, Macron ne défend pas les libertés économiques!

Posté le 21 mai , 2019, 11:14
4 mins

Les soutiens d’Emmanuel Macron se gargarisent volontiers de ce qu’ils appellent ses «bons résultats» en économie.

J’ignore s’il s’agit de pure propagande, de méthode Coué, d’aveuglement ou de bêtise. Mais il faut tordre le cou, une fois pour toutes, à cette mythologie.

La politique économique d’Emmanuel Macron est fondamentalement une politique social-démocrate, mâtinée de soumission à la kleptocratie financière.

Disons d’emblée que, malheureusement, ce n’est pas le pire des programmes économiques disponibles sur le marché de l’offre politique française.

En gros, depuis que le clivage droite-gauche a cessé d’intéresser les politiciens, nous avons le choix entre deux offres plus ou moins claires.

La première, dont Emmanuel Macronest le principal soutien, avec l’essentiel du centre-droit comme du centre-gauche, est celle que je viens d’évoquer.

La seconde, défendue très fréquemment par les «extrêmes», relève d’un étatisme encore largement marxiste.

Il est naturellement hors de question de soutenir cette dernière option – qui, non seulement n’a fonctionné nulle part, mais, en outre, a causé des dizaines de millions de morts.

Pour autant, il faut aussi dénoncer le pseudo-réalisme des «centristes».

Tout d’abord, la finance est loin d’être le cœur de l’économie et ne penser une politique économique qu’en fonction des banques (qui d’ailleurs ne remplissent plus, généralement, une mission de banque, puisqu’elles refusent de prêter à l’économie réelle) ou des multinationales est tout simplement absurde.

Il faut mettre les choses en ordre: la finance au service de l’économie, l’économie au service de la politique, et la politique au service de l’homme.

Sinon, on a ce que nous voyons aujourd’hui: tout simplement du pillage en bande organisée.

Les richesses collectives des Français sont accaparées par quelques privilégiés, proches (et maîtres) du pouvoir politique.

Par ailleurs, on est très loin de la subsidiarité et des libertés économiques : le socialisme continue à dominer en France.

On continue à croire à l’enrichissement collectif par la dépense publique – et même par la dette publique.

On continue à croire qu’il est plus moral et plus efficace de prendre l’argent des citoyens pour faire plus mal qu’eux (et beaucoup plus cher) ce qu’ils feraient fort bien eux-mêmes.

Ce que nous avons aujourd’hui est, d’une part, une finance prédatrice (utilisant l’argent public pour couvrir ses dépenses et se réservant les bénéfices) et, d’autre part, un capitalisme de connivence, où les sociétés proches du pouvoir ne risquent jamais l’argent de leurs actionnaires, mais toujours celui des contribuables.

Il est temps d’expérimenter enfin les libertés économiques subordonnées au bien commun et à l’intérêt national. Mais ce ne sera certainement pas avec les oligarques actuellement régnants qui ont tout raté!

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

9 Commentaires sur : Non, Macron ne défend pas les libertés économiques!

  1. BRENUS

    29 mai 2019

    5 commentaires exclusifs ! Peut mieux faire. Surtout pour répéter toujours la même chose.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      30 mai 2019

      pour une fois que je développe !

      et …” bis repetita placet ” … Brenus … surtout pour ceux qui n’ entendent rien ou qui font les sourds

      Répondre
      • BRENUS

        31 mai 2019

        Réponse @ Q.Q. : Comme tu sembles en manque permanent de contradiction pour avoir l’occasion d’écrire des conneries encore d’avantage, je vais me dévouer une fois de plus.
        Errare humanus est, perseverare diabolicum est !
        Allons y pour la révision de latin (on se donne l’illusion de sa propre intelligence à bon compte) la rose :
        rosa rosa rosam, etc…

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          31 mai 2019

          quel culture !

          remarque :

          dans votre citation, passée dans le langage le plus courant, le second ” est ” n’ est en rien obligé ***

          vous voyez que je met un certain style classique à ma réponse

          recommandation :

          votre silence serait d’ or

          Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    29 mai 2019

    ” il ne défend pas les libertés économiques ” sans aucun doute , MAIS SURTOUT il ne défend pas les intérêts de la France et des Français et pourtant il est ultra-libéral entendons par là qu’ il est ultra-financiarisation

    électeurs de Macron vous finirez comme tous les autres … ” cocus “

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    24 mai 2019

    ” il ne défend pas etc … etc … ” et pourtant pour reprendre sa phraséologie mais adaptée à son … ” genre ” c’ est un EXTRÊME – libéral

    dommage pour cet article , mais les blogueurs des ” 4V² ” comme à l’ habitude se déchaînent sur des sujets comme la submersion migratoire … l’ Economie ils s’ en foutent ! de vrais Français grandes gueules et petits cerveaux !

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    24 mai 2019

    en tout cas on est au moins sûr d’ un fait : Emmanuel Macron ne défend pas les intérêts des Français ce qui ne saurait surprendre puisque , en temps qu’ Associé chez Rothschild, il tirait ses profits des opérations cessions – acquisitions ; la Banque Rothschild ayant été la Banque d’ Affaire qui a le plus profité sur le Marché français de ce type de transactions ( plus de 50 % pour elle seule )

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    24 mai 2019

    le P.P.E. de Baroso et Juncker est la cause principale de la sujétion de l’ Europe à des intérêts qui nous sont au mieux étrangers et le plus souvent hostiles ; Les Républicains sont dans le P.P.E. et il risque fort que les macronistes ne puissent faire autrement que d’ adhérer au … P.P.E. ; conclusion voter pour l’ un ou l’ autre c’ est bonnet blanc et blanc bonnet

    si vous ne vous ne pouvez pas voter R.N. vous avez une alternative : voter Dupont – Aignan !

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    21 mai 2019

    très bien cet article qu’ on peut résumer en une phrase :

    il faut se soustraire à une Politique au seul service de la Finance

    p.s. :

    traiter seulement les ” phynanciers ” de ” cleptomanes ” est un doux euphémisme, ce n’est ni un vol à l’ étalage ni une forme d’ obsession psychiatrique légère : il s’ agit ni plus ni moins que de cupidité qui est une forme de sadisme

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)