Non, nous ne sommes pas à Caracas!

Posté le mars 25, 2019, 5:41
2 mins

Je lis en général avec intérêt les articles de M. Guy Millière et sa vivacité de ton ne me déplait pas. Mais celui publié dans le numéro 1180 du 8 février 2019 m’a stupéfait. Quelle violence, quelle démesure !

Dans le titre d’abord, repris dans la phrase de conclusion, « Macron : une tache de sang sur l’histoire de France ». De qui parle t-on ? D’Attila, de Robespierre ? Macron n’est pas un tortionnaire dont on peut dire dès maintenant que le bref passage marquera notre histoire future et laissera un souvenir de violence.

Je critique suffisamment le président pour qu’on ne me soupçonne pas de complaisance à son égard. Mais on ne peut pas raisonnablement parler de « répression extrême exercée par la police »; nous ne sommes pas à Caracas. Pas un coup de feu n’a encore été tiré. Une phrase in fine mettant en cause les donneurs d’ordre plutôt que la police elle-même, ne suffit pas à atténuer ce qui précède et qui tend à faire apparaître la police comme complice active de cet acharnement qu’on voudrait faire croire « anti gilets jaunes ».

A l’origine des actes de violences, quand il y en a, on trouve toujours les casseurs qui, au fil du temps, ont fini par infiltrer, noyauter et manipuler le mouvement, au point que quand on aborde un nouvel épisode de la « saga des samedis », on ne pense plus aux revendications initiales, mais on s’interroge sur l’ampleur des destructions et des agressions auxquelles il faut s’attendre.

M. Millière exagère. Je me consolerai en me rappelant que tout ce qui est  excessif est dérisoire.

Général (2S) Roland Dubois

6 réponses à l'article : Non, nous ne sommes pas à Caracas!

  1. appeals

    26/03/2019

    Pas besoin de tuer, les armes utilisées par la police blessent grièvement, et pour beaucoup à vie, cette dictature avérée est supportée par les français.

    Etonnant non ?

    Répondre
  2. ELEVENTH

    25/03/2019

    Depuis que les média, les membres du gouvernement et tous les affidés de Macron nous répètent à l’envi que les casseurs et autres black block sont connus, nous sommes en droit de nous demander pourquoi un tel déploiement de flics et d’éborgneurs générant des dépenses élevées. Ne suffirait il pas de cueillir à temps les prétendus « connus » pour éviter les exactions extremes ? Autre solution qui ferait fuir à coup sur les plus acharnés des membres de la « peste brune » (merci pour eux monsieur Grivois) : mettre en avant la ministre à tête de fée carabosse, face à la foule. Pour le coup, saisie d’effroi, la populace retournerait fissa dans ses clapiers pour laisser jouir à loisir les classes non-dangereuses. Et pour calmer leur frustration, rien de tel qu’une bonne citation de Monsieur Quinctius le donneur de leçons patenté et certainement rétribué par de louches officines. Vite l’attribution de la médaille Adolf Thiers à ce dernier, par le général Scrogneugneu, sous les applaudissements endiablés de la macronie. Mais il n’est pas mauvais de laisser brasser la fiente ,pour éviter d’aborder les vrais problèmes et leur absence de solution; Même les racailloux des suburbs s’en étouffent de rire.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      26/03/2019

      tiens ! vous êtes aussi c.. et scato que l’ Autre beauf ?

      Répondre
      • ELEVENTH

        26/03/2019

        Mr Quinctius : merci ! Et sur le fond, auriez vous quelque chose à dire ? Décharger sa bile peut être salutaire mais n’apporte rien au débat.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          26/03/2019

          la  » citation  » ( … à comparaître ! ) précisait celle, en bas d’ article, du Général Roland Dubois, que vous rebaptisez élégamment en Général Scrogneugneux

          que le Service d’ Ordre Public n’ ait pas été à la hauteur en plusieurs occasions n’ est pas nouveau : nous avons des  » stagiaires  » au Gouvernement et la Fonction Publique est une machine pleine … d’ inertie et qui manque donc de réactivité par peur de la bavure, comme vous vous indignez de celle de Nice et qui n’ en est pas une …

          quand on se pose en correcteur des erreurs des autres encore faut il être conséquent avec soi – même … ce qui n’ est manifestement pas votre cas

          avant que de suivre, comme un mouton, l’ opinion d’ un minus habens comme BrenNus vous devriez réfléchir par vous – même

          Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    25/03/2019

     » tout ce qui est excessif est insignifiant  »

    ( Charles – Maurice De Talleyrand – Périgord )

    la passion vengeresse , sans doute de ne pas avoir été reconnu à sa juste valeur, de Guy Millère lui gâte souvent le jugement

    mais il … plait au peuple, cet agglomérat difforme de passions primaires ( attention  » primaires  » et pas primitives )

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)