Où sont les violents ?

Posté le 14 mai , 2018, 5:33
5 mins

La gauche s’est fait une spécialité de l’inversion accusatoire.

On en connaît de multiples exemples : elle encourage le déracinement et la mise en esclavage d’une abondante population immigrée, mais ce sont les adversaires de cette politique catastrophique qui sont racistes. Elle a saboté l’effort de guerre en 1939, mais ce furent surtout des anti-communistes qui furent condamnés pour « intelligence avec l’ennemi ». Elle a asservi la moitié de la planète à l’idéologie totalitaire la plus mortifère de l’histoire, mais c’étaient les dissidents qui étaient « impérialistes ».

Nous pourrions continuer longtemps cette litanie, dont le principe réside dans le fameux « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté » des jacobins.

Si vous n’êtes pas de gauche, c’est que vous ne méritez pas de vivre : voici le principe fondamental du totalitarisme.

Aujourd’hui, l’inversion accusatoire réside dans l’usage de la violence.

En marge d’une manifestation d’extrême gauche, des casseurs anarchistes ultra-violents se heurtent aux forces de l’ordre et démolissent tous les « symboles du capitalisme ». Pour Jean-Luc Mélenchon, ce sont des « bandes d’extrême droite » !

Je ne dis pas, évidemment, qu’il n’y a pas de violence à droite. Ce serait absurde. Comme le disait Soljénitsyne, la ligne de démarcation entre le bien et le mal passe dans le cœur de chaque homme. C’est même exactement ce qui nous sépare des idéologies totalitaires : nous ne croyons pas qu’une bonne cause justifie n’importe quel moyen ; nous ne croyons pas non plus qu’une personne soit prédestinée par sa naissance à être utile ou nuisible à la société.

Cependant, la réalité politique, en France aujourd’hui, c’est qu’il y a beaucoup plus de violence à gauche qu’à droite.

Robert Ménard, le courageux maire de Béziers, a été agressé – dans un silence médiatique assourdissant –, par des « Antifas », alors qu’il se rendait à une réunion politique.

Mais les journalistes semblent penser : il est « d’extrême droite », il l’a bien cherché.

Comme si se préoccuper du sort des laissés pour compte de la mondialisation, si méprisés des bobos triomphants, était de l’extrémisme. Et comme si des désaccords politiques justifiaient une agression physique.

Oui, il existe des milices d’extrê­me gauche violentes, que l’État laisse proliférer (en faisant le pari que ces milices décrédibiliseront toute opposition et justifieront la suspension des libertés, déjà bien réduites).

Mais il existe aussi une violence intellectuelle de l’idéologie de gauche – que l’on oublie trop souvent de dénoncer à droite, où le pragmatisme semble tenir lieu d’unique doctrine.

La gauche veut créer à toute force un « homme nouveau » et faire « table rase » du passé.

C’est pour cela qu’elle arrache les hommes à leurs enracinements (par sa politique anti-familiale, par l’immigration, mais aussi par son hostilité aux communes et aux collectivités locales à visage humain). Et l’on s’étonne que notre société soit explosive ?

Je ne parle même pas ici du la­xisme judiciaire, du clientélisme politicien, et de la complaisance médiatique pour l’islam radical.

La seule façon de pacifier la société est de respecter les attachements naturels des hommes et de s’armer pour se défendre vraiment. Cela même que nos modernes bien-pensants jugent « fasciste » !

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

17 Commentaires sur : Où sont les violents ?

  1. Gérard Pierre

    24 mai 2018

    Quand je pense qu’à mon époque, …… dans les années cinquante, …… ce problème mineur aurait été réglé cash par « l’électrochoc du pauvre » !

    …… en d’autres termes : des coups de pied au cul !

    …… et on n’en aurait plus entendu parler !

    Comme quoi, augmenter les moyens, c’est souvent augmenter les problèmes, …… et c’est normal, …… sinon comment justifier le maintien, voire l’accroissement, des nouveaux moyens ?

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    22 mai 2018

    je ne vais pas vous parler de Marseille ou de Grenoble,hélas passé dans la banalité des événements ordinaires, mais plus simplement de ce Maire d’ une petite commune qui ne doit pas être au ” plan banlieues ” , qui ferme ” son ” école pour protester contre l’ inspection d’ académie qui ne fait rien pour empêcher deux élèves âgés de … SIX ans de semer … la terreur dans l’ établissement

    p.s. bien entendu on ne nous donne pas ” l’ origine ” de ces” petits sauvageons ” promus à un bel avenir

    Répondre
    • BRENUS

      24 mai 2018

      Le cas a été évoqué dans l’émission de RMC “les grands gueules” – on devrait ajouter : de cons, mais..- avec les Marshal, Truchot à l’oeil torve, le potage Liebig et les fumelles habituelles de la coterie. Tout ça tendance faussement impartiale mais réellement bobo-gochos. Ils avaient réussit à joindre la mairie du bled et tentaient absolument de faire dire au maire et à son adjointe que l’on n’avait peut être pas fait le nécessaire pour les chérubins, notamment auprès des strates supérieures de l’EN, pensant avoir affaire à des péquenots obtus et naifs. C’est alors que l’adjointe leur a proposé de venir voir le paquet de courriers, signalement et autres interventions établis depuis des mois sur ces petits connards, sans aucun effet en retour. L’un d’eux, si j’ai compris serait un enfant adopté par une gonzesse ne pouvant pas le tenir et qui de ce fait ne se sentait pas bien dans sa peau au point de vouloir faire la peau des autres. On percevait un reproche lattent au maire d’avoir fermé l’école en désespoir de cause. Ce dernier aurait du inviter les bonnes âmes a venir se goinfrer les petits merdiques. Y compris le prétendu toubib Jimmy Mohamed (plus Mohamed que Jimmy dès qu’il s’agit de problème avec des gens “divers”, lequel estimait que RAZ ( ou autres) mis à la disposition de ces petits cons n’avaient peut être pas reçu assez de formation pour faire le boulot que le ou les parents délèguaient tranquillou à l’école. Mais le plus beau de la fine équipe de “G.G.” c’est Liebig : incroyable de connerie prétentieuse, comme toujours. En plus se sévir sur cette émission, il est producteur de bouquins pornos, soutien de tous manouches de son bled quoi qu’il fassent et considère que les “gaulois” ne sont pas gentils.

      Répondre
  3. Trannod

    21 mai 2018

    Combien de soldats Français morts durant la Guerre d’Indochine et la Guerre d’Algérie
    A cause de munitions trafiquées dans les usines d’armement par les collabos communistes
    alliés du Viêt Minh et du FLN
    et combien de blessés agressés par ces mêmes collabos lorsqu’ils étaient rapatriés dans les bateaux hôpitaux

    Melanchon est un digne collabo ainsi que tous ses potes

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      22 mai 2018

      vous n’ avez rien compris à cette éternelle question existentielle :

      ” en quoi réside le bonheur ? “

      Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    21 mai 2018

    les ” violents ” ce sont tous ceux qui violent la Nature et les Lois naturelles par exemple l’ actuel Ministre de l’ Agriculture ! ils sont autrement plus dangereux pour la Vie que n’ importe quel psychopathe parce qu’ ils vous donnent des ” raisons ” économiques … à court terme auxquelles la majorité qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez adhère avec enthousiasme par facilité matérialiste … vive une extrême droite même … violente et totalement écologiste … elle a déjà existé dans le passé

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      21 mai 2018

      p.s. être ” consommateur ” c’ est aussi ” être exploité ” par les cupides

      Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    15 mai 2018

    Il y a un siècle 1918 marquait la fin de l’horreur et de la violence.
    2018 risque d’être son opposé, l’horreur et la violence sont partout.

    Au festival de Cannes le nommé Lars von Trier vient de dégoûter son public avec son dernier film. Public pourtant huppé et blasé et habitué à voir de la merde.
    Lars von Trier, un soi-disant danois a un bien curieux nom, en effet Trier ou Trèves est la ville natale de Karl Marx, cela doit le prédestiner à tourner des films d’horreur genre gore.

    La violence s’est mondialisée tout comme l’industrie.
    2018 est encore jeune et tout peut arriver.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      16 mai 2018

      il faudrait voir le film , lequel devant le levé de boucliers et de piques unanime du show-bizz et de la critique auto-proclamée doit être foncièrement *** intéressant : …

      peut être après tout un film gore qui illustre NOTRE monde moderne où ils se reconnaissent tout déformés qu’ ils soient

      cet hallali c’ est un peu les critiques horifiées adressées à Gustave Courbet pour son ” enterrement à Ornans ” ses ” paysans rentrant de la foire ” ou ” la naissance du Monde ”

      *** je dis ” foncièrement ” car il existe plusieurs niveaux pour juger une oeuvre … artistique ou littéraire

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        16 mai 2018

        devant la levée …

        Répondre
    • quinctius cincinnatus

      16 mai 2018

      Lars von Trier : …

      ” je n’ ai jamais tué personne, mais si je le devais ce serait un journaliste ”

      ça ne VOUS le rend pas plus sympathique ?

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        16 mai 2018

        Il y a aussi LanJuc MéchantCon qui a une dent contre les journalistes.
        Et ce Lars von Trier von Trier qui veut en descendre un.
        Sympathiques un type qui mutile des gosses dans un film et un autre qui veut nous imposer le grand soir *) définitivement non.

        *) et le petit matin qui suit…

        Répondre
  6. HOMERE

    15 mai 2018

    Les violents sont partout et c’est même à celà que l’on les reconnaît….
    La société est violente,potentiellement ou activement,
    Tout pousse à la violence par défaut de justice,
    La violence est nécessaire contre la passivité et le laxisme,mais surtout par la lâcheté et le mépris.
    La violence n’a pas de parti ni de sexe ni de religion…elle règne partout où le déni de démocratie existe…
    Nous sommes tous des violents !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      16 mai 2018

      la Violence ne naît pas [ … forcément et … uniquement ] du ” déni de démocratie ” … elle a bien d’ autres germes qui se plaisent dans des terreaux qui leur sont … fertiles !

      Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    15 mai 2018

    ” où sont les violents ?

    très, très bonne question

    une piste : peut être bien aussi du côté de Washington et de Tel-Aviv pardon … de Jérusalem

    p.s. : sur ce sujet on n’ entend ni Valls ( bien que séparé ) ni Fabius , ni d’Jack de la Maison d’ Orient

    Répondre
  8. HansImSchnoggeLoch

    15 mai 2018

    Les violents sont celles et ceux qui sont condamné(e)s par la justice sociale française.

    Quelques exemples:
    a) Eric Zemmour
    b) Pierre Cassen, Christine Tasin
    c) les Idenditaires
    d) celles et ceux qui en se défendant blessent ou tuent leur(s) agresseur(s).

    Bref celles / ceux qui interviennent là où l’état français se montre laxiste.
    Un état français qui n’aime pas qu’on lui montre ses lacunes.

    Les gens adorent car ils continuent de voter pour ce système.
    Vive la France.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      21 mai 2018

      il ne faut vraiment pas se faire violence pur être de votre avis

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)