Paradise papers, délation et panurgisme

Posté le 07 novembre , 2017, 11:07
5 mins

C’est reparti ! La gauche mondiale bien-pensante nous invite à un nouveau « quart d’heure de la haine » contre les méchants « évadés fiscaux ».

Cette fois, il s’agit des « Paradise papers ». C’est plus joli que les « Panama papers », que les « Swiss Leaks » ou que les « Malta files », n’est-ce pas ? Mais les méthodes ne sont pas beaucoup plus ragoûtantes : il s’agit toujours de délation sur la base de documents piqués dans les poubelles.

Cette fois, ce ne sont pas moins de 13,5 millions de documents confidentiels, pour la plupart volés au cabinet d’avocats Appleby, qui ont été disséqués par le même « Consortium international pour le journalisme d’investigation » qui avait planché sur les « Panama papers ».

Disons-le tout net : ce sont des méthodes de voyous. D’autant que les documents d’avocats sont, en principe, protégés par les législations occidentales.

Que des journalistes s’offrent une justice parallèle ne me semble pas du tout la sacro-sainte garantie de la démocratie que l’on entend systématiquement associer au fameux journalisme d’investigation, mais bien un grave dévoiement des principes du droit.

Au demeurant, ce fameux journalisme d’investigation me fascine. Il a une déconcertante facilité à accepter les documents que toutes sortes de barbouzes lui font passer pour désigner à la vindicte publique des concurrents ou des ennemis.

En contrepartie, il a une remarquable capacité à ne pas « voir » les vices des puissants – ou, plus exactement, à ne les exposer que dans la réconfortante unanimité des meutes de loups. C’est ainsi que le comportement de violeurs de certains politiciens ou personnalités en vue – que, paraît-il, « tout le monde connaissait » – a été complaisamment occulté pendant des décennies, avant d’être – pour servir quels intérêts ? – subitement jeté en pâture à l’opinion publique.

Non, décidément, je n’arrive pas à voir du courage dans ce comportement de délateurs en meute !

Mais, dans le cas des « Paradise papers », c’est encore plus beau.

Si j’ai bien compris, une bonne partie (tous ?) des dossiers qui ont été « balancés » respectent parfaitement la loi.

Rien à voir avec du crime organisé, ni même de la fraude fiscale. Simplement une application astucieuse des lois existantes.

Ainsi, quand on nous annonce que la reine d’Angleterre « aurait des intérêts dans des paradis fiscaux », il faut comprendre qu’elle est actionnaire d’un fonds d’investissement basé aux îles Caïmans. En toute légalité, semble-t-il. D’ailleurs, la reine n’est pas soumise à l’impôt britannique, qu’elle paie, malgré cela, volontairement !

Rappelons quelques éléments aux valeureux « investigateurs ». Tout d’abord, on ne redira jamais assez que, s’il existe des paradis fiscaux, c’est principalement parce qu’il existe des enfers fiscaux. Ensuite, la plupart des fonds d’investissement prennent des risques pour développer des sociétés de l’économie réelle. Ces sociétés paient généralement l’impôt dans leurs pays ; les actionnaires du fonds aussi. Que le fonds ne souhaite pas tripler la mise me semble assez logique. Enfin, on oublie trop souvent que bon nombre des produits d’épargne proposés par les banques françaises – y compris aux petits épargnants – comportent des éléments juridiquement basés dans des paradis fiscaux. Cela ne fait pas de l’ensemble des épargnants français des complices du blanchiment d’argent sale !

Qu’il y ait des pourris dans le monde, et spécialement au plus haut niveau, me semble évident.

Mais il n’est peut-être pas nécessaire de jouer à se faire peur avec des histoires à dormir debout !

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici


29 Commentaires sur : Paradise papers, délation et panurgisme

  1. HOMERE

    19 novembre 2017

    On explique,toujours avec beaucoup d’emphase et de persévérance,que frauder est un résultat mathématiques corrélé avec la fiscalité.Bien entendu,nous sommes seuls à vouloir faire croire à ces sornettes alors que la réalité est bien plus simple.Mieux vaut,en effet mettre à l’abri les masses de monnaie issues de la spéculation (ou autres)dans les pays à coffres forts et peu soucieux d’en connaître les origines,que d’investir dans des sociétés dont la rentabilité n’est assurée que par d’aléatoires paramètres.Demandons aux employés de SFR leur appréciation sur le sieur Drahi qui va les conduire à la faillite puis au rachat par des bretteurs de la sous finance qui réduiront à néant la masse salariale de cette société.Ce personnage est forcément un incompétent notoire comme,hélas,de nombreux dirigeants que seul le profit détourné de ses objectifs,intéressent…Tapie est un de cette race que le sort des salariés,qui en ont fait la fortune,indiffère..il a fait école dans des principes qui n’ont rien à voir avec l’économie et la gestion des entreprises…les suceurs de prébendes sont en plein boum….la richesse déborde de partout…où pensons nous d’où elle provient !!
    Sur un plan plus général,les magouilles,les tricheries,les escroqueries,les combines,…sont en mode croissant…peu importe le procédé pourvu qu l’on ait le fric…le reste ? on s’en tape !!

    Répondre
  2. HELA PERNOLLET

    10 novembre 2017

    il y avait un excellent débat sur l’ARGENT considéré en France , dans la culture française, comme SALE , ceci sur ARTE 28 minutes. vous pouvez encore l’écouter en replay .

    Répondre
  3. 10 novembre 2017

    La fraude fiscale, le grand thème récurrent des médias de gôôche. “Les riches ne paient pas assez”. Mais toujours beaucoup de bruit et très peu d’infos concrètes. A part un grand scandale médiatique, qu’est-il sorti des fameux Panama Papers?

    Répondre
    • Jaures

      11 novembre 2017

      Soyez patient. La Justice française enquête actuellement sur 26 dossiers. La complexité des montages demande des investigations bien plus difficiles que pour le cas d’un simple salarié ou d’un petit commerçant.
      Le juge Van Ruymbeke pense d’ailleurs que ce qui motive l’optimisation fiscale, bien plus que payer moins d’impôts, est le blanchiment d’argent lié à des contrats illégaux et à la corruption.

      Répondre
  4. Gérard Pierre

    9 novembre 2017

    La lutte contre la fraude fiscale, …… et contre tout ce qui, de près ou de loin, semble au profane s’y apparenter, …… prend des allures de vénerie dont j’ai envie de rester éloigné !

    Dans cette chasse à courre, l’État se donne le rôle vertueux et les ‘’chiens‘’ qui l’accompagnent en escomptent évidemment des retombées d’estime !

    Cette position moralisatrice permet à celles et ceux …… (serais-je inclusif à l’insu de mon plein gré ?) …… qui sont aux affaires en France d’occulter à cette occasion la gestion déplorable des finances du pays au cours des quatre dernières décennies.

    L’association française de la qualité a en effet déterminé depuis longtemps que, si la non qualité pouvait être estimée à 16% / 18% du chiffre d’affaire dans le secteur concurrentiel, cette non qualité représentait une bonne moitié du budget du secteur non concurrentiel !

    En clair, cela signifie que lorsqu’un qu’un citoyen donne au fisc deux billets de cinquante €uros, sous formes d’impôts et taxes divers …… (jusqu’à nouvel ordre de l’académie le masculin l’emporte encore sur le féminin) …… l’État, via la gestion dispendieuse de ses diverses administrations, commence par ‘’brûler‘’ l’un des deux billets et assure son fonctionnement avec les 50 €uros restants !

    Des exemples ?

    ¤ La réorganisation des régions qui n’a engendré AUCUNE ÉCONOMIE, mais a en revanche généré un surcroît d’inconvénients,

    ¤ Les montants non recouvrés par la sécurité sociale auprès d’un certain nombre de grands débiteurs qui compenseraient plus que largement le fameux trou VIRTUEL dont on nous rebat régulièrement les oreilles,

    ¤ Les habiles transferts de compétences de l’État aux Régions, mais sans transfert des moyens leur permettant d’assurer lesdites compétences, ce qui oblige les collectivités locales à augmenter considérablement leur fiscalité,

    ¤ Les délais de paiement scandaleux des services publiques, mettant souvent en péril des entreprises à l’économie fragile et entraînant l’établissement de devis aux prix très élevés de la part de ces entreprises auxquelles on impose d’être les banquiers de l’État, …… ce qui a un coût,

    ¤ Le coût abyssal de l’immigration et des libéralités concernant nos « frères déshérités », que nous sommes priés de considérer comme inexistants, voire positifs, …… bien que nous ne fussions pas autorisés à en connaître le niveau,

    ¤ La chape de plus en plus pesante que fait peser sur notre nation une commission européenne non élue, composée de gens cooptés qui ont souvent échoué dans leurs pays respectifs,

    …… Chacune et chacun, … [aurais-je l’inclusivité génétique ?] … pourra compléter utilement cette liste non exhaustive, …… elle risque d’être très longue !

    Singulièrement, ce sont ceux-là mêmes qui bénéficient de la manne providentielle de cette gabegie connue, entretenue et partagée, qui prétendent hypocritement s’attaquer à son existence et éradiquer jusqu’aux germes mêmes de sa survenance ! …… un peu comme si on ne comptait que sur les proxénètes pour éradiquer l’esclavage sexuel que constitue la prostitution ! ! !

    Comme disait je ne sais plus qui …… « Les promesses des hommes politiques n’engagent que ceux qui les croient ! »

    La seule méthode qui permettra … d’espérer, … assainir les finances de la France et de revenir à des standards dignes d’une nation dans laquelle plus de deux cent écoles d’ingénieurs, des dizaines d’écoles de commerce, et des dizaines d’universités déversent chaque année des centaines de milliers de diplômés qui voient où se situe un pouillème de cette gabegie, …… c’est la « Méthode Francis Mer/Edmond Pachura ».

    Lorsqu’en 1984, un certain plan acier porté par un ministre de l’industrie totalement inexpert … [un certain Laurent Fabius] … constata la faillite, pour ne pas dire la banqueroute, de la sidérurgie française, deux hommes prirent en main les destinées de cette industrie ‘’d’un autre âge‘’, totalement moribonde.

    En moins de deux décennies ils en firent un fleuron de notre industrie nationale, renouant avec les bénéfices et la plaçant en N° 2 mondial dans son créneau, …… avant qu’arrive l’ogre Mittal et la revanche complexée de ‘’l’ex colonisé‘’ des Occidentaux britanniques.

    Tiens ! …… le fin lettré François Mitterrand n’était pas partisan de l’écriture inclusive ! …… Quel ‘’ringard‘’ !

    Quelle méthode utilisèrent Francis Mer et Edmond Pachura ?

    Francis Mer déclara à l’ensemble des salariés de son groupe :

    « 20% des dysfonctionnements d’une entreprise sont le fait de son management. En revanche, 80% de ses dysfonctionnements échappent à l’observation de son management, … mais sont connus de ses salariés !

    Usinor / Sacilor est VOTRE moyen de subsistance. Il vous appartient donc de détecter et de remonter tous les dysfonctionnements que vous rencontrez quotidiennement, … sans tabou, … afin qu’ils soient réduits à chaque niveau de décision dont il relève ! »

    Edmond Pachura compléta le tableau en martelant :

    « Nous ne trouverons pas nos bénéfices dans la poche de nos clients, …… MAIS DANS NOS GAINS DE GESTION ! ».

    Les salariés du groupe firent le reste !

    À quand une démarche identique dans la fonction publique, dans laquelle, j’en suis certain, les fonctionnaires de la république aussi enthousiastes que le furent les sidérurgistes de l’époque, ne manqueraient pas de s’investir pleinement, pour leur plus grande fierté et pour l’avenir de nos enfants ?

    Mais seulement voilà ! … ce n’est pas dans la culture de l’ENA, ni de Sciences Po, ni des corpsards qui se nourrissent sur la bête !

    Francis Mer était un avant-gardiste, qui, devenu ministre des finances de Chirac et risquant de réussir à Bercy ce qu’il avait réussi auparavant dans l’industrie, se vit torpillé par la classe politique ! …… Il n’était pas du sérail et risquait de gâcher la noce ! …… tare impardonnable !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      10 novembre 2017

      il est évident qu’ il faut placer au Commerce et aux Finances et à l’ Industrie des hommes ( ou des femmes car là je ne sais pas comment faire ” inclusif ” ) qui en aient LES compétences et on ne les trouvera certainement pas dans le sérail des eunuques de la Fonction Publique

      il est tout aussi évident qu’ il faut faire ” remonter ” l’ information depuis la base , ce qu’ avait fait avec succès V.W. et pour lequel un responsable régional d’ un labo français que je connais fut sèchement … licencié : sa démarche égratignait par trop les egos de la Direction

      j’ appartiens aux C.A. de trois associations ; une seule sait faire remonter les projets de personnes qui ne sont pas forcément membres ( élus ) du C.A. mais qui assistent aux réunions de celui ci et prennent en main leur projet avec et sous le contrôle du C.A.

      en France tout est pyramidal ; c’est d’ ailleurs la grande faiblesse des fondations du système construit par Macron; et là le fautif c’ est … Macron soi-même ; où est donc le ” changement ” LREM ?

      P.S … effectivement Francis Mer était un grand Français , un ” gaulliste ” pur jus

      Répondre
      • Gérard Pierre

        12 novembre 2017

        « … effectivement Francis Mer était un grand Français … »

        J’ai eu l’honneur de servir sous sa Présidence.

        Pour bien connaître l’Homme, si, comme moi, on a eu l’honneur de le croiser et de rendre compte devant lui, je recommande la lecture de …… « L’intraitable monsieur MER » de Jean-Pierre Gaudard – imprimé par Firmin Didot pour le compte des éditions Balland en septembre 2003.

        Répondre
  5. Albatros

    8 novembre 2017

    A mon avis, l’auteur de ce torchon a quelque chose à se reprocher pour défendre avec tant de véhémence toutes ces punaises et ces parasites gavés de fric.

    J’espère que bien vite il aura une petitze visite fiscale et qu’on lui fera un redressement bien salé et même plus encore. De toute façon, avec tout ce qu’il planque, il lui en restera encore beaucoup de trop même si on lui prend tout.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11 novembre 2017

      l’ auteur peut être aussi et tout simplement conservateur et surtout conformiste …

      tout le monde a quelque chose, au moins, à se reprocher , pas vous ?

      Répondre
  6. Jaures

    8 novembre 2017

    Vozuti, comment pouvez-vous ressortir ces vieux hoax et surtout, comment ce fait-il que personne ne vous reprenne ?
    La rumeur que vous évoquez concernant les pièces jaunes date de 2008. Mme Chirac a, pour couper court, demandé un audit à la Cour des Comptes dont le rapport a été publié:http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/104000097.pdf#page=58.
    D’ailleurs, l’article que vous citez en référence ne cite aucune source. Cela aurait dû éveiller un peu votre sens critique et celui des autres internautes de ce blog.

    Répondre
    • vozuti

      13 novembre 2017

      désolé si les comptes de l’article dont j’ai mis le lien n’étaient pas exacts.
      cela dit,après la récolte qui compte les pièces et les billets?
      il faut espérer que ce n’est pas le mari de Mme chirac,sinon la cour des comptes devrait surtout aller regarder dans ses poches,plutôt que dans les livres de comptes!

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      13 novembre 2017

      on appelle ça de ” la gratte ” … rien de plus facile à exécuter !

      ainsi j’ ai le souvenir que dans les années 75 le gouvernement avait voulu remettre sur les circuits de l’ investissement les sommes en argent liquide dissimulé au fisc ; j’ avais alors comme client un ” enquêteur ” de la Maison Rothschild qui me disait que sa plus grosse prise avait été un chocolatier-pâtissier qui thésaurisait ” sous son matelas ” plusieurs millions de francs amassés durant 30 ans !

      il suffisait de ne pas déclarer le nombre de religieuses, de choux, de tartes vendus

      en Italie la garde financière vous demandait elle votre ticket de caisse lorsque vous sortiez d’ un magasin !

      Répondre
  7. Raymond Croella

    8 novembre 2017

    Toutes ces personnes jetées en pâture à la vindicte publique mettent en évidence – pour qui veut bien comprendre – le scandale de la pression fiscale confiscatoire que nous subissons en France. Après tout, le retraité qui va s’installer au Portugal se comporte de la même façon.
    Que l’état français baisse la pression fiscale, et les choses rentreront dans l’ordre d’elles mêmes.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11 novembre 2017

      pas tout à fait ! certains chercheront toujours une ” optimisation ” maximale … la cupidité c’ est comme la bêtise, elle ne connait aucune limite

      Répondre
  8. quinctius cincinnatus

    8 novembre 2017

    Hidalgo ! I want my money back !

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    7 novembre 2017

    tiens Pat .Drahi est en train de s’ effondrer !

    Répondre
  10. Gérard Pierre

    7 novembre 2017

    Il n’est homme plus ‘’vertueux‘’ que celui qui ne possède rien, … ou pas grand-chose !

    Celui-là ne se commettra jamais dans aucun paradis fiscal ! …… Celui-là ne cherchera jamais à se soustraire à l’impôt ! …… d’ailleurs il n’en paye pas ! … ou alors si peu !

    Il y a deux catégories de personnes qui ne possèdent rien, … ou pas grand-chose :

    ¤ Ceux qui ont fait « vœux de pauvreté », pour des raisons religieuses, spirituelles, humanitaires ou par idéalisme professionnel ! …… Ceux-là ne donnent de leçons à personne ! …… Ils n’ont pas de temps pour cela ! …… Ils vivent les raisons de leur renoncement à l’aisance en se consacrant à une action qui dépasse par son ampleur leur modeste personne, et ils en sont souvent les plus étonnés.

    Ils ne jalousent personne. Leur mode de vie est un choix délibéré. Leurs relations avec le ‘’riche‘’ ? …… Ils songent parfois à solliciter son mécénat, mais sans plus !

    Leurs richesses n’appartiennent pas au monde de l’économie et de la finance.

    ¤ Ceux qui ont tout attendu des autres, tout attendu d’une abstraction nommée « société », …… Ceux qui développent plus ou moins consciemment une stratégie de l’échec et se complaisent dans un état victimaire, …… Ceux qui n’ont jamais voulu empoigner leur destin et construire quelque chose dont ils puissent être fiers !

    Ils jalousent tout le monde, et bien sûr, … ceux qui réussissent et qui, dans leur représentation de « monsieur Propre social » ne peuvent engranger les succès que parce qu’ils marchent sur les autres, parce qu’ils sont forcément pourris, sans scrupules ! … bref parce qu’ils ont tous les défauts !

    Ils fustigent alors pêle-mêle les paradis fiscaux, les banques suisses, les richesses du Vatican, les propriétaires de villas sur la Côte, les plaisanciers sur leurs yachts, …… tous les détenteurs des signes de cette aisance financière dont les ‘’salops de patrons‘’, les ‘’capitalistes exploiteurs de la classe ouvrière‘’ l’ont spolié, lui, …… le ‘’vertueux fauché‘’ !

    Leur pauvreté se situe ailleurs que là où ils le prétendent, …… mais ils ne le savent pas !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      7 novembre 2017

      il existe une autre catégorie : ….

      CEUX QU’ ON APPAUVRIT … !

      ne les oublions pas, dans nos … prières !

      Répondre
  11. quinctius cincinnatus

    7 novembre 2017

    Mr De Thieulloy , ne défendez pas ce qui est légal mais ce qui reste immoral ! vous donnez du bon grain à moudre à notre revenant après sa cure d’ abstinence post-électorale mais qui ne semble pas avoir été une cure de désintoxication intellectuelle ; doit travailler maintenant pour mediapart

    Répondre
  12. vozuti

    7 novembre 2017

    c’est bizarre,les médias ne s’intéressent pas à l’argent de la fondation clinton,ou de l’association chirac,les fameuses pièces jaunes qui servent pour s’acheter des Ferrari.

    Répondre
    • Jaures

      7 novembre 2017

      Vous avez des preuves ? Des enquêtes ont mis au jour ce que vous avancez ? Je ne puis croire que vous avanciez pareilles accusations à la légère.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        8 novembre 2017

        tout cela était … légal à défaut d’ être … moral ! rejoindriez vous la ” logique ” de De Thieulloy ?

        Répondre
      • vozuti

        8 novembre 2017

        ce qui est frappant c’est surtout l’indignation sélective des médias officiels.
        les journalistes vomissaient de dégout lorsqu’ils ont su que fillon se faisait payer des costumes à 6000 euros,mais ils considèrent complétement normal que Mme chirac se fasse payer des robes à 38000 euros avec l’argent destiné aux enfants malades.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          8 novembre 2017

          de simples frais de représentation ! il faut comprendre Vozuti ! il faut comprendre ! c’ est comme les ” frais de bouche ” ou les ” avions privés ” une nécessité de représentation sociale ! même Gérard Longuet ou De Thieulloy vous le dira … allons vive le protestantisme et à bas les ” romains ” !

          Répondre
          • vozuti

            8 novembre 2017

            285 000 € de frais de bouche…si elle mange autant c’est surement qu’elle a l’intention de participer à des combats de sumo (avec david douillet) dans les hôpitaux, pour distraire les malades.

    • quinctius cincinnatus

      7 novembre 2017

      ce n’ était pas plutôt une porsche cayenne ou même plus prosaïquement un 4 * 4 Volkswagen ?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        8 novembre 2017

        il est vraisemblable que c’ est ce ” système ” qui vous fait vivre , même si vous êtes du ” bon côté “, un ” système ” qui ne connait pas de ” bords ” … c’ est en cela que la majorité des critiques morales et politiques des ” 4v² ” et de ses rédacteurs ou blogueurs sont intellectuellement d’ abord, moralement ensuite, irrecevables … une sorte de paganisme, de conformisme et de fascination devant le veau d’ or et les marchands du Temple

        Répondre
  13. Jaures

    7 novembre 2017

    ” Ensuite, la plupart des fonds d’investissement prennent des risques pour développer des sociétés de l’économie réelle.”
    Le fonds d’investissement dans lequel la reine d’Angleterre a des intérêts a comme activité, entre autres, de vendre des crédits aux plus modestes à des taux exorbitants. Dans le but de dynamiser l’économie réelle ?

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)