Réduire les dépenses publiques ? C’est possible !

Réduire les dépenses publiques ? C’est possible !

Il est maintenant unanimement admis que l’État dépense beaucoup trop et, si nous voulons retrouver des marges de manœuvre autrement que par un endettement mortifère, il faut rapidement trouver des solutions efficaces et simples à mettre en œuvre.

Quoi donc de plus logique que de commencer par s’attaquer à la plus significative des dépenses, je veux parler de notre administration et sa pléthore de fonctionnaires ?

J’entends d’ici le « tollé » : vous allez réduire les effectifs des forces de l’ordre, alors qu’il y a de plus en plus de délinquance ! Vous allez supprimer des postes dans les hôpitaux, alors que nos médecins, infirmières et aides-soignantes sont déjà « au bout du rouleau » !

Le débat semble clos avant d’avoir commencé.

Eh bien NON, la solution est toute simple ; elle peut être rapidement mise en œuvre, tout en améliorant sensiblement les conditions de travail de nos fonctionnaires.

Quel serait donc ce miracle ?

Tout simplement aligner le temps de travail de nos fonctionnaires, durant toute leur carrière, sur celui que pratique l’Allemagne et que l’on ne peut pas assimiler à de « l’esclavage ».

Celui qui a visité un hôpital allemand aura pu constater une sérénité qu’on a du mal à trouver chez nous.

Un état des lieux s’impose :

– Retraite à 66 ans aujourd’hui (67 en 2029) contre 61 en moyenne pour le fonctionnaire français, donc 5 années de carrière en plus, soit + 12 %.

– Temps de travail annuel : 1 845 heures en Allemagne contre 1 646 théoriquement en France, mais 1 557 en pratique (selon Fipéco), soit + 17 %.

– RTT, congés supplémentaires, jusqu’à 6 journées d’autorisation d’absence, journée dite « valise », etc. – que l’on peut estimer entre 2 et 4 % de différence entre la France et l’Allemagne.

En considérant donc qu’un fonctionnaire français travaille environ 30 % de moins que son homologue allemand, si nous ramenions son temps de travail au même niveau, sur les 5,6 millions de fonctionnaires recensés en France, c’est un équivalent temps plein de 1,68 million que nous pourrions économiser, tout en gardant le même nombre d’heures travaillées.

Cela ne nous empêcherait pas non plus de supprimer un nombre conséquent de postes qui, trop souvent, sont des doublons, ne sont franchement pas indispensables, voire sont devenus néfastes au bon fonctionnement d’un service.

Nous l’avons constaté avec la pandémie où l’administration a été plutôt un blocage pour la prise en charge des patients – blocage qui s’est résorbé lorsque les soignants ont obligé les administratifs à rentrer dans leur bureau et qu’ils ont pris eux-mêmes les rênes du service !

On peut alors estimer à un total de 2 millions de postes de fonctionnaires à supprimer pour un total qui, avec 3,6 millions resterait tout de même nettement supérieur aux 2,575 millions de l’année 1980, alors que nous ne disposions pas d’outils informatiques.

Parlons à présent des économies réalisées : en prenant un chiffre estimé par la Cour des Comptes à un coût par fonctionnaire de 3,5 millions d’euros (salaire, social, équipement mis à disposition et retraite payée par l’impôt), nous arrivons à la somme astronomique de :

3,50 M€ X 2 millions de réductions de postes, soit 7 000 milliards € sur la durée d’une carrière de 40 ans, soit 175 Mds€ d’économie par an ! Dont un tiers pourrait servir à augmenter leur salaire et surtout à leur fournir un équipement digne de ce nom.

Notons que, si nous n’avions pas dérivé autant depuis 40 ans, nous disposerions de ces 7 000 Mds € dans nos caisses.

C’est dire que nous n’aurions aucune dette, nos entreprises seraient moins taxées et donc plus performantes. Et, avec le reste, nous aurions pu même racheter Google et Apple ! n

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    parallèles asymétriques

    avec la poussée pandémique due au VARIANT OMICRON la valeur du BITCOIN s’ est brutalement effondrée aujourd’ hui … MAIS une AUTRE CRYPTOMONNAIE , ELLE, a vu son cours bondir de façon incroyable : le nom de cette cryptomonnaie OMICRON … la connerie humaine contemporaine dans ce monde d’ économie financière américano-apatride a atteint son apogée

    4 décembre 2021 à 19 h 56 min
  • petitjean Répondre

    l’invasion migratoire coûte plusieurs dizaines de milliards chaque année. Commençons par faire cette économie
    les dizaines de milliards annuel de fraude aux assurances sociales, et il sera facile d’économiser au moins cent milliards chaque année

    On pourrait ajouter par exemple , la fraude fiscale, les gaspillages de l’état, les subventions délirantes et le coût de nos 36 000 élus.

    Bref, économiser au moins cent milliards par an serait facile…..

    4 décembre 2021 à 16 h 42 min
  • Laure Tograf Répondre

    En fait de réductions des dépenses d’Etat, et sans bouleverser tout un système dans lequel chacun s’efforce de vivre aux dépends de ses voisins, pour paraphraser Bastiat, il faudrait commencer par mettre un terme aux abus dénoncés par Charles Prat que Libation qualifie de « réac », comme il se doit, dans son livre « Cartel des fraudes ».
    A noter que le dit Prat est en outre rappelé à son (devoir de réserve). Libation doit aimer les faux retraités maghrébins et autres parasites.
    Bon courage aux redresseurs de tords qui ne tarderont pas à être redressés…..

    1 décembre 2021 à 0 h 42 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      redresseurs de TORTS je vous l’ ai suffisamment dit par le passé

      4 décembre 2021 à 19 h 58 min
      • Laure Tograf Répondre

        Merci pour la correction.
        Mais je vous trouve quand même un peu lent à la détente. Trois jours c’est beaucoup. Etiez vous souffrant ?

        5 décembre 2021 à 0 h 11 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *