Retour de manifestation contre le fascisme islamiste

Posté le novembre 15, 2012, 12:59
2 mins

La marche contre le fascisme islamiste a rassemblé près de trois mille personnes à l’appel de Résistance Républicaine animée par la très courageuse Christine Tasin. Les médias n’en ont pas dit un mot ! Faut-il s’en indigner ou les supplier ? Leur omerta signifie qu’ils ont choisi leur camp !

Sur le parcours, j’ai vu des « musulmans modérés » se boucher les oreilles. Ils préfèrent sans doute écouter les propos ignobles de la sœur de Merah, le tueur d’enfants, qui est devenu l’idole des « Chances pour la France ». On nous prévient que ceux qui n’aiment pas « les étrangers » devront quitter le pays. Cela doit rappeler quelque chose aux natifs d’un ancien département français. Au bout du compte, ce sera bien aujourd’hui comme hier et ici comme ailleurs, la valise ou le cercueil !

Beaucoup de ceux que l’on était en droit d’attendre ne sont pas venus. Faut-il leur expliquer comme l’a fait notre ami Renaud Camus que le grand remplacement c’est maintenant ? Et que dire de l’immense marais animé par la sainte frousse ? Doit-on multiplier les colloques et autres conventions pour le convaincre ? Il applaudissait Pétain et le lendemain il chérissait de Gaulle. Soyez vainqueurs et il se portera comme un seul homme à vos côtés !

En fait, de nombreux compatriotes se bercent d’illusions en fondant leurs espoirs sur les prochaines élections. Tout comme les conservateurs américains, nous les perdrons puisque les nouveaux arrivants s’exprimeront contre nous. Avec le droit de vote octroyé aux étrangers que l’on fait venir par millions, le suffrage universel n’a plus aucun sens et devient l’arme fatale des envahisseurs. Il faut le dire avec gravité : un pouvoir corrompu est en train d’assassiner la république.

Encore une fois, félicitons Christine, Pierre et tous les organisateurs. Ils nous ont redonné une lueur d’espoir.

http://gerardpince.blogspot.fr/

22 réponses à l'article : Retour de manifestation contre le fascisme islamiste

  1. raminagrobis

    18 novembre 2012

    marxisme,nazisme et islam ne sont que trois totalitarismes…qui chacun dans son domaine ont cherché ou cherchent à imposer au reste du monde leur vision de la société..pour le marxisme c’est le modèle économique qu’il propose qui doit s’imposer à tous.;la race et la religion sont secondaires
    pour le nazisme c’est la race supérieure… aryenne qui doit diriger le monde.;le modèle économique et la religion sont secondaires
    pour l’islam,c’est la religion qui est supérieure à toutes les autres et qui doit soumettre aussi bien les juifs,que les chrétiens ,et même d’autres comme les hindouistes..partout dans le monde l’islam se confronte dans la violence aux autres religions ,bn’en tolère aucune autreet veut s’imposer.;et le modèle économique et la race sont secondaires.;même si .;à travers la charia.;c’est un modèle économique qui émerge

    marxisme et nazisme..ont été quasiment neutralisés ou réduits à la portion congrue..même si on peut noter des petites résurgences de ci de la.;;mais ils sont “historiquement” morts

    le seul totalitarisme qui n’a pas encore été maîtrisé reste l’islam..;donc il est bien inutile de ressortir les vieux épouvantails du marxisme et du nazisme.;le vrai danger est bel et bien l’islam

    Répondre
  2. ABEL

    17 novembre 2012

    A son tour, le marxisme ne va-t-il pas essayer d’user à son profit de cette force de frappe contre l’Europe et contre la chrétienté?
    Ces questions se posent à l’observateur. Mais quels sont les hommes politiques européens ou américains qui en ont le souci ?On les cherche en vain.

    Marcel DE CORTE,
    Mercredi 3 juin 1964 – La libre Belgique -.

    ” Les hommes politiques européens ou américains qui en ont le souci ? On les cherche en vain ” ! On pourra continuer à les chercher en vain, et on n’en trouvera aucun, ni de ce côté de l’atlantique, ni de l’autre côté ! Et pourquoi ? Tout simplement parce que les hommes politiques d’aujourd’hui sont d’une grande inculture, d’une part, mais que d’autre part, pour avoir le courage politique, la volonté politique de faire bouger les choses, eh bien il faut avoir les bijoux de famille bien durs et bien accrochés, ce qui n’est pour l’instant, le cas de personne !

    Répondre
  3. ABEL

    17 novembre 2012

    L’islamisme et le fascisme, c’est blanc bonnet, bonnet blanc ! Je m’explique, islam veut dire soumission ! Or, le fascisme du IIIème Reich voulait soumettre le monde pendant MILLE ANS ! Les islamistes eux, ont plus d’ambition que les nazis, ils veulent soumettre tous les dhimmis, les infidèles à leur loi, la charia ! Or la charia fait d’un dhimmi un demi-musulman (au plan juridique) ; et qu’a fait le nazisme ? Il a copié l’islam, il a créé le sous-homme, le ” non-arien ” ; la législation nazie a distingué les ariens, qui ont tous les droits, de ceux qui n’en ont aucun, à savoir les Juifs, les tziganes, les homo, etc …Donc, l’islam n’est rien d’autre qu’une idéologie sur laquelle a été calquée le nazisme ! En d’autres termes l’islam a enfanté le nazisme ! Ce n’est pas une coincidence si le mufti de Jérusalem, HUSSEINI, le grand-père de Laïla Chaïd, la Palestinienne, a rencontré Hitler, qu’il idôlatrait ! Un autre exemple, et je m’arrêterai là, la liste étant exhaustive : l’étoile jaune imposée aux Juifs par les nazis ? C’est la copie conforme des lois islamiques qui imposaient aux Juifs de porter certains vêtements de couleur jaune, comme la chachia, le porte-chef, pour distinguer le Juif du Musulman, qui lui en portait une de couleur rouge ou bordeaux ! Idem pour le manteau, ou le vêtement d’hiver, toujours de couleur jaune (couleur humiliante) pour le Juif !
    Enfin, de par leurs apparâts, le cérémonial nazi se donnait tout les accoutrements d’une religion, avec ses dogmes, comme c’est le cas de l’islam, avec ses cinq piliers dogmatiques auquel elle a rajouté le djihad (soumettre tous les infidèles – les dhimmis -) à l’islam, qui en fait, de ce fait en fait une idéologie conquérante !!!
    ABEL

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      18 novembre 2012

      je ne sais plus qui disait que lorsque les mots n’étaient plus utilisés dans leur sens véritable , c’était déjà le début de la confusion
      le nazisme ce n’est pas le fascisme c’est le…. LE NATIONAL-SOCIALISME …

      Répondre
  4. Banro

    17 novembre 2012

    “Ce qui est plus surprenant est le silence assourdissant des « rebelles » de la bien-pensance médiatique : les Elisabeth Levy, Eric Zemmour, Eric Brunet, Ivan Rioufol, Robert Ménard, les Grandes Gueules, Causeur, Boulevard Voltaire… On ne devrait entendre qu’eux, et pourtant, on ne les entend pas. Si eux ne disent rien dans les médias, qui le fera ?”

    Répondre
  5. dissident

    16 novembre 2012

    la “collaboration” reelle entre l axe et beaucoup de musulmans durant les annees 30 et 40 n enlevent rien au fait que l islamisme melange de panarabisme et de religion arrieree n a rien d un fascisme, il est judicieux par contre de citer Jules Monnerot qui avait vu les analogies entre communisme et islam, la fascination de “nos” communistes des banlieues rouges devenues vertes pour l immigration islamo maghrebine n est pas un hasard, c est evident!

    Répondre
  6. dissident

    16 novembre 2012

    le fascisme, c est Mussolini il est mort avec lui, ce dernier doit se retourner dans sa tombe d etre embarque dans la galere islamiste, il est vrai quele mot “fasciste” a pris une connotation differente depuis 1945 c est ainsi que les communistes qui ont domine longtemps pour notre malheur notre vie politique se sont mis a designer leurs ennemis c est a dire ceux qui s opposaient a eux en acte ou en paroles, les gogos innombrables dans notre ^pays ont donne dans lepanneau, mais meme dans cette acception les islamistes n etant pas du tout les ennemis des communistes ils ne peuvent etre taxes de “fascistes”, il faut dire que mme Tasin est une ancienne? militante de gauche, ce qui n enleve rien a son courage et a sa lucidite

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      16 novembre 2012

      @ dissident vous portez bien votre avatar … mais votre voix comme la mienne , elle , ne porte pas sur ce blog où le conformisme de la nouvelle sémantique politique règne en maitre aveugle … ensuite après ” ils ” se lamentent d’être une fois de plus cocufiés … ” ils ” n’ont que ce qu’ “ils” méritent après tout !

      Répondre
  7. greg

    16 novembre 2012

    Malheureusement il n’y a pas grand chose à faire, il faudrait un véritable sursaut national et massif pour inverser la tendance, et cela ne se passera pas, il n’y aura pas non plus de débarquement salvateur.
    Nous sommes chacun face à un choix individuel, pour ma part je suis déjà parti, c’était ça ou devenir tueur en série.

    Répondre
    • QUINCTIUS CINCINNATUS

      16 novembre 2012

      “sinon devenir tueur en série ” de grâce … ne revenez pas !

      Répondre
  8. raminagrobis

    16 novembre 2012

    rien de nouveau sous le soleil

    fascisme et islamisne collaborent depuis les années 1930 et le “grand mufti”..Amin AL HUSSENI.;qui était grand copain d’HITLER qui le nomma “aryen d’honneur”..;mais il n’alla pas jusqu’à lui serrer la main..les arabo musulmans ont collaboré avec les nazis pendant toute la guerre 39 45..et en juin 45 ,il y a eu une liste des “criminels de guerres nazis et arabes”.;et dans les décennies qui ont suivi les criminels de guerre nazis comme Aloïs BRUNNER et d’autres se sont réfugiés auprès de leurs “amis” en SYRIE,EGYPTE et ARABIE SEOUDITE..ou ils furent bien à l’abri de la corde qui leur était destinée..et tout cela..généreusement arrosé par le trésor de guerre des nazis..argent volé aux juifs et dans toute l’EUROPE..les plus belles fortunes du MOYEN ORIENT ne sont pas étrangères à cette étroite collaboration

    Répondre
  9. JEAN PN

    16 novembre 2012

    Allons enfants de la Patrie ……

    Répondre
  10. Shadok

    16 novembre 2012

    Ni fascisme, ni nazisme mais communisme, voilà pourquoi l’islam séduit la gauche.

    “Cette rencontre entre l’Islam et le communisme pourrait bien, si nous n’y prenons garde, conduire l’Europe à sa perte.” affirmation visionnaire et prémonitoire paru dans la presse en 1964 et écrit par Marcel De Corte.

    L’Islam et le nouvel Islam. ( Extrait )

    (…)OR, au moment même où la tactique marxiste chinoise engage la politique des Etats-Unis en Extrême orient dans une impasse, la tactique marxiste russe prépare contre elle une offensive dans le monde arabe que Washington a si souvent aidé à son propre détriment.
    L’affaire nous parait d’une importance énorme.

    Cette rencontre entre l’Islam et le communisme pourrait bien, si nous n’y prenons garde, conduire l’Europe à sa perte.

    Voici plus de dix ans que le meilleur connaisseur du communisme, le sociologue français Jules Monerot, remarquant les analogies entre la progression foudroyante de l’islam au Moyen- Age et celle, aussi rapide, du communisme au XXe siècle, appelait ce dernier le Nouvel islam. La question se pose comme écrivait récemment Jean Guitton « comment les deux Islams vont-ils réagir l’un sur l’autre ? », « comment vont s’affronter Mahomet et Lénine » ?

    De fait, les analogies entre les deux systèmes de pensée sont extrêmement profondes, non seulement parce qu’ils ont un ennemi commun l’Européen, dans toute la mesure où celui-ci n’a pas renié sa tradition chrétienne et humaniste, mais surtout parce qu’ils ont une seule et même racine le judaïsme. Le Révérend Père Théry, dominicain, érudit d’une sagacité géniale, a pu montrer, dans une série d’ouvrages qui dérangent bien des habitudes de pensée, mais qui renouvellent complètement les problèmes, que Mahomet avait emprunté l’essence de la nouvelle religion qu’il prétendait lui avoir été révélée par Dieu, à des rabbins juifs d’une culture bien supérieure à celle d’un enfant du désert.
    Mahomet, c’est le mouvel Abraham qui a pris en charge le peuple élu par Allah pour être le dominateur du monde. Ses héritiers contemporains, un Nasser, un Ben Bella par exemple, ont la conviction d’être à la tête d’un mouvement de conquête qui effacera la honte de Poitiers et de Vienne. Le mythe panarabe reprend exactement, en le laicisant, le grand dessein de Mahomet et de ses successeurs. Les Arabes sont une race missionnaire, exactement comme le peuple russe, naguère encore porteur des promesses du panslavisme, et que le communisme a érigé en porte-parole universel de la société nouvelle où règnera le Paradis sur terre. Le messianisme juif de Marx s’est greffé sur les espérances de la classe prolétarienne destructrice de la bourgeoisie, comme les promesses de Mahomet ont insufflé au monde arabe, ennemi de l’homme occidental et de la chrétienté, un élan mystique qui a pu parfois s’asssoupir, mais qui ne s’est jamais tari.

    C’est à une même source gorgée de foi fanatique que s’alimentent les deux courants de l’Islam et du Nouvel Islam dans leurs espérances terrestres. L’un a beau être athée à l’extrême, l’autre monothéiste à l’excès, ils n’en sont pas moins psychologiquement congénères. La croyance au Dieu unique que professe l’Islam est du reste fortement ébranlée chez la plupart des dirigeants arabes et, à mesure que l’Islam adopte les techniques occidentales de domination de la matière, il se laïcise avec rapidité. Or qu’est-ce qu’un Islam laïcisé qui conserve et accroît même son fanatisme, sinon le frère jumeau du communisme ? En Islam comme dans le Nouvel Islam, il n’y a pas de distinction entré le temporel et le spirituel, entre le matériel et l’idéologique, entre l’Etat et la religion sécularisée

    Ajoutons à cela que les deux mentalités sont gouvernées, l’une, l’islamique, par le fatalisme, l’autre, la communiste, par le déterminisme, qui les portent à concevoir de la même façon ou d’une façon similaire la vie humaine: dans un cas comme dans l’autre, la liberté, toujours individuelle, ne compte pas.

    Une symbiose entre les deux systèmes de pensée et, en tout état de cause, une étroite connexion entre les deux politique de l’Islam et du Nouvel Islam, est plus que probable. Ce n’est point par hasard que Ben Bella se proclame socialiste, que Nasser et Bourguiba nationalisent à qui mieux mieux les propriétés privées étrangères, et que tous les dirigeants musulmans d’Afrique, sauf celui du Maroc que sa position de monarque assagit, excitent sans cesse leurs peuples contre les anciennes puissances coloniales et bourgeoises.

    De part et d’autre, nous sommes en présence d’une doctrine simpliste, mystifiante, dont les finalités sont étrangement convergentes. Pour reprendre son effort de conquête du monde interrompue par l’épisode colonial, l’Islam ne va-t-il pas être tenté de calquer son action sur celle du marxisme et d’adopter les méthodes de celui-ci ?

    A son tour, le marxisme ne va-t-il pas essayer d’user à son profit de cette force de frappe contre l’Europe et contre la chrétienté?
    Ces questions se posent à l’observateur. Mais quels sont les hommes politiques européens ou américains qui en ont le souci ?On les cherche en vain.

    Marcel DE CORTE,
    Mercredi 3 juin 1964 – La libre Belgique -.

    Répondre
  11. Shadok

    16 novembre 2012

    Jules Monnerot. Islam et communisme.

    “Ce Sociologue français (1908-1995) est à l’origine du déclin intellectuel du plus grand fléau du XXe siècle, le communisme, qu’il a décrit en 1949 comme une religion séculière conquérante comparable à l’Islam, et dont il a réfuté la doctrine, le marxisme. Dès 1963, il avait annoncé l’échec de l’Union Soviétique.
    Monnerot présente cette particularité d’être à la fois connu et censuré. Censuré en France où aucun gouvernement n’a jamais voulu combattre le communisme; et celui-ci, en dépit de l’effondrement soviétique, demeure partie prenante de notre société, consolidé par un dirigisme du travail appauvrissant et affermi par des medias dont le langage ne s’éloigne jamais des préjugés marxistes.

    Ce langage, Monnerot l’a élucidé il y a plus de cinquante ans : c’est celui de la guerre psychologique faite aux Français pour qu’ils acceptent ce dont ils ne veulent pas, par exemple : l’islamisation de la France, ou encore, l’Europe, celle qu’on veut nous imposer, dont le dissident soviétique, Vladimir Boukovski a pu dire :”J’ai déjà vécu dans votre avenir !” ( revue Monde et Vie, 24 fév. 2007)

    Et puis, il y a le Monnerot qui a renouvelé la sociologie française, celui d’une recherche fondamentale sur l’action historique, en vue de donner des bases solides à la politique.

    Un sociologue qui devrait être étudié dans les facultés et les instituts de recherche. (M.M. ,T.M. , Y.M.)”

    Le Site de Jules Monnerot. http://julesmonnerot.com/

    Répondre
  12. Jean-Pierre

    15 novembre 2012

    Et alors? si c’est pas du fascisme , c’est du nazisme ou pire encore, et la faute politique c’est de ne pas lutter contre cette engeance.

    Répondre
  13. flicaille

    15 novembre 2012

    S’il est vrai que l’islam n’est pas le fascisme, il est toutefois ce qui s’en rapproche le plus aujourd’hui en termes d’horreur.

    Répondre
    • QUINCTIUS CINCINNATUS

      16 novembre 2012

      ah bon ? vraiment ? croyez vous ? en êtes vous sûr ? en donneriez vous votre tête à couper ?
      et pas du tout … le stalinisme ,le maoïsme ou le le “pol potisme ” etc …. ?
      en Histoire aussi , il faut savoir sortir des idées ” reçues ”
      sous peine d’être un simple ( aux deux sens du terme ) compagnon de route ( puisque l’autre expression qu’utilisaient les communistes d’URSS est censurée pour ne pas dire taboutisée par la modération * )
      * ce qui n’est pas bons signe pour la liberté d’expression

      Répondre
  14. quinctius cincinnatus

    15 novembre 2012

    il me faut répéter inlassablement que l’islamisme ce n’est pas le ” fascisme ” et défiler sous ce mot d’ordre est une faute politique

    Répondre
    • lavandin

      15 novembre 2012

      “l’islamisme n’est pas le facisme” : peut etre ,mais encore faut-il le demontrer !!

      Répondre
      • philippe MOOG

        16 novembre 2012

        je pense que vous vous trompez.;le fascisme et l’islamisme sont de vieux copains..depuis au moins 1930 …ils se sont parfaitement entendus pour exterminer juifs et chrétiens
        le premier islamiste digne de ce nom est le “grand mufti de JERIUSALEM”.;en fait titre pompeux donné par les ANGLAIS
        et le meilleur allié d’HITLER

        Répondre
      • QUINCTIUS CINCINNATUS

        16 novembre 2012

        très simple lisez ” qu’est que le fascisme ” de Bardèche

        Répondre
    • Bernard

      19 novembre 2012

      Faute politique pour une manifestation non politique, faut la sortir celle- là!

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)