Un tabou et des totems

Un tabou et des totems

Éric Zemmour, quoi qu’il arrive, devra être crédité (et remercié) d’avoir ébranlé un tabou, celui de la politique migratoire de la France, jusqu’à maintenant intouchable.

La France était l’un des rares pays au monde où cette question échappait au débat public. Or, pour l’avenir d’un pays, existe-t-il sujet plus déterminant que celui de la nature et de la qualité de sa population ?

Question voisine : la formation de ses élites. Véritable totem du débat politique.

Cette formation, en France, est très particulière. Chaque année, chez nous, un millier de jeunes gens et jeunes filles sortent diplômés de nos meilleures écoles : Polytechnique, ENA, HEC, Normale Supérieure de Paris.

Au cours des 40 années suivantes ils ont l’assurance d’occuper les meilleurs postes à haute responsabilité, et d’y être nommés contre toute concurrence, indépendamment (ou presque…) de leur parcours postérieur à leurs diplômes.

En France, nous pratiquons la méritocratie sur la base principale du diplôme.

Partout ailleurs, on pratique une autre méritocratie, sur la base des réussites professionnelles.

Chaque année, les élèves de notre fleuron, l’École Polytechnique, ont droit à une douche froide : la publication du classement dit « de Shanghai ».

L’X se traîne régulièrement quelque part entre la 300e et la 400e place ! Quand l’école polytechnique de Zurich, qui forme chaque année six fois plus de futurs dirigeants, arrive dans le peloton des vingt premières.

Bref, en France, nous formons trop peu de futurs dirigeants, avec des programmes insuffisamment basés sur des recherches personnelles…

Les controverses sur « la question sociale » n’en finissent pas. Pourtant, pour l’avenir de la France, laquelle de ces deux questions est la plus importante ?

Autre sujet déterminant pour la réussite d’un pays : l’organisation des pouvoirs publics, centralisée ou décentralisée ? Autre totem.

Tous les pays qui nous entourent ont opté pour une organisation décentralisée.

La Suisse, le plus prospère de nos voisins, a opté pour la plus large des décentralisations. La citoyenneté y est d’abord communale, puis cantonale, avant d’être helvétique. C’est une confédération (de cantons)…

Du coup, des questions aussi importantes que « le droit de cité » ; la fiscalité ; le cadre réglementaire de l’enseignement, à tous les niveaux ; le droit social ; etc. se débattent au niveau des cantons.

On peut imaginer l’apaisement qui résulterait pour nous d’une telle transposition.

Démocratie directe

La France est depuis longtemps un pays centralisé.

Avec Emmanuel Macron, dit Jupiter, on est passé à la super-centralisation.

Les jacobins seront toujours de gauche. En avril prochain, qui proposera qu’on en revienne, enfin, au gouvernement des girondins ?

Sujet connexe : l’exercice de la souveraineté populaire.

La constitution dit (alinéa 1 de l’article 3) : « La souveraineté nationale appartient au peuple, qui l’exerce par ses représentants, et par la voie du référendum. » Très bien ! Encore faudrait-il que lesdits représentants ne puissent jamais prendre des décisions que le peuple souverain refuse ou refuserait !

Or, c’est trop souvent le cas – et à tous les niveaux (commune, département, région, État).

On a tous en tête le « coup » du traité européen, refusé par référendum, et approuvé, par la voie parlementaire, sous la forme dite du « traité de Lisbonne ». Beaucoup d’autres exemples, à d’autres niveaux, viennent également à l’esprit.

Il faut donc, dans une démocratie digne de ce nom, donner la possibilité au peuple, de déclencher des consultations, non seulement sur des sujets non abordés par nos représentants, mais aussi sur des décisions prises par eux, dont on peut se demander si elles correspondent au souhait d’une majorité d’électeurs.

La Suisse appelle cela le « référendum abrogatif ». N’est-ce pas démocratique ?

La classe politique française nous tient pour une peuplade politiquement primitive, acceptant un tabou, adorant ses totems. Il faudrait lui démontrer le contraire !

Partager cette publication

(9) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    en parlant de  » tabou  » : les taux redeviennent positifs ! contribuables à vos poches !

    10/01/2022 à 19 h 31 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Valérie Pécresse s’ enferre, s’ englue , se noie chaque jour un peu plus dans  » sa  » guerre picrocholine contre Emmanuel Macron …

    08/01/2022 à 13 h 51 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    l’ article est bourré d’ erreurs ( par exemple le classement de l’ X ) d’ autre part on ne voit pas ce qui justifie logiquement son titre si on s’ en rapporte à la définition des mots qui y sont employés
    un TABOU est un INTERDIT ( ce qu’ on ne peut dire sous peine de réprobation SOCIALE )
    un TOTEM est un animal ou un végétal représentant l’ ANCÊTRE d’ un CLAN
    en réalité cet article n’ est qu’ une OPINION anti-élite  » vulgaire  » de plus

    05/01/2022 à 14 h 14 min
  • Sans illusions Répondre

    C’est curieux, cet effacement dès leur émission , de commentaires ayant trait à l’article publié. Et cela se produit de plus en plus souvent. Si les 4v doivent devenir les « 4 béni oui oui », autant afficher la couleur d’emblée. Cela nous évitera de perdre du temps si nous ne sommes pas prêt à présenter systématiquement nos dévotions. Evitez la formule  » vous pouvez dire ce que vous voulez pourvu que vous soyez d’accord sur tout ».

    04/01/2022 à 17 h 42 min
  • Sansillusions Répondre

    Article posant un constat intéressant sur divers sujets qui nous concernent tous.

    – le fait que le pays est tenu au plus haut niveau – a de très rares exceptions près – par des titulaires de peaux d’âne, fusent elles prestigieuses aux yeux des français, et auxquelles ont accorde une importance excessive, ainsi que l’observation des situations le révèle : Voyez les merveilleux résultats obtenus par nombres de hauts décideurs qui ne peuvent même pas envisager qu’ils sont dans l’erreur . Les exemples ne manquent pas de leur suffisance qui frise parfois l’idiotie.
    Pour avoir travaillé des années durant dans une assez grande entreprise managée par des HEC et véritable nid et bureau de placement pour les rejetons de cette école, j’ai eu à mesurer l’absence souvent totale de prise en compte des réalités, amenant à des décisions néfastes pour l’entreprise, mais jamais pour les fauteurs que nous nommions les « kangourous » car, après avoir engendré le désordre, ils sautaient sans mollir d’une boite à l’autre avec la garantie de l’esprit de classe de se voir recaser à d’autres postes de haut niveau – et salaire – pour un nouveau bon.

    – le fait de choisir entre une gestion dite « girondine » ou  » jacobine » est plus difficile qu’on le croit en France. En effet la « décentralisation » amène trop souvent à une situation de baronies que bien des élus s’attribuent sans vergogne , n’hésitant pas à s’asseoir sur la loi nationale, comme j’ai eu à le constater personnellement. Par exemple, voyez ce qu’il en est de l’urbanisme à la discrétion des maires et des conséquences qui en découlent, malgré les avertissements, pourvu que leurs intérêts soient préservés ( exemple frappant : la Faute sur Mer et ses morts. Le coup des élus dévoués et impartiaux a trop longtemps été dévoyé pour que la population s’y laisse prendre.
    Dans certaines régions, même une petit mairie trouvera sans problème un candidat maire aux élections, y compris avec une rémunération faiblarde : il y a d’autres moyens de se rétribuer que le « salaire » officiel. Certains seraient même prêt à payer pour décrocher la timbale et ceux en place, tout en sortant la boite de Kleenex et les jérémiades s’arrangent pour bloquer la concurrence, surtout dans les petites municipalités qui constituent leurs fiefs.

    04/01/2022 à 17 h 35 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

       » l’ expérience c’ est le nom que l’ on donne à ses erreurs  »
      ( Oscar Wilde )
      et qui n’ a jamais rien entrepris n’ a jamais commis d’ erreurs !
      c’ est le cas de la majorité ( qui ne reste pas ) silencieuse

      05/01/2022 à 12 h 37 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      il faut vous présenter à une élection ! nous avons besoin de gens comme vous !

      05/01/2022 à 14 h 05 min
      • Sans illusions Répondre

        Me présenter : impossible. Les « gens comme vous » bloquent les postes. Normal, ce sont les meilleurs.
        Satisfait, monseigneur ?

        P.S. Pour ceux qui ont la mémoire courte je rappelle ce que répondait Pompidou – un véritable homme d’Etat, celui là – lorsqu’on le pressait d’accélérer et d’étendre au maximum la décentralisation en France : « Cela a déjà existé dans le passé, cela s’appelait le moyen âge » . Bien pratique pour les potentats locaux.

        06/01/2022 à 0 h 58 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          je ne bloque rien du tout !
          par contre j’ influence !
          et je m’ efforce, en bon calviniste, de le faire honnêtement et … intelligemment !

          06/01/2022 à 14 h 19 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *