Vers une révolution conservatrice ?

Vers une révolution conservatrice ?

S‘il y a une chose qui saute aux yeux, lorsque l’on se retourne sur l’année 2014 écoulée, c’est que le fossé entre le peuple français et ses « élites » grandit chaque jour à une vitesse inquiétante. Et, tout particulièrement peut-être, le fossé entre le « peuple de droite » et ses « élites ».

Jamais – au moins depuis 1944 – le socialisme n’a été aussi discrédité dans le peuple français. Pourtant, les dirigeants continuent à rêver d’un improbable « socialisme à visage humain », comme au bon vieux temps de Khrouchtchev.

À la rigueur, on pourrait le comprendre des Hollande, Valls ou Taubira.

Mais de la part des dirigeants de droite, c’est non seulement idiot, mais suicidaire.

L’entente à droite est enfin à portée de main, scellée dans un anti-socialisme de bon aloi.

Mais le sectarisme partisan s’y oppose farouchement. « Ni alliance avec le PS, ni alliance avec le FN », dit-on à l’UMP. « Ni droite, ni gauche », répond-on au FN.

Alors que ce que veulent les Français, c’est en finir avec cette nomenklatura socialiste qui les muselle et les accule au déclin.

Notons tout de même que, dans ce sectarisme partisan, la responsabilité de l’UMP est plus grande que celle du FN. Ainsi c’est à l’UMP que se sont élevées des voix pour dénoncer – et réclamer des sanctions contre – les jeunes qui avaient eu l’incroyable audace de participer à un réveillon avec Florian Philippot.

Cette mentalité de commissaire politique est décidément insupportable. En tout temps, mais spécialement aujourd’hui où la société française profonde quitte les vieilles lunes soixante-huitardes pour une ébauche de « révolution conservatrice ».

Trois événements politiques ou culturels survenus en 2014 suffiront pour montrer cette « droitisation » de la société.

Tout d’abord, les élections européennes ont fait du FN le « premier parti de France ». La diabolisation ne fonctionne plus – en tout cas, plus aussi bien. Mais, surtout, les Français sont ulcérés que leurs « élites » les somment de quitter de force leur identité, supposée « ringarde » et fassent, en permanence, l’apologie du déracinement. Nous redécouvrons lentement, mais sûrement, l’importance de nos racines, de nos valeurs, de notre culture et de notre identité. Et nous les découvrons à proportion des menaces qui pèsent sur elles.

Le modèle « sans-frontiériste » (et donc, paradoxalement, anti-politi­que) de l’Union européenne cristallise ainsi contre lui le rejet des Français. Ce n’est pas l’Europe comme telle qui est rejetée, mais bel et bien « cette Europe-là » : cette Europe incapable de dire où elle s’arrête et en quoi elle croit – et, très logiquement, plus incapable encore de faire des sacrifices pour défendre ce en quoi elle croit, ce qui en fait le règne de l’impuissance.

Deuxième événement politique, à droite : la campagne pour la présidence de l’UMP. On a beaucoup glosé sur le fameux meeting de Sens commun. Mais on a peu dit ce qui était réellement important dans ce meeting. Ce qui compte, c’est qu’une partie de plus en plus importante des électeurs (et même – c’est nouveau – des militants) envoient le message suivant aux dirigeants : ne soyez pas à la remorque de la gauche (car, qu’on le veuille ou non, la loi Taubira est perçue comme une réforme de gauche) et, si vous choisissez de l’être, ne comptez pas sur notre soutien. Et cela ne vaut pas uniquement pour la loi Taubira, cela vaut aussi pour l’immigration, pour la fiscalité, pour la sécurité…

C’est ainsi que Nicolas Sarkozy, qui avait renié la « ligne Buisson » de ses campagnes de 2007 et de 2012, a été contraint de tenir cette ligne – sans le dire.

Enfin, il faut dire un mot d’un événement culturel : le succès du livre d’Éric Zemmour.

Là encore, on peut analyser finement et diversement ce succès et les positions de Zemmour. Mais, le phénomène massif, c’est que de très nombreux Français se reconnaissent dans le rejet, que le journaliste est presque seul à défendre dans la caste politico-médiatique, de l’idéologie soixante-huitarde.

Il est ainsi très frappant de constater qu’un cycle de plusieurs décennies s’achève sous nos yeux, avec ce qu’il a comporté d’hégémonie culturelle de la gauche déracinée. Mais les dirigeants politiques ne semblent pas s’en apercevoir.

Le rejet méprisant du « populisme » n’est rien d’autre que l’expression de ce fossé grandissant.

S’il y a une chose à souhaiter pour 2015, c’est bien que ce fossé diminue. Non par l’asservissement du peuple sous la propagande gauchiste, mais par la droitisation des « élites » !

Guillaume de Thieulloy

Partager cette publication

(12) Commentaires

  • goufio Répondre

    Nul n’est besoin d’utiliser le nom »droitiser » qui n’existe pas dans notre langue, puisque nous disposons de celui de DEGAUCHIR.

    09/01/2015 à 7 h 38 min
  • brandenburg Répondre

    Il ne s’agit pas de se « droitiser » mais d’avoir une intelligence droite ce qui n’a rien à voir et par rapport à l’intelligence gauche des socialistes,en apparence,pas très difficile mais il n’en est rien!Pour avoir une intelligence droite,il faut beaucoup se fatiguer!Or la « droite » est aussi flemmarde que la gauche dans ce domaine et est meme à sa remorque!Cassez-vous donc la tete et votre victoire sera utile!Sinon,vous ferez de la gauche sans le savoir comme Monsieur Jourdain de la prose et c’est ce que la « droite » a fait pendant 40 ans avec les résultats que l’on sait!A vos neurones!

    08/01/2015 à 17 h 24 min
  • Claude Roland Répondre

    « socialisme à visage humain » sous entend que normalement, le socialisme n’a pas visage humain. Et ça c’est la réalité. Mais qui en a conscience ?
    Le problème des Français est leur lenteur incroyable à comprendre ce qu’il se passe et prendre conscience de la réalité.
    Le second problème des Français est de ne pas savoir faire corps : s’il arrive un drame au voisin, on s’en fout parce que c’est le voisin. Le Français ne voit midi qu’à sa porte.
    Le troisième problème des Français est la lâcheté et la propension à se laisser culpabiliser, diminuer, dénigrer et à se coucher facilement pour ne pas avoir d’ennui. Comme si la lâcheté allait permettre d’être épargné. Et les islamistes, par exemple, vomissent sur les lâches…
    On a les dirigeants que l’on mérite. Cette vérité est incontournable. Une vraie nation digne de ce nom se fait par son peuple, par par ses soi-disant « élites » qui sont souvent corrompues par en haut.
    Lisez le livre « Des pions sur l’échiquier », de William Guy CARR et vous comprendrez pourquoi.

    08/01/2015 à 11 h 54 min
  • zézé Répondre

    Merci @Jacky vos deux commentaires sont le reflet de ce que je pense y compris sur Jaurès !!!!!!! C’est bizarre là « on » a entendu « alla etc » et dans les autres attentats avant Noël « on » n’est pas sûr d’avoir entendu, padamalgame, SURTOUT, « on » ne parle que des 4 caricaturistes et les autres alors ? les gendarmes tués au sol ? et ceux qui sont sûrement handicapés dans les autres attentats d’avant Noël, la maman et sa fillette de 3 ans qu’en fait-on ? ça y’est les collabos qui sont locataires de l’Elysée se réveillent et toutmou va parler ce soir !!!!! BEURK, qui sont les bisounours, les cathos qui font manif ou les gochosmerdias et gochos tout court qui voient rien et qui nous mènent direct dans une guerre de religion à force de vouloir faire ami-ami avec ces gens là ! Accueillez les bateaux plein d’immigrants islamistes, car pour les pauvres chrétiens il faut qu’ils prouvent qu’ils ont une famille EUX ! J’ai mal à mon pays ! pauvres aieux qui vous êtes battus pour en arriver là !

    07/01/2015 à 17 h 41 min
    • Jacky Social Répondre

      Amis français: vous ne me devez rien, mais vous ne devez pas laisser passer ça. Pas cette fois. Assez. La prochaine fois, ce sera quoi? L’Elysée, qui est le symbole de votre pouvoir national suprême, même si vous n’en aimez pas l’occupant? En Amérique, bien avant l’Irak et autres, on se comportait en apaiseur et puis ils ont eu le 11 septembre 2001. Votre deuil national nous touche énormément. Vous nous avez aidés à capturer Mehdi Nemmouche, le terroriste du musée juif de Bruxelles. Ici on parle encore de votre efficacité. Je souhaite que vos polices et vos services secrets parviennent à capturer ces lâches rapidement. Je souhaite aussi que votre prochain gouvernement rétablisse la peine de mort pour, outre la pédophilie, les cas de terrorisme et que la torture pour les faire parler soit autorisée dans certains cas. Si vous n’y prenez garde, vos services secrets et vos policiers ne pourront plus déjouer les attentats. II sera alors trop tard. Réveillez-vous. Plus d’apaisement. Cela ne sert à rien. La preuve? Ces barbares viennent de vous la fournir.

      07/01/2015 à 19 h 02 min
  • Jacky Social Répondre

    HOLLANDE DEMISSION !

    07/01/2015 à 16 h 42 min
  • druant philippe Répondre

    Les tueurs semblent posséder beaucoup de sang froid vu
    la lenteur avec laquelle ils ont fui dans la voiture noire .
    Les fêlés gauchos diront que c’ est un coup de la CIA-Mossad pour discréditer nos amis muzz .

    07/01/2015 à 16 h 32 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      si vous trouvez qu’ ils ont agi avec  » sang froid  » [ dans leur fuite ] , c ‘est que vous ne connaissez pas le B. A. BA du commando ! des  » amateurs  » entrainés  » virtuellement aux séries américaines et à la Nitendo ! … en réalité le problème est toujours le même : les  » services  » ne sont toujours pas en mesure de  » profiler  » et de  » surveiller  » les loups solitaires … faute de moyens ? faute de formation ? faute de … commandement ? Quant aux moyens mis en place ( avant et après ) ils sont dérisoires et d’une lenteur stupéfiante !

      08/01/2015 à 14 h 30 min
  • DESOYER Répondre

    « Economie ou socialisme: il faut choisir » quel profil d’hommes peut sauver la France.

    07/01/2015 à 13 h 48 min
  • DESOYER Répondre

    La partie n’est pas encore gagnée.
    Encore une fois, voyez dans mon livre « E

    07/01/2015 à 13 h 46 min
  • Jacky Social Répondre

    J’apprends l’instant ce qui vient de se passer à Paris au siège de Charlie Hebdo. Tout cela a été causé par d’imbéciles crapules telles que Jaurès et autres maitres-chanteurs intellectuels, ces chantres de apaisement et du charabia. Ou alors je me trompe: il doit s’agir d’un acte isolé perpétré par un détraqué qui n’est évidemment pas musulman? Hein, quoi Jaurès? Ce n’est pas votre faute? Oh que si. C’est votre faute. Moi, je vous accuse ainsi que tous ceux qui font preuve d’une bienveillance malsaine face à l’islam conquérant. Je suis écoeuré et outré. J’ai mal à la France. Je pense à ces personnes victimes et leurs familles. Quelle souffrance. Quelle peine. Toutes mes condoléances à elles et aux Français de valeur. Opprobre à tous les Jaurès, ces intégristo-étatiste de la haute trahison de nos valeurs occidentales de Liberté !

    07/01/2015 à 12 h 37 min
  • Jacky Social Répondre

    Ni le socialisme, ni le communisme, avec ou sans visage d’aucune sorte, n’a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais, même s’il faut être français pour croire le contraire. Le socialo-communisme est un cancer qui tue tout ce qu’il contamine. L’expérience est là. Le reste n’est que mascarade. La France a relativement bien vécu toutes ces années et ce grâce au capitalisme coupable de toutes les erreurs et de toutes les fautes (lesquelles on se le demandent).

    07/01/2015 à 12 h 19 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: