Signez la pétition contre la réforme de la loi 1905

Posté le 09 novembre , 2018, 3:40
4 mins

Monsieur le Président,

La presse s’est récemment fait l’écho de votre projet de réforme de la loi de 1905 qui constituerait une révolution dans les relations entre l’État et les religions. Si les principes évoqués par les médias sont effectivement ceux qui présideraient à cette révolution, je dois vous dire que je considérerai cela comme un acte de persécution antichrétienne.

Parce que votre gouvernement n’ose pas combattre l’islam radical – certains parlementaires de votre majorité sont même réputés l’encourager par clientélisme électoral –, vous voudriez organiser une véritable police du culte et remettre en cause (tous les cinq ans, dit-on même !) la situation économique et fiscale des Églises et communautés chrétiennes. Mais les avantages fiscaux que vous voudriez, paraît-il, remettre en cause ne sont pas des privilèges qui leur seraient généreusement accordées par l’État magnanime. Ils ne sont que la contrepartie de l’utilité publique de leur action. En outre, dans le cas de l’Église catholique, ils ne sont qu’une très faible compensation de la double spoliation effectuée par l’État, en 1790, puis en 1905.

Je vous rappelle que le concordat de 1801 ne compensait déjà même pas le vol des “biens du clergé”, c’est-à-dire des sacrifices séculaires du peuple chrétien, dont les revenus assuraient l’essentiel des dépenses d’éducation et de solidarité du pays avant la Révolution (l’Église étant alors manifestement meilleure gestionnaire que notre actuel “État providence”) : si les clercs ont été salariés par l’État, c’est en échange d’un abandon par l’Église de ses droits sur ce patrimoine confisqué au mépris du droit. Et la rupture unilatérale du concordat en 1905 a ainsi rajouté l’iniquité à l’iniquité, en supprimant arbitrairement cette faible compensation. Les catholiques de France ont donc, en un siècle, été volés deux fois par l’État. Entendez-vous, à présent, les racketter une troisième fois ?

Pire encore, certains médias laissent supposer que cette “police du culte” s’autoriserait à juger de la doctrine des religions. Verra-t-on demain la déductibilité fiscale liée à l’abandon du dogme de la Trinité ? Ou, plus vraisemblablement, liée à l’abandon de la défense intransigeante que l’Église a toujours maintenue de la vie innocente ou de la dignité du mariage indissoluble entre un homme et une femme ? Nous n’ignorons pas que l’anthropologie chrétienne donne de l’urticaire à bon nombre de dirigeants. Conférer à ces derniers le pouvoir de juger notre doctrine revient à ériger en principe le règne de l’arbitraire.

Vous avez un problème avec l’islam. Réglez-le donc au lieu de persécuter les autres religions !

Avec l’expression de ma haute considération, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à ma vigilante attention sur ce dossier.


Signez la pétition contre la réforme de la loi 1905

10 Commentaires sur : Signez la pétition contre la réforme de la loi 1905

  1. yves poisson

    4 décembre 2018

    Je ne souhaite pas que la France devienne un pays ou il est interdit d’avoir une crèche dans une mairie, un crucifix dans une école
    et ou je serais obligé de manger Cacher ou halal

    Répondre
  2. rebaudo

    21 novembre 2018

    inadmissible total manque de courage

    Répondre
    • rebaudo

      28 novembre 2018

      Le courage n’est il pas plutôt de s’attaquer à l’ennemi et lui faire rendre gorge ?
      (pendangered qu’il en est peut être encore temps)

      Répondre
  3. Miane

    19 novembre 2018

    Ne touchez pas à la loi de 1905

    Répondre
  4. jackie Codorniou

    13 novembre 2018

    Pas de multiculturalisme en France

    Répondre
  5. Gérard Pierre

    12 novembre 2018

    Depuis quelques mois, pour ne pas dire quelques années, …… en France, …… une sournoise campagne antichrétienne est en marche !

    Ce sont, …… ici, le mot ‘’saint‘’ précédant les prénoms, qui a quitté sur nos écrans l’annonce de la fête du lendemain, à l’issue du bulletin de la météo, …… là, le battage sur la pédophilie ‘’présumée‘’ de certains membres du clergé catholique comme si un prédateur se cachait derrière chaque col romain, …… là encore des paroles à l’emporte-pièce comme celles du franc-maçon Vincent Peillon : « On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique » !

    Qui, derrière cette campagne, est à la manœuvre ?

    Souvenons-nous des signes ostensibles qui accompagnaient l’éphèbe immature, place du Louvre, au soir de son élection à la présidence de la république ! ! !

    Extrait de la revue « Humanisme » n° 193 d’octobre 1990 :
    [Paul Gourdeau, ancien Grand Maître du Grand Orient de France, dont on ne saurait par conséquent contester ni la légitimité ni l’érudition, confirmait de son côté en 1990 l’incompatibilité des deux chemins, catholiques et maçonniques : « le combat qui se livre aujourd’hui repose sur l’équilibre de deux cultures : l’une fondée sur l’Évangile et l’autre sur la tradition historique d’un humanisme républicain. Et ces deux cultures sont fondamentalement opposées : ou la vérité est révélée et intangible d’un Dieu à l’origine de toute chose, ou elle trouve son fondement dans les constructions de l’homme, toujours remises en question parce que perfectibles à l’infini] …… [NDGP : Qu’est-ce que l’infini, au passage, pour un non croyant ? ? ? …… ! ! !]

    Alsacien-Mosellan, je bétonne sur notre Concordat dont j’ai rappelé hier, lors d’une présentation publique, …… que ce n’est que six ans après l’armistice de 1918, et bien des échanges musclés avec les représentants de la IIIème république, que le Conseil Constitutionnel a fini par admettre sa conformité avec les principes républicains. Après nous avoir vendus à l’Allemagne, au terme du traité de Francfort de 1871, … cession entérinée par un vote du parlement français par 546 voix POUR, 170 seulement CONTRE et 23 ABSTENTIONS, … (il convient de ne jamais l’oublier) la république « libératrice » entendait que nous subissions sans broncher la loi de 1905 au vote de laquelle nous n’avions donc pas été associés, alors que le chancelier Bismarck avait, non seulement accepté en l’état notre Concordat de Napoléon 1er, mais l’avait de surcroît enrichi d’avantageuses dispositions concordataires complémentaires propres à l’Allemagne.

    Dans l’assistance, des sourires approbateurs accompagnaient, ici et là, des regards ‘’étonnés‘’ !

    À un auditeur qui m’a demandé quelle différence il y avait, pour moi, entre la loi de 1905 et « mon » Concordat, …… puisqu’au bout du compte la pratique religieuse avait autant baissé, selon lui, chez nous que dans les autres départements, …… j’ai simplement fait remarquer que la loi de 1905 était totalement bâtie sur le PRINCIPE DE L’INTERDICTION, tandis que « mon » Concordat avait été élaboré sur le PRINCIPE DE L’OFFRE QU’ON PEUT REFUSER ! …… et qu’entre un dispositif législatif qui ne permet pas l’exercice de mon libre arbitre et celui qui le permet, je préfèrerai toujours, QUEL QU’EN SOIT L’OBJET, l’option 2, intellectuellement plus acceptable !

    Un auditeur est venu me voir à la fin pour me dire « C’est quand même un peu gonflé de conclure le centenaire comme vous l’avez fait ! » …… un Français de l’intérieur, sans doute, …… auquel j’ai simplement répondu par une citation de Balzac : « Il y a deux histoires, l’une que l’on enseigne et qui ment, l’histoire ad usum delphini, l’autre où sont les véritables causes des évènements, que l’on tait parce qu’elle recèle l’inavouable ! » … et je lui ai simplement ajouté : « L’Alsace-Moselle, monsieur, si l’on occulte les deux premières éphémères républiques, c’est en quelque sorte le PÉCHÉ ORIGINEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ! »

    Je ne cache pas que j’ai pris mon pied en présentant cet exposé !

    Voilà pourquoi j’ai signé la pétition

    Répondre
  6. Mancheron

    12 novembre 2018

    Oui:incompatibilité totale entre Islam et Catholicisme !

    Répondre
  7. COIFFET

    12 novembre 2018

    Je partage entièrement vos propos.

    Répondre
  8. Jean-Claude SEUROT

    12 novembre 2018

    Vous et votre mouvement n’êtes que de passage dans l’Histoire. Ne venez pas toucher à ce qui est la culture millénaire de notre pays. Si les crimes contre l’humanité sont une réalité, n’y ajoutez pas les crimes de culture.

    Répondre
  9. Jean Yves Briend

    12 novembre 2018

    Nous avons compris pourquoi, il voulait modifié la loi de 1905, la religion de la France est le christianisme, nous sommes une civilisation Judéo-chrétienne, gréco-latine, nous ne voulons pas de cette religion mortifère, nous ne voulons pas être remplacé, le multiculturalisme ne fonctionne dans aucun pays ou se trouve cette religion.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)