Signez la lettre ouverte : Non à la célébration de Mai 68!

Posté le 21 novembre , 2017, 3:48
0 secs



13 Commentaires sur : Signez la lettre ouverte : Non à la célébration de Mai 68!

  1. Hilarion

    6 juin 2018

    Quand j’allais à l’école primaire dans les années 50 , il y avait 32 élèves par classe et personne ne s’en plaignait. Il y avait un examen pour passer en sixième qui nécessitait de lire couramment pour comprendre l’énoncé de l’un de ces fameux problèmes qui nécessitait de trouver l’heure à laquelle deux trains partant à des heures différentes et roulant à des vitesses différentes allaient se croiser. On est très loin de ces 20 ou 30 % d’élèves de 6ème qui ne savent pas même lire .Je me rappelle de cette institutrice en CE1 et CE2 qui ramenait les très rares trublions à la raison “d’un amène tes mollets” sur lesquels s’abattaient quelques coups de règles symboliques. On apprend maintenant que dans certaines classes , il faut un “professeur des écoles” pour 9 enfants. Que les sanctions sont souvent contestées par des moutards dont l’arrogance n’a d’égal que le crétinisme avec bien souvent le soutien de parents qui n’ont toujours pas compris les vertus de l’instruction, eux mêmes, il est vrai dotés d’un bac à 85%, largement suffisant pour remplir les formulaires d’inscriptions de Pôle emploi. Que dire de ces “étudiants” de Tolbiac à qui on ne “donne pas de moyens” mais qui viennent de dégrader à hauteur de plusieurs centaines de milliers d’€ leur faculté, de la même manière que les chiens laissés seuls dans une habitation. Que dire de cette pauvre fille qui raconte le massacre par le police de l’un de ses camarades, pure invention de son ciboulot formaté par la gauchosphère. Voilà quelques bien maigres exemples d’une situation de décadence. Mais Eric Zemmour a décrit avec talent la situation dans son livre “le suicide français”

    Répondre
  2. betsynette

    21 mars 2018

    Ce jour la se fut le commencement du pourrissement de la famille.

    Répondre
  3. Gérard Pierre

    26 novembre 2017

    Mai 1968 fut incontestablement un mois mémorable.

    Le délitement cérébral devint une philosophie politique, le lancer de pavés l’expression d’une pensée rénovée et la vocifération de l’action sociale. Le paradoxe ne rebutait pas les nouveaux pontifes. Une génération d’enfants gâtés, aveugle sur la complexité du monde réel, prétendit néanmoins le réformer. Ils adorèrent des idoles exotiques et se confectionnèrent un veau d’or avec une série de barbarismes passant à portée de leurs neurones inexpertes.

    La plupart des gesticulateurs n’avaient que quelques mois de moins que moi. Ils n’étaient pourtant déjà plus de ma génération. Ils inaugurèrent l’entrée dans … L’ÈRE DE L’INVERSION, … et, depuis lors, commença le détricotage des valeurs de la France en particulier et de la société occidentale en générale !

    Il n’y a donc pas lieu de commémorer le point de départ d’une maladie ! … Il convient plutôt de la soigner !

    Répondre
    • Hilarion

      6 juin 2018

      Le très regretté Louis Pauwels avait parlé de sida mental en ce qui concerne les évènements de Mai 68, en ce sens que se mettait en place un système de contrevaleur détruisant ce que deux mille ans de civilisation avait bâti. Cela lui avait valu une bronca de la presse stipendiée. La nouvelle doxa se mettait en place.

      Répondre
  4. RETRU

    24 novembre 2017

    Je l’ai vécu, j’étais à Assas pour le Droit (fac de droite) et à Censier (fac de gauche) pour l’Allemand. Au début, il n’y a eu qu’un affrontement entre “bolchos” et “fachos” devant la Sorbonne. Quand les flics s’en sont mêlés, il y a eu rassemblement des deux “ennemis” contre la police gaulliste ! Cela a duré 2 jours. Ensuite ceux qu’on appelle aujourd’hui les bobos se sont emparés du mouvement anti-gaulliste, les Sartre et autres pseudo-intellos qui sirotaient un “Cuba libre” aux terrasses des cafés de la rive gauche pendant que les Cubains se faisaient emprisonner, torturer, ou carrément éliminer, par le régime castriste et notamment par le futur “héros” des bobos, Guevara, qui, avant d’aller se faire tuer en Bolivie, était l’exécuteur des basses oeuvres du régime ! Et ils en ont fait une icone, ces abrutis du bulbe !

    Répondre
  5. Françoise Cubizolles

    23 novembre 2017

    Tout à fait d’accord avec les 4-Vérités

    Répondre
  6. RMONIQUE DE DURFORT

    23 novembre 2017

    pas de commentaire

    Répondre
  7. Triboulet

    22 novembre 2017

    mai 68 est le début de notre décadence , ça a été l’oeuvre d’Herbert Marcus, “philosophe” juif d’origine allemande !il souhaite la disparition de notre civilisation pour la remplacer par celle du Veau D’Or.

    Répondre
    • Jaures

      23 novembre 2017

      Décadence par rapport à quoi ? Si notre “décadence” a débuté en 1968, est-ce à dire qu’avant cette date nous étions à notre apogée ?
      Merci d’argumenter votre affirmation.

      Répondre
      • TRICOIRE

        28 novembre 2017

        Vous avez, raison, Jaurès, notre décadence est antérieure, mais exacerbée par un gauchisme aigü, y compris en droiche propagandée par médias sursubventionnés et journalistes nichés.
        Chut ?

        Répondre
        • Jaures

          28 novembre 2017

          Notre décadence est antérieure ? Mais de quand date-t-elle selon vous ? Quand donc fûmes-nous à notre apogée ?

          Répondre
  8. Janvier

    21 novembre 2017

    On me dit ce week-end que Macron avait renoncé, trop polémique
    Merci à vous de vérifier et de votre réponse
    En cas d’erreur, je signe
    Bien cordialement

    Répondre
  9. Jaures

    21 novembre 2017

    Quoi ? Encore de la repentance ?

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)