17 octobre : stop à la repentance !

17 octobre : stop à la repentance !

Le soixantième anniversaire de la répression meurtrière du 17 octobre 1961, qui fit, selon les sources, entre 38 et 200 morts, est encore l’occasion d’une de ces autoflagellations qu’apprécie notre Président.

Après avoir déclaré « crime contre l’humanité » la colonisation de ce qui n’était pas encore l’Algérie, M. Macron persiste dans sa repentance à sens unique en donnant ainsi une nouvelle arme à nos ennemis déclarés.

Ces derniers sont, d’une part, une nomenklatura algérienne qui trouve là un défouloir pour son peuple qu’elle a négligé et, d’autre part, une partie grandissante de musulmans d’extrême-orient qui n’en demandaient pas tant.

Loin de moi de vouloir minimiser les faits, mais, dans une même logique « mémorielle », qui se devrait proportionnelle, allons-nous exiger le « suicide » de M. Poutine pour les crimes (d’une horreur sans commune mesure avec ce qui nous est reproché) perpétrés par le communisme qui a débuté en Russie et s’est étendu dans le monde entier jusqu’à nos jours ?

Allons-nous éliminer Xi Jinping pour le génocide des Ouïghours qui est actuellement en cours et dont l’ensemble de la planète cherche à détourner les yeux ?

Allons-nous boycotter à vie le Cambodge pour les exactions des Khmers rouges de Pol Pot ?

S’il fallait dénoncer, proportionnellement, toutes les exactions de la planète, la France serait certainement parmi les derniers de la liste.

En tout cas, elle serait derrière le FLN depuis le début des hostilités en Algérie.

Alors, M. Macron, ne mettez pas en danger notre pays pour assouvir votre égoïsme, voire améliorer votre potentiel électoral !

Vous donnez l’impression au peuple français que vous persistez à vouloir dénoncer une France qui, pourtant, est l’un des pays les moins racistes au monde.

C’est un jeu dangereux qui entretient un sentiment de déclassement vertueux, pour en cacher un qui, lui, est bien réel – je veux parler du déclassement économique que vous n’avez malheureusement pas su enrayer !

Faites donc de ce 60e anniversaire le dernier et un solde de tout compte pour une période, certes pas glorieuse, mais à laquelle il faut mettre un terme – parce qu’elle entretient une culpabilisation sans fin, alors qu’il est indispensable de faire définitivement la paix avec notre passé.

Ce sera également positif pour l’avenir de l’Algérie qui pourra enfin se consacrer à résoudre ses vrais problèmes, au lieu de s’évertuer à exiger de la France une repentance perpétuelle dans un but que l’on peut soupçonner pécuniaire.

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • quinctius cincinnatus Répondre

    il paraitrait qu’ Emmanuel Macron s’ excuserait bientôt au nom de la France du massacre de la rue d’ Isly

    23/10/2021 à 13 h 36 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *