19 mars, symbole de la trahison

Posté le mars 24, 2014, 6:20
3 mins

19_mars_1962

 

Comme vous tous, chers amis, ma boîte de réception de courrier électronique est chaque matin inondée d’informations plus ou moins intéressantes. Il en est une qui cette semaine a particulièrement attiré mon attention et suscité, une fois de plus, ma colère.

Il s’agit en l’occurrence d’une plaque pseudo-commémorative à l’image de celles mises en place lorsque l’on baptise une nouvelle rue, rien d’exceptionnel, à ceci près que celle-ci entend mettre à l’honneur une ennemie de la France. Le fait n’est pas récent, il date de 2008, mais reste d’actualité et image parfaitement l’état d’esprit antinational de nos socialo-communistes tricolores.

Fidèle à ses habitudes en matière de trahison, le Parti Communiste est bien sûr à l’origine de cette scandaleuse provocation. Faut-il rappeler que les communistes n’ont perçu l’occupant allemand comme un ennemi qu’en 1941 après l’invasion de l’URSS par les troupes nazies ? Faut-il encore se souvenir des mots d’ordre communistes visant à saboter dans nos usines les armes et les munitions destinées à nos soldats en Indochine, condamnés à se battre souvent avec des moyens de fortune ? Faut-il enfin rappeler que durant la guerre froide, nos fiers communistes français prenaient leurs ordres à Moscou ?

La plaque objet de mon ire met en exergue une militante dont on s’est fait un plaisir de rappeler l’appartenance au FLN, mouvement terroriste auteur du meurtre de 30.000 Jeunes Appelés Français entre 1954 et 1962 et de plus de 200 000 harkis.

Une date d’hommage aux combattants morts pour la France en Afrique du Nord a été fixée au 5 décembre par le décret du 26 décembre 2003, et rappelée dans la loi 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des français rapatriés. Cette date du 19 mars résonne donc toujours aux oreilles de nos soldats et de nos rapatriés comme une véritable insulte à nos morts, une date symbole d’une « trahison » et des « massacres » perpétrés par les combattants du FLN.

Il est vrai que nos « forces de progrès » à la française, héritiers idéologiques des périodes les plus sanglantes de l’histoire ne sont plus à une trahison prêt.

 

Gérard HARDY
Vice-président du Rassemblement Pour la France

 

 

9 réponses à l'article : 19 mars, symbole de la trahison

  1. le sauze

    25/03/2014

    en 1954 à constantine ,ceci au début des événements. françois Mitterrand déclara…L’ALGERIE C’EST LA FRANCE….la seule négociation sera la GUERRE….

    Répondre
  2. zézé

    25/03/2014

    De toute façon plus on est pourri dans ce pays plus on a d’honneur….
    je connais certains pieds-noirs qui ont fait et la guerre d’Indochine et la guerre d’Algérie, qui ont vécu leur jeunesse en défendant un certain honneur (mais qui connaît aujourd’hui les véritables raisons de la guerre d’Indochine ?) et qui attendent encore la reconnaissance de la France, malgré les nombreuses et vraies médailles du mérite et différentes guerres (une dizaine en tout) – Il vaut mieux remettre des récompenses à ceux qui sont pourris…cela fait mieux et c’est tendance…alors plaque commémorative et autres injures envers ces personnes je crois qu’il n’en sont plus à une injure près.

    Répondre
  3. le sauze

    25/03/2014

    j’ai fait mon service militaire en algérie de 1963 à mai 1964,doc bien après le 19 mars 1962, c’est vrai environ 150.000 harkis massacrés par le f.l.n et l’a.l.n,qui de plus ont été livrés par l’armée française, environ 5000 européens massacrés à oran le 5 juillet 1962 ,alors que 18000 militaires français ont laissés faire ,ils étaient cantonnés dans leurs bases,et avaient reçus l’ordre de paris de ne pas intervenir et étaient sous le commandement du général katz(appelé le bourreau d’oran) le massacre de la rue d’isly à alder une centaine de morts et autant de blessés….de juillet 1962 à décembre 1964, 535 militaires français sont morts pour la France ,des centaines de blessés et de disparus….et avec ça pas de carte de combattant…..etc….etc….

    Répondre
    • 25/03/2014

      Mon père a vécu les mêmes événements et sa blessure morale est toujours aussi douloureuse. Il se reproche de n’avoir pas désobéi, il en parle toujours avec la même vigueur

      Répondre
  4. 25/03/2014

    Il est indéniable que le choix de cette date est une insulte pour toutes les victimes françaises et algériennes de ces soulèvements baptisés « guerre d’Algérie ». . Mémé Mitterand avait tranché !:  » si vous choisissez une date ça ne peut être le 19 mars. »
    Que dirait-on si l’on commémorait le 16 juin 40, ????
    Les porteurs de valises, collaborateurs et consorts prennent de plus en plus le haut du pavé dans ce pays !

    Répondre
  5. Duplan

    25/03/2014

    Dans l’article le nom de cette ennemie semble manquer.

    Répondre
  6. 25/03/2014

    Pour répondre à toutes ces attaques, une suggestion : les nouveaux maires de droite ou de FN devraient, dans leur ville supprimer toutes plaques au nom de MITTERAND le grand « pourfendeur » de notre République !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      25/03/2014

      je ne pense pas que Mitterrand soit le plus a blâmer, il me semble qu’un certain général de brigade à titre temporaire le soit bien davantage … je ne pense pas qu’un seul homme d’Etat digne de ce nom ait jamais abandonné au sort des couteaux ceux qui avaient combattu sous les plis de son drapeau , même Louis XVIII ne l’a pas fait et pourtant ce n’était pas SON drapeau !

      Répondre
      • 25/03/2014

        Il est important de rappeler ces vérités avant que nos historiens stipendiés ne les ensevelissent dans les poubelles de l’Histoire !

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)