2012 : cette fois, ce ne serait pas un accident, mais une rupture

2012 : cette fois, ce ne serait pas un accident, mais une rupture

Olivier Duhamel dans sa chronique matinale sur Europe 1, a considéré aujourd’hui que se Marine Le Pen était au second tour en 2012, ce ne serait pas un accident comme ce fut le cas en 2002 pour son père, mais bien une rupture.

Le politologue a ainsi affirmé que les sondages actuels qui la placent au second tour ont lieu alors que le Président Sarkozy bat des records d’impopularité et que les candidatures de droite et du centre semblent se multiplier (Bayrou, Villepin, Borloo). Mais il doute que ces candidats aillent au bout si la menace d’un second tour sans Nicolas Sarkozy se confirmait.

Plus intéressant, le politologue a rappelé que personne ne s’attendait en 2002 à la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour. En 2012, il ne s’agirait pas d’une surprise, mais d’une rupture. Sous-entendu, un vote conscient en faveur de Marine Le Pen et du Front National…

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: