2017: l’élection de la dernière chance

Posté le 10 avril , 2017, 4:16
6 mins

À quelques jours du premier tour de la présidentielle, on peut affirmer qu’il ne reste plus que 4 candidats ayant une chance d’être au deuxième tour.

Une certitude : notre pays est au bord du gouffre. Je dirais même qu’il a déjà un pied dans le vide.

Alors que l’ensemble des pays du G7 sont dans un mouvement largement dynamique, seul notre pays affiche un marasme tout à fait inquiétant :

– Un endettement colossal : en cumulant la dette du pays, la dette sociale avec les retraites des fonctionnaires non budgétisées et la dette des entreprises dans laquelle l’État est actionnaire principal, sans oublier les engagements risqués internationaux, nous dépassons allègrement les 5 000 Md€ (pas loin de 80 000 € par habitant, enfants compris) !
– Dépenses publiques (57 % du PIB) et prélèvements obligatoires (45 %) les plus hauts de la zone Euro pour un des résultats les plus mauvais en Europe.
– Chômage toujours à 10 %, alors que l’Allemagne est à 3,9 % et on s’entête toujours dans notre erreur !
– Notre industrie est en totale « déconfiture », toujours en dessous de ce qu’elle était en 2008 (12 % du PIB contre plus de 28 % en Allemagne).
– Une balance des paiements déficitaires de 60 Md€ contre un excédent de 245 Md€ en Allemagne (soit une différence de plus de 300 Md€).
– Une accélération des fuites de millionnaires : 3 000 en moyenne annuelle de 2000 à 2015, mais 14 000 pour la seule année 2016. En chiffres cumulés, cela porte à 60 000 le nombre d’expatriés, pour un total de 300 Md€ (les expatriés partant avec un pacto­le de 5 000 000 € en moyenne).

Votre choix aux présidentielles sera donc crucial et voici ce qui vous attend :

Le Pen : Seul son programme sécuritaire tient la route. Malheureusement, en économie, elle a un très mauvais conseiller avec Florian Philippot et, surtout, elle aura de gros problèmes pour trouver une majorité à l’Assemblée.

Sa position sur la sortie de l’Euro démontre qu’elle ne veut pas assumer le pouvoir. En effet, elle dit qu’elle fera un référendum sur ce sujet et que, dans le cas d’un refus des Français, elle démissionnerait. Or, les trois quarts de ces derniers sont, à raison, opposés à une sortie de l’Euro. C’est donc une certitude : elle n’est pas prête.

Macron : Pour lui, pas besoin de pédalo puisqu’il « marche sur l’eau ». Il n’est pas seulement l’héritier de Hollande, mais celui qui est à l’origine du programme désastreux de ce dernier.

Pourtant, il essaie de nous con­vaincre qu’il n’y est pour rien. Ne pas assumer sa responsabilité n’est pas digne d’un postulant à la présidence.

Son message est en gros : Faites-moi confiance pour mon programme ; je le dévoilerai après avoir été élu.
Je dis NON à une quatrième expérience socialiste. La France a trop souffert des Mitterrand, Jospin et Hollande. Ce serait à coup sûr celle de trop !

Mélenchon : Beau parleur, lui non plus ne désire pas gouverner. D’ailleurs, il n’en aurait ni la capacité, ni les moyens.
Son seul objectif est de « tout casser » pour punir la droite, l’extrême droite, mais surtout le parti socialiste sur lequel il a une revanche à prendre !

Prendre les Français et la France en otage pour assouvir sa haine n’est pas un programme !

Hamon : Il est relégué au fin fond des sondages : les Français ont enfin compris que cet utopiste déclencherait, le lendemain de son élection, un défaut sur la dette française avec, en prime, un programme imposé par le FMI et la BCE qui serait un programme Fillon puissance 10.

Fillon : Unanimement reconnu comme le seul ayant un programme savamment préparé et indispensable au maintien de notre pays parmi les grandes puissances économiques. Selon moi, il ne va pas assez loin, mais il est le seul qui redonnerait confiance à nos partenaires économiques.

Alors, si vous voulez punir la France et les Français en enclenchant la destruction de l’Europe – ce qui entraînerait, à coup sûr, la plus grande crise économique que le monde ait jamais connue –, ne votez pas pour lui !

A contrario, si vous ne voulez pas casser ce monde que nos ancêtres ont mis des siècles à construire ; si vous ne voulez pas punir nos enfants et petits-enfants pour nos propres erreurs ; si vous pensez, comme moi, que François Fillon, en trente ans de vie politique, a commis moins d’erreurs que la majorité des anciens présidents de la république ; oubliez ce lynchage médiatique qui n’a comme unique but que de reporter les décisions indispensables. Faites comme moi : votez Fillon !

28 Commentaires sur : 2017: l’élection de la dernière chance

  1. Bombled

    22 avril 2017

    Ni Fillon, ni Macron..

    Répondre
  2. CdO

    18 avril 2017

    Il est clair aujourd’hui que si Fillon a été agressé (est continue à l’être !) par la coalition médiatico-judiciaire pro-Macron, ce n’est pas “l’homme” qui était visé mais le “candidat” qui gênait le petit Macron. C’eut été Juppé qu’il aurait subi le même sort ! Et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il a décliné l’offre de reprise du flambeau au pire moment de la tempête… La vérité est que la justice ne peut juger Fillon car il n’a rien fait d’illégal. Le PNF se contente donc de s’accommoder (étrangement !) du lynchage médiatique qui présente toujours Fillon comme un “coupable” qui doit continuellement se “justifier de n’avoir commis aucun délit”… La médiasphère enragée (car pro-Macron) entend en effet rabâcher à l’envi cette contrevérité afin d’exclure toute réflexion sensée chez l’électeur, et l’encrer fermement dans son cerveau : on sait que ce qui est “vu à la télé” est forcément vrai. La justice aura à rendre des comptes pour son attitude plus qu’ambiguë dans cette campagne.
    Enfin, les électeurs sensés auront eux compris que la terrible (et illégale !) agression “journalistico-judiciaire” subie par Fillon était téléguidée… Il a résisté et cela démontre qu’il est digne d’être Président de la République.

    Répondre
    • HELA PERNOLLET

      18 avril 2017

      Oui, c’est exactement le cas, il circule sur les mails un excellente analyse qui s’appelle ”machination” , la mise au placard , accusations, mensonges de ceux, celles qui gênent se pratique depuis de Gaulle, mais a été institué sous Mitterand

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      20 avril 2017

      le Media n’ a pas été le seul lyncheur , ses ” amis ” , eux aussi, lui ont bien ” corrigé ” le portrait …

      Répondre
  3. AContresens

    13 avril 2017

    Je ne voterai pas Fillon car retraite à 65 ans et j’en ai 58.
    Faudrait être maso non ?

    Répondre
    • HOMERE

      13 avril 2017

      Ouais…..quelle hauteur de vue monsieur le préretraité….avec un abattement de 40% de vos revenus,vous allez voir la vie en rose….veinard !!
      Vous vous en foutez que nous empruntions pour payer les retraites des fonctionnaires ? vous avez raison….2200 milliards €…..une paille !!

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      14 avril 2017

      moi j’ ai travaillé *** de 18 à 65 ans et je n’ en suis pas mort , fainéant !

      *** parfois 48 heures consécutives !

      Répondre
    • HELA PERNOLLET

      18 avril 2017

      qu’est ce que la retraite a à voir avec les élections? voyez les propositions des uns et autres candidats!!! toutes aussi ahurissantes quant au coût!!! Il est vrai , que la France va très bien , selon Hollande, Pas de chômage, pas de dette etc et surtout beaucoup de français, malheureusement , ont oublié : comment l’Etat se procure l’argent pour tout payer…..si le système s’effondre , tout le monde trinquera.

      Répondre
  4. DENISOT

    13 avril 2017

    N’attendez pas de ceux qui sont à l’origine des problèmes qu’ils vous ouvrent les solutions. L’élection présidentielle, c’est 11 candidats et parmi eux, certains ont des solutions que les “grands” médias se chargent d’occulter. Arrêtons, l’américanisation de nos élections, la Vème république et surtout l’élection présidentielle, c’est la rencontre d’un homme avec la Nation.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      14 avril 2017

      et la ” Nation ” lui fait la peau dès qu’ il est élu !

      Répondre
  5. Iris Davet

    12 avril 2017

    Photo de Macron sur son affiche électorale : ce n’est pas nous qu’il regarde, il regarde au-dessus de la tête du photographe, ce qui explique que le blanc apparaît sous ses yeux, alors que normalement il n’est visible que sur les côtés. Voir toutes ses autres photos. Quelle importance ? celle-ci : la photo est tout sauf naturelle, il ne veut apparemment pas regarder les électeurs dans les yeux. L’agence conseil Takacroir a dû lui dire que ce regard d’évitement était plus original ou sidérant !

    Répondre
  6. claude Roland

    12 avril 2017

    En effet, c’est la dernière occasion de sauver la France par la voie démocratique…

    Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    12 avril 2017

    ancien président du Conseil Constitutionnel ET EN BON CHIRAQUIEN , Bernard Debré votera … Macron

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 avril 2017

      Jean-Louis Debré of course !

      Répondre
  8. Le Ket

    11 avril 2017

    Et pourquoi donc François FILLON ferait il demain , et dans l’avenir, ce qu’il n’a pas pu, pas su ou pas voulu réaliser de 2007 à 2012 ?
    Que ce soit dans la maitrise de l’immigration “sauvage”, de l’insécurité galopante, de la hausse des taxes et des impôts, de la vente de toutes sortes de drogues sur la voie publique, des déficits publics récurrents, d’une dette publique ahurissante ou encore de la corruption des mandataires publics dans toutes les institutions ?
    NI Fillon, NI Macron !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 avril 2017

      de Belgique vous avez une autre option , une autre idée, un autre miracle à nous proposer ? ne nous dites quand même pas que M. Le P. sera notre nouvelle Jeanne d’ Arc, notre nouvelle Jeanne Hachette, notre nouvelle Charlotte Corday … soyez ré-a-lis-te … tenez même moi je vote François Fillon

      Répondre
      • Le Ket

        14 avril 2017

        De Brusselabad, capitale du Belgikistan (véritable pépinière de racailles, de corrompus et de terroristes) la vue sur l’Hexagone est sidérante.
        Comment les Gaulois ont-ils pu être anesthésiés par les chimères de Chirac (Jacquot la Fripouille) d’abord, puis des promesses sécuritaires du nabot Sarko ( le Karcher à la Courneuve) et enfin du “changement c’est maintenant” de Flanby le marshmallow ?
        Il est vrai que dans les pays européens, du Nord au Sud, la mémoire politique ne dépasse pas les 6 mois et que 75% des électeurs ne s’intéressent aux élections que durant les 2 dernières semaines des campagnes électorales.

        Durant des années et lors de remarques précédentes sur ce site (avec Jaurès), j’avais souvent mentionné que “tant que les assiettes seront pleines, le peuple ne bougera pas”. Cette réflexion est valable aussi bien en France, qu’en Espagne, en Allemagne, en Belgique ou ailleurs.
        Et c’est ce que les gouvernements réciproques ont bien compris : maintenir leurs bases d’ électeurs sous perfusions financières afin de ne pas susciter de mécontentements ou de révoltes (retraites, aides au chômage, subventions diverses, allocations pour tous et dons divers). C’est bien évidemment une des caractéristiques de l’Etat Providence, qui prendrait chaque citoyen en charge, de la naissance jusqu’à la mort. Etat Providence initié par Olof Palme en Suède dès 1969, et distributeur d’un bien-être pour tous et d’un bonheur illimité.
        Cette utopie s’est terminée avec la flambée des impôts (110% en 1975) à tel point que l’un des plus célèbres cinéastes mondiaux, Ingmar Bergman, s’était expatrié aux USA en dénonçant cette folie taxatrice.

        Les caisses se sont vidées, partout en Europe, dans l’indifférence générale et des pays comme la Grèce, l’Italie, l’Espagne, la Belgique et la France, entre-autres, sont au bord du gouffre avec des dettes publiques ahurissantes qui pénaliseront nos enfants et petits-enfants pour les cinquante prochaines années. Cette situation était bien connue des présidents et premiers ministres ces 40 dernières années, mais ils ont continué à distribuer la manne publique sans compter, pour le plaisir de contenter leur électorat respectif : c’est facile de distribuer l’argent des autres !

        Mais depuis peu, le peuple (français ou autre) “ouvre les yeux” et commence à réagir, contre la bien-pensance, le “politiquement correct”, la police de la pensée, la discrimination “positive”, le multiculturel, le “padamalgam” ou encore le “vivre ensemble”, surtout depuis les assassinats de janvier 2015.

        Alors OUI, on peut constater que les élites aux manettes – que ce soit en Grèce, en Espagne, en Italie, en Belgique et en France- se sont lourdement trompées en adoptant aveuglement les directives des Eurocrates de Bruxelles et responsables du chaos économico-financier qui se présente devant notre porte, augmenté d’un choc de civilisation probable.

        Il n’y aura pas de miracle, Quinctius, mais d’autres options de gestion du pays existent et des idées novatrices pour des réformes structurelles ont été exposées dans les programmes des différents candidats.

        Mme Le Pen n’est pas une figure historique. Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, elle avance des propositions de rupture radicales et des réformes profondes. D’autres candidats ont aussi des prises de position proches de celles du FN.

        Contrairement à E.Macron le successeur de la politique hollandiste et à F.Fillon qui lui devait appliquer les engagements de Sarko, ce qu’il n’a pas su faire (600 milliards de dette publique en plus), Marine Le Pen est une alternative à la droite cosmopolite et à la gauche écolo-bobo-droits de l’hommiste.
        Alors pourquoi ne pas l’essayer comme en sont persuadés des millions d’électeurs déçus par les résultats des précédents Chefs d’Etat depuis Mitterrand ? Et si ce n’est pas en 2017, ce pourrait être encore plus certain en 2022, parce qui ni Macron, ni Fillon ne voudront déplaire aux banksters de la Davos Goldman Sachs Idéologie en appliquant leur dogme mondialiste !

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          14 avril 2017

          je ne mise jamais sur un cheval ( ici une jument qui a déjà de l’ âge ) qui n’ a pas un bon staff et c’ est le cas de M. Le P. et de son entraîneur-jocket Philippot … par contre Marion Maréchal me semble être une pouliche qui a de l’ avenir et je mettrai volontier mes compétences professionnelles à son service

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            14 avril 2017

            volontiers

          • Le Ket

            14 avril 2017

            YEEESSSS ! ! ! Bien vu Quinctius …. Si Marion est toujours dans la course après les Législatives, effectivement elle pourrait alors être entrainée par une équipe plus “réaliste” que celle de sa tante et se préparer au Grand Prix de l’Hexagone de 2027 (elle aura alors l’âge de Macron aujourd’hui). Mais pour elle, il existe un certain nombre d’obstacles au sein même du FN.

    • Goudron Claude

      14 avril 2017

      Tout simplement parce que ce n’était pas lui qui commandait mais Sarkozy!

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        17 avril 2017

        les ” sarkosystes ” ont eux aussi leur bouc émissaire, le même d’ ailleurs que celui des familles socialistes décomposées ou recomposées : François Fillon … pour ces gens là Fillon serait, à peu de choses près, une réincarnation de Pétain pas même un hologramme

        ce qui est inquiétant c’ est que la falsification gaulliste de l’ Histoire profite toujours davantage à ceux qui en sont les co-auteurs : les ” socialistes “

        Répondre
    • Bombled

      22 avril 2017

      Ni Fillon, ni Macron..

      Répondre
  9. HOMERE

    10 avril 2017

    Ne paniquez pas….Fillon va être élu sans grande marge,certes,mais élu quand même..

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11 avril 2017

      ce serait effectivement le vote de la Raison et c’ est justement pour cette … raison que je doute …L’ électeur , le français plus que tous les autres européens, sont comme les ” arabes ” , je veux dire comme les méditerranéens, très sensibles à la tchatche du premier bateleur venu … vous en savez personnellement quelque chose avec … Nicolas Sarkozy

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        11 avril 2017

        je suis comme vous le savez pour un fascisme, mais un fascisme ” froid “

        Répondre
      • claude Roland

        12 avril 2017

        Je suis d’accord sur votre analyse. Le Pen sera probablement au second tour mais les Français se dégonfleront… Mais il vaut mieux qu’elle soit face à Fillon alors.

        Répondre
  10. balaninu

    10 avril 2017

    Bien votre intervention, mais vous parlez de M. Fillon qui serait en quelque sorte le sauveur de la France !!!!! bien bien bien !!!!
    mais il me semble que vous oubliez qu’il a été 1er sinistre pendant 5 ans de M. Sarkozy et que …. bah il n’a pas fait grande chose !!!!

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)