4 députés se font les porte-paroles du lobby végétariste

4 députés se font les porte-paroles du lobby végétariste

Le texte qui suit présente cette nouvelle action selon le point de vue du lobby « végétariste »… édifiant :

 

  « Dans un courrier adressé au président de l’Assemblée nationale <http://www.viande.info/fichiers/pdf/repas-vege-assemblee.pdf> , Yves Cochet,
Geneviève Gaillard, François Grosdidier et Gérard Bapt demandent à Monsieur Bernard Accoyer « que l’Assemblée nationale, fidèle à son souci d’exemplarité, instaure dans ses restaurants
parlementaires dès que possible une journée végétarienne hebdomadaire, ou au minimum le choix d’un menu végétarien ».

    

 Ces mêmes parlementaires avaient le 19 mai dernier <http://www.l214.com/viande-info-assemblee-nationale>  alerté sur les
conséquences néfastes de la surconsommation de produits d’origine animale, lors d’un buffet-débat à la Questure de l’Assemblée nationale <
http://www.viande.info/Assemblee-Nationale-manger-moins-de-viande> , en présence
de nombreuses personnalités et journalistes.
 La demande de repas végétariens dans les restaurants parlementaires s’inscrit dans le cadre de la campagne menée par l’Association Végétarienne de France <
http://www.vegetarisme.fr> , l’association L214 <http://www.l214.com>  et le collectif Viande.info <http://www.viande.info> , en faveur d’un jour végétarien hebdomadaire <http://www.un-jour-vegetarien.fr> .
 
 Le 3 décembre 2009, Sir Paul McCartney et Rajendra Pachauri, président du GIEC et prix Nobel de la Paix ont appelé devant le Parlement européen à un jour sans viande par semaine pour lutter
contre le réchauffement climatique. En France, l’entretien du cheptel des animaux d’élevage est responsable à lui seul d’un quart (25 %) de toutes les
émissions de gaz à effet de
serre provenant d’activités humaines. (1)
 
 Par ailleurs, on sait maintenant qu’une réduction de 30 % des graisses saturées et du cholestérol d’origine animale
permettrait de réduire d’environ 15 % le fardeau des maladies cardiaques (2) et que les élevages terrestres et aquacoles sont lourdement impliqués dans des problèmes de santé publique, comme l’a
récemment rappelé l’émission « Assiette tout risques » <
http://programmes.france3.fr/pieces-a-conviction>  du programme Pièces à
conviction sur FR3.
 
 Les premières victimes de notre boulimie de produits d’origine animale sont les animaux eux-mêmes, décimés par la pêche <
http://www.viande.info/la-peche>  ou élevés dans des conditions effroyables dans l’aquaculture <http://www.viande.info/aquaculture>  et       l’élevage <http://www.viande.info/elevage-viande-animaux>  intensifs.
 
 Enfin, le dernier rapport des Nations Unies (3), « Examen de l’impact environnemental de la consommation et de la production » (4), classe la viande et les produits laitiers parmi les
éléments de consommation « dont la part dans l’impact environnemental global est largement disproportionné ».
 
 Toutes les études concordent à établir qu’une réduction de la consommation de produits d’origine animale ne pourrait être que bénéfique à la santé de la planète et de ses habitants.
 D’autre part, l’objectif fixé par la loi Grenelle I d’aboutir d’ici 2012 à une proportion de 20 % de produits biologiques dans la restauration collective ne pourra être atteint sans la mise
en place de menus végétariens qui réduisent le coût des repas et compensent le tarif plus élevé des produits biologiques.
 
 Face à cette question cruciale pour les êtres humains, les animaux et l’environnement, une volonté politique est nécessaire. Espérons que l’initiative de MM. Cochet, Grosdidier, Bapt et de
Mme Gaillard aboutisse et que l’Assemblée nationale et le Sénat montrent l’exemple en instaurant la journée végétarienne hebdomadaire dans la restauration parlementaire. »

Partager cette publication