À quoi servent les lois?

À quoi servent les lois?

L’ouverture des archives du Conseil constitutionnel à propos de la campagne présidentielle de 1995 ne va probablement pas réconcilier les Français avec ceux qui prétendent les diriger.

On y découvre notamment que les comptes de Jacques Chirac et d’Édouard Balladur ont été outrageusement sous-estimés.

Par exemple, les comptes de campagne d’Édouard Balladur font mention de 3 permanences, alors que 86 ont été recensées sur l’ensemble du territoire!

Des dizaines de meetings ont eu lieu, sans aucune facture. De nombreux dépôts suspects en espèce ont été effectués.

Finalement, le rapport officiel, sur la base duquel ces comptes ont été validés, fait état d’un dépassement du plafond de 6 millions de francs pour Édouard Balladur et de 5 millions pour Jacques Chirac.

Étienne Dailly, qui siégeait alors au Conseil constitutionnel, après avoir été conseiller juridique et administrateur de plusieurs grandes sociétés, et vice-président du sénat, aurait même déclaré: «Je ne me sens pas en mesure de rejeter un compte de campagne.»

On comprend ses scrupules car, de fait, la loi sur le financement des campagnes électorales donne un pouvoir exorbitant aux juges, mais, enfin, à quoi sert un juge qui refuse d’appliquer la loi?

Plus grave peut-être, cette législation qui encadre la vie politique apparaît comme un sommet d’arbitraire : les «grands candidats» peuvent impunément la violer, rendre des comptes frauduleux, voir détruire les preuves (même Roland Dumas s’en était plaint pour cette campagne de 1995), c’est-à-dire adopter des comportements délictueux.

En revanche, les candidats «dissidents» – ceux que «l’État profond» ne voudrait surtout pas voir arriver à l’Élysée – ne pourront pas compter sur cette mansuétude.

C’est en fait une des multiples façons qu’a le «Système» de se protéger – avec les parrainages des maires et bien d’autres «combines» vaguement électorales.

Nous avions déjà le très net sentiment que MM.Chirac et Balladur avaient utilisé l’argent des contribuables – et peut-être même, comme avec l’affaire de Karachi, toujours en jugement, de l’argent noir – pour leurs propres intérêts personnels et politiques.

Avec l’ouverture de ces archives du Conseil constitutionnel, nous avons désormais la preuve que leurs comptes de campagne auraient dû être rejetés et qu’ils ont été protégés par le «gouvernement des juges».

Décidément, la défiance que le peuple a pour les oligarques qui le gouvernent n’est pas tout à fait sans fondement!

Partager cette publication

(12) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    vous vous redondez ! n’ avez vous donc comme unique livre de chevet que la pensée trumpienne ?

    pour essayer de sauver ce qui vous reste de vie intellectuelle à vivre je vous conseille de lire plutôt

     » les cyniques grecs  »

    ( livre de poche )

    un  » enrichissement  » personnel à seulement 7 € 10

    cela vous sera plus profitable

    p. s.

    je ne sais plus quel sénateur républicain disait de Trump que s’ il n’ avait pas hérité de milliards de $ il vendrait présentement des montres à la sauvette sur Manhattan

    31/10/2020 à 17 h 43 min
    • HansImSchnoggeLoch Répondre

      Donald Trump aurait reçu 413 million USD de son père (en $ 2018) en héritage.
      In April of 2020 Forbes estimated Trump’s net worth—that is, assets minus liabilities—at $2.1 billion.
      Il a donc quintuplé set héritage.
      Et vous qu’avez vous fait avec le vôtre.

      PS: Citez donc le nom de ce sénateur républicain.

      31/10/2020 à 18 h 01 min
      • HansImSchnoggeLoch Répondre

        Correction: « cet héritage » au lieu de « set héritage ».

        31/10/2020 à 20 h 39 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        … je n’ avais pas d’ héritage !

        je ne me souviens plus quel politicien américain ( de même qu’ un acteur ) a  » déshérité  » ses enfants pour qu’ ils se fassent par eux-mêmes comme il l’ avait fait lui même

        01/11/2020 à 12 h 10 min
        • HansImSchnoggeLoch Répondre

          QC,: je n’ avais pas d’ héritage !
          Moi non plus mais je ne critique pas ceux qui ont eu la chance d’en avoir reçu un et d’avoir pu le faire fructifier

          Votre diversion sur le déshéritage ne marche pas, si vous ne vous souvenez pas de quelque chose, alors taisez vous.

          Je vous avais d’ailleurs demandé le nom du sénateur américain, mais c’est « nada ».
          Vos affirmations sont vides, comme d’hab!

          01/11/2020 à 14 h 25 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

     » Parlant de ses compatriotes , l’ ancien roi de Sparte Demarate aurait dit à Xerxès, en 480 ( av J.-C. )  » : …

     » s’ ils sont libres , ils ne sont pas libres en tout: ils ont un MAÎTRE la LOI  » ( despotès nomos )

    ( Hérodote : Histoires , VII, 104 )

    pour éviter à ELEVENTH ou à [email protected] ces esprits forts et fortement cultivés de dire que cette citation n’ importe qui peut la rertrouver sur Wikichose je précise, pour des lecteurs plus fins ou plus curieux, qu’ elle figure dans le livre de

    Nicolas Richer

    SPARTE

    à la page 238

    29/10/2020 à 12 h 54 min
    • HansImSchnoggeLoch Répondre

      Tout ça pour nous dire que vous avez lu le bouquin de Nicolas Richer.
      Eh ben cela va vous faire une belle jambe.
      Tant mieux pour vous!

      29/10/2020 à 17 h 05 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        tout le monde n’ a pas les ressources intellectuelles de lire le bouquin ( écrit par une journaliste ! ) de Donald Trump sur l’ art et la réussite du deal ; un ouvrage phare de la Philosophie contemporaine !

        30/10/2020 à 9 h 03 min
        • HansImSchnoggeLoch Répondre

          « The art of the deal » et le titre en français « L’art de la négociation ».
          Ce bouquin existe en français, cela devrait vous arranger, vous qui ne connaissez que le seul mot « wanker » en anglais.

          Voyez-vous cher QC, le titre de ce bouquin confirme ma propre traduction de « deal » c.à.d. « négociation », Il est difficle de voir où s’y dissimulerait un jeu de casino..
          Mais il est vrai qu’avec vos capacités intellectuelles hors du commun, la roulette n’est jamais trop loin de la raison.

          « Laissez les bons temps rouler » diraient les Cajuns de Louisiane.

          30/10/2020 à 17 h 17 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

     » pecunia est nervus belli  »

    Ciceron

    27/10/2020 à 18 h 18 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Les lois sont faites pour être respectées par les gens qui ne les ont pas faites.

    27/10/2020 à 17 h 47 min
  • ELEVENTH Répondre

    Article intéressant.
    Mais alors, que dire des comptes de campagne de notre comédien président , lequel n’a même pas attendu d’être officiellement en campagne pour aller faire la manche (ou la retape, rayez la mention inutile) à l’étranger au cours de voyages organisés et payés par l’Etat.
    C’est bien lui qui parlait d’argent « magique ». En financier, gageons qu’il sait de quoi il parle.

    27/10/2020 à 15 h 48 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: