À quoi servent vraiment les impôts ?

Posté le octobre 21, 2016, 7:00
57 secs

Les politiciens et les journalistes aux ordres indiquent inlassablement qu’il faut payer des impôts pour avoir des écoles, des routes, des soldats, des juges, des policiers… C’est-à-dire tous les services qu’il serait déraisonnable de confier au secteur privé et pour lesquels tout le monde est d’accord.

Pour lire la suite vous devez être abonné au 4 Vérités Hebdo.

Se connecter Inscription

6 réponses à l'article : À quoi servent vraiment les impôts ?

  1. goufio

    22/10/2016

    John Locke avait fournit la réponse dès la fin du XVII e siècle

    Répondre
  2. BRENUS

    22/10/2016

    Quand vous aurez répondu que les impots servent en majorité a entretenir un clientèlisme et un syndicalisme devenu totalement déconnecté de sa base, vous aurez la réponse. Lisez jojo qui se targue et se défend de passer a la caisse pour 5 smic, sans rien foutre que venir nous emmerder ici.

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    22/10/2016

    bonne question ! mais qui hélas a toujours été d’ actualité !

    si bien que le citoyen lambda en est venu à cette vérité

    les impôts font vivre ceux et celles qui ne pourraient pas vivre autrement que par eux

    Répondre
  4. betsynette

    22/10/2016

    Il y a tellement de gaspillage à tous les étages, que l’argent ….volé par les impôts…..pourrait servir à autre chose, et c’est surtout dans les administrations que ce grand nettoyage est à faire.

    Répondre
  5. Gérard Pierre

    22/10/2016

    Dans les années quatre-vingt, lorsque la France possédait encore une industrie qu’elle essayait de maintenir dans la course à la concurrence mondiale, les managers des sociétés industrielles traquaient la NON QUALITÉ en prônant, …… à juste titre, …… à l’ensemble de leurs personnels : « C’est dans nos gains de gestion que nous trouverons nos bénéfices, et non pas …… dans la poche de nos clients ! »

    Qu’appelle-t-on la non qualité ?

    C’est une somme de coûts inutiles subis par l’entreprise, tels que : les déplacements qui pourraient être remplacés par des visio-conférences, les réunions improductives, les reportings que personne ne lit, les communications lourdes en pièces jointes sans grand intérêt, les coups de téléphone futiles, voire personnels, les contrôles en double, les reprises de travaux, les rebuts, les retours clients, les retards, l’absentéisme, le manque de productivité, les déjeuners dits d’affaire palliant une absence de marketing, les litiges sociaux, les litiges livraison, etc…

    L’Association Française de l’Assurance Qualité estimait alors que, dans le secteur concurrentiel, la NON QUALITÉ obérait en moyenne entre 16% et 18% du chiffre d’affaire des entreprises.

    Elle estimait également que, …… DANS LE SECTEUR NON CONCURRENTIEL, …… [administrations d’État, régionales, départementales, communales, services publiques, etc…] …… la NON QUALITÉ représentait plus de 40% des budgets traités !

    ÇA NE S’EST PAS AMÉLIORÉ DEPUIS !

    En clair, cela revenait à dire que, lorsqu’un contribuable payait 100,00 francs d’impôts ou de taxes diverses au fisc, lorsqu’un salarié et une entreprise versaient 100,00 francs de cotisation sociale, deux billets de vingt francs partaient directement en fumée ! …… Seuls les trois autres servaient à construire des routes, entretenir des écoles, une armée, une justice, une police, etc…

    L’État, les collectivités territoriales ou locales, les services publiques ne se sont jamais amendés !

    Au contraire, arguant de fausses économies, ils n’ont fait qu’amplifier la NON QUALITÉ !

    Et pourquoi auraient-ils lutté contre cette NON QUALITÉ alors que son opacité constitue précisément la source des prébendes de toutes celles et ceux qui, au lieu de s’attaquer au mal, s’en nourrissent et s’en gavent à foison !

    Pour survivre, les entreprises privées associaient leurs salariés dans la recherche de leurs gains de gestion car ceux-ci étaient les témoins les mieux placés pour détecter et dénoncer les dysfonctionnements, la gabegie, et tout ce qui s’en suit !

    Pourquoi le secteur publique associerait-il les fonctionnaires à la lutte contre sa NON QUALITÉ ? …… alors qu’il lui suffit de leur garantir l’immuabilité de leur statut contre un renoncement de leur part à mettre leur nez dans cette opacité si nourricière ? …… Parce qu’à la différence du secteur privé, il lui suffit d’augmenter l’impôt pour trouver dans la poche des citoyens de quoi faire bombance !

    Alors ? …… À quoi servent vraiment les impôts ?

    Il serait peut-être temps de réfléchir vraiment à cette question et de cesser de considérer la réalité comme un hoax de l’idéologie vorace confortablement installée aux différents niveaux de décisions de la république !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      24/10/2016

      très intéressant votre message

      cependant la France  » industrielle  » a  » décroché  » bien avant les années 80 et cela pour de nombreuses raisons parmi lesquelles :

      – l’ absence de modernisation de son outil de production ( et là les décideurs industriels ont une lourde part de responsabilité )

      – la permanence des aides aux canards boiteux pour des raisons politiques ( et là l’ Etat etc … etc … )

      – le fait ordinaire que le citoyen voulait jouir de tous les avantages d’une vie  » moderne  » ( loisirs tout particulièrement , statut pour tous de la fonction publique etc … ) et sans contre-parties

      etc … etc …

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)