Abandonnons d’urgence ce mode de scrutin inique

Posté le juin 13, 2012, 12:00
4 mins

Tous les commentateurs, depuis le premier tour des élections législatives, di­manche 10 juin, nous ressassent en boucle qu’il « n’y a pas de vague rose ».

Si on entend par là qu’il n’y a pas un soutien massif au projet de François Hollande, c’est effectivement le moins que l’on puisse dire. Seuls 7,6 millions d’électeurs ont voté PS au premier tour, soit 16,5 % des inscrits. On aurait quelques difficultés, même avec la remarquable mauvaise foi de la classe politique, à en faire un vote d’adhésion « franc et massif » !

À titre de comparaison, le PS, en 1981, avait amélioré d’1,6 mil­lion de voix le score de premier tour de François Mitterrand. En 2012, au contraire, le PS recule de pratiquement 2,7 millions de voix.

Cependant, la vague rose va bel et bien avoir lieu. Non pas en voix, mais en sièges à l’Assem­blée. Et c’est bien cela qui compte, en réalité !
Les projections en sièges annoncent, en effet, que le PS disposerait de 280 à 329 sièges à lui seul. Auxquels il faudrait ajouter 13 à 19 sièges pour le Front de gauche et 12 à 18 pour les Verts. Sachant que la majorité absolue se situe à 289 sièges, et qu’elle est donc accessible au PS seul.
Si l’on prend l’estimation moy­enne, on arrive à 336 sièges en­viron.

Soit 58 % du total de 577 sièges. C’est certes une vague moins forte qu’en 1981, où les socialo-communistes avaient ob­tenu 308 sièges sur 450 (68 % du total), mais, enfin, c’est une victoire écrasante.

Autant je comprends l’intérêt de la gauche de ne pas dramatiser, pour ne pas montrer qu’elle au­ra, dimanche prochain, tous les pouvoirs, autant je ne comprends pas la discrétion satisfaite des ténors de l’UMP.

Ou plutôt, je crains de trop bien deviner la cause de cette discrétion. En réalité, ce raz-de-marée en sièges, qui ne correspond nullement à la réalité électorale, est dû au mode de scrutin actuel qui favorise scandaleusement les deux partis alternativement au pouvoir.
On peut certes comprendre l’importance d’une majorité stable pour éviter le retour aux errements de la IVe République, mais l’absence quasi totale de représentativité de l’Assemblée est absolument indéfendable.

Avec 3,5 millions de voix, le FN aura entre 0 et 3 députés, tandis qu’avec 1,4 million de voix, les Verts en auront autour de 15. Ces 4 chiffres condamnent le système. Il est urgent d’abandonner ce trucage électoral. Que ce soit pour un scrutin proportionnel ou pour un scrutin majoritaire à un tour. Tout plutôt que cette magouille !

Article précédent

Vu sur le net

Article suivant

Morano

12 réponses à l'article : Abandonnons d’urgence ce mode de scrutin inique

  1. robert

    18/06/2012

    cher glenarvan00
    rendons à CESAR ce qui appartient au CSAR
    ( Comité Secret d’Action Révolutionnaire )
    plus connu avant guerre sous le nom de CAGOULE …

    NB : cf son histoire par Philippe BOURDREL

    Répondre
  2. Anonyme

    18/06/2012

      @ AQUINCTIUS
      "Il n’est aucune loi qu’un autre ne puisse changer ou abroger"
     
      Sur le principe, vous avez raison. Mais il est des lois qui vous mettent dans un cul de sac dont on ne peut sortir.
      Exemple. On vote une loi pour le mariage et l’adoption homosexuel. Quelques années après, la nouvelle assemblée décide de l’abroger.
      On pourra peut être stopper les mariages et les adoptions nouvelles ( encore qu’avec la cour des drouadlom j’en doute) mais quid de ceux qui auront déjà profité de l’aubaine? Peut on les "démarier"? Peut on "annuler l’adoption"? Et si on ne peut pas, comment justifier la différence de traitement avec les autres qui ne le pourront plus?

      Par contre, pour le droit de vote des étrangers, c’est plus faisable de revenir en arrière… avec quelques remous tout de même.

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    18/06/2012

     1 ) les " étrangers " auront eu tout le loisir d’être naturalisés ; il leur sera dès lors impossible de leur enlever leur citoyenneté Française

    2) la seule mesure à prendre est le scrutin UNINOMINAL à UN tour  qui :

        – est le plus honnête envers l’électeur ( Royaume Uni )
       – empêche les " complicités " des appareils de partis entre deux tours
      –  et diminue " le prix de revient " d’une élection

    3) enfin qu’on en finisse avec les ostracismes à droite ( par exemple si Madame  N.K-M. appelle à voter " socialiste " elle n’a pas à figurer sur une liste U.M.P. )

    le défit de l’opposition est  d’éliminer de ses rangs les " politiquement corrects " , d’abandonner cette image sarkozyste de " pipolitique " faite pour les " nantis " et autres " parasites" ( financiers , culturels ) , pour revenir à des valeurs de travail  , de rigueur , d’honnêteté publique  … elle sera aidé par la réalité qui tôt ou tard s’imposera aux " prestigieux " énarques du Gouvernement … notre meilleure alliée c’est Merkel ! *

    *d’ailleurs dans ma circonscription le candidat P.S. ( non élu ) a désigné le prochain adversaire à abattre  : la Chancellière Allemande !

    Répondre
  4. AQUINCTIUS

    17/06/2012

    Il n’est aucune loi qu’une autre loi ne puisse changer ou abroger. Il appartient à la droite de claironner bien fort que dès son retour a la direction de la France, la droite abolira une éventuelle loi de vote des étrangers.

    Si elle ne se décide pas a la dire, c’est qu’elle n’en a pas l’intention et par conséquent ne mérite pas que l’on vote pour elle.

    Et que l’on ne vienne pas ergoter sur de prétendues obligations. La gauche, elle, s’assoie joyeusement dessus. Ne soyons pas naifs.

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    16/06/2012

    @ Genarvan00

      Quel César voyez vous franchir un Rubicon ?

    " il n’est pas de Sauveur Suprême " dit la … chanson

    Répondre
  6. glenarvan00

    15/06/2012

    La démocratie représentative est à l’agonie. Attendons le  CESAR qui ne manquera pas d’apparaître lors de la toute proche révolution (2013, 2014 ….???), puis, je l’espère, le retour de la Monarchie…nospam4nos

    Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    15/06/2012

    @ Thomas 54

    pour les élections législatives qui viennent il faut à tout prix empêcher " la gauche " d’avoir la majorité au Congrès de sorte qu’elle ne  puisse pas modifier la Constitution ( vote des étrangers ) …  et qu’un référendum populaire puisse avoir lieu  ; pour le moment c’est ça l’urgence !
    celui qui ne vote pas pour le candidat de "droite " le mieux placé est un citoyen politiquement stupide !

    Répondre
  8. Thomas54

    14/06/2012

    Euh bah en fait, je dois reconnaître que… vous raison, quinctius cincinnatus.
    Mais quelle solution proposez vous pour remédier à celà ?

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    14/06/2012

    @ Thomas 54

    Vous êtes vous seulement rendu compte que l’Assemblée Nationale n’est plus depuis De Gaulle qu’une simple chambre d’enregistrement et que les " débats " qui s’y tiennent ne sont là que pour donner une APPARENCE de  DEMOCRATIE  … ?
    Tant de naïveté … tue !

    Répondre
  10. Thomas54

    13/06/2012

    D’accord avec vous M. Roussel.
    Vivement la mise en place de la proportionnelle, pour que le FN ainsi que les petits partis soient représentés à l’Assemblée, de manière à ce qu’elle soit véritablement représentative du peuple français. (Au lieu d’être cantonnée à l’UMPS comme c’est le cas actuellement)

    Répondre
  11. quinctius cincinnatus

    13/06/2012

    le problème n’est pas là où l’auteur voudrait nous faire croire qu’il est

    la proportionnelle intégrale rendrait le pays ingouvernable ( il est déjà passablement mal gouverné ! )

    la proportionnelle relative accentuerait le  " cirque parlementaire " ( c’est déjà assez ubuesque ! )

    la réalité est qu’il est nécessaire que " les droites " et  les " ni-droite ni-gauche " s’entendent sur un projet commun … comme ont SU le faire  ( partiellement ) le P.S. et  E.E.L.V. 

    c’est l’ UNIQUE façon de reprendre les rènes pour sauver le chariot  France !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)