Acquisition de la nationalité : la France au top

Acquisition de la nationalité : la France au top

C’est en France qu’il est le plus facile d’acquérir la nationalité. Bien plus que dans les pays voisins. Que ce soit par mariage avec un résident français, pour les enfants nés sur le sol français, ou, avec des années de résidence, en obtenant l’appui d’un député…

Résultat : 150 000 naturalisations par an. Soit une ville moyenne !

Partager cette publication

Comments (3)

  • Albo Répondre

    Halte au feu !!!

    07/12/2010 à 9 h 19 min
  • Bruno Répondre

    Mars 2010
    Le coût de la politique migratoire de la France
    par Jean-Paul Gourévitch, expert international en ressources humaines,
    spécialiste de l’Afrique et des migrations

    30,4 milliards d’euros de déficit annuel de l’État pour sa politique d’immigration,
    7,9 milliards d’euros qui ne rentrent pas dans ses caisses du fait
    de l’expatriation annuelle des Français. La balance recettes-dépenses de la
    politique migratoire s’établit à 38,3 milliards d’euros annuels soit presque
    2 points annuels de PIB à la charge des contribuables. Somme à laquelle
    il faut ajouter les investissements consentis par l’État pour freiner l’immigration
    en provenance des pays du Sud, améliorer l’accueil et la situation
    des migrants qui s’installent en France et construire une meilleure égalité
    des chances pour leurs enfants. Au total près de 10 milliards d’euros que
    ne compensent ni la plus-value générée par le travail des immigrés pour la
    communauté nationale (5 milliards d’euros) ni les retombées économiques,
    faibles et quasi non chiffrables de l’expatriation. Jean-Paul Gourévitch poursuit,
    actualise et met en perspective ici les travaux exposés dans la monographie
    14, « Le coût réel de l’immigration en France » et dans la monographie
    21 « Le coût de l’émigration : ces Français qui quittent la France ». Il les étend à
    de nouveaux chapitres, les coûts immatériels, les retombées des migrations
    sur la richesse de la nation. Enfin, il présente les solutions qui permettraient
    à moyen ou long terme, sinon d’éponger, du moins de réduire ce déficit.
    Une analyse rigoureuse, sans complaisance ni moralisme, de la lisibilité, de
    la cohérence, de l’effet sur l’opinion et de l’efficacité de la politique migratoire
    de la France au moment où le pays sort à peine de la crise et où l’impact
    du jeu des grandes puissances et de la mondialisation sur les rapports
    Nord-Sud invite à rebattre les cartes de la donne géopolitique.
    Pour commander des exemplaires supplémentaires des monographies de Contribuables Associés,
    écrivez à : Contribuables Associés – 42, rue des Jeûneurs, – 75077 Paris Cedex 02, ou téléphonez au 01 42 21 16 24.
    Les monographies sont également consultables sur le site http://www.contribuables.org.
    A ne pas oublier que le coût de l’immigration Française, c’est les 2 (deux) points de PIB qu’ils nous manquent pour notre croissance.

    06/12/2010 à 9 h 41 min
  • Michel Répondre

    Les Français, dans leur grande majorité ne veulent plus de ces mariages de complaisance, de ces mariages « de papier » qui en fait, ne valent rien

    06/12/2010 à 8 h 56 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: