Affaire BNP Paribas et mensonges politico-financiers

Posté le juin 12, 2014, 11:16
5 mins

L‘affaire BNP Paribas sera-t-elle le déclencheur d’une crise bancaire plus grave encore que la faillite de Lehmann Brothers ? Ce n’est pas impossible et, en tout cas, il convient de se préparer à un scénario catastrophe. Car la situation est bien plus grave aujourd’hui qu’elle n’était en 2008.

D’abord, parce qu’aucune leçon n’a été tirée de la crise de 2008. Les dettes publiques n’ont jamais été aussi élevées et les créances « pourries » n’ont jamais été aussi nombreuses.

Par ailleurs, l’accord Bâle III, qui était censé assainir la situation financière mondiale, a plutôt aggravé le danger, puisque, désormais, les banques sont fortement poussées à prêter aux États – activité réputée sans risque (!) – et à se désintéresser de l’économie réelle. Certes, j’ai bien entendu, comme tout le monde, que la BCE avait massivement ouvert le robinet à crédit, en demandant aux banques de répercuter ce crédit en soutenant l’investissement, mais rien ne permet de croire que lesdites banques vont obtempérer !

Et, surtout, le relatif déclin (économique, mais surtout militaire et géopolitique) des États-Unis sous la présidence Obama a aiguisé les appétits de puissances émergentes.

C’est le cas, en particulier, de ce qu’on appelle aujourd’hui les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), auxquels il faut ajouter l’Iran, dont l’embargo semble ne pas devoir durer.

Ces puissances souhaitent un monde multi-polaire – qui pourrait être aussi l’intérêt de la France, si nous avions encore une politique étrangère cohérente – et, par conséquent, auront, dans les années qui viennent, à s’opposer à la puissance américaine. On peut regretter cet affrontement, mais c’est une réalité.

Or, dans cet affrontement à la puissance américaine, nous pouvons observer au moins deux « théâtres d’opération » non militaires : la monnaie et les matières premières.

Sur la monnaie, on sait que le dollar possède un énorme avantage, puisque presque toutes les transactions énergétiques sont libellées dans cette monnaie, ce qui force l’ensemble des pays à acheter des dollars… et donc à participer au paiement de la gigantesque inflation américaine.

Une des conséquences de l’amende de BNP Paribas pourrait être d’accélérer la « dédollarisation » (puisque la banque est accusée d’avoir libellé des opérations en dollars sans se soumettre aux lois bancaires américaines).

Et, si dédollarisation il y a, elle touchera prioritairement les matières premières, et notamment les ressources énergétiques.

On voit mal les États-Unis se résigner à perdre le rôle central du dollar. D’autant moins que leurs alliés du Golfe seraient instantanément déstabilisés.

Bref, la situation est fort périlleuse. Et la France est particulièrement mal partie avec des gouvernants aussi faibles et aussi versatiles. Certes, MM. Hol­lande et Fabius ont tapé du poing sur la table, mais sans réel moyen de pression. Et les pourfendeurs de la finance ne sont certes pas les mieux placés pour résister aux pressions financières. J’ajoute que la gifle de Barack Obama, faisant remarquer qu’aux États-Unis, contrairement à « d’autres pays », il n’était pas d’usage que l’exécutif fasse pression sur les juges, n’était pas volée.

Voilà à quoi mènent le capitalisme de connivence, si abondamment pratiqué chez nous (et très largement sur la planète), et les mensonges économiques de toutes sortes.

Plus que jamais, nous souffrons de ces gouvernants faux monnayeurs et des joueurs de bonneteau de la finance internationale, qui, au lieu d’encourager l’épargne, gage d’investissement et d’indépendance, poussent à l’endettement, gage de soumission et de développement pharaonique de l’État-providence et de la démagogie électoraliste. 

Guillaume de Thieulloy

13 réponses à l'article : Affaire BNP Paribas et mensonges politico-financiers

  1. quinctius cincinnatus

    19/06/2014

    ne vous y trompez pas le risque pourrait bien venir d’Argentine qui vient de perdre devant la Justice Américaine son recours pour son refus d’honorer ce que lui réclament deux hedges-funds vautours yankees … bénéfice pour ceux ci 1600 FOIS le montant auquel ils avaient acquis les obligations argentines ! … sûr que le fascisme chez les hispano-italiens et le trotskisme chez les juifs sera vite de retour en Argentine !

    Répondre
  2. 17/06/2014

    Moi ce que je comprends c’est que dans cette affaire les Etats-Unis sont les maîtres du monde . Eux ils peuvent faire ce qu’ils veulent et nous on doit attendre leur bon vouloir . La BNP n’est que la partie immergée de l’iceberg d’autres entreprises françaises trop performantes ou en concurrence avec des entreprises américaines devront faire profil bas pour X raisons .
    Contrairement à ceux que dit Obama l’exécutif américain ne peut faire pression sur les juges pour les lois votés aux Etats-Unis mais un embargo est une décision politique que les juges ne peuvent interpréter et juger .
    Ou sont les avocats , les politiques pour comprendre cette différence . Obama a fait une esbroufe et Hollande et Fabius n’ont rien compris .

    Répondre
  3. ozone

    16/06/2014

    cette affaire est une bonne occasion pour voir ce que vaut « l’europe »

    s’ils ne font rien c’est aussi une occase de les envoyer paitre avec leur traité transatlantique

    Répondre
  4. JEAN SANS PEUR

    14/06/2014

    QUE JE ME REJOUIS DE VOIR LA BNP TOMBER SUR DES PLUS FORTS QU’EUX ET J’ESPERE QUILS NE S’EN REMETTRONT PAS ET JAMAIS !!! COMME MOI !
    ASSOCIE A UN BANQUIER DE LA BNP DE BORDEAUX IL Y A ENVIRON 30 ANS DANS UNE OPERATION IMMOBILIERE, ET M’ETANT PORTE CAUTION, LE BANQUIER MAITRE D’ŒUVRE ET D’OUVRAGE A PAYE D’AVANCE LES TRAVAUX ET BIEN ENTENDU L’ENTREPRISE A AUSSITOT DEPOSE LE BILAN AVEC UN JOLI PETIT MATELAS. TRENTE ANS APRES JE SUIS LE SEUL A PAYER LA TOTALITE DE L’ARDOISE, BIEN QU’IL Y AIT EU EN SON TEMPS UN ACCORD DE SOLDE TOUT COMPTE GARDE PAR CE BANQUIER QUE LA BANQUE N’A MEME PAS RECHERCHE. ON EST SOLIDAIRE POUR LE PERSONNEL !
    JE DOIS DONC PAYER LA DIFFERENCE AVEC DES INTERETS D’ENVIRON 12% SUR TOUTE LA PERIODE (AUCUN RESPECT DU CONTRAT)….AVEC UN HYPOTHEQUE SUR MES BIENS ET CEUX DE MA FAMILLE…
    QUE LA BNP CREVE ET VITE.
    SI VOUS AVEZ DES COMPTES A LA BNP RETIREZ IMMEDIATEMENT TOUS VOS AVOIR POUR EN TROUVER UNE UN PEU MOINS VOLEUSE !!!

    Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    14/06/2014

    Ci-joint une petite anectode, elle n’a rien à voir avec l’article, mais elle est révélatrice des pratiques politiques.
    Voir ici:
    Cahuzac ou la gauche décadente…
    http://www.resistance2017.net/?p=922

    Répondre
  6. DESOYER

    12/06/2014

    On a beaucoup critiqué Bush (et il était critiquable), mais à côté d’Obama, il apparaît comme un génie!

    Répondre
    • Dr H.

      13/06/2014

      Oui, mais Obama a -et aura toujours- une qualité qui surpasse toutes les autres, et qui l’a porté au pouvoir dans la pâmoison des foules extasiées : il est noir. Toute critique envers lui est donc forcément « nauséabonde »…

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        14/06/2014

        pourquoi ? être Noir devrait donc être un handicap humain définitif selon vous ! au Canada j’ai eu un  » patron  » noir en chirurgie digestive … remarquable !

        Répondre
        • Dr H.

          14/06/2014

          Voyons Quinctius… je n’ai jamais dit que les Noirs étaient des incapables ! Je rappelais seulement que la perspective de voir un Noir à la Maison Blanche faisait pâmer tous les politiquement corrects. Surtout si beau, et avec une voix si… phéromonale. Mais rien dans sa carrière d’assistant social ne le prédisposait à un tel poste. C’est un pur produit marketing. Ce qui est grave, c’est qu’on entré clairement -comme en Afrique- dans le vote ethno-racial : 93 % des Noirs ont voté pour lui. C’est exactement la même proportion que celle des musulmans qui ont voté pour Hollande. Sûrement fascinés par ses exploits en Corrèze… 😉

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            15/06/2014

            En tout cas et pour ce qui concerne la politique international plus  » sage  » et de ce fait beaucoup moins … dévastateur que le Texan en santiags !

            Pour ce qui est du vote communautariste, les Israélites ont également voté en majorité peut être pas en masse, mais en majorité tout de même , pour le  » Corrézien malin  » …

            Enfin,rendons à César ce qui est à César , la floraison tropicale du Communautarisme nous la devons à … Nicolas Sarkozy

          • Dr H.

            15/06/2014

            Quinctius a dit : « Pour ce qui est du vote communautariste, les Israélites ont également voté en majorité peut être pas en masse, mais en majorité tout de même , pour le Corrézien malin … »
            1°) en terme purement démographique, le vote juif ne pèse pas lourd par rapport au vote musulman. (L’influence, c’est une autre question…)
            2°) parmi les nombreux Juifs de mon entourage, je n’en connais pas beaucoup qui aient voté pour le petit gros à teinture… (mais je ne suis pas l’IFOP.)

    • quinctius cincinnatus

      14/06/2014

      vous plaisantez ! … ce n’est pas parce que l’on est belliqueux que l’on est pour cela efficace en géo-politique … et si actuellement Obama remonte dans l’estime ( ? ) des  » warriors  » du Congrès ( et du  » complexe militaro-politique ! )  » c’est bien parce qu’il pense faussement qu’il faut employer les mêmes méthodes que les Daltons du Texas, pour corriger leurs erreurs !
      Décidément si Machiavel a bien traversé la Mer Noire, il n’a franchi ni l’Atlantique ni les Alpes !

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)